RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Sam 29 Avr - 12:53

Je suis tombée d'ici

Pire que la lave du volcan de Death Queen Island fut le lac qui l'accueillit aussitôt la sentence du juge Minos prononcée et appliquée. Si rapide avait été la chute, si rapide et brutale comme le contact de l'eau en perpétuelle ébullition sur sa pseudo-chair si pâle. Ne pouvant retenir de cris de douleurs à en briser les pierres au contact de l'onde rouge, la blonde nordique sentit son âme brûler à vif, se fondre en une flamme éternelle. Si intense en était la morsure que sa voix en quelques secondes s'en retrouva asséchée.

Un traitement à en égarer l'âme et la volonté de douleur. Inouï et si parfait en sa cruauté surtout quand on sentait les innombrables mains des autres condamnés s'accrocher à soi. Autant de sangsues, de tentacules, de masses incandescentes qui s'accolaient à elle en une masse aussi immonde qu'avide et lourde. Loin sous la surface, Brunissen se sentait ainsi attirée. Droit vers le fond, sa souffrance augmentant crescendo. Chaque nouveau pallier franchi ajoutant son lot de souffrance indicible.

Perdue, torturée sans relâche, elle ouvrit la bouche, hurlant à la face des Enfers de sa voix vide. Tout comme le regard qu'elle lançait vers ces bulles qui remontaient vers ce qui ne pouvait être que la surface de ce piège brûlant. Ainsi, elle aurait pu sombrer, encore et encore, se laisser aller au plus profond de sa douleur désespérée jusqu'à l'oblitération totale de son âme...

Etat vers lequel elle se dirigeait...

Jusqu'à ce que sentant d'autres mains se poser sur son visage, sur sa poitrine, son corps entier, elle n'eut un brusque sursaut. Souillée par ce contact, par le sang et tout ce que ce lac contenait, humiliée d'en être réduite à un simple marche-pied dont tous tentaient d'user, elle remua brutalement, se heurtant à un véritable mur de roches et d'ossements.

Minos...

Le visage du juge repassa alors en boucle en son esprit, du moins ce qu'il lui en restait. Celui qui avait réduit sa vie à néant était encore si présent si présent, éveillant en elle un sentiment qu'elle n'avait jamais réellement éprouvé.

La haine, la haine à l'état pur. Celle qui lui permettait de redresser la tête. D'entrouvrir les mâchoires malgré le flux brûlant qui s'insinua aussitôt entre ses lèvres, lui embrasant gorge et poumons. Suffocant comme aucun vivant n'aurait pu le faire, elle sentit son cosmos se réveiller. Ce qu'il subsistait de son aura éclater aussi violemment qu'on la traitait.

Un appel si fort qu'elle fut comme prise d'une hystérie à nulle autre pareille. Explosant à la faveur de la nuit et de l'ébullition perpétuelle, la fureur de l'ancienne féline d'Asgard repoussa à grands coups de griffes tous ceux qui l'encerclaient. Coups de bras, de pieds, de coudes, de genoux, de griffes, tout y passait jusqu'aux morsures.

Des heures semblèrent s'écoulaient ainsi. L'ancienne guerrière divine repoussant sans cesse la gangue de corps qui s'obstinait à venir s'accoler, s'agglomérer tout autour d'elle. C'était si répugnant si répugnant que ce contact hautement douloureux. Une lutte qui soudain changea de visage. Plus puissante que les autres condamnés, Brunissen pouvait enfin remuer, souffler et d'une autre série de gestes encore plus cruels se dégager.

Le temps de remonter était venu et avec lui, celui d'escalader à son tout ce qu'elle pouvait attraper. Se faufilant, se hissant, s’agrippant, elle entama une ascension à nulle autre pareille. Un parcours du combattant qui la faisait souffrir d'autant plus qu'elle puisait en sa propre essence. Un combat comme elle n'en avait jamais mené et qui la consumait tout en la menant vers le haut...

Le salut, une forme de salut qui prenait l'apparence d'une lumière irréelle en surface encadrée de bulles de tant et tant de bulles. Hurlant, écumant de rage, transfigurée par l'incroyable mélange de haine, de douleur, d'espoir et d'amour, la féline parvint enfin à transpercer l'étroit film la séparant de la surface...

Enfin, elle était à l'air libre...

Respirer, respirer autre chose que de l'eau bouillante. Sentir la fraîcheur sur son visage blessé, tout cela était si bon si bon qu'elle n'eut qu'une seule envie, ne jamais replonger...

- Sortir... Sor... tir...

De sa voix sans ton, elle ne put rien dire d'autres, juste entendre le même écho tout autour d'elle. Tant d'autres l'entouraient, tant d'autres se maintenaient comme ils le pouvaient et tentant de trouver appuis sur son voisin le plus proche, elle reçut un coup en retour. Cet homme la regarda soudain et tout ce qu'elle lut en ce qui lui tenait de lieu de regard était l'envie de sortir, de frapper tout ce qu'il pourrait pour y arriver. Qui aurait cru à le voir que cet homme avait été autrefois Alexandre de Macédoine. Alexandre qui se prit un coup de l'ancienne tigresse plus que décidée à lutter.

De longs moments s'écoulèrent ainsi jusqu'à ce qu'elle atteigne enfin ce qui semblait être le rivage de ce lac maudit. S'y hisser ne serait pas à sa portée mais elle n'était pas prête à retomber. Elle refusait de sombrer et d'à jamais dans les profondeurs se consumer.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Dim 30 Avr - 11:02

De retour de mon entretien avec Aërys pour lui faire mon rapport sur Death Queen Island, j'avais décidé de partir en exploration des différents enfers. C'était un peu comme essayer d'imaginer l'endroit où j'aurais pu être envoyée si j'avais du être jugée et condamnée en tant que simple mortelle, et chacun de mes pas me permettait de me rendre compte de la chance que j'avais d'avoir été choisie par Hadès. Ou par Queen, je n'étais pas sure d'à qui je devais mon salut, mais en priorité, ma dévotion devait aller au Grand Seigneur et Maître.

Cet endroit imposait le respect. Chaque prison était déterminée par les crimes commis. Qu'ils soient mineurs ou graves, aucun acte mauvais ne pouvait demeurer impuni, et je me disais qu'au fond de moi, peut être, tôt ou tard, je devrai accepter moi aussi mon châtiment.

J'étais arrivée dans les trois vallées, ici, les corps tombaient un peu partout, mais en tant que spectre, je ne les craignais pas. C'est à peine s'ils me voyaient à vrai dire, terrifiés et apeurés par l'éternité qui se dessinait devant eux.
Mais alors que je m'approchais du lac sanglant des violents, là où les hommes et les femmes ayant commis des crimes de guerre, tuer encore et encore leurs ennemis - celui où la majorité des ennemis d'Hadès devaient se rendre, et surement là où se trouvaient les chevaliers noirs que nous venions de vaincre - je voyais un corps tomber depuis le portail du jugement. Je penchais la tête sur le côté, cette silhouette m'était familière, non? Pas un chevalier noir pour autant.

Je m'approchais vite, et au moment où elle plongeait dans le lac de sang, je la reconnaissais! Elle était, elle aussi, sur Death Queen Island, mais elle était pourtant parmi nos alliés, non? Je me souviens l'avoir vue affronter des chevaliers noirs, et pourtant elle ne portait ni une armure d'Athéna, ni de Poséidon... qui était-elle?

Ma curiosité naturelle sur tout ce nouveau monde qui s'ouvrait à moi l'emporta, alors qu'elle avait sombré dans les flots de sang, agglutinée contre tous ces corps qui luttaient pour s'en sortir, dans une bataille sans fin pour une survie qui n'existait pas, je m'approchais du bord, écrasant de ma botte une main qui essayait vainement de s'agripper avant de déployer les lianes de mon surplis à leur maximum! Elles plongèrent dans la vaste étendue putride, cherchant ce cosmos familier tels des chiens renifleurs, jusqu'à sentir cette pauvre âme qui se débattait en vain pour rejoindre le rivage. Les lianes se glissèrent sous ses aisselles et la soulevèrent pour l'extraire de sa prison, ce n'était évidemment que temporaire, et encore, je ne la ramenais même pas sur la terre ferme.

Pour le moment, je l'observais, le sang couvrait son corps, elle était méconnaissable mais son cosmos demeurait familier.

«Toi... tu étais sur l'île de la Reine Morte, non? Je t'ai vu affronter un chevalier noir... comment as-tu fait pour arriver là?» était-elle si faible pour avoir fini par être vaincue? Même moi qui étais pourtant au tout début de mon existence de spectre, j'avais pu survivre à deux combats... certes, j'avais été bien aidée, mais dans mes souvenirs, elle n'était pas seule non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Dim 30 Avr - 21:48

[HRP : les liens ont rappelé à Bruny une vieille connaissance qui avait déjà pas mal tenté de l'attraper. Si tu veux plus d'information sur lui, on pourra en parler plus tard dans le rp. Là, elle est en état de choc et ne pourra répondre qu'après un certain temps.]

- Noooooonnnnnn... Bll...

Un cri étouffé dans une mare de sang en perpétuelle ébullition, telle fut la seule chose que Brunissen parvint à articuler en cette noyade sans fin. Alourdie, empêtrée par l'impitoyable substance visqueuse, elle éprouvait les pires difficultés à ne point sombrer.

Chaque instant, chaque seconde de son supplice n'étaient que luttes, luttes et agonie sans fin. Entre les condamnés s'escrimant à s'agripper à elle dans le vain espoir de se hisser et la morsure du lac elle-même, elle souffrait d'un mal indicible. C'était tellement horrible qu'elle ne pouvait que même plus pleurer. Juste se concentrer sur deux points, deux éléments qui l'obsédaient, résumaient à présent tout ce qui serait sa "vie" : La peur de sombrer et d'en souffrir encore davantage et la haine de celui qui l'avait plongée en ce lieu maudit.

Survivre...

Cela n'avait aucun sens pour qui était mort mais en son cas, c'était la survie de son âme, le maintien de ce qu'elle était. Toute son existence avait été brisée, éparpillée lors du jugement mais une part d'elle-même subsistait. Cette flamme à peine perceptible mais qui brillait encore même en cet instant où les pires maux la vrillaient de toutes parts.

Survivre, une part d'elle devait survivre. Aussi inutile que fut sa lutte, elle ne devait pas abandonner et finir au fond de ce puits des supplices.

Pas sans avoir tout tenté...

La torture par l'instinct de survie, de fuite, le désir de sentir enfin autre chose que cette blessure de tous les instants était sans doute la pire de toutes. Le fait de pouvoir tendre la main vers ce qui semblait être une planche de salut, fut-elle partielle puisait dans toutes ses ressources, la poussant à poursuivre encore et encore un combat sans fin dans ce qui n'avait rien d'un match de catch dans la boue.

