RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

  [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Sam 21 Nov - 19:43

Nous nous observâmes quelques instants, comme deux fauves qui se jaugent. Le port altier, le visage fermé, Gilles de Rais était loin d'être n'importe qui.
Le but de cet entrainement n'était au final pas de mesurer nos capacités. Mais au delà d'une guerre d'égo, bien qu'amicale, la naissance d'une nouvelle ère se faisait corps aujourd'hui et maintenant.
Les spectres avaient vaillement combattus mais cela demeurait insuffisant. Ils devaient donc retrouver le gout de l'affrontement et plus encore, se remémorer l'essence même de notre existence.
Nous servions la mort, nous étions ses messagers. Et le monde devait également n'avoir aucun doute sur le sujet.
Fort de cet objectif, de ce rappel de notre identité, je souris à mon pair. Non pour le défier comme j'appréciais de le faire de temps en temps, mais pour l'encourager, lui démontrer mon respect. D'une main nonchalante, je propulsais sur lui une sphère enflammée qui explosa à son contact. Puis une autre, et encore une autre.
A peine cette dernière eut-elle quitter ma paume, que je me propulsais dans le dos de Gilles. Mes précédents combats, bien que fort douloureux, avaient décuplés mes réflexes et je comptais bien montrer l'étendue de mes progrès à mon compagnon de jeu. Maintenant que le pouvoir du seigneur Hadès coulait dans mes veines, j'avais découvert de nouvelles facultés.
Le poing avec lequel je ciblais Gilles de Rais laissa quelques cristaux de givre dans leur sillage. Feu et glace, Rhadamanthe et Arbhaal. Duo mortel.

Pourquoi es-tu en colère ? Notre défaite te pèse à ce point ?

Je conservais du Garuda l'image d'un homme capable d'un sang-froid à toutes épreuves. Un individu dont on avait toujours du mal à cerner les émotions. Le voir ainsi contrarié avait de quoi m'interpeler. Jusqu'à un certain point... La glace de mes coups laissa place à une explosion de flammes furieuses qui rongèrent une bonne partie du sol environnant.

Cette frustration ne te sera pas d'une grande aide pour ce combat, Garuda !
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Sam 12 Déc - 11:27



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Vaillance contre Férocité




Sa colère avait parlé pour lui, cela faisait bien longtemps que Gilles n'avait pas été guidé par elle. Si Arbhaal, la nouvelle Voix d'Hadès s'en étonnait, le questionnant à ce sujet, lui, muré dans un mutisme inquiétant, ne lui répondit pas, se contentant de prendre une profonde inspiration. Aalanna se tenait à ses côtés, avalée par l'ombre gigantesque du Garuda. La première salve ne l'atteignit même pas, les sphères rebondissant sur son sombre manteau, ses ailes qu'il fini par déployer en comprenant que la Férocité se lançait sur lui, toutes griffes dehors. S'il désirait rallumer sa flamme vaillante, le Représentant de la Mort devrait se montrer plus astucieux. Car, ainsi prit dans cet étau de rage qu'on ne lui connaissait pas, l'ancien Maréchal de France tutoyait dangereusement avec son alter-ego du passé.

Un monstre au cœur abîmé, à l'âme souillé par la noirceur, la décadence, son amour pour une femme qui avait entraîné sa chute. Il se retourna au dernier moment, lui lançant un regard lourd de sens, le visage figé dans une expression stoïque, peu naturelle.

L'impact le laissa indifférent, la dame à ses côtés eut la délicatesse d'en arrêter les feux – glacés – sans se concerter avec le Juge. Une accalmie dans leur jeu et l'homme, ce géant de ténèbres, se tourna vers cette étoile lumineuse, mais ô combien oubliée. Avec délicatesse, il captura ce joli minois entre ses doigts glacés, plongea ses yeux gris dans ceux, d'un bleu magnifique, de la dame toute de blanche vêtue. Il lui murmura.

- Ma Dame, ce n'est pas votre combat.

Les flammes les avalèrent sans pour autant les affecter. Le Livre des Psaumes apparut au dessus de leurs têtes, s'agita pour en absorber la toute puissance. Lui, se retourna avec lenteur, dans un grognement sourd, un cliquetis mélodieux. Sa paume dressée vers son adversaire, il psalmodia en latin, quelques vers tiré du Liber Sanguinis. Partout, des pentacles se formaient. La fée s'effaça, laissant là les deux combattants à leur joute.

