RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Mer 3 Mai - 16:36

Plus de trois mille ans avant l'ère de Pséma...


Chante Ô muse les exploits du passé...

Le choc des armes et des âmes sous les murs de la majestueuse Troie...

Qu'entre tes mains, les poètes glorifient les actes et la destinée des plus grands guerriers...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~



L'aube se levait, une aube à nulle autre pareille. Celle où la course du grand Hélios, à ses yeux, à jamais s'infléchirait. C'était l'une de ces époques troublées, exhalant le fer et le sang, jouet des dieux et de leurs manigances hors de portée des décidément bien trop simples mortels. Et en ces temps, une toute jeune femme se tenait. Parée de flammes et de fer, armée à l'image des indomptables filles d'Arès sans en être réellement. Proche et lointaine, elle n'avait d'amazone que la jeunesse qu'elle avait passé au sein de leur peuple et l'amour de la Guerre qu'elles lui avaient si brillamment inculqué. Le rejet des hommes, le pouvoir absolu des femmes, telle était l'essence de ce peuple qu'elle aimait malgré quelques divergences propres à son cœur. Si cœur, elle possédait. Elle qui déjà était si différente, se mêlant aux amazones venues secourir le vénérable Priam face aux assauts de ces grecs barbares.

Merveilleuse et redoutable Penthésilée...

Lydia devait bien se l'avouer, elle admirait voire aimait cette reine sans trop l'afficher. Sa présence même lointaine lui rappelait pourquoi elle était en ces terres d'orient. Pour qui elle combattait. Les Amazones étaient les alliées du roi Priam et par ricochets, elle les suivait, les soutenait, les aidait de son pouvoir...

Un sourire s'afficha soudain sur ses lèvres tandis qu'elle replaçait quelques flèches en son carquois. Plus qu'une archère, elle était une gardienne à nulle autre pareille ainsi qu'une guide capable de se fondre dans la nuit la plus impénétrable et ce sans jamais se laisser surprendre par qui que ce soit. Tel était son talent, son secret dont la contrepartie se payait en sang...

Un nom s'accolait à cela mais jamais, ô grand jamais en leurs présences, elle ne l'employa. Pas une seule fois, pas même lorsque les toutes premières amazones vinrent la tirer du sommeil dans lequel elle avait sombré. L'écorce qui l'enveloppait avait alors si aisément cédé. Jeune et naïve, la rousse combattante avait alors souhaité trouver des sœurs, des compagnes avec qui partager une existence qui n'était alors que solitude et mort. Thanatos l'avait marquée à sa façon tout comme Nyx qu'elle priait pour qu'elle éclaire sa nuit. Quant à Hypnos...

Un autre sourire songeur, elle ne savait pas, pas encore en tout cas. La Mort, la Nuit et le Sang étaient ses compagnons de toujours tout comme le deviendraient la Guerre et l'Amour...

Soudain, un son éclata dans sa nuit mourante, un bruit qu'elle ne tarda pas à pister, s'entourant de cet halo si particulier. Éclatant dans son écarlate, il avait de quoi la rendre irréelle, redoutable. Nulle vie ne pouvait lui échapper. Nul grec les surprendre tant qu'elle veillerait.

Maudit chien...

Pas plus que ses sœurs d'armes, elle n'appréciait ces guerriers menés par une bande de roitelets coalisés. Le pire était que la grande déesse Vierge, la redoutable Athéna les protégeait. Elle était là et là, illuminant les vastes plaines d'Ilion d'un éclat qui la distinguait de tout autre. Rayonnant sur la terre pour qui pouvait la contempler en plein cœur de la mêlée, exactement comme l'implacable Thanatos ou l'effroyable Arès. Tous trois étaient là et d'autres certainement encore. Troie n'était pas qu'une guerre entre hommes, elle impliquait aussi les dieux mais pas qu'eux, pas qu'eux. En plus du bouillant Achille, fils de Thétis, roi des Myrmidons, la jeune femme pensait avoir entraperçu des hommes dotés d'armes merveilleuses...

Des hommes entourés d'une lueur qui lui rappelait étrangement la sienne, différente mais semblable d'une certaine manière et cela la terrifiait. La Pythie entre autres le lui avait prédit. Un dieu l'appelait mais pour le trouver, elle devrait contre d'autres se lever...