En un sursaut de force et de volonté, elle parvint soudain à prendre pied sur le corps d'un autre avant de glisser aussitôt sur l'immonde liquide. Instant si bref où tout son corps s'était trouvé libéré pour mieux retomber dans un cercle qui semblait bien trop l'apprécier.

Hurlant encore plus de rage que de désespoir, elle referma aussitôt ce qui fut ses lèvres si douces, pleurant presque à l'idée de devoir tout recommencer. Ainsi en était-elle arrivée quand d'autres masses enserrèrent son corps. Pires encore que les serpents et les corps qui semblaient s'acharner sur elle, ceux-ci s'avéraient hors de portée...

Poussée une nouvelle fois par ce singulier mélange d'instinct et de raison teintée de volonté, l'ancienne guerrière se débattit. Frappant, blessant, repoussant tout ce qu'elle pouvait, elle put à grand peine se dégager avant de réaliser qu'on la hissait. Révélation qu'elle ne fut pas la seule à constater, à son grand regret. Sentir toutes ses mains, tous ces corps, se jeter sur elle dans l'ultime espoir de sortir eux aussi lui arracha une interminable série de cris. Si lourdes toutes ces âmes étaient. Tant que et tant que c'était déjà un miracle que ce qui lui servait de "corps" ne s'était pas disloqué.

Mue par cette douleur nouvelle s'ajoutant à tout ce qu'elle devait déjà endurer, la féline en elle se réveilla. Coups de pieds, de griffes, de poings, de tout ce qu'elle pouvait lancer plurent, ouvrant encore davantage les plaies innombrables qui de toutes parts la recouvraient. Si intense était sa lutte que même lorsque le dernier corps se détacha, elle n'en finit pas.

Ainsi se retrouva Brunissen au terme de son ascension, suspendue comme un poisson, se débattant en tout sens comme la folle éperdue qu'elle était devenue. De longs instants s'écoulèrent encore avant qu'elle ne se fige soudain. Plus de souffrances, plus de corps autour d'elle, c'était si merveilleux, si irréel qu'elle sombra en une sorte de béatitude, savourant simplement le fait d'être hors de cet horrible lieu...

- Qui ?

Aveuglée par le sang couvrant son visage, elle ne put en un premier temps que se fier aux liens qui l'entouraient. Si près de son corps, si serrants...

- Non... Raïmi !!!

Plus que la surprise, c'était la peur de tomber entre ses griffes sans avoir la moindre chance de se défendre qui l'avait fait crier. Avant qu'elle ne se rende à l'évidence.

- Raïmi !!! Sors-moi...

Même lui paraissait moins cruel que la prison dans laquelle elle était tombée. Qu'il en profite ne l'étonnait pas mais elle n'avait guère d'autre choix. Gémissant soudain, elle se laissa retomber, attendant les mots que le spectre ne manquerait pas de lui asséner. Mots qui à sa grande surprise ne furent pas de lui.

- Je...

Soufflant à fond, elle passa une main sur ses paupières, se concentrant malgré sa peine pour deviner la présence qui se tenait quelques mètres en contrebas.

- Vous n'êtes... pas Raïmi...

Un certain soulagement se sentit dans sa voix, vite remplacé par une nouvelle crainte. Que lui voulait ce spectre ? Tremblante entre ses liens, elle prit le temps de réfléchir à sa question. Espérant avoir bien compris ce que cette jeune femme lui voulait.

- Moi ? Sur Death Queen...

Elle se redressait comme elle le pouvait luttant pour ne pas s'effondrer malgré l'apaisement que sa geôlière lui offrait.

- Oui... oui... C'est... Lydia, j'étais avec Lydia.... contre Verseau noir...

Sous le choc du traitement qui lui avait été infligé, sa mémoire la fuyait. Seules, pour l'instant, quelques bribes de ce fameux combat lui revenaient.

- Mais pas elle... Pas elle, Lydia était... alliée...

Respirant péniblement, elle embrasa le peu de cosmos qui lui restait. Une infime énergie qui suffit pourtant à rafraîchir son corps supplicié.

- Minos... Minos

A ce seul nom, elle fut soudain prise de nausée, vomissant le sang qu'elle avait été forcée d'avaler...

- Lui... Ce monstre...

Prise d'une nouvelle quinte de toux sanglante, elle s'interrompit. Trop choquée par le jugement et ce qu'elle venait de vivre, il lui faudrait du temps pour reprendre quelques forces et recouvrer sa mémoire en fuite.


Dernière édition par Brunissen le Lun 1 Mai - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 10:53

L'impression d'avoir un petit poisson qui se tortillait au bout d'une ligne. La curiosité prenait le pas sur la raison à cet instant, mais je ne prenais pas trop de risque. D'une part, je savais avoir une certaine protection de la part de ma Maîtresse, même si ce n'était pas très honorable d'avoir cette protection parce que je lui plais plutôt que parce que je le mérite, mais peu importe, autant en profiter un peu.

Mes lianes la maintenaient suffisamment haut, au-dessus du lac de sang, pour que les autres corps ne puissent pas s'agripper à elle. Je voulais des réponses pour le moment, pas la torturer davantage, elle aurait toute l'éternité pour ça.

Dans un premier temps, elle semblait délirer, et hurler ce nom: Raïmi. Ce nom ne m'était pas inconnu, ce n'était pas vraiment à mii que ça disait quelque chose, mais à Queen. Je parvenais, peu à peu, à atteindre sa mémoire au fur et à mesure que nos cosmos fusionnaient..

«Je devrais être vexée que tu me confondes avec un Ver... mais vu ton état, je ne vais pas t'en tenir rigueur» je la maintenais en l'air quand même, me souvenant l'avoir vue sur Death Queen Island, et elle finissait par parler de Lydia?

Elle était l'alliée de Lydia? Mais bordel, qu'est-ce qu'elle fout là à la fin? Je penchais la tête sur le côté, malgré la folie qui semblait s'emparer de son âme, elle semblait lucide et sincère en parlant d'elle comme alliée, jusqu'à ce qu'elle mentionne le nom de Minos. Lui qui a achevé Cassandra après qu'elle ait pris la fuite, d'après Aërys... trop tard pour sauver Ostro. J'avoue que je ne le portais pas davantage dans mon cœur à cause de ça. C'était peut être stupide comme raisonnement, mais oui, s'il était venu ne serait-ce qu'une seconde plus tôt, Ostro n'aurait pas été transformé en statue de pierre et renvoyé aux Enfers par la petite porte au lieu de rentrer en héros! Sérieux, ce type a surement foutu plus de bordel que n'importe qui sur l'île, il ne méritait pas ça.

Un monstre... oui, ce serait logique de qualifier Minos ainsi, mais j'étais obligée d'avoir un minimum de respect pour le Haut Juge, aussi je relevais un peu mes lianes avant de jeter la jeune femme sur la terre ferme de la berge. Ici, le sol était sec et mort, comme le reste, et de toute manière, elle n'était qu'une âme en peine. Même sans être l'une des spectres les plus puissantes, elle ne pourrait rien contre moi dans son état. Je gardais mes distances, la laissant reprendre un peu son souffle, je n'étais pas là pour l'aider non plus.


«Minos t'a envoyée ici parce que c'était ta place. Tout guerrier allant jusqu'à tuer ses ennemis pour remporter la victoire arrive inexorablement ici. La vraie question serait surtout de savoir comment toi, avec Lydia pour alliée, tu as pu être assez faible pour mourir et arriver au Temple du Jugement!»

Je lui tournais doucement autour, sérieux, elle m'intriguait cette fille. Elle avait vraiment l'air puissante, comment avait-elle pu arriver ici? Est-ce que Minos lui-même l'avait envoyée là? Mais pourquoi?


Dernière édition par Sivir le Lun 1 Mai - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 12:25

Temps que ne semblait guère décidée à lui accorder l'Etoile qui venait de l'extirper de cette fange brûlante. C'était même tout le contraire. Se retenant de crier au brutal contact de la roche, Brunissen resta de marbre. Souffrir, elle souffrait mais moins. Un véritable bonheur en regard de ce qu'elle venait de subir. Respirant à fond, elle tâta en premier la roche rugueuse sur laquelle elle s'étendait de tout son long. Sa joue "saignait" suite au choc tout comme sa poitrine et son ventre nus. Hébétée, la blonde âme explorait du bout de doigts le sol comme pour se convaincre de sa réalité. Un signe de plus de l'état dans lequel elle se retrouvait, blessée et allongée de tout son long, face contre terre aux pieds d'un spectre.

Humiliée, elle aurait du se sentir mais elle n'en était plus là. Plus rien ne semblait pouvoir l'atteindre sinon la terreur de replonger en ce lac qui broyait autant son âme que sa volonté. Forte de cette réalité, elle se redressa à grand peine sur ses bras, inspirant à fond histoire de rassembler l'ersatz de cosmos qu'il lui restait. Secondes pénibles mais étonnamment agréables à vivre. Ne plus être en cette prison, même si peu, suffisait à adoucir sa peine perpétuelle. Répit éphémère mais précieux ô combien précieux. Tout comme la flamme qui se réveilla en elle. L'onde glacée et apaisante de la féline survivait bien au plus profond d'elle telle une étincelle réduite à sa plus simple expression. Même les Enfers ne semblaient pas l'avoir totalement annihilée. Était-ce là l'ultime cadeau de la déesse Freyja ? Le souvenir d'une bénédiction ancienne enracinée si profondément en son âme qu'elle ne pouvait en être totalement arrachée ? Mais le temps n'était pas aux questions, pas à celles-là...

Fermant les yeux comme pour échapper un instant au regard de cette femme qui la dominait de toute sa hauteur, l'ancienne Zeta Prime fouilla en tout ce qu'il lui restait de ressources pour ne pas lui hurler sa haine en pleine face. Cela ne lui aurait servi de rien et pire encore lui aurait attiré la colère d'un spectre de plus. Déjà qu'elle l'avait confondue avec Raimï ne l'enchantait pas plus que cela. Enfin, elle ne lui en tenait visiblement pas rigueur...

Quant à sa façon de défendre le juge Minos, elle n'avait rien de commun avec celle qu'aurait pu avoir Lydia. En fait, elle brillait surtout par son manque d'existence et le ton particulièrement neutre sur lequel le spectre s'exprimait. Nulle émotion, nulle indignation en sa voix, juste un strict rappel de la Justice infernale telle qu'elle existait depuis des siècles. Un autre point qui d'une certaine façon la rassura sans la mettre vraiment à l'aise, loin de là. Ce spectre, cette geôlière pouvait avoir simplement envie de s'amuser avec elle sans prendre le moindre risque de se faire taper sur les doigts. Brunissen en était pleinement consciente surtout maintenant que son supplice avait été suspendu et qu'elle pouvait de nouveau rassembler ses esprits et recouvrer un semblant de raison. Avantage ou non ? Elle ne tarderait guère à en être fixée...

