RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Jeu 19 Nov - 22:25

Devenu Régent des enfers depuis quelques heures à peine, je m'étais décidé à prendre un peu de temps pour réfléchir tout en explorant les strates des différents enfers. Outre le plaisir de finalement découvrir ce royaume dont j'étais désormais le responsable, c'était la parfaite occasion de réfléchir sur moi même, et sur les changements pour le moins déstabilisants que nous venions tous de subir.
Mes pas me menèrent en toute logique vers l'un des lieux les plus atypiques du domaine du seigneur Hadès. Un froid subit me détourna de mes pensées, et je baissais machinalement les yeux pour observer le sol de gel.
Le Cocyté. L'enfer des traitres, des imbéciles et des faibles qui avaient oser vénérer une autre divinité que sa majesté.
Au fond de moi, je n'avais aucun haine à leur encontre. Ma douce Satine elle même avait longtemps plaider la cause de Poséidon. Affirmer ses convictions, les suivre par delà la mort n'était pas donner à tout le monde. Puisse ces hommes et ces femmes souffrir pour l'éternité, ils conservaient ma compréhension.
J'avançais donc, tout en promenant mon regard pour chercher un visage connu. Peut être un saint croisé depuis peu ? Mais je ne vis que visages décomposés et squelettes gelés.
Pourtant, je finis par apercevoir un individu fraichement arrivé. Seul son visage dépassé encore de la gangue de glace. Peu à peu, il finirait comme les autres. et pourtant, cet homme paraissait encore conscient. Poussé par la curiosité plus que par la compassion, je me dressais devant lui avant de lancer.

Je suis Rhadamanthe, l'un des trois juges des enfers. Et toi, qui es-tu ? T'en souviens-tu encore ?


Le passage vers les enfers laissait souvent de graves séquelles. Pouvait-il encore me répondre ?
Cela n'avait pas grande importance, mais le fait qu'un chevalier soit mort récemment pouvait avoir son intérêt dans un but stratégique.

Revenir en haut Aller en bas
Sören


Indépendant
avatar

Messages : 426

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
197/197  (197/197)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Ven 20 Nov - 14:31

Il ne se souvenait pas de tout. La douleur. La douleur puis la mort. La mort puis l’obscurité. L’obscurité puis le réveil, aussi froid qu’immobile. Ses yeux s’étaient rouvert alors que son enveloppe avait surement été brulée, envoyée à la dérive sur un radeau par ses anciens compagnons d’armes. Il avait mis quelques heures à comprendre, et il avait accepté cet état de fait avec calme. Il était mort, lorsqu’il avait affronté le chevalier noir. Il était mort et avait laissé derrière lui sa sœur et ceux qui avaient laissé une empreinte sur son existence. Il n’était plus qu’un souvenir… et pourtant il était encore alerte. Pris dans la glace comme une épée dans un rocher, et immobile comme une pierre, mais alerte.

Les premières heures avaient été un calvaire. Le froid était enivrant, même pour lui qui y était presque immunisé. Il ne sentait plus ses doigts depuis longtemps et, tournant la tête, comprit ce qui l’attendait. Il allait devenir une statue de gel du Cocyte. Sa présence en ces lieux ne faisait aucun doute. Son affiliation à un autre dieu l’avait condamné à se retrouver en présence d’autres morts, comme lui, dans ce cercle des enfers. Point de Walhalla pour l’ancien Ase. Il en avait serré les dents. Ainsi, Odin n’avait pas jugé suffisant de le ramener auprès de lui, et l’avait jeté en pâture au sombre monarque. Peut-être avait-il compris qu’il n’était pas un croyant, tout juste un homme qui, possédant un potentiel, l’avait exploité pour s’élever au dessus des autres.

Il avait lentement fermé les yeux, n’espérant plus réellement avoir besoin de ces derniers tant son destin semblait inéluctable. Ce fut donc avec surprise qu’il entendit la neige crisser. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il croisa le regard de celui qui lui faisait l’honneur de sa présence, et le reconnut aussitôt. Aucun besoin pour un érudit pour lui de présentations, du moins, pas dans ce sens. Avant de répondre, l’ancien Ase plissa les lèvres, pour voir s’il arrivait encore à les ouvrir. C’était le cas…

« Je sais qui j’étais, juge. J’étais un Ase d’Odin. Le Guerrier Divin de Skald, la Harpe Divine de Bragi, placé sous l'étoile Eta. Mais ça, c’est le passé, n’est-ce pas ? »