Effroyable prédiction pour qui connaissait le sort que les dieux réservaient à ceux osant les défier. Les récits étaient bien trop riches en ce sens pour qu'elle puisse l'ignorer.

Ainsi un dieu l'appelait mais ses sens pourtant si puissants étaient comme occultés...

Ma fin se fera sous les murailles de Troie mais je ne serai pas seule...Mes sœurs... Penthésilée...

D'un geste, elle frappa à mort l'homme qui avait tenté de les approcher. Elle n'avait guère d'autre choix que de lutter sans pitié. Les Achéens les violeraient sans la moindre hésitation avant de les emmener en esclavage si elles y survivaient. Plutôt mourir que cela, plutôt périr que de voir sa reine se débattre sous la main d'un ennemi sanglant...

Face au grec agonisant, Lydia s'accroupit, sur le qui-vive, prenant le sang encore chaud. Et ce faisant, elle finit par prier avant d'offrir l'ultime souffle de sa victime en sacrifice.

- Ô toi, le dieu que mon destin me pousse à chercher sans m'en révéler le nom, toi l'Invisible, je t'en prie, entend ma prière. Entend la voix d'une servante dévouée qui ne demande plus qu'à te rejoindre te faire son ultime demande d'amazone luttant sous les murs de l'imprenable Ilion.

Pour ma reine, je suis prête à offrir ma vie, donne-moi la force de lutter contre les armées menées par le roi de Mycènes Agamemnon. Que je puisse mettre une dernière fois mon pouvoir au service de la reine que j'aime et admire. Une ultime fois avant que mon âme et mon cœur ne puissent enfin te trouver...


Ce jour, elle le savait à présent pourrait être son dernier. Déjà tant de héros étaient tombés. Le vaillant Hector venant lui-même de succomber...

Tant de héros, tant d'âmes envoyées directement au sombre séjour du puissant fils de Cronos. S'il y avait un dieu vainqueur en cette guerre, c'était bien lui, bien lui...



[HRP : Je pensais le faire en un post mais cela serait trop long. En cas de souci, dis-le moi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Jeu 4 Mai - 17:25

Pendant ce temps, aux Enfers, à la Demeure du Jugement


« Salutations. »

Une nouvelle âme fit son apparition dans la salle d’audience de la Demeure du Jugement, et à nouveau, ma voix s’éleva dans ce lieu que les années m’avaient appris à aimer.

« Veuillez me décrire la nature de vos péchés commis sur Terre dans leur ensemble je vous prie. »

Mécaniquement, je répétais la même routine, encore et toujours, âme après âme, jour après jour.

Cela faisait maintenant un peu plus d’un siècle depuis Hiérophante, et ma dernière bataille en tant que mortel. Plus de cent ans depuis que j’avais eus l’immense honneur d’être désigné à ce poste et si je m’y étais fait par la force des choses, après la surprise, l’incrédulité et la déception, il ne me restait désormais que la lassitude.

Il n’était pas question d’incompétence ou d’un désaccord fondamental avec l’exercice de mes fonctions, il s’agissait plutôt de l’absence de finalité que ma tâche semblait receler, une vacuité qui avait cessé de hanter mon esprit depuis près d’une décennie seulement.

« Je me nomme Patrocle, et de mon vivant, je n’ai commis nul péché qui m’interdirait l’accès aux champs Elysées. J’ai combattu bravement devant les murs de Troie, et il ne fallut pas moins que l’homicide Hector pour mettre un terme à ma gloire. »

Encore une âme à l’esprit emplis d’illusion et de mensonges…

« Alors selon vous, les dizaines d’hommes que vous avez tués, votre jalousie maladive à l’encontre de votre cousin Achille, et votre penchant pour le vin serait les critères faisant un saint ?

Ceux tombés par ma main sont la preuve de ma gloire, je n’étais nullement jaloux d’Achille, je ne voulais que devenir comme lui, quant au vin, les dieux l’ont bien donné aux hommes pour une raison non ? »


Navrant. Tout cela était tellement navrant… Bien sûr il ignorait qu’à cet instant j’avais déjà lu l’intégralité de son existence dans les pages du Registre des Morts, et que ce livre sacré, constamment mit à jour par le pouvoir des scribes infernaux, ne pouvait pas mentir.