Prenant une profonde inspiration, elle se redressa jusqu'à se retrouver assise sur les fesses, cachant en un sursaut de pudeur sa poitrine nue sous ce qu'il lui restait de sa longue chevelure blonde et de ses mains brûlées. La tête inclinée vers le sol en signe de soumission, elle avait tout d'une authentique martyre face à son bourreau. De honte, ses joues auraient pu se teindre en rose mais elle n'en avait plus la possibilité. Juste celle de sentir le poids de cette déchéance qui la blessait autant qu'un fer rouge planté en son cœur. Elle était une guerrière d'Odin, elle était morte ainsi et sans ce rat de Pséma, ce serait auprès de lui qu'elle se serait retrouvée et non en cet horrible état de damnée. Une nouvelle fois, elle faillit s'abandonner mais la haine en elle ne cessait d'augmenter...

Rongeant son frein, se faisant violence, elle repoussa tout ce qu'elle put au plus profond d'elle. C'était dur, si dur de ne pas se laisser aller à cette rage croissante mais cela ne ferait qu'alourdir la condamnation qui pesait déjà sur ses épaules. Et trouvant enfin la force de parler avec un peu plus de fluidité, elle releva la tête, évitant de suivre celle qui tournait telle une prédatrice tout autour d'elle.

- Faible ?

Elle en rit lentement, sans la moindre raison apparente. Sinon pour elle-même...

- Vous me croyez faible... Et vous pensez que la compagnie de Lydia suffit à me préserver... Que je me sers d'elle comme bouclier ?

Soupirant lentement, elle marqua une pause avant de poursuivre.

- Non, je ne suis pas plus faible ou plus forte qu'elle. Je suis différente de ce qu'elle est tout en ayant des points communs... Nous comparer est loin d'être aussi simple. Je suis une ancienne guerrière divine, enfin, j'étais, et elle est une spectre plus qu'ancienne. Un seul plan nous rassemble vraiment mais il est hors de portée de la majorité des vôtres...

Et souriant étrangement à cette idée, la féline se détourna de ce terrain plus que glissant pour répondre à l'autre question.

- Maintenant qui m'a envoyée en ces lieux... Je pense vous l'avoir déjà dit. C'est le juge Minos en personne. C'est lui qui malgré mon implication dans la bataille contre Pséma a mis un terme définitif à ma vie avant de m'expédier en cette prison. Lui qui a totalement détruit mon corps...

Il a simplement écarté Lydia qui lui obéit aveuglément malgré toute la peine que cela lui a causée. Il l'a juste dirigée contre un autre Black Saint et m'a exécutée.


Sur ces mots, elle se tut. Inconsciente des changements que son cosmos provoquait en son apparence, elle ne se rendait absolument pas compte que cela suffisait à lui redonner un semblant de son ancienne beauté.


Dernière édition par Brunissen le Lun 1 Mai - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 13:41

Pauvre petite créature. En la regardant, je me demandais si j'aurais été aussi pitoyable en finissant ainsi? Nue, j'aurais presque pu faire apparaître quelques feuilles pour la dissimuler, mais tant qu'à faire, je m'accordais aussi ce petit plaisir, c'est qu'elle était assez jolie à regarder.

Je me demandais tout de même ce qu'elle faisait là, j'en venais à contenir une petite bouffée de haine lorsqu'elle se vanta presque d'être aussi puissante que Lydia? Sans déconner? Elle se prenait pour qui? J'avais presque envie de la gifler sur le coups, et lorsqu'elle se permit de balancer que j'étais visiblement trop bête pour comprendre ce qui les liait toutes les deux, je finissais par la fouetter de mes lianes pour la jeter au sol!


«Gaffe à ta langue! Je ne suis peut être pas la plus puissante des spectres, mais n'oublie pas à qui tu dois tes quelques secondes de paix dans l'éternité de ta tourmente!» je marchais doucement pour lui tourner autour, elle avait cru s'en sortir, ne pas avoir franchi la ligne? Il ne fallait pas exagérer! J'ai du énormément prendre sur moi depuis que je suis devenue spectre. Avant, en tant que mortelle, j'étais forte dans mon village, froide, impitoyable face à la mort. Depuis que j'ai rejoint les Enfers, j'ai du apprendre que j'étais loin, très loin d'être forte. J'ai été battue, humiliée à plusieurs reprises, et je n'ai retrouvé un semblant d'honneur qu'avec ma rencontre avec certains spectres, notamment ma Maîtresse Aërys, et surtout Ostro. Je n'allais pas me laisser insulter par une âme en perdition!

Elle reprenait la parole, ainsi, Minos l'avait achevée en personne et Lydia avait laissé faire? D'un autre côté, je savais qu'elle n'avait pas eu le choix, notre condition de spectre ne nous autorise pas tout, je l'avais appris récemment. Malgré tout, j'avoue que je n'aimais pas cette idée. Pourquoi Minos avait-il ainsi exécuté l'une de nos alliées? Alors que le combat contre les black saints n'était pas terminé puisqu'il en demeurait certains? On n'affaiblit pas les troupes pendant une guerre, on attend au moins la fin. Hors là, elle sous-entendait bien qu'il en restait.

Je finissais par me mettre accroupie, toujours à une distance raisonnable au cas où elle ait envie de jouer les lionnes et me sauter à la gorge. Je n'avais pas envie de me salir

«Qu'as-tu fait pour ainsi provoquer sa colère? Minos est-il le genre de Spectre à se plaire à tuer sans raison? » Un peu gonflé pour un juge, autant dans son tribunal, il avait tous les droits, mais est-ce que cela signifiait qu'il avait aussi droit de vie et de mort au-delà de ces portes? C'était... presque terrifiant. Je me demandais si Aërys était de ce genre là aussi? J'avais plutôt surprise de tout ce que je découvrais chaque jour depuis que j'avais rejoint les Enfers...

«Quel dieu défends-tu? Pourquoi ne t'est-il pas venu en aide? » à croire que seul Hadès avait un réel pouvoir dans cet univers... j'avais l'impression qu'aucun autre dieu ne pouvait protéger ses âmes comme lui pouvait le faire. L'avantage de régner sur la mort, surement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 16:11

Si simple, c'est si simple de nous soumettre...

Pire que la morsure du fouet qui s'était abattu sans la moindre pitié sur elle, c'était l'impuissance, son impuissance qui la blessait. Sentir qu'elle n'avait plus rien de son cosmos, de sa force d'antan. Gémissant à sa plus grande honte sous cette nouvelle salve de coups, elle ne put retenir les larmes sanglantes qui s'écoulèrent soudain de ses yeux blessés.

Non... Jamais...

Elle ne lui ferait pas ce plaisir. Elle la laisserait pas contempler les larmes qui s'échappaient contre sa volonté, trahissaient plus que des mots, des gestes, la détresse extrême qui était désormais sienne. C'était trop affreux que de ressentir cela. N'être plus réduite qu'à un déchet dont les autres se joueraient aussi facilement qu'ils les feraient de chatons ou de poussins éloignés de la protection de leurs nids ou leurs parents...

Jamais de son vivant, elle n'avait accompli cela sur d'autres hommes. Pas ainsi en tout cas, ses ennemis n'avaient jamais été que des combattants, des prédateurs, des êtres capables de se défendre...

Enfin, elle le pensait. Au plus profond d'elle, elle le pensait même si sa raison et sa mémoire basculaient, défaillaient. Tout ce qu'elle vivait en si peu de temps était de taille à réduire n'importe quel âme à néant. Le jugement en demeurant le pire de tous les éléments. Plus que la douleur du supplice, c'était celle du poids de sa propre vie qui la vrillait, celle de la perte d'Asgard puis d'Henriques qu'elle n'avait pu sauver...

Tout ensemble, c'était un supplice de tous les instants. La voix de Minos, tous les effets de son arcane en son âme, son être le plus profond. Elle avait vécu cela comme la pire des intrusions au travers d'un miroir déformant. La souillure totale de son être d'une puissance telle qu'elle ne pourrait jamais s'en remettre. Et voilà qu'elle se retrouvait à la merci d'un autre spectre...

Ne pouvant lui répondre sur le moment, elle se contenta de basculer sur le dos. Respirant à fond tandis que son cosmos vacillait lentement. Yeux fermés, elle espérait pouvoir fuir la vision qu'elle ne pouvait qu'offrir en cet instant. Parée de sa seule chevelure, couchée à même le sol en une position qu'elle n'aurait jamais cru prendre, elle reposait au mieux qu'elle le pouvait. Le seul contact de la terre sur sa chair malmenée était déjà une douleur en soi et trouver le meilleur moyen de le diminuer la poussait à s'offrir bien malgré elle au regard du spectre qui la dévorait.

Un temps qu'elle crut infini s'écoula alors. Salvateur, il lui permit de recouvrer à nouveau un peu de force et de lucidité à défaut de dignité. Un petit plus qui lui parut immense au vu de sa situation. Conservant toujours ses splendides yeux bleu émeraude fermés, elle se contenta de repousser une part de sa chevelure sur le haut de son visage, le dissimulant comme elle le pouvait. Ne pas lire en son regard ce qu'elle vivait, c'était sans doute tout ce qu'elle avait encore la possibilité de lui dissimuler.

Car elle était là, toujours là. Brunissen ne pouvait plus la voir mais elle sentait sa présence, entendait ses pas s'approchant, s'éloignant au gré du cercle qu'elle décrivait tout autour de son corps effondré. Puis, soudain, elle s'arrêta et sa voix reprit, proche mais pas assez pour qu'elle puisse ne serait-ce que la toucher. Une distance bienvenue aux yeux de l'ancienne nordique qui n'en bougea pas pour autant. Elle n'avait guère d'autre choix que de s'écraser face à cette combattante d'Hadès et l'avait plus que réaliser. Ravalant ce qu'il lui restait de fierté, elle se contenta de rassembler ses souvenirs.

- Défendre l'homme que j'aime, le seul être qu'il me restait en cette terre. Juste cela... Tenter de le sauver de sa propre folie, de l'emprise qui l'a poussé à revêtir une armure noire...

Rien que cela a précipité ma mort...


Ne plus évoquer les spectres ni sa propre vision des choses. Tout cela n'était que trop dangereux face une Etoile aussi prompte à la torturer au moindre mot. Choix plutôt sage qui sembla porter ses fruits quand une autre question lui arriva.

Quel dieu ? Elle ne sait donc pas ?

Retenant sa surprise à l'idée que son interlocutrice n'ait pu mettre un nom sur ses origines, elle se contint d'hurler à nouveau. Rester calme, elle devait rester calme et se refermer en elle-même. S'éloigner tout comme elle le pouvait de cette attitude, cette posture soumise qui la révulsait au plus haut point.

Se repliant si loin si loin en son être le plus intime, elle sentit son cosmos revenir.

Le froid, le froid d'Asgard...

Si purificateur, il apaisait tout, endormait tout. Se fixer sur la blancheur immaculée de la neige fraîchement tombée, sur l'engourdissement de la glace semblaient être l'une des clés. Haine, glace se conjuguaient à présent en son être le plus profond, enclenchant une transformation qui ne manquerait pas porter ses fruits. Si fruits, on lui laisserait l'opportunité de porter.