- La colère, tout au long de ma vie a guidé mes pas, Seigneur Rhadamanthe. Elle fut une alliée précieuse, comme une garce capricieuse. Elle m'a asservie, j'étais son Bourreau. Aujourd'hui, je constate que je n'ai pas échappé à son joug, mais je la maîtrise, grâce à la Vaillance. Quant à vous, Férocité, vous n'avez point de leçons à me donner. Après tout … que savez-vous de moi ?


En une seconde, la puissance contenue dans son poing, décuplée par sa volonté, explosa, fila en un trait de flammes et glaces entremêlées, vers le Juge de la Wyvern. Lui, disparaissait déjà dans les ombres. Mais sa voix se répercuta partout, forte, implacable.

- Que vous le voulez ou non, je réduirais Asgard en cendres.


Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Lun 14 Déc - 13:20

Gilles de Rais, un individu ô combien complexe et tourmenté.
Pourquoi nourrissait-il une telle haine envers Asgard ? Excellente question dont je tenais à obtenir une réponse lors de ce duel.
Mes premiers coups, dignes d'un vulgaire échauffement ne firent pas grand mal à mon adversaire. Toutefois, son attitude avait de quoi m'interpeller. Pour être moi même un homme parfois dominée par cette exigeante maitresse qu'était la colère, je comprenais son émoi. Bien que cela ne suffise pas à accepter de se faire frapper sans riposter.
Comme lors de notre combat précédent, Gilles usa de son grimoire pour me cerner de figures étranges. Il enchaina alors avec une disparition précédée par un envoi de traits de glace et de feu. De qui se moquait-il ?!
Le Garuda avait-il l'audace de mettre en parallèle ma maitrise de ces deux éléments avec la sienne ? J'en restais pantois.
Par réflexe, les flammes de mon sang jaillirent pour créer une aura imperméable qui absorba pour sen nourrir les projectiles de Gilles. Cette défense instinctive me laissa assez de latitude pour observer les alentours à la recherche de mon astucieux adversaire. Ma voix s'éleva alors assez fort pour que je sois certain qu'il puise l'entendre.

Tu as raison, Garuda. Je n'ai pas de leçon à te donner... Mais uniquement des ordres ! Approches toi des frontières d'Asgard sans mon aval, et ta déchéance sera assurée, tu peux me croire...

Une ombre parmi les ombres, que voilà un stratagème bien pensé. Toutefois, au grands maux les grands remèdes. D'un main nonchalante, levée vers le plafond, je propulsais en toutes directions pléthore de sphères de feu qui, comme une multitude de soleils funestes, balayèrent la moindre parcelle d'ombre dans notre zone de combat. Mais même sans cet effet, j'aurais repéré la fureur de Gilles.
D'un battement d'ailes, je fus sur lui. Mon poing heurta sa mâchoire et l'envol de la Wyvern dans toute sa furie me permit d'enchainer assez de coups pour briser une montagne. Qu'il sorte donc son ouvrage protecteur et je le réduirais en cendres !

Je peux te traiter en ami comme jadis, ou comme un molosse furieux incapable de se maitriser et qui ne mérite que d'obtenir aux ordres de son maitre ! Que préfères-tu Gilles ?!

Un coup d'aile propulsa une onde de flammes qui carbonisa des mètres e dalles, avec pour épicentre mon adversaire. Je posais alors pied à terre, l'oeil sévère.

Je ne te laisserais pas agir selon ton bon vouloir. Ta vengeance attendra mais elle sera satisfaite, je te le promets. Nous disposons de l'éternité, Garuda. Cette chance vise à éviter que nous mettions en péril les désirs et les stratégies du seigneur Hadès par os turpitudes personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Mar 15 Déc - 11:07



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Vaillance contre Férocité




- Vous voulez asseoir votre autorité n'est-ce pas ? Prêtez donc une oreille attentive ! J'ai moi-même servi un Monarque autrefois, qui, menacé, s'est essayé à gouverner avec justesse, en usant d'une belle icône à la bannière de lys blanche …

Sous cette pluie diluvienne de feu le Garuda ne cilla pas une fois dévoilé. Il se laissa happer par la fureur de la Wyvern, dans cette parfaite immobilité, bras croisés, sa taille gigantesque défiant toute démesure. Il continuait de parler, mais ses lèvres ne bougeaient pas au rythme de ses mots. Un bien étrange stratagème. Il lui montra en pensée les quelques images de ce Roi odieux qu'il avait servit autrefois, il y a des siècles de cela, et surtout, comment il avait abandonné la Pucelle d'Orléans, l'ingrat, acte intolérable qui l'avait fait sombrer. Sa colère s'éveiller appelant à elle la noirceur qui couvait dans son cœur.