Ses propos sonnaient acides malgré lui, et Sören ne s’en rendit pas compte immédiatement. Sa chute, et la mise au ban par Odin étaient surement des raisons valables sinon compréhensibles de sa morosité, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6831-soren-guerrier-divin-d-et
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mar 1 Déc - 13:26

Un Ase ? Quel dommage qu'il ne s'agisse pas d'Eren... Mais cela ne changeait rien au final. Je ne comptais pas me défouler sur ce malheureux. Toutefois, je m'étonnais qu'Odin n'ait pas juger important de l'emporter au Vahala après sa mort.
Décidément, le seigneur d'Asgard avait une notion bien étrange concernant ses fidèles défenseurs. Devais-je mentir à cet homme pour lui offrir un fol espoir ? C'était exclu.

Oui, cette identité ne signifie plus rien aujourd'hui. Tu te trouves prisonnier des glaces du Cocyte, l'enfer le plus terrible, destiné aux traitres ayant servi un autre dieu que le seigneur Hadès.

Je laissais mes paroles flottaient dans l'air pour bien imprégner mon interlocuteur. Son calvaire serait atroce. Au fil des jours, il sentirait le froid rongeait peu à peu ses chairs jusqu'à ce que seul son squelette demeure intact. Alors que ce pauvre hère resterait conscient. A jamais.

Tu n'es plus un guerrier divin, ou même un homme. Ta divinité t'a abandonnée semble t-il. Quel crime as-tu commis envers Odin ? Qu'as tu fait pour déclencher son ire, ou son indifférence ?

Cette conversation était peut être la dernière que vivrais cet individu. Elle ne serait ni agréable, ni réconfortante mais je tenais à apprendre de lui pour respecter son honneur de guerrier. Nul ne méritait l'oubli. Je croisais les bras, dans une posture intimidante. Je demeurais le régent des enfers, et ce fait ne lui serait jamais connu. Pourtant, ma curiosité était sincère. Comment un guerrier qui était mort pour son dieu pouvait finir en ce lieu ? Hadès avait réservé cette prison à ce type d'individu et leurs os jonchaient le sol froid sur des kilomètres à la ronde. En tant que spectre, cette destinée me semblait d'une sévérité sans bornes. Et surtout, n'était rien d'autre qu'un cruel rappel des caprices divin et de l’ingratitude d'Athéna, d'Odin, de Poséidon qui abandonnaient leurs ouailles sans regrets.
Revenir en haut Aller en bas
Sören


Indépendant
avatar

Messages : 426

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
197/197  (197/197)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mar 1 Déc - 18:13

« Je sais où nous sommes, et je sais que cette prison sera mon tombeau, Rhadamante de la Wyvern. » Lança le Norvégien, presque désabusé. Il ne lui en tenait pas rigueur, après tout il n’était pas au courant de sa culture, de son savoir… L’ancien Guerrier divin soupesa la possibilité de maintenir le silence. Mais à quoi bon ? Cet être lui permettait de dévier son esprit du blizzard qui lui fouettait le visage. Peut-être il y avait-il quelque chose à tirer de cette rencontre, quand bien même elle serait la dernière de son existence.

« Odin m’a abandonné, et je … je n’en connais pas la cause. J’ai des soupçons cependant. » Commença-t-il troublé, pensant à sa loyauté. Il n’avait jamais été le plus fiable des God Warriors. Oh, évidemment, par rapport à certains autres guerriers nordiques, il était un parangon de droiture, mais cela n’en faisait pas un adorateur d’Odin pour autant. Il n’avait jamais été le plus grand admirateur des décisions de la déité tutélaire des nordiques. A vrai dire, il n’avait même jamais prétendu se battre pour Asgard. Il se battait pour lui. Pour son statut. Pour sa sœur. Mais pas pour les autres.