- Asgard... Je viens d'Asgard. Mon seigneur est le grand Odin. Était le grand Odin... Avant que Pséma...

Ne pouvant en dire plus sous le poids de l'émotion qui la submergea soudain, la jeune femme éclata en sanglots. Ce cri venait de lui en rappeler un autre. Celui qu'elle avait déjà poussé dans le temple de Minos. La perte définitive de son seigneur mais aussi la perte du lien avec Freyja. Tout cela était trop intense pour qu'elle retienne davantage les larmes qu'on lui avait jusqu'ici refusé de verser.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 17:39

Elle était à ma merci, c'était une évidence et pourtant, je n'étais pas de celle qui aime torturer. Au contraire, j'ai passé la majorité de ma vie à chercher à soigner les blessures pour vaincre la mort, apaiser les douleurs pour être plus performants au combat. La douleur n'aidait en rien, cela rendait les gens fous, ils perdaient l'usage de leurs actes, c'était tout sauf productif.

Ça m'agaçait.

Elle finissait par s'effondrer, je levais les yeux au ciel, ce genre d'interrogatoire était si pénible. Je préférais avoir des conversations intelligentes avec des gens qui se sentaient libres de parler. Je préférais avoir à trouver les arguments pour les faire parler plutôt que les forcer par la douleur et la contrainte. C'était tellement trop facile d'user de la force et de la torture, alors que de jouer de l'esprit et de la logique était plus grisant à mes yeux.

Je tendais la main devant moi et une herbe douce et mousseuse apparut sous le corps de la jeune Alrun alors qu'elle m'expliquait qu'elle était morte pour avoir défendu l'être aimé. Ah ça par contre, c'était clairement pitoyable.

«C'est étrange combien les hommes et les femmes sont prêts à faire n'importe quoi par amour. Tu n'es guère la première et probablement pas la dernière à mourir à cause de ça. Et pourtant, vous continuez encore et encore à vous battre pour ce sentiment qui n'est qu'un composé chimique de votre cerveau...» n'importe quoi... enfin peu importe, je comprenais mieux que Minos ait eu raison d'elle finalement, avec une telle cause, elle ne pouvait que mourir.

Je la regardais de nouveau, m'interrogeant sur son origine, le dieu qu'elle défendait... Odin? Asgard? Ça me parlait vaguement, je crois que j'ai lu quelque chose à ce sujet, mais je n'en suis pas sure. Les ouvrages d'Asgard étaient dans une langue que je n'ai pas encore réussie à traduire, d'où mon ignorance à ce sujet.


«Intéressant... Je suis désolée, mais je suis une très jeune spectre, je n'ai que peu de connaissance des autres dieux qui s'opposent à mon Seigneur et Maître... que dirais-tu d'avoir encore quelques minutes de répit pour discuter? Simplement...»

Une nouvelle fois, je fis apparaître une plante aux larges feuilles à l'aide de mon cosmos, elles avaient la douceur du velours et vinrent recouvrir en partie le corps de la jeune femme... on ne pouvait pas discuter si j'étais en permanence attirée par autre chose, n'est-ce pas?

«Je présume que ton bien-aimé était asgardien aussi?» raté! Mais je ne pouvais pas tout savoir, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 1 Mai - 19:53

Toute à ses larmes enfin versées en une onde de soulagement, Brunissen n'avait de suite ressenti la présence des plantes qui commençaient à l'envelopper. C'était pour le moins inattendu contrairement aux considérations du jeune spectre sur l'Amour que pouvaient se porter deux êtres. Mais que pouvait-elle bien y comprendre si elle-même n'avait jamais aimé ? Après tout, seules des âmes n'ayant jamais réellement aimé ou même simplement réalisé l'importance de ce sentiment qu'après avoir perdu l'être aimé pouvaient tenir ce genre de raisonnement.

Ne pas en connaître la force ni l'importance était au final bien triste alors que même Hadès était capable de sentiments, exaltés au point de risquer la paix entre divinités. L'enlèvement de Coré n'en était-il pas la preuve absolue ? Qu'importait la forme d'amour qu'il lui portait, c'était un fait, le dieu des Enfers était lui-même capable d'aimer.

Respirant profondément sans en avoir vraiment le besoin, la blonde féline rouvrit les yeux. La douleur s'atténuait, lui offrant un sursis à l'arrière-gout de punition ou d'avertissement. Quoi de pire pouvait lui arriver que de retomber en cette prison après en avoir été sortie. Maintenant qu'elle en connaissait l'horreur, y replonger ne pourrait que la terrifier et la forcer à accepter plus de choses qu'elle ne le voudrait. Tremblante à cette seule idée, elle se recroquevilla sur elle-même, soustrayant une part de sa nudité à celle qui avec un trop d'instance la regardait.

Ne pas répondre à ses considérations sur l'Amour. Elle ne devait pas aller sur ce terrain. Même si cela lui coûtait, elle ne devait. Se mordant les lèvres comme pour mieux les sceller, elle se laissa aussi bien manipuler que sermonner. Une poupée, en cet instant, elle n'avait pas plus de vie ou de volonté qu'une misérable poupée. Pourtant, elle ne pouvait s'y résigner...

Même torturée, même plongée en ces lieux, elle ne pouvait s'y résigner. Soulagée pour un instant, elle espérait juste trouver une voie pour se soustraire à cette effroyable destinée.

Minos...

Lui aussi lui avait tenu ce genre de discours avant de l'exécuter sans la moindre émotion. Mécaniquement comme un outil entre les mains de son maître. C'était tout ce qu'il était. Un objet, un serviteur zélé étouffant toute émotion pour mieux à sa mission se conformer. Une telle maîtrise avait de quoi forcer le respect mais aussi amener son lot de pertes. Toute son existence se résumait à son rôle de juge entrecoupé de combats. Hormis sa mission envers Hadès, il n'avait aucune raison d'exister, aucun être à qui se raccrocher voire même aucun être capable de l'aimer. Étrange question mais qui au final aurait été assez amusante à lui poser. Qui en cette terre aurait été assez fou pour éprouver un sentiment autre que la Haine à son endroit ?

Haine à laquelle la féline se raccrochait en plus du peu qu'il lui restait. Tout son amour pour Henriques vibrait encore en elle mais jamais elle ne le révélerait. Jamais, c'était une arme trop puissante entre certaines mains tandis que la haine qu'elle portait à l'Etoile de la Noblesse n'était jamais que banalité. Qui en l'ensemble de ces damnés ne pouvaient pas le détester ?

Tournant enfin le visage vers la spectre, elle se décida à prendre la parole...

- Asgard est détruite, ravagée par la puissance de Balmung, la propre épée d'Odin... Dérobée par le fourbe Pséma... C'est tout ce que je peux dire... Tout...

Un autre sanglot avait suivi cette déclaration alors que Brunissen se retenait de crier à la spectre que ses semblables avaient plus que leur part de responsabilité dans l'affaire. Cela lui brûlait la gorge mais elle ne pouvait pas l'avouer. Elle ne le pouvait au risque de se prendre au mieux le fouet au pire un plongeon forcé encore plus horrible que le premier.

Soupirant en reprenant une position plus confortable, elle finit pourtant par répondre.

- Comme vous le souhaitez, spectre de l'Alraune. Je ne connais pas votre nom mais votre surplis, lui, m'est familier.

Et enchaînant doucement...

- Non, il n'était pas un homme d'Asgard mais un chevalier de la déesse Athéna dévoué également à Vanadis Freyja, notre déesse de l'Amour et de la Fertilité. J'étais là quand il l'a rencontrée... Oh oui, j'étais même aux premières loges...

Sur ces mots, elle sembla soudain lointaine comme rêveuse, recouvrant un part du charme de la déesse qui l'avait possédée.

- Un combattant remarquable, fidèle et sans faille jusqu'à ce qu'il succombe à l'emprise d'un être qui a fini par lui faire revêtir une armure noire. Je ne pouvais pas rester sans découvrir ce qu'il lui était arrivé. Il fallait que je découvre quel être ou quel dieu était capable d'une telle chose...

Seulement, le juge Minos m'en a définitivement empêchée...
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Mar 2 Mai - 13:37

C'était drôle d'imaginer à quel point j'avais un contrôle absolu sur elle, alors que ce n'était même pas mon intention. J'avais beau lui avoir demandé à parler simplement, elle était toujours sur ses gardes... d'un autre côté, c'était un peu normal puisqu'elle savait que tôt ou tard, je serais contrainte de la renvoyer dans ce lac pour qu'elle subisse son châtiment. Je n'avais pas le pouvoir de l'en priver pour l'éternité, et je risquais même de me faire un peu taper sur les doigts de l'avoir sortie, même pour un laps de temps si court.

«Je suis Sivir, m'enfin tu ne m'as pas dit ton nom, non plus remarque.» je soupirais doucement avant de carrément m'asseoir. Je gardais une certaine distance tout de même, assise sur un petit tapis de mousse que j'avais fait apparaître, les genoux ramenés contre ma poitrine, enlacés de mes bras.

J'écoutais donc son histoire, un amour entre deux êtres venant de mondes différents et ayant visiblement juré fidélité à deux dieux différents. Quoi que son cher et tendre semblait être une sorte de girouette finalement, non?


«Donc, si je comprends bien... ton amoureux a d'abord juré fidélité à Athéna, ensuite à ta déesse Freyja, avant d'encore retourner sa veste pour rejoindre la confrérie noire? Et... tu aimes un type comme ça? T'as pas l'impression qu'il y a un truc qui cloche? Je sais pas, visiblement, ce type est tout sauf fidèle. C'est pas censé être un des fondements de l'amour?»

Je me grattais le bout du nez, les idées de l'amour me dépassaient totalement. Pourtant j'avais été aimée hein? Ma mère m'aimait plus que tout... malheureusement pour elle, ce n'était pas réciproque. Je n'avais jamais réussi à comprendre ce principe. Je penchais la tête sur le côté, ne cherchant pas à l'offenser non plus

«Attention, je ne critique pas tes choix. Je veux juste comprendre. Je ne suis pas de celle qui estime que c'est mal sous prétexte que je ne le comprends pas. Je n'ai rien contre l'amour en lui-même, je ne me base que sur des faits et des constatations. Je n'ai jamais pu voir de mes yeux un cas où l'amour apportait vraiment quelque chose de positif, seulement la peine, la douleur et même la mort. D'où le fait que je n'en comprenne pas l'intérêt.» ma mère elle-même souffrait tellement du fait que je ne lui rendais pas son amour, c'était assez impressionnant en soit.