Ô on lui avait ordonné bien des choses. Des choses glorieuse, comme cette fois où il avait apporté la Sainte huile pour faire couronné Charles, et des choses terribles aux heures les plus sombres de la guerre. Non, il ne serait plus un chien.

- Je suis votre égal, je ne suis plus ce Bourreau asservi qui exécute vos sentences, je suis la Vaillance ! Et l'affront que l'on me fit … je le lèverai dans le sang et les larmes, leurs neiges éternelles se teinteront de rouge et eux, ne pourront rien contre moi ! J'ai une arme à ma disposition, me croyez-vous fou, à ce point aveuglé ? Non, je ne ferais jamais plus une telle erreur ! Ils ont quelque chose qui m'appartient, je la déroberai !

Soudain, cette chose faite de chair et de cosmos explosa à la figure de Rhadamanthe. Le corps qu'il malmenait depuis tantôt n'était qu'un homonculus. Une habilité acquise durement, au prix de la vie de son ami Nicolas Flamel qui reposait dans le cœur d'un arbre au Sanctuaire … Son ombre immense s'étala sur les dallages, avala la silhouette d'Arbhaal.

- Ne vous moquez pas de moi, Rhadamanthe ! Vous avez tant de fois vous même mit en péril les « désirs et stratégies du Seigneur Hadès » ! Vous n'êtes pas bien placé pour me juger. Vous ne le pourrez probablement jamais. Votre cœur brûle, comme le mien à si longtemps brûlé par la perte de ma bien-aimée aujourd'hui retrouvée … mais à quel prix. Ô croyez moi … il a été bien trop élevé. Non !

Il rugissait en s'élançant, sa lame, Mort, sortie qui brillait d'un éclat irréel.

- Je ne recevrais aucuns ordres de vous tant que vous ne m'aurez pas prouvé que votre cœur n'es plus soumis à cette femme ! Ou bien agissez ! Si vous la voulez à ce point, dérobez-la à ce monde, mettez fin à ses souffrances !


Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Mar 15 Déc - 13:02

A force de vivre sans craindre les limites de la mort, en venait-on forcément à devoir se remémorer sans cesse les regrets et égarements du passé comme Gilles de Rais ?
En toute franchise, j'espérais échapper à ce fardeau. Tout humain, mortel ou non, commet des erreurs car nul n'est parfait. Lorsqu'on part de cette base, on parvient à prendre un certain recul. Le Garuda en était incapable. Cela n'enlevait rien à l'estime que je lui portais, mais je me devais de réagir pour que son affliction morale ne se transforme pas en esprit de rébellion.
La lame mortelle de l'ancien bourreau fut stoppée par ma poigne. Je ne m souciais pas un instant du filet de sang qui coula le long de mon poignet, l'enjeu était ailleurs. Tel un bloc de glace, ou de fer, je demeurais figé, mon regard dévorant ma cible de toute sa fureur. Stopper cet lame à main nue n'était pas un mince exploit, mais en tant que Héraut du seigneur Hadès, je n'avais plus à m'en étonner.

Tu te trompes sur un point, mon ami. Je n'ai RIEN à te prouver. Le seigneur Hadès, ton souverain autant que le mien, m'a choisi comme son porte parole ! Cela devrait et devra te suffire !

L'outrecuidance du Garuda me laissait pantois et je refusais de cautionner u tel comportement. Plus maintenant. Plus après cette guerre sainte traumatisante. D'un coup brutal, je repoussais l'épée vers le sol pour me jeter sur Gilles. Son gabarit me permettait de frapper sur une surface large et je ne m'en privais pas. Un rayon de flammes infernales, capables de brûler la terre même, jaillit de mes mains tendues et je larguais sur mon adversaire toute ma furie. Toutefois, Gilles avait raison sur un point et même mon orgueil ne saurait masquer cette vérité douloureuse.