« Mon rôle était de recompiler, d’apprendre, de partager, et d’écrire. De devenir un barde. Un érudit. Je suppose que cette vision de la chevalerie ne colle pas avec celle du dieu Nordique. De plus je n’ai jamais fait de mystères sur les buts de mon ascension. Je n’ai pas le cœur d’un héros, qui défend le pauvre peuple opprimé du Nord. » Acide, il ne parlait plus à son interlocuteur, mais à lui-même. Il essayait de comprendre, froidement. « Le statut a été ma récompense. J’ai pu échapper à une vie misérable, arpentant les rues comme une âme en peine… »

Et c’était vrai. Il avait réussi à s’éviter une existence de paria, demandant l’aumône. Son corps n’était pas fait pour la rudesse de la vie Asgardienne. Il n’aurait que difficilement survécu à cette existence. A la place il avait eu un palais, des serviteurs, et il avait même retrouvé sa jumelle. Mais tout ce qu’elle lui avait donné, la chevalerie lui avait repris, d’un seul coup, lors de ce combat avec le Black Saint.

« Et malgré tout ça, je suis mort en défendant Asgard contre un chevalier noir. En jouant, peut-être pour la première fois, mon rôle de défenseur. »

Le combat avait été âpre, et dans un dernier relent d’énergie, son adversaire lui avait ôté la vie. Mais pas son sourire. Car celui qui mourrait en défendant Asgard était appelé par Odin dans son entourage. Il aurait le droit de porter les armes une fois de plus, et pour l’éternité se battrait dans le Walhalla. Mais de cette fable, il ne restait rien désormais, tout juste une étendue de cranes glacés, qui ne pouvaient se détacher de leur prison éternelle.

« Et pourtant, je suis là. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6831-soren-guerrier-divin-d-et
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Lun 7 Déc - 20:17

Et oui... Tu es là.

Une sentence claire, nette, sans animosité ou cruauté superflue. Une amère réalité dont il avait pleinement conscience. J'éprouvais une vague compréhension, une empathie envers cet érudit déchu. Moi qui avait vécu dans des conditions similaires aux siennes durant une bonne partie de mon adolescence, je ne pouvais que comprendre.
Et aujourd'hui, le seigneur Hadès avait fait de moi son héraut, et Odin n'avait fait qu'abandonner cet homme à un destin peu enviable.

A t'entendre, je commence à douter que la morsure du froid du Cocyte puisse un jour te rendre assez fou pou oublier ton sentiment de trahison. Je ne t'envie pas. Offrir ta vie à un dieu pour qu'il t'oublie dès ton trépas... Voilà pourquoi je sers fidèlement le souverain des enfers.

Et c'était vrai, à bien y réfléchir. Avec le seigneur Hadès, la mort devenait un quotidien, une compagne familière. La crainte n'existait plus. Et par le présent de notre immortalité, le frère de Zeus et de Poséidon récompensait ses fidèles. Nous n'avions pas besoin d'espoir futile. Car nous avions notre réalité, celles des immortels.
En silence, j'observais cet homme d'un air pensif. Maintenant que l'hypocrisie d'Odin lui était venu, peut être qu'une rédemption serait à sa portée... A lui de choisir son destin.

Tu n'as plus rien à attendre, je pense que tu l'as compris. Serais-tu prêt pour autant à renier ta fidélité envers Odin ? Sincèrement, je veux dire. Il n'est jamais simple de vouer aux gémonies un dieu qui fut vénérer durant toute une vie.

Le destin avait placé cet homme sur mon chemin. Une chance pour lui. Ou une malédiction. Ses doutes actuels iraient-ils jusqu'à lui faire cracher sur sa foi ?


Revenir en haut Aller en bas
Sören


Indépendant
avatar

Messages : 426

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
197/197  (197/197)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mar 8 Déc - 15:14

Un silence lourd, pesant, s’installa, alors que l’ancien Ase ne décrochait les yeux du juge de la Wyvern. Un courant d’air repoussa ses cheveux les faisant retomber sur l’avant de son visage, sans qu’il ne puisse évidemment employer ses mains pour les en dégager. L’éternité était longue lorsqu’on se retrouvait emmuré dans son propre corps. Et elle ne faisait que commencer…

« Ma fidélité à Odin a cessé d’exister au moment même où je me suis éveillé en ces lieux. Je n’ai que faire d’une déité qui abandonne les siens. Cependant … »

Le Norvégien se mordit la lèvre inférieure et soupesa les mots qu’il allait utiliser. Il était tout à fait capable de changer de dieu tutellaire, là n’était pas le problème. Ceci dit, cette trahison était une porte de non –retour, et le Juge des enfers le savait tout aussi bien que lui. Il n’était pas près à poser donner son âme à un autre dieu sans un minimum de garanties. La parole de cet homme suffirait… pour un temps. Il devait donc dissiper les doutes avant de pouvoir même réfléchir à cette nouvelle vocation…