« Non, Patrocle, fils de Ménétios. Il n’est aucune gloire à répandre le sang de ses semblables. Chaque vie est sacrée. Chacune d’elle est un miracle accordé par les dieux et en cela, détruire la moindre existence reviens à rejeter ce miracle. Ta cause n’a apporté sur la Terre que la mort, et ton obsession pour les prouesses de ton cousin t’a détournée de la voie de la sagesse, là où tu aurais pu comprendre la folie de tes actes. »

Grave et solennel, je me levais avec lassitude avant de matérialiser dans ma dextre le fouet cosmique que j’avais choisi pour être mon outil de fonction.

« Pour avoir tué non par nécessité mais par soif de sang, pour avoir confondu ambition et jalousie, et pour avoir succombé aux sirènes de Dionysos, je te condamne, toi Patrocle, fils de Ménétios, à une éternité d’expiation dans la septième prison des enfers, là où ceux ayant fait violence contre leurs semblables apprennent la futilité de leurs actions.

C’est une insulte ! Un scandale ! Les dieux eux-mêmes marchaient parmi nous, ils guidaient nos actes ! Cette guerre est une guerre juste, et une guerre d’honneur ! Et… »


Mon fouet claqua alors dans la salle d’audience, et alla s’enrouler sept fois autour de l’âme de l’ancien amant d’Achille avant qu’il ne soit précipité vers sa dernière résidence.

Encore un jugement prononcé contre un enfant ignorant et arrogant. Une âme comme il s’en trouvait des centaines de millier dans les prisons infernal. Pourquoi ? Pourquoi tout ça ? Pourquoi les dieux laissaient-ils les Hommes se perdent ainsi ? Pourquoi certains dieux se laissaient-ils aller à de tels comportement au lieu de montrer l’exemple ? Et pourquoi leurs pairs ne faisaient-ils rien pour les en empêcher ?

*Une Loi immuable, un règlement impossible, qui est coupable, qui est innocent, et pourquoi… Où est la justice en ces lieux ? Où ?*

Plus de cents ans que je faisais tourner et retourner ces questions dans ma tête, et je n’avais toujours pas trouvé l’ombre d’une réponse satisfaisante.

Malgré mes longues recherches dans la mémoire des défunts, je n’avais trouvé aucune solution à l’énigme de ma mission, et j’avais beau prier, les dieux restaient sourds à mes appels. Même le seigneur du monde souterrain semblait s’être détourné de moi après ma nomination. Etais-je donc vraiment seul ?

*Pourquoi moi ?*

Rien n’avait pu me préparer à cela de mon vivant. Les lois que j’avais édicté avec l’aide de mon père n’étaient pas celles des Enfers. L’Homme n’était pas prêt. Et il ne le serait peut-être jamais. Mais j’avais été choisi, choisi par les souverains du monde souterrain, par un des trois seigneurs de la création en personne. Je n’avais pas pu refuser. Je n’en avais pas le droit.

« Faites entrer l’âme suivante je vous prie. »

Les âmes se suivaient et se ressemblaient. Des années à avoir officié en ces murs m’avaient fait me rendre compte à quel point l’existence terrestre était précaire. Précaire voir injuste au dernier degré. Si les champs Elysées nous étaient promis dès la naissance, le moindre péché suffisait à faire tomber une âme autrement méritante dans l’une des sept prisons infernales, là où elle souffrirait pour l’éternité sans le moindre espoir de rédemption.

*Sans espoir… Ou peut-être pas. Un seul espoir. Un espoir de fou.*

La servitude éternelle contre la jeunesse éternelle et la garantie de repousser à jamais son jugement dernier. Parfois les marchés les plus simples étaient les plus attrayants, et le seigneur de la terre noire l’avait bien compris.

Sa nouvelle armée composée exclusivement d’âme mortes puis réincarnées se construisaient déjà sur cette promesse faites aux morts les plus puissants, et si nous étions encore faibles par le nombre, nous étions déjà grand par la puissance, une puissance qui ne ferait que croitre avec les années qui s’écoulaient.

