RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 12 Oct - 12:25

[HRP : Ce post débute immédiatement après celui de Pséma. L'ancienne dame d'Asgard revient après des années sous le nom d'Alrun]

Le silence, un silence pesant, effroyable en son intensité s'était soudain abattu sur ce qui autrefois encore était "les glorieuses terres d'Asgard". Le désastre était à la hauteur de la folie de l'homme qui avait osé s'adresser à son esprit. Chose que jamais, elle ne pourrait pardonner.

Jamais un tel crime ne pourrait être pardonné... Mots qui tournaient en continu en ses pensées telle une chanson maudite. Un air qui lui permettait de tenir le coup face à ce que ses sens lui présentaient.

En effet, où que se portât son regard, le Septentrion qu'elle avait tant aimé n'était plus que meurtrissures indélébiles creusées à même la roche, plaies ouvertes sur un fond calciné laissant des gorges aussi profondes que rougeoyantes. Du sol où la neige n'était plus qu'un souvenir en voie de disparition montaient un air aussi suffocant que nauséabond. La chair, les chairs brûlées ou pourrissantes étaient si nombreuses que la terre semblaient peuplées de cadavres sous un ciel chargé de cendres, croulant sous des nuages si opaques que la nuit semblait être tombée en plein jour.

Le crépuscule d'Asgard...

Mais il n'était pas l'oeuvre des dieux. C'était l'exploit de la folie et la bassesse typiquement humaines.

Passant un instant la main sur son visage au teint demeuré si pur malgré l'affût de crasse permanent, la jeune femme demeura encore quelques instants au sommet du promontoire surplombant le gouffre qui avait remplacé l'ancien palais de la prêtresse du grand Odin. A sa main, un museau vint soudain s'appuyer, quémandant un peu d'attention.

- Oui, Amour, je sais. Toi et ta sœur sentez que la vie n'est pas totalement flétrie. Que notre ultime refuge ne s'est pas totalement effondré.

Loin de l'épicentre du drame s'élevait en effet cette terre qui avait vu la naissance puis le retour de la tigresse immaculée. Il était loin le temps où elle s'était retirée sans espoir de retour. Les causes en avaient été effacées avec la mort d'Asgard. Cela n'avait plus de sens à présent. Ne comptaient que les vies qu'elle espérait y retrouver.

- Amour, Tendresse...

Appela-t-elle alors les deux tigres blancs avant de replacer le manteau de plumes sur ses épaules, cachant l'éclat du collier entourant son cou si gracile.

- Il est temps pour nous de reprendre place en ce monde. Asgard est redevenu une fournaise originelle qui mettra des années voire des siècles à revivre mais si les hommes n'ont pas oublié les paroles de la Ménestrelle alors il reste un espoir de retrouver une flamme de vie en son ancien fief. A nous de mener notre route et sauver ce qui peut l'être. Ensuite...

La glace se formant en sa main éclata aussitôt sous le poids de la colère. Asgard avait fini par sombrer et en leur temps, les guerriers l'avaient rejetée, refusant la puissance divine qu'elle leur offrait. Le temps de régler les comptes viendrait bien assez tôt. Pour l'heure ne comptait que l'étincelle de vie qui portait en elle tout l'espoir d'un peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 12 Oct - 17:02


Le combat contre Garett et Chris s'éternisait. Yül devait bien reconnaître à son détesté supérieur une ténacité et une pugnacité exemplaires. Même si c'était le Loup qui avait entamé leur endurance, Eren parvenait à les tenir tous deux à distance, tandis que lui regardait depuis le sol, exténué.

Soudain, un cosmos sans pareil envahit la vallée, puis le ciel, et enfin toute l'atmosphère autour : cela venait de la statue d'Odin. Yül se maudit d'avoir tant tardé contre les Saints, car à présent les spectres incendiaient tout, et cette nouvelle énergie n'augurait rien de bon.