Je devais avoir l'air d'une enfant curieuse ici, j'avais toujours aimé apprendre de nouvelles choses et cette femme pouvait me faire découvrir Asgard et son passé. Peu importe que ça n'existe plus, j'espérais qu'elle m'en apprendrait plus tout de même. C'était plutôt dans son intérêt dans la mesure où plus elle parlerait et moins vite elle retournerait dans le lac. Quel dommage qu'elle ne soit pas spectre, elle aurait pu le quitter pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Mar 2 Mai - 20:52

Si une chose pouvait être certaine en cet instant, c'était bien la singularité de la situation dans laquelle toutes deux se trouvaient. Elle, la blonde damnée, se tenant face à une spectre plus curieuse d'en apprendre à son sujet que désireuse de la malmener. Une scène qui vaudrait bien la peine d'être à jamais gravée. Une rencontre incongrue s'il y en avait. Inattendue aussi...

En effet parmi les centaines, les milliers voire les millions d'âmes emprisonnées, pourquoi elle et pas une autre ? Un autre signe de la nature capricieuse du destin que les Nornes lui avaient tracé.

Songeuse à présent que la douleur s'était quelque peu estompée, Brunissen rassemblait ses idées. Puisque, à présent, ses esprits, elle pouvait recouvrer pourquoi s'en priver ? Soufflant lentement tout en tâtonnant du bout des doigts le limbe si doux des feuilles dissimulant sa nudité, elle reprit, toujours tremblante quoiqu'un peu moins affaiblie.

- Brunissen... Je m'appelle, m'appelais Brunissen...

Si lointain, tout cela lui paraissait si lointain. A tel point qu'elle se forçait à croire à ce passé en fuite. Cette mémoire qu'elle sentait se fondre dans la douleur, la souillure de son jugement.

- Et non... Non, jamais il n'a trahi Athéna pour Freyja. Il respectait notre déesse sans abandonner la sienne. Cela peut vous paraître fou ou incroyable mais Athéna et Freyja étaient alliées. Ensemble, elles s'étaient lancées dans la bataille pour délivrer Zeus...

Si loin, c'était si loin, fugitif et léger...

- Henriques avait prêté serment à Athéna mais respectait aussi Freyja et son peuple, le peuple d'Asgard... Toute la nuance est là...

Un instant, elle se surprit à sourire en parlant de lui, d'Asgard, de la déesse à laquelle elle avait offert son corps en tant que vaisseau. Un souvenir si fort que celui de la belle Vanir qu'elle ne pouvait qu'en tirer un ultime réconfort. Et comme pour répondre à cet appel, ce souvenir ancien, le cosmos de la féline se mit à briller doucement en un pâle soupçon d'aura éclatant de pureté. La grâce de la neige fraîchement tombée, la chaleur de l'amour que répandait la dame d'Asgard, pas même les Enfers n'avaient pu totalement l'en détacher.

Son âme avait été marquée du sceau de la plus belle de toutes les Vanirs, un lien qui jamais ne pourrait être totalement arraché. Qu'elle s'en aperçoive ou non, Brunissen lui était à jamais liée... Même à présent que la graine de l'Ultime Haine, en elle, avait germé et pris pieds...

Et serrant soudain les dents à l'éclat d'une de ces fameuses bulles de fureurs harcelant son être le plus profond, la prisonnière baissa la tête, craignant de se trahir. Ne pas montrer la fureur, la haine aveugle croissant en elle. Toute cette vague hideuse dirigée contre un seul être, un visage qu'elle pouvait si facilement gravé en ses pensées. Ne pas se risquer à haïr une divinité alors qu'il était si simple de reporter toute l'amertume de son fiel sur un seul juge.

Minos...

Il était l'objet sur lequel tous ses sentiments les plus vils se concentraient. Si proche si récent en ses pensées que même le traitement de choc qu'il lui avait été infligé n'avait pu l'effacer. Lui, jamais, elle ne l'oublierait...

Et laissant une nouvelle fois, un flot de sang s'échapper de sa bouche, de ses plaies ouvertes à même son corps de damnée, elle s'étouffa presque sous une nouvelle quinte de toux.

- Déchéance, déchéance, ce que je déteste ça... Maudit marteau, un jour, tu me le paieras... C'était si faible si faible, quasi incompréhensible...

Puis se rappelant soudain de la présence de l'Etoile de la Magie toute proche d'elle.

- Désolée, désolée... Dans mon état, je ne peux vous répondre comme il le faudrait... Mais je comprends... Je peux comprendre que l'Amour soit source de malheur mais il est infiniment... Infiniment plus que cela. Tant de choses peuvent en surgir, tant, le meilleur comme le pire...

Asgard si seulement, vous aviez pu contempler Asgard au travers de mes yeux...


Simples mots qui faisaient écho à la demande de Sivir avant que Brunissen ne s'enhardisse. Même effroyablement torturée, elle n'avait pas oublié, pas oublié la force de l'Amour et l'Espoir réunis. Et reprenant...

- Mais j'ai toujours mes mots... Si vous le voulez... Dites-moi, je vous obéirai.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Mer 3 Mai - 12:30

Pouvait-on imaginer pire endroit pour avoir une conversation? Probablement. Au loin, on entendait les hurlements de tous ces pauvres diables qui se débattaient sans fin dans les flots de sang, parfois, on voyait un portail s'ouvrir dans le ciel et une nouvelle âme chutait, laissant entendre un "plouf" qui semblait à chaque fois faire sursauter la belle blonde. C'est clair que je n'aurais pas aimé être à sa place, malheureusement pour elle, je ne pouvais rien faire pour la sortir définitivement de son châtiment. Au pire, je pouvais en parler à ma Maîtresse, Aërys, peut être qu'elle souhaiterait en faire son esclave? Elle était plutôt jolie, et ça pourrait peut être lui plaire... et à ma connaissance, seul un autre juge pouvait aller à l'encontre de la décision de Minos. Et encore, je n'étais même pas sure que ce soit possible.

Aussi, autant qu'elle profite du peu de répit que je lui offrais. Si Minos venait à s'en plaindre, je pourrais toujours me défendre en expliquant que je ne voulais que m'amuser un peu. J'espérais juste que son châtiment ne serait pas trop méchant, et qu'au pire des cas, le fait que je ne sois pas sous son commandement l'empêcherait de trop m'importuner. J'avais la chance d'être dans les - très - bonnes grâces de ma Maîtresse.

Et si je devais être punie, j'estimais que ça valait le coup. Mes connaissances à propos des autres dieux étaient trop maigres, et j'estimais avoir bien à apprendre si je voulais servir convenablement mon dieu! Connaître ses ennemis était la base même de toute stratégie, et Queen avait une fâcheuse tendance à me bloquer sa mémoire. Au pire, si Minos râlait, je pourrais aussi jeter la faute sur l'ancien Alraune!


«Je vois. Je suppose qu'il est normal de respecter un autre clan, surtout si vous êtes alliés. Je sais aussi que l'on peut également respecter ses ennemis, bien que je n'en ai pas encore rencontrés qui le méritaient jusqu'à présent.» mais qui sait, ça viendrait peut être?

«De toute évidence, Lydia te respectait. Je présume donc que tu le méritais. Dommage que tu aies été confrontée à Minos.» mais pourquoi le juge s'en était pris à elle? Grande question, mais je n'allais pas la poser, car je risquais un peu trop sa colère en m'y mêlant! Mais en prononçant ce nom, je déclenchais quelque chose sur la jolie blonde, de toute évidence, sa haine pour Minos était telle qu'elle ne parvenait plus à se contrôler... je penchais la tête sur le côté alors qu'elle semblait sur le coup effrayée par moi.

«Je ne suis pas sous le commandement de Minos. Si tu l'insultes ou le menaces, il devra s'en soucier par lui-même... en revanche, évite d'insulter ma maîtresse, Aërys de la Wyverne. La conversation me plaît ainsi, je n'aimerais pas avoir à me mettre en colère.» mon regard était neutre, tout comme ma voix, je n'étais nullement menaçante, je ne faisais qu'énoncer un fait. S'en prendre à Minos n'était pas de mon ressort, contrairement à Lydia je suppose. Mais qu'on s'en prenne à Aërys par contre me regardait. Au moins, elle était prévenue.

Elle essayait tout de même de m'expliquer un peu les bienfaisances de l'amour, mais à ma tête, elle voyait bien que ça ne m'intéressait pas plus que ça. En revanche, lorsqu'elle mentionna Asgard, mon regard se mit à briller et elle semblait apte à parler... enfin!


«Je ne veux pas que tu m'obéisses... enfin sauf concernant Aërys. Je veux juste que tu me racontes. Les histoires contées sous la contrainte sont souvent bridées et vides d'intérêt. Parler avec liberté permet de mieux énoncer les faits... je ne connais absolument pas Asgard ou Odin, là d'où je viens, je n'avais que peu d'accès à la culture et aux livres. Les seuls ouvrages dont je disposais m'avaient été portés par des voyageurs» et encore, j'en avais reçus certains aussi sans savoir comment. Un sac était apparu de nulle part dans la clairière où j'habitais... bref «de mémoire, le seul ouvrage dont je disposais qui parlait d'Odin, était un livre d'aventures sur un peuple appelé Vikings. Mais... disons que c'était juste un petit livre avec quelques nouvelles de leurs batailles... Odin, son frère Loki il me semble. Cela s'apparentait à de la fantasie et je n'y avais pas porté trop d'intérêt. J'ignorais qu'Odin pouvait vraiment exister.»

Et c'était vraiment la seule chose que je savais à ce sujet!
«Asgard serait donc cette contrée dans le Nord? Est-ce que les vikings existent aussi vraiment?» imaginer de gros moustachus avec des casques à corne était plutôt amusant, d'autant qu'ils avaient l'air forts pour des mortels! Peut être que les vikings sont le nom des guerriers d'Odin en fait?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Jeu 4 Mai - 10:10

Nimbée de sa fine aura de froid, la blonde nordique suivait les paroles de celle qui l'avait sortie du lac de sang. A mesure que le temps passait, elle s'enhardissait. Rien n'était plus enivrant que cette délivrance que lui avait offerte sans qu'elle n'en saisisse véritablement les raisons la jolie Sivir. Pour le peu qu'elle pouvait en voir en son état, Brunissen ne pouvait que le constater. A l'instar de la majorité des spectres féminins qu'elle avait côtoyés, la nouvelle Alraune était d'une exquise beauté.

Un piège sans le moindre doute, une trompeuse apparence de fragilité dérobant aux regards imprudents le danger qu'elle représentait. Une trop délicieuse apparition qui n'avait pourtant aucune raison d'exercer la moindre emprise sur elle. La féline n'était plus qu'une damnée parmi toutes les autres. Déchue encore plus qu'elle n'aurait jamais pu l'imaginer, l'ancienne guerrière était encore moins qu'une esclave en cet empire qu'elle avait traversé de long en large. Les Nornes étaient cruelles si cruelles mais cela ne les avaient pas empêché de lui offrir au moins cela...

Et rebondissant doucement sur les mots de Sivir...

- Cela seul l'avenir vous le révélera... Peut-être au moment où vous vous y attendrez le moins. Lydia... Oui, je l'ai connue mais je...