« Je connais une légende. Celle des chevaliers Renégats. Elle compte l’histoire d’un homme, saint parmi les vivants, qui était un représentant d’Athéna, porteur de l’une des quatre vingt huit armures sacrées du Sanctuaire. Lors de sa mort, malgré une vie passée à défendre la veuve et l’orphelin, il se retrouva en enfers. A ma place en réalité. Au Cocyte. Une créature célestielle se présenta alors à lui, proposant un pacte proche de celui que tu m’as proposé. "Abandonne ton Dieu et devient l’un des nôtres." . Ce qu’il fit, aveuglé par l’abandon qu’il pensait avoir subi. Au final, Hadès lui-même se matérialisa et lui fit comprendre qu’il lui était impossible de faire confiance à un être ayant lui-même déjà trahi son Dieu. Et le chevalier anonyme resta toute son existence dans cet endroit. »

Lui qui d’habitude ne parlait que peu, s’était laissé emporter par cette triste légende, comme d’habitude lorsqu’il se retrouvait dans son élément, celui des comptes, des récits, de la musique et des légendes. Cependant, le cadre était posé. Il n’avait aucune envie de rester ici pour toujours, mais d’autre part, il ne pouvait concevoir qu’un personnage aussi puissant que le Sombre Monarque puisse être intéressé par le recrutement d’un homme abandonné par les siens. C’était donc à ce moment que le couperet allait tomber.

« Je ne suis pas un idiot et je sais différentier une fable avec une morale d’une réelle légende. Mais la morale est réelle. Je suis quelqu’un de foncièrement pragmatique, et ma seule question sera la suivante : Est-ce un piège, Rhadamante ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6831-soren-guerrier-divin-d-et
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mar 8 Déc - 19:49

Le rejet d'un dieu n'était pas une mince affaire, mais en l’occurrence la réponse de cet homme me parut d'emblée sincère.
Tout comme sa légitime méfiance.
La légende qu'il me conta me fit sourire. Encore un mensonge inventé par les déités faibles et leurs serviteurs zélés pour ternir encore davantage l'image de mon souverain. Je pris le temps de peser mes mots, pour éviter qu'une réponse trop hâtive ne paraisse suspecte. Je n'avais rien à cacher mais ce malheureux ne pouvait le savoir.

Les pièges sont les armes de ceux qui sont trop faibles pour obtenir ce qu'ils veulent par la force.

Mes mots retentirent clairement malgré le vent polaire qui commençait à mugir. De mes yeux, mon interlocuteurs ne lut que brutale franchise. Car je n'étais ni vaillance, ni noblesse mais férocité.

Personne, ni homme, ni dieu ne sort de ce lieu sans l'accord du seigneur Hadès. Zeus lui même en serait incapable. Voilà pourquoi ta fable ne repose que sur la méfiance et la peur qu'exerce mon souverain sur les vivants. Ton pragmatisme prouve ton intelligence. Analyse les faits avec sang-froid. La seule et unique raison pour laquelle un chevalier renégat termine son éternité ici est la trahison, non de son dieu, mais envers Hadès. Qu'un revenant se sente de nouveau proche de sa foi et son sort sera scellé.

Et c'était là pure vérité. Peu d'élus bénéficiaient d'une seconde chance. Alors si la stupidité de fouler du pied la bienveillance de mon roi s'emparait d'eux, un seul châtiment pouvait s'appliquer...

Je t'offre de devenir l'une des étoiles maléfiques des enfers. Au delà de ton trépas, tu as constaté la vacuité de ton ancienne foi. Je doute que tu seras alors tenter de retrouver un attachement envers Odin. Le seigneur Hadès lui t'offre l'espoir que ton dieu ridicule t'a dérobé en t'abandonnant.

Accepterait-il ma proposition généreuse ? Je le pensais. Les armées des morts auraient surement besoin d'un tel tempérament. Pondéré, sage, érudit et surtout profondément amer, voire avide de vengeance. Pour haïr un guerrier d'Asgard, je comprenais ce sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Sören


Indépendant
avatar

Messages : 426

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
197/197  (197/197)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mer 9 Déc - 15:14

Sören leva la vue et la décrocha, pour la première fois ou presque, de l’homme qui était face à lui. Au dessus de lui, là où aurait pu se trouver le ciel s’étendait une obscurité infinie. De-ci delà il apercevait des formes flotter, et n’était pas sur de vouloir en connaître la nature. Autour de sa position des cadavres, des cranes, des êtres dénués parfois de la parole, d’autres fois de la raison, souvent des deux. Et ce froid… Il n’avait foncièrement aucune envie de rester sur cette banquise. Dans cette banquise.