Une voix cingla dans l'air, malveillante, oppressante. Une puissance formidable. Et en un instant le chaos.

***GAMIN ! A COUVERT !***

Jamais Yül n'entendit pareil écho dans ses pensées. Fenrir sentit visiblement quelque chose qui le dépassait, son inquiétude lui fit craindre le pire. Et en même temps sa colère... Sans poser de questions, l'Epsilon rassembla ses forces pour rouler à l'abri des racines d'un arbre, creusa sommairement et s'engouffra dans un terrier à l'abandon. Peu importait qu'on le traitât de lâche après cela, le Père des Loups devait avoir ses raisons. Et quelles raisons !

Un véritable cataclysme s'abattit sur tout le territoire d'Asgard. Les arbres, les roches, la neige et la glace furent balayés en un instant, le vacarme emplissait l'espace, quelques secondes aux airs de fin du monde.

Le jeune homme laissa tout contrôle à Fenrir, épuisé et choqué qu'il était. Une chaleur épouvantable l'empêchait de respirer correctement, il ne comprenait plus rien. Des décombres de toutes natures l'avaient enseveli et une douleur fulgurante transperçait ses membres, pire encore qu'après sa descente du Sanctuaire. Comment les spectres pouvaient-ils accomplir ce genre de choses ?

***Repose-toi. Je nous sors de là.***

Yül perdait déjà connaissance. Aussi le Destructeur d'Asgard agit sans perdre de temps. D'entre les restes de ce qui fut autrefois une forêt, émergea la truffe géante, puis le corps tout aussi imposant de l'immense Fenrir. Il sentit sur ses pattes la morsure brûlante des roches portées à incandescence, cumulée aux blessures déjà graves de son protégé. Heureusement, son pouvoir naturel permettait à ses coussinets de demeurer à peu près insensibles. Son regard doré porta sur le paysage dévasté autour de lui : la vallée ressemblait à un volcan après une éruption, avec sa lave et son nuage de poussière, ses cendres, son silence.

Loin de faire demi-tour, la créature mythologique avança, monta. Il fallait qu'il en ait le cœur net. Sans plus d'obstacles à franchir, l'ascension fut rapide. Trop rapide même. Il parvint sur le lieu supposé de la statue d'Odin et ne trouva rien. Même plus les dalles du palais. Même plus le pont menant jusqu'à son autel. Plus rien.

Alors un sentiment de rage et de frustration gonfla dans sa poitrine, un grondement. Sa fierté, son devoir, son but, sa vengeance. Il n'y avait plus rien. Alors il leva la gueule vers le ciel, et un rugissement comme jamais il n'en avait poussé éclata, audible à des kilomètres à la ronde :

"ODIIIIIN ! TA VIE EST A MOIII !!!"

L'onde de choc fut si terrible que le reste des montagnes en trembla pendant quelques secondes. Il ne restait plus rien, plus rien !

Ni spectres, ni Asgard, ni saphirs -hormis celui qui trônait à la ceinture de Yül-, ni Saints, ni Eren, ni paysage. Rien que des cendres et du feu. Le volcan de Bêta suintait la lave, réveillé dans la foulée par le choc, et pourtant muselé et éclaté avec lui.

Alors le Grand Loup se coucha, au sommet de ces ruines. Si quelqu'un survivait, il viendrait sûrement là. D'ici on pouvait tout voir encore. Attendre qu'un survivant se montrât...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Dim 23 Oct - 12:50

[HRP : désolée pour le retard, j'attendais de voir si d'autres viendraient]

La cendre devenait de plus en plus dense à mesure qu'elle approchait des anciennes pentes de ce qui quelques instants encore auparavant était le plus brûlant de tous les sommets d'Asgard. Hésitant à enfoncer leurs pattes dans une boue de plus en plus visqueuse, les deux fauves rechignaient à avancer davantage. Se penchant avec douceur sur eux, Alrun - Puisque tel serait à présent son prénom -, se saisit des étoffes qu'elle avait gardées sur elle. Puis, d'un geste rapide, elle enveloppa les pattes de ses compagnons de chaussons renforcés d'un voile de cosmos aussi puissant que chaleureux. Ainsi protégés, les deux tigres pourraient poursuivre sans risque de blessures. Le trio était d'ailleurs sur le point de se remettre en route lorsqu'un grondement énorme se fit entendre au loin. C'était si puissant que la magnifique blonde ne put retenir un cri de douleur tout en baissant la tête instinctivement.