A ce rappel de sa trop récente blessure, Brunissen se remit à sangloter. C'était de par trop éprouvant de se remémorer sans cesse cela en plus de la peine qui était la sienne. Déjà le lac et sa lancinante symphonie la harcelaient sans la moindre pitié en un appel aussi impitoyable qu'inévitable. Un temps passa comme cela, ponctué de souffrance entremêlée de Haine.

Minos...

Encore lui, toujours lui. A croire que le spectre du Griffon était devenu sa Némésis. Une Némésis qu'elle détestait au plus haut point à l'image de bien d'autres âmes. Et sursautant presque aux paroles de l'Etoile de la Magie, elle la contempla un long moment, coïte, incrédule.

Me laisser l'insulter ?

Ouvrant de grands yeux bleu émeraude d'une beauté ensorcelante, vestige de sa splendeur passée, la guerrière du grand nord, observa la spectre à la sombre chevelure. Sérieuse, à la voir ainsi, elle était vraiment sérieuse. Tout ce qui touchait au juge Minos ne semblait vraiment pas la concerner contrairement à celui de la Wyvern...

Une femme ?

Autre surprise que la Valkyrie ne put cacher. Dans ses souvenirs, le juge s'était incarné en homme à plusieurs reprises avant de mener l'assaut contre Asgard. Et maintenant, l'Etoile de la Férocité s'incarnait en femme ? Une autre singularité qu'elle prit grand soin d'éviter de souligner.

- Je... Oui, j'ai compris. Vous êtes sous les ordres de la Wyvern... Disons que... Je l'ai toujours croisée en homme...

Une gêne apparente s'était allumée dans les yeux de Brunissen en plus du reste. Cette rencontre était tellement riche en émotions entrecoupées de souffrances que la prisonnière se retrouvait plus souvent submergée que totalement lucide. Une situation qu'elle ne pouvait contrôler tant les Enfers eux-mêmes semblaient désireux de l'écraser. Pourtant, elle tenait, malgré tout, elle tenait...

- Asgard... Les Vikings... Oui, c'est aussi ainsi qu'on nous appelait même si l'époque où notre peuple s'élançait à la conquête des terres méridionales remonte à des siècles.

Se calant doucement contre une roche pour reprendre un peu de force, après tout, elle était épuisée moralement parlant, Brunissen poursuivit.

- Mais oui, Asgard a toujours existé. Loin dans le Nord, bien au-delà des terres scandinaves...

Et souriant sans s'en rendre compte.

- Imaginez une terre lointaine s'étalant sous un ciel d'une pureté à nulle autre pareille. Une terre sauvage liée à la mer et la glace. Rude, puissante aux tempêtes aussi violentes que l'été est bref et magnifique. Dure y est la vie, violente en est la nature mais le cœur et la passion de ses habitants sont tels qu'ils leur permettent de traverser toutes les épreuves. Nous sommes des guerriers, des forces de la nature sous la bénédiction du grand Odin et de Vanadis Freyja...

Loki... Loki est notre dieu du Feu mais aussi un fourbe et un malin dont les plaisanteries glissent de plus en plus vers l'état de malveillances...

Il a provoqué bien des désastres et finira par précipiter le Ragnarök... La fin de notre terre et de nos dieux...


Puis se rendant compte du silence soudain de son interlocutrice à l'occasion d'une nouvelle quinte de toux.

- Mais je... Peut-être aimeriez-vous en savoir plus sur des points plus précis...

Elle n'avait plus de raison de craindre pour les siens. Tout ce qu'elle savait était maintenant révolu, fruit du passé et plus rien ne pourrait désormais découler du moindre de ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Ven 5 Mai - 8:23

Rhadamanthe de la Wyvern. Ce nom me disait quelque chose, perdu quelque part dans la mémoire de Queen. J'ignore pourquoi ils sont deux spectres à se partager ce rôle, peut être que chaque fois que l'un perd son enveloppe charnelle, le temps qu'il se réincarne, un autre prend sa place? Ce qui expliquerait le long sommeil de ma maîtresse.

«Elle a dormi pendant longtemps. Elle s'est réveillée il y a quelques semaines à peine.» peu avant que je ne sois envoyée à Londres. Toujours est-il que la belle blonde semblait se détendre maintenant que je ne représentais plus une menace concernant Minos. Je ne le connaissais pas, et je ne suis pas au service de l'armée d'Hadès pour avoir encore cet égo surdimensionné concernant les juges et autres hauts spectres. En dehors d'Aërys et d'Hadès lui-même, je ne connais personne dont je doive protéger l'honneur. Je ne connais même pas encore l'existence de Dame Pandore, elle est perdue quelque part dans la mémoire de Queen.

J'essayais de relancer la conversation sur Asgard, au fur et à mesure qu'elle m'en parlait, je me mettais à faire apparaître de minuscules fleurs blanches, elles se répandaient sur le sol pour former les paysages enneigés tels qu'elle me les racontait. Je devais avoir l'air rêveur, même si le dieu Odin n'était plus, apparemment, j'avais envie de visiter ces contrées...


«La neige... la glace... c'est blanc, n'est-ce pas? Je n'en ai jamais vue.» je me tournais vers la jeune femme, d'un air doux «je viens d'Amérique du Sud. J'ai vécu toute ma vie dans une forêt tropicale, alors tu peux me poser des questions sur les plantes géantes capables de dévorer un rat, des arbres qui atteignent le ciel, des plages de sable blanc à perte de vue au bord d'une eau turquoise... mais la neige, le froid, la glace, je n'en ai jamais vu.»

Je tendais la main, paume vers le ciel, machinalement, les mêmes minuscules fleurs blanches apparurent et la recouvrir en formant un petit amas mousseux
«Il faudra que j'y aille... est-ce que ton monde a été totalement détruit? Qu'est-ce qui s'est passé exactement? Je sais que Pséma avait lancé une attaque sur tous les royaumes divins, c'est cette attaque qui m'a révélée en tant que spectre et qui m'a poussée à rejoindre mon armée. Mais comme tu le vois, les Enfers sont toujours debout.»

Y'a bien eu quelques dégâts, mais rien de trop méchant! Je voulais savoir à quoi ressemblait Asgard maintenant, pour savoir si ça valait le coup d'aller voir par moi-même aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Ven 5 Mai - 20:41

Sans doute pour cela que je ne l'ai pas vue ni même ressenti sa présence sur Death Queen Island. Contrairement à celle de la jeune spectre de l'Alraune.

Fait qui paraissait plus qu'incroyable à la blonde nordique tandis qu'elle écoutait la brune Sivir évoquer la nouvelle juge Aërys. En ses souvenirs, même les plus lointains, les juges des Enfers étaient plus que pugnaces. Jamais, aucun d'eux n'aurait manqué à l'appel en cas de bataille ou de guerre sainte. Il suffisait de voir le juge Minos pour s'en convaincre. Sans le moindre état d'âme, il s'était jeté dans le feu de l'action et avait rasé tout ce qu'il pouvait sur son passage.

Étrange...

Songea-t-elle face à la possibilité d'un juge se maintenant loin en arrière. Lâcheté, stratégie ou faiblesse ? Elle se posait la question, ne se rappelant d'aucun ordre réel lancé aux spectres directement sur les terres de l'île maudite sinon par Hadès en personne.

Hormis Minos quand il a directement ordonné à Lydia d'en finir avec Henriques.

Tout cela était troublant tout comme le fait que l'ancienne dame d'Asgard reprenait aussi vite ses facultés. Son âme de guerrière du Septentrion aimantée par cette singulière constatation s'était comme réanimée. Un fait qu'elle ne pouvait en aucun cas se permettre de laisser transpirer. Jamais, les spectres ne lui permettraient de reprendre pieds.

Se taisant alors, craignant par dessus tout d'alerter l'Etoile de la Magie, Brunissen s'empressa de glisser sur le sujet qui semblait tant l'intéresser.

- Oui, c'est blanc, d'une pureté immaculée quand elle se dépose sur les terres...

Plus heureuse qu'elle n'aurait pu penser l'être à l'idée d'évoquer Asgard, cette terre qu'elle avait tant aimée et protégée, la blanche féline fut prise d'une envie soudaine. Joignant presque ses deux paumes devant elle, elle concentra ce qu'elle avait de forces. Si peu en fait mais bien assez pour quelques malheureux flocons.

Le temps sembla s'éterniser avant qu'entre ses mains, les précieux grains blancs n'apparaissent et ne se mettent à voltiger entre ses paumes qu'avec une infinie lenteur elle éloignait. Geste gracieux et lent sans la moindre animosité. Cela lui faisait tant de bien de parler...

- C'est infiniment faible mais je ne puis faire plus...

C'était déjà un miracle qu'elle puisse user d'un peu de son don de froid. Un talent qu'elle aurait réellement souhaité conserver à son véritable niveau. Une autre forme de punition rendant son châtiment encore plus cruel. Être capable d'user du froid mais à une faiblesse telle que cela ne lui servait plus de rien.

Soupirant à cette nouvelle facette de son supplice, la blonde captive reprit malgré tout. Elle devait garder ce qu'il lui restait de force d'âme et de volonté.

- J'étais en convalescence sur l'une des petites îles au large de la cote ouest lorsque c'est arrivé. C'est cela qui m'a sauvée contrairement aux autres guerriers divins...

Et baissant la tête, laissant son regard se perdre sur le tapis de fleurs blanches, elle poursuivit.

- Asgard est détruite, totalement. Il ne reste rien de tout ce que le peuple d'Odin avait construit. Toutes les terres, sauvages ou habitées, ont été ravagées, réduites à leurs plus simples expressions. Pséma voulait anéantir les terres du roi des Ases et il y est parvenu avec Balmung. C'est sur Asgard qu'il a déchaîné sa pleine puissance. En comparaison, ce qu'ont subi le Sanctuaire d'Athéna et les Enfers sont broutilles...

Et rougissant soudain.

- Pardon, je n'atténue pas les dégâts en votre monde mais ils ne sont rien comparé à ceux d'Asgard. De ses terres ne restent plus que cendres et ruines.

Sur ce, la damnée se tut. Elle n'avait pas envie de s'éterniser sur ce sujet. Revoir la détresse de son pays sans que rien ne puisse le soulager dans l'immédiat. Au contraire, il faudrait des dizaines d'années pour qu'un semblant de vie ne refleurisse enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 8 Mai - 10:04

Pourquoi Aërys n'était pas allée elle-même sur Death Queen Island? Simplement parce qu'il était normal que les juges restent à leur poste. Minos avait fait une exception, surement parce qu'il y avait urgence. Nous n'étions, de toute évidence, pas à la hauteur. Pour preuve, il a du achever Cassandra peu après qu'elle se soit enfuie de notre combat. Je fronçais légèrement des sourcils en repensant à cette garce, j'espérais qu'il l'avait jugée depuis et que son châtiment serait pire que tout ce que je pourrais imaginer. Dire qu'elle avait presque réussi à me faire douter de ma cause.