Néanmoins, j'admets que ma patience coupable a de quoi te heurter, au vu de ton passé. Ne t'y trompes pas, le temps des compromis tièdes est révolue. Ma bien-aime continue de souffrir malgré sa liberté durement acquise. C'est un fait. J'ai été trop lâche pour lui accorder la délivrance qu'elle priait de ses voeux... Je ne commettrais plus une telle erreur.

Et c'était là pure vérité. Satine, la mort serait-elle ta seule issue ? Ton seul accès vers le bonheur ?

Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Mar 15 Déc - 13:53



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Vaillance contre Férocité




- En fin de compte, ta belle n'a t-elle jamais cessé de rêver d'éternité ?

Profitant de la proximité, le chevalier lui avait glissé ces mots, conscient de l'impact qu'ils produiraient. Cette femme ne ressemblait pas à sa Jeanne d'Arc, mais, de ce qu'il en avait comprit, elle avait toujours tutoyé des forces qui la dépassait et la dépasserait encore. Mais toutes deux possédaient en elles une foi inébranlable. L'une à un Dieu salvateur, libérateur, quand la seconde aspirait à la salvation, à une liberté sans limite. Qui mieux que le Sombre Monarque, saurait répondre à ses attentes ? Pourquoi Arbhaal avait-il hésité si longtemps à lui offrir ce présent ? Il ne comprenait pas. Mais son ardeur s'était éteinte, sa colère dissipée, en témoigne le tutoiement dans ses paroles. Ils ne devaient pas se combattre de la sorte. Gilles de Rais ne saurait perpétuer de nouveaux éclats tel que l'assassinat de l'ancien Garuda, Faust.

Il avait raison. Si Hadès l'avait choisit pour endosser ce nouveau rôle, c'est qu'il devait en être digne. Ou du moins avait-il vu quelque chose en lui qui avait fait tourner son regard vers ce pauvre hère. Ses victoires ? Sa force ? Ou était-ce l'amour ô combien inconditionnel qu'il vouait à une ennemie de leur foi et que le Sombre Monarque voulait brider sous son joug ? Sans doute était-ce ce dernier point ou tout en même temps.

Alors que le Garuda raffermissait sa poigne, laissant le sang de sa victime s'écouler à ses pieds, il se permit un sourire, franc et sincère. Honnête. Il fit un pas en arrière pour le libérer, l'observer à loisir alors qu'il se remettait en position de garde. Son livre flottant dans son dos au rythme des pages qui se tournaient inlassablement …

Résonnait le nom de Satine, Satine, pour une éternité au cœur de ces prunelles d'ambres.

- Bien, ma lame est tienne, je combattrais à tes côtés, mais permets moi de tenir conseil quand mon cœur le clamera. Nous devrons œuvrer comme un seul homme et ne pas commettre les mêmes erreurs que nos prédécesseur. Mais reprenons ! En garde ! J'attends ton attaque, Wyvern.

Sous ses pieds, partout sur le sol et sur les mur, des lettres de sang s'entrelaçaient : NQM … quelle nouvelle magie Gilles de Rais allait-il utiliser ? Quelle défense érigerait-il contre la fureur de Rhadamanthe ? Celle qui l'avait fait monter si haut. Qu'il prenne garde ! La chute pouvait être fatale. Même pour un être d'éternité.

Que résonnent maintenant leurs chants ! Vaillance contre Férocité !


Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Sam 19 Déc - 10:56

Le problème au fond était loin d'être si simpliste...
Satine, devait-elle embrasser l'éternité pour trouver enfin le bonheur auquel elle aspirait tant ? Pendant longtemps, cette idée m'avait fait frémir. Mais les épreuves avaient bel et bien finies par me convaincre. Pourquoi n'avais-je pas réussi à lui offrir ce présent ? Moi même je n'en savais rien au final.
Revenu à un semblant de raison, le juge du Garuda me prêta sa lame contre la certitude que je ne refuse pas ses conseils. Une évidence pour tout leader un tant soit peu logique.

Je n'ai jamais chercher à te reléguer au second plan, mon ami, mais à calmer ta colère. Tes conseils seront avisés, je n'en doute pas et je compte sur toi pour m'en faire profiter. Maintenant que ceci est clair, il est temps de mettre un terme à cet entrainement !