- Aaaaaaaaaaahhhhhh !!!

Crispées à lui en faire mal, ses mains mirent un certain temps avant de se détendre et de quitter la tête de la jeune femme, emportant quelques brins de cheveux avec elles. Massant avec lenteur son crâne, la blonde féline se tourna aussitôt vers ses deux félins qui gémissaient encore sous le coup de cet appel dément. A croire qu'Asgard n'avait pas encore assez souffert pour qu'on en rajoute.

D'un geste tendre, elle caressa les deux têtes massives, encourageant ses deux compagnons à reprendre la route.

- Amour, Tendresse...

Les deux paires d'yeux brillants sous la pauvre lumière d'Asgard, s'ouvrirent tout grands, avant que deux coups de tête ne viennent buter contre elle en un mouvement aussi amical que doux.

- Maintenant que cela est fini, que diriez-vous de faire un petit crochet vers l'origine de ce cri ? Qu'on sache au moins si celui qui l'a lancé ne s'est pas laissé glisser vers les affres de la folie.

~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~

Rebrousser chemin, replacer ses pieds dans les pas qu'elle avait laissés en quittant les lieux. Cela s'avéra bien plus pénible qu'elle ne l'aurait cru de premier abord. Monté sur le dos du gigantesque tigre blanc, Alrun ne pouvait que contempler encore et encore l'état cauchemardesque dans lequel se trouvait le Royaume du Grand Nord.

Retenant les sentiments qui la traversaient à l'en faire souffrir, la dame finit par arriver sur ce qui semblait être l'épicentre de la dernière secousse.

- Un loup ?

A cette vision, celle de Samiel lui revint. Le loup d'Asgard n'avait jamais abandonné même au cœur des guerres entre le dieux. Même au plus profond des Enfers, il avait résisté. C'était si loin maintenant, si loin. Un autre loup avait pris la place du guerrier divin de son époque. Tout cela, n'était plus que souvenir tout comme le Royaume du divin borgne au grand complet.

- Amour, fais attention, descend lentement...

Suivant ses demandes, le fauve rayé d'onyx et de neige descendit sans glisser une seule fois sur un tas de nature inconnue. Puis, arrivant à quelques pas du Loup, le fauve s'immobilisa, d'un pas parfaitement synchrone avant celui de Tendresse.

- Est-ce que tu veux ? Est-ce cela la volonté du grand loup ? Rester coucher sur le sol alors que la vie est encore là, en toi.

Puis embrasant son cosmos, elle l'enveloppa avec une douceur et une chaleur certaines.

- Ecoute-moi, Loup. Si toi, tu n'as pas la force de te lever malgré toute la puissance que te donne ton cosmos, comment le commun des mortels pourrait-il le faire ? Ce n'est pas à eux de venir vers toi mais à toi d'aller à eux.

J'ai pour espoir de rejoindre ceux qui s'étaient placés sous la protection de la Ménestrelle à la limite extrême du royaume. Si la dame a tenu, le village a eu toutes ses chances.


Puis, descendant de l'échine puissante d'Amour, Alrun s'avança du Loup, enveloppée de sa cape de plumes.

- Si tu es le Loup, alors agis en loup, lève-toi et avance. Tant que tu en auras la force avance, c'est à toi d'aller vers eux. Pas à eux de risquer le peu de vie qu'il leur reste pour aller à toi.