« Je n’ai jamais été un grand croyant, de toutes manières. »

Par ces quelques mots, prononcés d’une voix presque pince sans rire, il liait son âme au bon vouloir d’un dieu dont il ne savait rien, mais qui lui tendait la main, remplaçant celle de celui qui l’avait laissé choir. La poigne du dieu des Enfers serait sans aucun doute plus forte que la lascive étreinte du Père du Nord. Ce n’était pas pour autant qu’il traquerait ceux qui avaient le tort, comme lui par le passé, de vouer sa vie à Asgard. L’entreprise n’en restait pas moins charitable, à sa façon. Protéger ceux qui ne le pouvaient pas était un acte magnanime, et il concevait parfaitement que des guerriers se vouent corps et âme à cette quête. Après tout, des actes nobles ne perdaient pas de leur signification s’ils étaient réalisés pour les mauvaises raisons.

« Scellons mon sort, juge de la Wyvern. J’accepte. »

Il savait qu’en devenant l’une des cent huit étoiles maléfiques, son corps serait habité, à sa façon, par une âme. Cette dernière tenterait peu à peu de prendre sa place, mais Sören n’avait pas peur. Sa volonté étant de fer et jamais il ne cèderait sa place à qui que ce soit. Si l’étoile voulait son enveloppe, alors elle devrait se battre, et elle perdrait. Le Norvégien n’échouerait pas deux fois de suite. Il eut une pensée pour Liv, sa jumelle. Sentirait-elle qu’il revenait à la vie d’une manière ou d’une autre ? C’était probable. A sa manière, elle aussi avait toujours été liée au monde des esprits. Et tout comme sa moitié avait sans aucun doute senti qu’il s’était dissipé, elle devait comprendre qu’il revenait, d’une manière ou d’une autre, dans le monde des vivants.

Il devrait lui expliquer, et ça ne serait pas une conversation des plus simples…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6831-soren-guerrier-divin-d-et
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   Mer 9 Déc - 20:06

Cette fois, c'était définitif. L'ancien Ase venait de sceller son devenir et il ne le regretterait pas.
J’acquiesçais machinalement lorsqu'il prononça les mots que j'attendais. Un soldat de plus dans nos armées ne pouvait pas faire de mal. Un nouveau venu doté d'une telle culture pouvait vraiment apporter quelque chose et ses connaissances sur les tactiques d'Asgard seraient avantageuses.
D'un mouvement de main, allant de bas en haut, je fis naitre autour de ce rescapé une colonne de flammes qui l'extirpa des glaces éternelles du Cocyte. Le malheureux fut projeté dans les airs, avant de heurter le sol gelé avec fracas. La douleur atroce qu'il devait ressentir par le contact avec mon brasier servirait à purifier son âme, dans une sorte de rituel expiatoire.
Sans attendre, je levais ma paume de main vers le ciel désolé. Une étoile filante apparut dans le lointain avant de se rapprocher de nous à toute vitesse. Le projectile percuta de plein fouet l'ancien Ase pour mieux se fondre en lui.

Désormais, tu abrites en toi l'étoile céleste du Balrog. Elle t'a choisi. Ton âme fusionne en ce moment même avec elle. Ainsi, tu ne seras plus jamais celui que tu fus, jadis.

Dans une explosion sombre, un surplis vint se poser sur le corps du nouveau spectre, lui prodiguant force, chaleur, protection et surtout immortalité.

Je te laisse le temps nécessaire pour comprendre ce qui t'arrive. Et pour véritablement endosser ta nouvelle identité. Retrouve moi à Guidecca. Si je n'y suis pas, présentes toi à Gilles du Garuda ou à Oneiros. Je te félicite de ton choix, serviteur d'Hadès. Sois digne de cette chance unique qui t'es offerte.

Un sourire eut à peine le temps d'apparaitre sur mes lèvres que je pris mon envol d'un battement d'ailes pour retourner en mon domaine. Tout en souhaitant que cette rencontre soit aussi prometteuse qu'elle le semblait au premier abord.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre 1755] Le froid n'existe pas qu'en Asgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Cocyte-