Je repensais à Ostro et son armure de pierre, lui qui avait pris tous les risques et déployé une puissance largement supérieure à celle d'une Étoile terrestre classique. Il y avait plutôt intérêt à ce que tôt ou tard je lui remette la main dessus à celui là!

Mais pour l'heure, je regardais les mains de la belle blonde, elle semblait essayer de concentrer son cosmos et je fronçais les sourcils, elle n'aurait pas du pouvoir le faire. Pourtant, elle fit apparaître quelques flocons de neige, faibles et fragiles, mais d'une grande beauté! Je m'en approchais doucement alors qu'elle les faisait voler vers moi, c'était juste... fascinant! L'eau en descendant à une température très froide pouvait geler, oui. Pourtant, la neige semblait être une sorte d'étape entre l'eau et la glace... la texture paraissait différente, plus douce, plus... mousseuse? Là où la glace n'est que dureté.


«Je vais surement me faire punir pour t'avoir laissé faire ça mais tant pis. Ça en valait la peine. Merci.» je ne montrais nul sourire ni reconnaissance réelle, ce n'était qu'un remerciement normal face à quelque chose qu'elle m'avait apporté. De la connaissance. Je regardais ces pauvres flocons qui finirent par fondre et disparaître au creux de mes mains, ne laissant même pas une goutte d'eau face à la chaleur environnante.

Je me demandais alors si je ne pourrais jamais rejoindre Asgard pour voir ce pays de mes propres yeux, malheureusement, l'attaque de Pséma avait visiblement voulu atteindre directement le palais d'Odin, de notre côté, nous n'avions eu que les dommages collatéraux de cette attaque. Je penchais la tête sur le côté, elle semblait gênée de dire la vérité


«Pourquoi t'excuser? Tu ne fais qu'énoncer des faits. Nous avons effectivement subit des dommages par cette attaque, mais les Enfers sont bel et bien encore là. Ce qui n'est pas le cas de ton monde. C'est bien dommage. Mais au moins, dis toi que Pséma a payé pour ses crimes.» ou que ce sera fait d'ici quelques heures tout au plus.

Je la regardais encore, je trouvais dommage qu'une femme comme elle se retrouve ici. Le Juge Minos l'avait surement bien jugée, je ne le niais pas. Elle avait surement tué bien des gens par le passé, mais comme nous tous finalement. Je la regardais un long moment alors qu'elle semblait perdue dans ses pensées, partant surement dans son pays qu'elle ne reverrait jamais.

«Si... si tu avais la possibilité de sortir d'ici. Si tu avais la possibilité de rejoindre notre armée pour servir ma Maîtresse. Serais-tu prête à me suivre? Sachant que tu te retrouveras tôt ou tard face à Minos évidemment, mais.. tout comme moi, tu ne dépendrais pas de lui. Tu devras oublier ta vengeance et ne garder que ta haine, et déployer ta rage sur les ennemis d'Hadès. Risquant peut être, un jour, de te retrouver face à d'anciens alliés.» je penchais la tête sur le côté, essayant de la sonder du regard. Je prenais un risque, mais elle est.. tellement belle. Il est évident qu'elle va plaire aussi à Dame Aërys, sa combativité, sa rage, ses connaissances aussi, pourraient en faire une spectre redoutable! L'avoir dans nos rangs pourrait tellement nous être profitable! Surtout si elle a noué des liens avec le Sanctuaire. Et puis, elle semble liée à Lydia, non?

Malgré tout, il serait très risqué qu'elle nous rejoigne si elle voue une haine aussi féroce envers Minos. M'enfin, je doute qu'il ait beaucoup de gens qui l'apprécient celui là, ce n'est pas le rôle d'un juge d'être aimé après tout. Mais je posais la question au cas où. Cela ne serait pas de mon ressort, peut être pas de celui d'Aërys non plus. Je suppose que seul Hadès lui-même pourrait la sortir d'ici. Mais autant poser la question et essayer. Je trouvais que c'était.. du gâchis, que de la laisser là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Lun 8 Mai - 19:49

Souriant doucement à la réponse de Sivir, Brunissen se concentra sur ce que la brune Etoile de la Magie venait de lui dire. Pséma, le Sacrilège, l'Ultime Traître et le Meurtrier finirait par mordre la poussière et rejoindre la cohorte de damnés. Avec une telle coalition, cela ne laissait pas l'ombre d'un doute. Hormis la mésentente entre ennemis héréditaires, rien ne pourrait les faire échouer. De si belles cartes avaient été distribuées. Il fallait vraiment être le dernier des ânes décérébrés pour gâcher une telle opportunité.

Henriques...

Songeant un instant au fléau qui s'était emparé de l'esprit de son amour, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de regretter cette ultime perte qui lui vrillait encore le cœur. De toute sa vie, elle n'avait jamais aimé que deux hommes, Samiel qu'elle avait épousé avant qu'il ne succombe et Henriques qu'elle avait si souvent croisé. Y ajouter Odin et Odr ne serait sans doute pas une erreur mais était-ce bien elle qui les aimait ou les avait-elle juste contemplé avec le regard de la plus puissante des splendides Vanirs ?

En cet instant, elle ne pouvait réellement juger. Tout était confus, si confus à l'image de ces pauvres hères se combattant sans relâche pour être le premier à surnager en cette hideuse prison. Dire qu'elle était passé si près sans s'attarder. Si la blonde jeune femme avait su...

Revenant soudain à la réalité, elle s'empressa de détourner son regard de par trop insistant de la mare écumante. Ne pas trop s'attarder de crainte d'y retourner. Ne pas trembler surtout ne pas anticiper...

Et reprenant son courage, elle répondit en ces termes à la belle brune.

- Oui, il paiera sans le moindre doute. Ce n'est sans doute plus qu'une question de temps. Trop de guerriers puissants ont été envoyés contre lui, sublimés par le cosmos divin...

Aucun humain ne pourrait résister indéfiniment à cela. Le fait que le seigneur Hadès ait rappelé des spectres comme le juge Minos en est une autre preuve. Sinon pourquoi leur faire quitter le combat.

Mais tout cela...


La blanche féline baissa de nouveau la tête.

- Tout cela ne rendra pas la vie aux miens ni ne fera refleurir Asgard. Rien ne pourra effacer le crime de Pséma...

Et se laissant aller une nouvelle fois à sa peine immense, la défunte écouta les paroles de Sivir. Devenir spectre ? Elle ? Se rendait-elle vraiment compte de ce qu'elle suggérait ? Un tel changement...

Valfreyja...

Cette facette de sa déesse résonna soudain en elle. Un cadeau à ne pas laisser passer ? Cette jeune spectre était comme un ange à sa façon. Rien ne l'obligeait à la sortir de sa prison. Rien et pourtant, elles étaient là, toutes deux à discuter.

Changeantes étaient les Nornes, subtiles voire incompréhensibles. Elle qui avait tant de fois combattu les Enfers...

Puis, relevant la tête.

- La Haine que Minos a fait germer en moi ne peut se flétrir aussi simplement. Rien de ce qu'il s'est passé ne pourra s'effacer, songez bien à tout ce que cela signifie. Je peux changer mais je ne peux tout effacer. C'est une fleur bien étrange que vous cueillez en moi mais pour ne plus souffrir ne plus agoniser en vain et à jamais, je suis prête à tout. Prête à tout...

Ainsi que pour te retrouver, Henriques...
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Mar 9 Mai - 13:23

Qui étais-je pour proposer un tel marché à cette ancienne ase? Je ne savais pas trop. J'avais un sentiment en moi, un sentiment étrange qui me disait combien son potentiel était gâché ici. Je ne reniais pas le châtiment imposé par Minos, seulement, j'estimais qu'il était trop tôt pour qu'elle paie ainsi pour ses crimes. Je regardais encore la paume de ma main où se trouvaient les quelques flocons à présent fondus, comme si j'espérais qu'ils réapparaissent d'une façon ou d'une autre. Son potentiel était si incroyable! Réussir ainsi à user de son cosmos alors qu'elle n'était qu'une âme en perdition? Qui pouvait dire en être capable?

C'était vraiment trop bête. Quant à sa haine envers Minos.. je souriais doucement à ses pensées

«Contrairement aux chevaliers d'Athéna qui prônent l'amour et les petits papillons, en Enfer, seul le dévouement à l'égard d'Hadès compte. On ne te demande même pas de l'aimer, mais tu lui devras un respect inconditionnel et une obéissance absolue! Cela vaudra également pour le juge que tu serviras... bien que s'il vient à te donner un ordre qui va à l'encontre des exigences d'Hadès, c'est bel et bien ton dieu à qui tu devras obéir...»

Je préférais tout de même qu'elle se rende bien compte de ce dans quoi elle s'engageait. Elle avait combattu aux côtés d'Athéna, hors, Athéna n'est pas vraiment l'alliée d'Hadès, à l'exception de la guerre qui vient de se jouer, mais ce n'était que temporaire...
«Pour le reste, nous avons nos propres ennemis entre spectres. Je peux te garantir que je ne porte pas vraiment le Spectre du Nécromancien dans mon cœur... malgré tout, comprends bien que si tu en viens à t'en prendre à Minos lui-même en tant que spectre, le châtiment risque d'être encore plus terrible que de te retrouver pour l'éternité dans un lac de sang.»

Il fallait qu'elle soit consciente de ce qui se dessinait devant elle. J'ignorais encore si elle pourrait gagner le pouvoir d'une étoile, terrestre ou céleste, mais une chose était sure, si Hadès l'acceptait au sein de son armée, elle allait devoir lui vouer un respect et un dévouement sans faille. Le moindre doute pourrait lui être fatal.

«Réfléchis bien. Si ta décision est prise, nous devrons nous rendre à Guidecca pour que tu puisses rencontrer Hadès en personne, ou du moins son représentant... s'il te reconnaît digne de devenir une étoile parmi les nôtres, alors tu récupèreras ton corps et ton âme.» je me relevais alors pour la regarder de toute ma hauteur le temps qu'elle se lève aussi «je prends un très gros risque en te conduisant là bas. Si jamais Hadès refuse, Minos risque de me punir gravement pour t'avoir sortie de ta prison sans son autorisation.»

Mais s'il accepte, nous aurons alors une recrue de poids dans notre armée. Je suppose que je n'en serais pas récompensée pour autant, mais au moins pourrais-je avoir une alliée dans cette armée terrifiante. En dehors d'Ostro, on ne peut pas dire que je m'en sois fait beaucoup jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Jeu 11 Mai - 11:45

Réfléchir... Ce mot s'était répété en son esprit, en ses pensées.

C'était déjà tout réfléchi. Seule, sans dieu, sans peuple, exilée aux Enfers en lieu et place du Valhalla qu'elle avait tant espéré trouver, nulle autre possibilité ne pourrait s'offrir à elle. En vérité, il aurait fallu être totalement dément pour refuser. S'attirer les bonnes grâces d'Hadès serait le premier pas vers une nouvelle existence, une nouvelle vie où elle n'aurait plus à porter le poids d'un passé qui était mort avec le Royaume qu'elle avait toujours protégé.