Debout...


Sur ces derniers mots, elle lui tendit la main, les deux tigres l'entourant pour la préserver.
Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Lun 24 Oct - 13:43

Un long moment passa, pendant lequel personne ne vint. Fenrir observait les alentours et ne voyait rien d'autre que des nappes résiduelles de fumée opaques. La terre gémissait, le vent portait sa douleur à ses oreilles lupines. Et puis quelques gravats roulèrent sur le sol, attirant son ouïe, puis des silhouettes approchèrent. Qui était-ce ? Qui survivait encore ?

Au grand désarroi du Père des loups, nul porteur d'armure divine. Non les camarades de Yül ne répondaient à l'appel. A leur place, une femme inconnue accompagnée de deux félins probablement originaires de terres lointaines. Elle lui parla comme si elle possédait une quelconque autorité sur lui, ce qui l'irrita immédiatement. Ne devinait-elle pas le nom de son interlocuteur ? Il n'y avait pourtant qu'un seul loup dont le dos s'élevait aussi haut que les plus hauts temples, dont le rugissement parcourait des territoires entiers et dont le corps dégageait ce constant courant glacé, au point de geler tout ce qui se trouvait sous ses pattes et en contact avec son corps.

"Qui ose s'adresser en ces termes à Fenrir ?"

Même couvert de blessures du bout de la queue jusqu'à la truffe, ses plaies gelées par son pouvoir, il demeurait celui qui déclencherait Ragnarök, et elle ne mesurait pas plus de la taille de son "pied" griffu. Une simple pichenette de sa part l'enverrait, elle ainsi que ses tigres, s'écraser sur la roche et rejoindre tous les morts d'Asgard. Toutefois, trop de sang avait coulé pour en arriver si vite à cet extrême.

Fier, le loup géant se leva et toisa la petite créature de toute son envergure, ses babines se retroussant sur ses crocs en un sourire féroce, vengeur.

"J'attends ici ceux qui servent Odin, les guerriers divins choisis en cette ère pour représenter chacun de nous au Ragnarök. Un homme a réussi à s'emparer de Balmung sans posséder les sept saphirs des guerriers divins, et cela me rend furieux. Alors, qui, en ce moment particulièrement pénible, m'ordonne de me lever ? Parle, mortelle. Et qui est cette Ménestrelle dont tu parles ? Il n'existe nul Homme en ces lieux capable de protéger un village de l'attaque qui vient d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mar 25 Oct - 13:46

Sous la triste lumière de Sol, les choses prirent soudain un tour des plus extravagants. De quoi se faire pencher davantage encore les Valkyries sur la rencontre extraordinaire qui s'annonçait porteuse de tant d'espoir et de revanche sur le misérable qui venait de faucher sans le moindre remord tant de vies. Une conversation qui pouvait aussi s'avérer plus qu'explosive. Rien que le souffle et la voix tonitruante du Loup suffisaient à mettre en alerte.

Plongée dans une pénombre rendue plus dense encore, Alrun demeurait quelque peu muette. Son magnifique regard bleu-émeraude ne se détournant pas un instant de ce mâle gigantesque qui la toisait avec fureur.

Si la blonde nordique avait espéré secouer quelque peu les puces à ce malheureux en passe de déprimer, le résultat avait dépassé de très loin ses espérances. Grondant à leurs tours, les tigres n'avaient d'ailleurs pas la moindre intention de laisser le premier chien venu s'en prendre à celle qu'ils escortaient depuis l'aube de leur temps.

Félins et Canins...

Toujours impassible, elle n'avait pas laissé la moindre de ses pensées lui échapper. Se remémorant tout simplement un fait, un simple fait qui avait mené sa précédente vie en ces mêmes terres.

Les Loups sont à Odin, les Chats à Freyja...

Puis, levant les paumes vers le prédateur, elle glissa enfin.