Une explosion de cosmos naquit de mon corps pour faire trembler le sol. Mon aura de flammes et de glace s'intensifia pour ne laisser nul doute sur mes intentions. Je ne sous-estimais pas les tours de passe-passe de Gilles mais il lui faudrait plus que de la magie pour contrer cet assaut. Lettres de sang ou non, je comptais bien tout balayer.
Le Garuda avait déjà subit la morsure de ma Greatest Caution lors de notre précédent entrainement. Et il y avait survécu, non sans dommages. Mais aujourd'hui je n'étais plus le même. Voyons si les talents de magicien de Gilles seront à la hauteur du hurlement du dragon.
Je tendis mes mains en coupe dans sa direction, sans me presser.

Fais moi plaisir, Gilles. Ne succombes pas. Cela nous ferait perdre du temps de devoir te ressusciter dans un nouveau corps. GREATEST CAUTION !


Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Lun 21 Déc - 14:51



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Vaillance contre Férocité




Une barrière dressée par Oneiros attira l'attention de la Vaillance jusqu'ici trop absorbé par cet échange avec la Wyvern pour le remarquer. Prit dans le feu de l'action, le Seigneur de Rais s'inclina légèrement devant l'Oneiroi pour signifier son respect et la gratitude de n'avoir exposé le lieu qu'ils avaient choisi pour ce duel trop sévèrement à leurs vindictes respectives. La voix grave du nouveau représentant d'Hadès le fit revenir au moment présent. Cette joute n'était pas terminée, loin de là. Il escomptait bien lui prouver qu'il pouvait se montrer bien plus résistant qu'il l'avait laissé entrevoir lors de leur dernier entraînement. Il savait qu'il ne ferait pas grand cas de ses tours de passe-passe. Au contraire, il allait lui montrer un tout autre aspect de lui. Du combattant qu'il fut autrefois. Le géant brandit Porte-Mort droit devant lui, prêt à cueillir la fameuse attaque de son adversaire. Ce dernier l'exhortait à ne pas mourir.

Il n'avait jamais vraiment connu ce désagrément. Et ne comptait pas le connaître avant un long moment. Une unique fois, quand il avait basculé, appelé par la Déesse Perséphone, Gilles avait senti les bras de la Mort l'enlacer. Cette froideur, cette chaleur qui se mêlaient … oui, il reconnaissait la signature cosmique du Sombre Monarque qui parlait au travers Arbhaal. Son élu devra braver bien des supplices en portant sur ses épaules l'armée des Non-Morts.

Les pentacles brillèrent de mille feux au contact des deux cosmos qui se faisaient face. Les étoiles rugissaient et dans un hurlement de défi, le Seigneur de Rais laissa la vague du Dragon se ruer sur lui, furieux, faisant naître un faisceau de lumière qui les enveloppa. Les tremblements de terre s'intensifièrent bien que contenus par la force du Dieu des Rêves, autrement, le choc aurait été bien plus violent que ça. Quelques secondes plus tard, la gigantesque silhouette de l'ancien Bourreau fut perceptible. Toujours debout, il avait encaissé non sans mal, non sans récolter quelques fissures sur sa Surplis. Arbhaal n'avait pas retenu ses coups, lui, avait fait montrer d'une volonté à toute épreuve. D'ailleurs, il ne lui laissa pas le temps de répliquer quoi que ce soit que Gilles s'était téléporté dans son angle mort -jamais dans le dos, c'était de son point de vue peu digne d'un chevalier- pour le faucher de sa lame bâtarde.

En même temps qu'il distribuait des coups de plus en plus véloces, les « NQM » se changèrent en flèches de sang qui n'eurent de cesse de pleuvoir sur l'homme aux yeux d'ambre. Attaqué de partout à la fois, fatigué de ses précédents combats, Arbhaal ne pourrait sans doute pas tenir le coup face à un Garuda au meilleur de sa forme.

Derrière le géant, le livre crépitait d'une drôle et angoissante magie et, penchée sur ses feuilles, la silhouette angélique d'Aalanna se faisait présence rassurante entre toute cette noirceur.



Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Mar 22 Déc - 11:52

Ainsi Oneiros avait pris l'initiative de veiller à la bonne tenue de notre entrainement ? Bien. Je devais reconnaitre au dieu des rêves une tendance à toujours intervenir à bon escient. Je pouvais donc mettre de coté mes éventuelles inquiétudes concernant notre environnement, sacré au demeurant.
Gilles résista relativement bien à mon assaut, ce qui au fond ne m'étonna guère. Le Garuda n'avait pas été nommer à ce poste par hasard, et ses talents autant martiaux qu'alchimiques demeuraient dangereux pour le néophyte trop sûr de lui. Ce qui n'était pas mon cas.
La riposte de mon adversaire fut à la mesure de mon assaut initial et je ne pus que rester en posture défensive durant tout le déchainement de sa furie. Avec deux guerriers de notre trempe et un stratège comme Oneiros, les armées des enfers seraient assurément bien menées.
Au moment où Gilles allait porter un coup décisif, je parvins à mettre assez de coté la douleur pour bondir hors de sa portée. La situation était limpide. Après mon combat face à Eren et Kappa, je n'étais pas au mieux de ma forme et poursuivre ce duel risquait de me couter cher. Toutefois, j'avais désormais une vision plus limpide du niveau actuel du Garuda, et même si je demeurais plus aguerri, il savait amplement se défendre.

Il suffit.

La main levée en signe d'apaisement, j'adressais un sourire franc à mon adversaire. Nous avions tout deux donnés le meilleur de nous même et cet entrainement n'avait donc plus de raison d'être. Je m'approchais de Gilles pour lui serrer la main, heureux de cet échange par les armes.

Le moment venu, tu pourras user de tes talents et de ta fougue contre les guerriers d'Asgard qui se sont attirés ton ire. Mais en attendant, Nous devons rassembler nos forces et veiller à ce que nul ne vienne interférer avec notre vindicte. Je ne tiens pas à me retrouver de nouveau face à trois camps unis face à nous.

Le besoin de cohésion s'imposait comme essentiel au vu de notre récente défaite, et Gilles se devait d'y travailler autant que moi. Je lui transmis ce message silencieux par le regard. Les spectres autour de nous gardaient leurs yeux rivaient dans notre direction, et nous devions les guider du mieux possible. Sans le Garuda à mes cotés, cette mission serait un échec. Ce fut donc le coeur un peu plus léger que je me détournais pour rejoindre les autres sujets du seigneur Hadès pour réfléchir aux actes futurs de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   Mar 22 Déc - 18:07



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Vaillance contre Férocité



Leur joute s'acheva dans une poignée de main fraternelle et sincère. Par ce contact, les derniers soubresauts de colère qui pouvait bien animer l'ancien Maréchal de France moururent. Il disait vrai. Ne disait-on d'ailleurs pas que la vengeance était un plat qui se mange froid ? En reprenant son souffle, Gilles acquiesça aux propos de son homologue tandis qu'il se détournait déjà de lui pour revenir vers les autres. Un moment, ses pensées s'envolèrent dans tous les sens. Il lui fallait se recentrer. Encore, le Garuda avait perdu plus qu'il n'avait gagné et il était bien las de ces caprices du Destin. Seulement, il n'était pas de ceux à s'apitoyer sur son sort : un Destin se forgeait dans la sueur, les larmes et le sang.

Fort de cette pensée qui l'enorgueillit, l'alchimiste tourna les talons, d'une pensée laissa sa Surplis le quitter pour rejoindre sa demeure. Lui retrouvait la chaleur rassurante de l'obscurité, accompagné par sa lumière, cet ange ressuscité. Ils avaient fort à faire, comme retrouver Eilaine confiée sous bonne garde au porteur d'Excalibur. Des projets personnels, qu'il devait mener à bien avant de penser à quoique ce soit d'autre. Retrouver cette parcelle de lumière pourrait bien servir la cause des Enfers.

Car l'Hiver avait que trop longtemps duré. Perséphone devait revenir.

Callan s'était trop longtemps perdue pour qu'il puisse ignorer davantage ses appels. Gilles n'avait qu'une parole et son devoir importait plus que tout le reste. En silence il adressa une prière au Dieu Oneiros. Puisse ses rêves de retrouver ce qui était égaré, devenir réalité.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Entraînement - Fin septembre 1755] Férocité contre Vaillance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Giudecca-