Et relevant la tête tout en rassemblant ses forces, elle répondit.

- C'est tout réfléchi, Sivir de l'Alraune. Mon ancienne vie n'existe plus. Avec la perte d'Asgard et de mes anciens dieux, je ne suis plus qu'un navire allant au gré du vent, sans attache, sans amarre. Un esquif qui ne peut que se déplacer sur une mer changeante porté par l'espoir de renaître.

L'Ivresse de cette pseudo-liberté se heurte à la solitude. La Liberté de ma vie si je devais revenir telle que j'étais à ma fin n'est qu'une illusion car elle n'a plus le moindre sens. Sans attache, je ne suis qu'un bateau sans capitaine, sans équipage, réduit à sa seule coquille.


Des mots sur lesquels elle se leva, enchaînant tout aussi sincèrement.

- Mais je ne suis pas que cela. Jamais, je n'accepterai d'être cela. Agoniser en vain alors qu'une nouvelle éternité pourrait se révéler...

Et laissant passer quelques secondes.

- Non, cela ne sera pas mon choix. Que m'importe Athéna, elle n'a eu de cesse de se pencher au gré de ses propres intérêts, s'alliant avec les uns et les autres selon les circonstances du moment. Je ne lui dois rien, absolument rien et même si je me trompais, cela n'a plus d'importance. Je suis morte, incinérée et jugée. Tout cela suffit à balayer ce que j'étais. Mes dieux sont morts, je ne peux le leur reprocher, et avec eux, mon ancienne vie n'est plus que cendres.

Vous prenez un gros risque, Sivir de l'Alraune, et je ne peux qu'admirer votre courage d'aller quelque peu à l'encontre des ordres de Minos. Pour l'avoir combattu, je ne peux que louer votre choix. Espérons juste que votre seigneur Hadès sera du même avis. Je n'ai plus rien à perdre et vous avez énormément à gagner.


Quant aux paroles de la belle brune sur les animosités entre spectres, elle avait préféré ne pas les relever. Cela était courant au sein d'une armée. Des caractères aussi forts pouvaient si aisément se heurter et puis, elle ne connaissait pas plus la nouvelle génération de spectres que cela. Autant se donner le temps d'apprendre, cela, assurément, elle n'en manquait pas.

- Et bien, en ce cas, allons-y, rien de pire ne peut de toute façon m'arriver. Autant tout tenter...
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Jeu 11 Mai - 18:31

De toute évidence, j'avais touché un point sensible chez la belle. Sa volonté de se sortir de cet enfer se mêlait à son envie de faire table rase de son passé. Et lorsqu'elle mentionna Athéna, je compris qu'au final, elle avait été bernée par des Dieux qui ne savaient pas trop ce qu'ils voulaient, ou n'étaient pas assez forts pour l'obtenir.

«J'ose espérer que tu es bien consciente qu'il ne s'agit pas seulement d'une échappatoire ici. Hadès sentira tout de suite si tu acceptes de nous rejoindre que pour échapper à ta punition. Il faudra montrer ton dévouement à son encontre, et ton envie véritable d'avoir enfin un vrai Dieu à servir et protéger. Tu dois réaliser en ton cœur même la chance que tu as de pouvoir le servir, et non pas la chance de sortir d'ici. Tu peux me tromper moi, en me disant que tu es sincère, mais tu ne pourras pas le tromper lui.»

Je préférais qu'elle en prenne bien conscience, et qu'elle se prépare mentalement à lui être entièrement dévouée. Et surtout, à le vouloir sincèrement. Il est vrai que je n'ai pas choisi pour ma part, mais c'était mon destin. J'étais née pour ça, pour être le nouveau réceptacle de Queen, à défaut d'Hadès, c'est lui qui m'a choisie. Peut être, justement, parce que j'ai cette empathie qui me permet de recruter nos troupes? Possible, après tout, à peine arrivée aux Enfers que j'ai eu un disciple - qu'il faudrait que je retrouve d'ailleurs - et maintenant, elle. Tout cela en à peine un mois? Je ne sais pas trop si c'est le quota habituel.

Je lui faisais un signe de tête afin qu'elle me suive, mais avant, je concentrais mon cosmos afin de lui créer une véritable tenue à base de feuillage brun.

«Le blanc est peut être ta couleur, mais tu vas devoir passer au noir. Je me demande quelle étoile pourrait t'accorder sa protection?» je souriais doucement, ignorant les surplis en attente d'un porteur. Mais de mémoire, le surplis de l'étoile céleste de la punition pourrait fort bien lui convenir, vu les circonstances! Ou du tourment peut être... en tout cas, vu la puissance dont elle disposait de son vivant, il serait surprenant qu'elle se retrouve sous la protection d'une étoile terrestre.

Enfin peu importe, elle était désormais vêtue de ce qui ressemblait à une robe longue qui suivait les courbes de son corps, ça lui allait drôlement bien et j'espérais que cela ferait bonne impression à notre Seigneur et Maître. La robe était fendue au niveau des cuisses ce qui lui permettait de se mouvoir, je savais que nous allions mettre du temps à cause de sa faiblesse


«Nous nous dirigeons vers les cascades de sang. On va contourner la forêt des suicidés et le désert des pervers, c'est préférable. De toute façon, mon cosmos empêchera les âmes damnées de nous approcher.» j'espérais que le temps de la marche suffirait à la faire réfléchir un peu à ce qui l'attendait. Je me demandais un peu ce qu'elle pouvait ressentir? L'idée de devoir servir un nouveau dieu suite à la perte des siens.. et qu'en était-il de ce Henriques? Que se passerait-il s'il venait à notre rencontre d'une manière ou d'une autre?

Mon cosmos nous permit de traverser les deux autres vallées sans problème, et la cascade de sang se dessinait devant nous. Je supposais que ce ne devait pas être un spectacle très plaisant après ce qu'elle venait de vivre? Je désignais au loin la huitième prison qui ressemblait à une vaste étendue gelée, mais surement rien à voir avec le paysage décrit par la belle relatif à Asgard. Mais peut être qu'au fond, servir Aërys qui se trouve là bas serait une preuve supplémentaire qu'elle était destinée à venir ici?

«Le Cocyte. C'est là que se trouve ma Maîtresse. Mais nous devons nous rendre au-delà pour rejoindre le Giudecca. J'espère que tu tiendras le coup jusque là.»

La route allait être encore longue...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   Sam 13 Mai - 12:52

[HRP : Petite allusion à la Pandore mythologique mais que je n'ai pas mis directement dans le post pour des raisons rp. Cela aurait été mal venu vu les circonstances ^^]

Aux paroles de Sivir, Brunissen baissa un instant les yeux, prenant un semblant de posture de penseur. Puis, les rouvrant, elle reprit la parole en ces termes.

- Certains dieux ne peuvent être bernés et le maître de ces lieux en fait partie. Je sais parfaitement ce qu'il en coûte de tromper ou offenser une divinité. Les contes, les légendes, les chants des skalds en sont remplis. Et puis, qui suis-je pour duper Hadès... Quand tu me connaîtras un peu mieux, tu pourras constater que je suis une bien piètre menteuse.

Sur ce dernier mot, elle rit doucement avant de poursuivre.

- Je n'ai pas eu la chance d'avoir les leçons du divin Hermès en ce sens. Si je devais trouver un équivalent de mes anciennes divinités en votre panthéon, ce serait : Hadès, Perséphone, Arès, Aphrodite et Athéna. La Mort et la Guerre soutenue par la passion ardente, cela, tout entier, je peux l'offrir à ton seigneur. Je n'ai rien d'autre et je n'ai plus la moindre raison de combattre à présent que même la flamme de la vengeance qui m'animait autrefois n'est plus que braises mortes. Le vide sans fin est mon état et lorsqu'il lira en mon âme, Hadès ne contemplera que cela. Le vide immense en mon âme et l'immensité du cosmos qui perdure en moi.

De bien terribles mots mais qui s'accordaient parfaitement avec le mental actuel de la blonde nordique. Face à Sivir, elle se sentait réduite à sa plus simple expression, son ultime être. Celui qui avait été éduqué, entraîné pour n'être qu'un outil, une arme, une protection. Au sein de l'armée des spectres, ses dons de guérisseuse ne seraient pas forcément utiles mais son art du combat lui pouvait surpasser pas mal de guerriers.

- Vide, je suis, vide, je perdure tant qu'aucun dieu ne redonne un sens à mon néant. Si Hadès est le dieu que les Nornes me destinent, je l'accepterais et le servirais. Rien n'aura la force de me détourner de lui puisque rien n'aura d'importance sinon les ordres qu'il me donnera. Les Ases et les Vanes sont morts, m'oubliant en cette horrible Midgard où j'ai succombé à mon tour, mais, en leurs bontés, ils m'ont laissé mes pouvoirs et les germes d'une nouvelle existence.

Soyez donc rassurée, je n'ai rien d'un combattant d'une autre divinité grecque.
Jamais, l'idée de tromper votre seigneur en la faveur de l'un de ses ennemis ne pourra me venir à l'idée pour cette simple raison. Puis, il lui reste toujours l'eau du Léthé mais cela effacerait aussi l'ensemble de mes arts.


Ainsi allaient les choses. Brunissen en était réduite à cette extrémité. Sous l'influence d'Hadès, elle ne pourrait qu'être une arme de plus entre ses mains et au fond, cela ne la dérangeait pas plus que cela. Elle ne faisait que passer d'un maître défunt au successeur que lui désignaient les Nornes. Restait juste Henriques. Elle ne savait ce qu'il était devenu et en parler à cet instant ne pourrait que remettre sa future existence en doute. Elle devait taire les élans de son cœur et attendre.

Patienter, patienter, elle avait aussi conservé cela. Personne ne pouvait réellement savoir ce qu'elle ressentait. Elle-même ne le savait même pas. Un tour du destin parmi tant d'autres...

- Enfin, comme je vous l'ai dit, je suis prête. Prête à aller à la rencontre de votre seigneur...

Une illumination suivit ses paroles et elle se retrouva vêtue d'une splendide robe de feuilles aux couleurs de l'automne. Une tenue plus que seyante mettant en valeur les courbes de son corps et la blondeur de ses cheveux. Les spectres avaient du goût. C'était un fait certain.

Puis, écoutant sagement les paroles de sa geôlière, elle répondit.

- La route est longue mais rien ne pourra me faire fléchir.

Et se retournant vers le Lac des Violents.

- Il suffit que j'imprime cette image dans mon esprit pour réveiller tous les forces sommeillant en moi. A lui seul, il pourra me stimuler.

En route, alors, je vous suis...


=> Giudecca
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut   

Revenir en haut Aller en bas
 

Haine ou Amour, qu'importe le sentiment tant qu'il me mène vers le salut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Trois Vallées :: Lac des Violents-