- Ces mains ont tenu Balmung et ces mâchoires ont serré le trident du grand Poséidon en personne, Fenrir.

Son regard avait désigné Amour, l'immense tigre blanc feula avec puissance, appuyant les dires de son amie.

- Qui je suis ? Je suis l'ancienne dame d'Asgard comme le prouve la présence des deux tigres mais aussi la flamme figée autour de mon cou. L'ancienne porteuse de l'une de ces fameuses God Robe que tu espères tant voir surgir mais qui ne viendra pas. Aucun d'eux ne viendra.

Puis, faisant se lever son cosmos, elle le fit sentir au prédateur. La flamme qui était la sienne portait autant de puissance glacée propre aux Zeta que de chaleur liée à la magie de la dame.

- Eux sont morts sans espoir de retour mais moi, je suis là. Après des années passées entre la vie et la mort à remettre mon corps en état loin de ces terres que je n'ai eu de cesse de protéger de par le passé, je suis là. Mon ancien prénom signifiait "bouclier brun". Une protectrice dont les ultimes gestes avant son crépuscule ont été de remettre aux hommes et femmes d'Asgard la clé vers l'ultime bastion de Vanadis Freyja. Le village de la Ménestrelle se situe à la limite des frontières, à la croisée des routes menant sous terre, quasi hors d'Asgard. C'est là sa chance en plus des défenses remontant à la nuit des temps. Si le peuple a eu le temps de s'enfoncer dans le cœur ancien, la chair même des montagnes l'aura préservé.

Telle est sa chance en plus de celle d'être totalement inconnu de Pséma. Comment frapper ce qu'on ne sait même pas exister. Hors d'Asgard mais lié à lui. Le don des Vanes aux Ases...


Des mots lancés avec une voix qui prenait de l'ampleur. Alrun en avait déjà trop vu lors des précédentes guerres pour se laisser impressionner. Et puis, elle avait plus urgent à faire. D'un seul geste lent, elle remit de l'ordre dans son manteau de plumes avant de demander au plus grand des deux tigres de la laisser monter.

- Sache que me réveiller au terme d'un long combat contre la maladie et la mort pour découvrir cela ne m'enchante pas plus que toi. Mon cœur saigne pour Asgard mais un jour viendra où la terre et la vie reprendront leurs droits. Un jour où les héritiers des ultimes survivants reviendront en ce sol qui est le leur. L'avenir n'est pas anéanti. Asgard peut renaître dans un siècle ou autre...

La course du temps le confirmera mais cela ne se fera que si nous sauvons les derniers survivants en cette époque.


Puis, faisant comprendre d'un geste à Amour et Tendresse que le temps était venu de repartir, elle acheva.

- Libre à toi d'attendre indéfiniment des guerriers partis depuis longtemps ou de reprendre vie et assurer autant ta vengeance sur ce Pséma que sauver l'avenir de ce qui fut notre Royaume. La décision n'est qu'à toi, Fenrir. Qui suis-je pour te brusquer et t'abandonner...

En ces termes, Alrun mit un terme à cet échange. Elle savait ne pouvoir rien ordonner au loup. Elle espérait juste que ses mots le pousseraient à surpasser une réalité contre laquelle plus personne ne pouvait rien faire. Pséma avait rayé Asgard de la carte, Pséma avait Balmung mais Pséma aurait aussi un retour de flammes pire que ce qu'il avait déclenché...
Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 26 Oct - 10:58

Un sourire ironique étira les larges babines du Grand Loup, son regard gagnant en malice.

"C'est bien ce que je pensais. Nul Homme, mais il en est tout autre des dieux. Le vieux débris avait donc encore un tour à me jouer."

La créature mythologique jeta encore un coup d’œil autour, gonfla ses poumons de cet air cendré détestable, puis le relâcha en un long souffle glaciaire. Jusqu'au fond de la vallée, les nuages résiduels furent repoussés et en partie dissipés. Le triste spectacle de désolation n'en fut que plus poignant, mais au moins on pouvait y voir clair. Et dans tout cela, rien ne bougeait.

"Le trident de Poséidon, tu dis ? Tu me raconteras cette histoire en marchant. Sache, femme, que tu n'es plus rien. Ancienne dame, ancienne Zeta, ancien nom... Ce qui est ancien n'est plus. Et la présence de ces deux tigres ne signifie rien de plus tant qu'ils n'ont pas prouvé eux-mêmes leur allégeance à Freyja. Je prends note toutefois que Sköll semble particulièrement s'amuser à choisir des hôtes insolents à mon égard."

Eren probablement plus que les autres. Mais contrairement à cette femme sans nom, lui avait protégé Asgard. Mort pour elle ? Ou disparu pour elle tout du moins. L'enclave d'Asgard sur la Terre des Hommes, l'avant-poste divin installé sur Midgard ne demeurait plus qu'un souvenir. Une chose ancienne.

"Puisque tu sembles si sûre de toi, tu vas me montrer le chemin. Mon hôte a besoin de soins que je ne puis lui prodiguer. Reste près de mes pattes et tes tigres n'auront pas à redouter la morsure des cendres. Dépêchons."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 26 Oct - 13:16

Alrun avait déjà commencé son ascension lorsque son gigantesque interlocuteur se décida à lui répondre. Chose qui aurait pu être agréable et surtout porteuse d'espoir s'il s'était penché sur autre chose que son besoin d'asseoir une autorité plus que malvenue à son égard. Aussi, ne put-elle que lui répondre sur un ton aussi froid que celui de Fenrir avait pu se montrer supérieur.

- Plus rien ? Plus rien, vraiment ? Détrompe-toi. Je suis bien plus qu'un être qui passe son temps à pleurer sur son propre sort et se plaindre de la soi-disant insolence d'un loup auquel je ne suis pas et n'ai jamais été associée. Sache donc que je n'ai et n'aurais jamais rien à voir avec ce genre de fléau qui ne songe qu'à dévorer Sol et plonger le monde dans une nuit annonçant les pires chaos. Sköll, je n'ai rien de commun avec cette monstruosité et encore moins avec le guerrier qui un jour en a pris le nom.

J'ai été la féline protectrice d'Asgard et non l'un de ses fossoyeurs. Si tu as à te plaindre de Sköll, hisse-toi sur tes pattes et crie-lui ta rage. Mais ne me traite plus jamais de ce nom-là !!!


Plus que l'ignorance de Fenrir à son sujet, fait plutôt compréhensible vu les années qu'avait nécessitées sa guérison, c'était sa suffisance qui l'insupportait. Il n'avait rien pu faire malgré toute sa puissance et se permettait de prendre de grands airs avec la première âme venue.

- Maintenant que les choses soient claires, Fenrir. Je ne suis rien à tes yeux, soit. Eh bien sache que je ne te dois rien non plus. Je suis venue parce que ton cri m'a attirée. Tu as appelé pour qu'on vienne et malheureusement, je n'ai pas l'heur ni l'honneur d'être un des guerriers de cette époque que tu espérais tant voir surgir. Cela te chagrine ? Eh bien, j'en suis triste pour toi mais je n'ai pas non plus l'obligation de subir ta présence si tu ne changes pas d'attitude envers moi.

Puis caressant la tête d'Amour avant de passer à l'échine de Tendresse, elle reprit.

- Eux n'ont que leurs existences pour prouver ce qu'ils sont. Eux n'ont que leurs feulements pour se faire entendre et leur loyauté à l'égard de ce peuple qui a tant besoin d'aide. Une telle générosité chez des fauves de ce genre est déjà une preuve en soi.

Cette petite mise au point achevée, la blonde jeune femme reprit au moment exact où les fauves se déplacèrent pour s'éloigner des pattes monstrueuses.

- Ils n'ont pas besoin de toi pour filer. Ils n'ont pas besoin de l'aide d'un être qui doute d'eux pour secourir ce qu'il reste du peuple de ce Royaume. Mon aura et leurs propres forces leur suffisent largement. Maintenant si tu es capable de bouger sans provoquer de catastrophes avec ta lourdeur, ta taille insensée et tout le reste, suis-moi...

Sur ce, les félins bondirent, montrant leurs impatiences.

- Plus le temps passe et plus les plaies de ton hôte s'aggravent. Décide-toi, Fenrir, tu m'as déjà fait perdre trop de temps et je ne t'attendrais pas plus. Si tu veux soigner ton hôte, je dois récupérer les seuls remèdes qui doivent encore exister au sein même du bastion.

Et cette fois, elle flatta légèrement la nuque d'Amour. L'immense tigre fila de suite sans demander son reste, trop heureux de quitter ces lieux pour rejoindre un chemin qu'il retrouverait toujours. L'écho laissé par les anciens était si puissant qu'il le trouverait toujours. A quelques pas, sur sa gauche, Tendresse suivait, sur le même rythme. Le chemin s'annonçait long mais aucun des deux ne faiblirait. Même avec la charge d'Alrun, aucun des deux ne ralentirait.

Ainsi passèrent les premières lieues avant que la blonde ne se retourne. Fenrir se décidait-il à la suivre ou s'obstinerait-il à attendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 26 Oct - 16:20

Fenrir perdait patience. Des humains qui le défiaient de la sorte, il en avait vu des centaines, peut-être des milliers, et tous ceux-là se trouvaient désormais dans une tombe ou à pourrir quelque part sous l'assaut du vent, de l'eau et du temps. Son esprit cheminerait encore de réincarnation en réincarnation, car il avait du sang divin dans les veines et trouverait toujours des loups prêts à épouser sa cause. N'était-il pas le père de chacun d'eux après tout ? A commencer par Sköll et Hati.

"Tu parles de toi-même au passé et tu viens toi-même de dire que tu as porté l'armure de Zeta. Décide-toi donc petite humaine ! Qu'es-tu aujourd'hui ? Où étais-tu quand ces guerriers se sont battus au nom d'Odin ? Ah oui j'oubliais. Entre la vie et la mort. Si bien que personne n'a mentionné ton nom. Absolument personne. Quant à Sköll je comprends mieux pourquoi il t'a retiré la protection de son armure."

Le loup géant souffla par les narines d'exaspération. Elle parlait beaucoup pour pas grand-chose. "Je ne suis pas mais j'ai été." Une rhétorique absurde et ennuyeuse, illogique. Elle ne trompait qu'elle-même et si elle croyait qu'il allait gentiment baisser la tête, "oui oui, Madame", elle démontrerait une arrogance encore plus grand qu'il l'avait supposé au premier abord.

"Tu n'es qu'une petite idiote. Je suis un loup. Je comprends le langage des bêtes, le langage de la Nature dans son ensemble, ce langage que les humains ont oublié. Tout ce que vous faites tes petits amis et toi, c'est vous défendre de ce que "vous n'êtes pas" sans jamais dire ce que vous êtes vraiment. Mais enfin fais ce que tu veux. Je ne vois nulle loyauté dans le fait d'abandonner les recherches de ceux que tu prétends morts. Va donc chercher une poignée de moribonds avec tes chers chats obéissants."

Et sur ces mots, il la laissa partir. Avec sa taille imposante justement, il aurait pu leur faire gagner bien plus de temps, mais elle préférait s'entêter à compter sur ses pathétiques ressources fanées et sur son passé mort. Une telle prêtresse ne manquait assurément pas à Asgard.

Il se détourna d'elle et gagna en quelques bonds les hauteurs opposées, ses pattes géants laissant d'épaisses croûtes de glace là où elles se posaient, avant qu'il ne bondisse hors de vue derrière la montagne, ses gestes souples et presque aériens là où elle soupçonnait lourdeur et maladresse. Yül résisterait bien le temps qu'il quittât les lieux. Il avait choisi son hôte pour sa ténacité et sa loyauté. Ensemble ils repousseraient leur limite et survivraient, cela ne faisait aucun doute aux yeux du Père des loups.

***Fen... rir...
-N'aie pas peur Yül. Je sais où je peux trouver un village. Les montagnes l'auront sûrement protégé. Et si ce n'est pas le cas j'irai au suivant, jusqu'à ce que je trouve un endroit où tu seras bien.
***

=> Fenrir quitte Asgard
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    Mer 26 Oct - 19:03

- Je ne suis qu'une idiote ? Peut-être sur certaines choses mais toi, tu n'es qu'un enfant ignorant. A l'époque où je portais Zeta Prime que le Grand Odin en personne m'avait remise au terme d'une cérémonie pour ma bravoure au combat, Epsilon était la God Robe sacrée de Samiel du Loup. Un guerrier divin qui m'avait suivie jusqu'au plus profond des Enfers où s'est déroulée la bataille qui m'a privée d'existence pendant toutes ces années. L'idée qu'on puisse remonter à une ère précédant le détournement de Zeta et Zeta Prime à la faveur de tes enfants ne peut visiblement pas remonter des limbes de ta mémoire. Garde donc ton agressivité et ta rage pour le vrai responsable de ce désastre au lieu de mépriser ceux dont le seul crime est d'avoir été d'effroyables blessés de guerre.

Alrun en avait assez entendu. Ne songeant plus qu'à sauver ceux qui pouvaient encore l'être, elle toisa le Loup qui lui reniait toute existence, tout passé avant d'enfin se décider à la quitter.

- Au fond, tu te montres bien, Fenrir. Tu te fiches des survivants d'Asgard. Tu penses que le peuple ne vaut pas la peine d'être sauvé et tu me reproches de ne pas me battre pour Asgard ? Avoir été hors d'état de le faire n'est même pas une excuse et encore moins une évidence à tes yeux. Pas plus l'éventualité que ceux qui me connaissaient soient déjà tous morts et ce bien avant que tu ne reviennes en ces terres ?

La voix de la jeune femme fulminait mais elle parvenait quand même à se contrôler.

- Tu n'es qu'un égoïste et un vaniteux qui ne pense pas plus loin que sa truffe et son petit cercle d'intimes. Pars donc, tu ne sers à rien de toute façon. Tu n'as rien su faire, toi, le grand Fenrir, alors cesse de faire la leçon aux autres et fais ce que tu as décidé. Au moins, tu feras quelque chose.

Sur ces mots, elle poussa encore les fauves. Les deux tigres volèrent quasi sur les pentes. Le temps s'écoulait bien trop vite pour qu'on puisse s'attarder encore.

- Oui, tu n'es qu'un égoïste et un sale entêté ! Samiel, lui, aurait sauvé les rescapés. Même simples mendiants, même à l'article de la mort, il les aurait sauvés !!!

Mais pour cela, il faut être un homme et pas un loup...

Seul l'espoir de maintenir ce qu'il pouvait rester du peuple du divin borgne tenait à présent la jeune femme en haleine. Le loup n'avait pas daigné se pencher sur le peuple, ne s'intéressant qu'aux seuls guerriers divins, et bien, elle se pencherait seule sur leur sort.

Tout est à l'envers. C'est nous, les guerriers divins qui devons faire passer nos propres existences après celles de ceux que nous avons jurés de protéger. Asgard, pauvre Asgard, puisses-tu renaître pour accueillir tes enfants à leur retour...

Je te le jure, ils reviendront...


=> Flammes vacillantes au cœur des ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)    

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche d'une étincelle de vie sous un manteau de cendres (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Vestiges d'Asgard-