Puissant et immortel nous étions tous devenu. Ce corps qui était à présent le mien ne connaitrait plus jamais la maladie, il ne connaitrait jamais ni la décrépitude de l’âge ni ne craindrait les dégâts de l’épée, il ne connaitrait plus jamais la faim, la fatigue ou le sommeil. Bénie par la puissance du dieu des Enfers, ce corps, bâtit à l’image de mon apogée, continuerait d’exister quand même la poussière de mes os aura disparue de la surface de la Terre.

« Salutations. »

Une nouvelle âme, un nouveau jugement. Depuis qu’à Troie se déroulait cette guerre absurde n’opposant en vérité que les orgueils blessés de quelques fous avides de pouvoirs, les morts arrivaient en mon tribunal à un rythme effréné.

« Veuillez me décrire la nature de vos péchés commis sur Terre dans leur ensemble je vous prie. »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Ven 5 Mai - 17:38

Tout à ses considérations, la rousse Lydia avait enfin senti le jour se lever. Sur sa peau si pâle, la chaleureuse caresse d'Hélios avait succédé au frais et ténébreux toucher de Nyx. Un réconfort certain alors que cette nuit n'avait été que pleurs et lamentations. Sur le sol, les traces d'un vieillard éperdu de chagrin se perdaient. L'amour d'un père pour son fils tombé à la bataille et emporté tel un trophée sanglant par l'effroyable Achille.

De ses yeux, Lydia l'avait vu revenir. Sans un mot de trop, elle avait fait signe aux amazones de le laisser passer. Si voûté, si fragile sous le poids de la douleur de perdre un autre de ses enfants, il semblait avoir vieilli atrocement. Tel était le poids de sa faute, le poids de sa faiblesse envers Pâris, envers Hélène. Toute cette folie pour une seule reine, un visage tel qu'il faisait frémir d'amour tout être qui venait à le croiser. Excepté un, un seul, celui de la prophétesse maudite d'Apollon. Seule parmi les filles d'Hécube, elle avait arraché le voile d'or de la reine de Sparte et prédit à tant et tant de reprises non seulement la guerre mais aussi la chute de Troie. Repoussée par les siens, c'était pourtant elle qui était parvenue à convaincre les gardes de laisser rentrer le roi Priam ramenant en ses murs la dépouille de son fils.

Ainsi en allaient les choses. Aimante malgré tout, la jeune Cassandre ne pouvait que s'efforcer de prédire une fin prochaine en vain. Triste destin pour une princesse qui ne pourrait jamais protéger les siens mais encore ignorante de tout cela, Lydia ne pouvait que suivre sa propre voie. Et enfin, le soleil se leva...

Sous les murs de Troie, une nouvelle bataille s'annonçait. Une boucherie de plus qui ne manquerait pas de changer le dieu-fleuve Scamandre en flots de sang, le faisant sombrer en une fureur telle qu'il ne manquerait pas de bondir hors de son lit. Et plus encore que le sol, ce serait l'eau qui charrierait le sang, charrierait les corps. Les plaines de la grande Ilion se changeraient alors en Enfers et c'était en cet enfer que la jeune femme irait se perdre...

- Que la Grâce d'Arès vous garde, reine Penthélisée... Un seul geste de vous et je vous offrirai mes forces...

Sans un mot de plus, elle s'était exprimée d'une voix douce et claire. Quelques termes qu'elle espérait dénués de tout tremblement. Le temps n'était pas à la faiblesse. Qu'elle puisse avoir peur était normal mais l'afficher serait faiblesse. Forte elle devait paraître au front, chevauchant au milieu de celles qu'elle aimait comme des sœurs.

D'un geste, la reine avait répondu, la laissant rejoindre sa monture. Native d'une autre terre que celle des amazones, elle avait pourtant trouvé en elles une famille aimante. Une famille où naître fille était une bénédiction. D'un sourire, elle salua les douze autres guerrières. Grandes, fortes, armées d'arcs et d'épées, elles en imposaient autant que les hommes.

Merci de me laisser lutter à vos côtés, mes sœurs. Merci de ne pas m'imposer la voie de toutes ces malheureuses troyennnes.

A cette pensée, elle leva ses magnifiques yeux bleus vers les hautes murailles de Troie. Tant de silhouettes tremblantes s'y massaient déjà. Si nombreuses, si fragiles avec leurs tailles réduites par la distance.

Tremblez, femmes de Troie, pleurez, femmes de Troie. Priez les dieux pour vos pères, vos frères, vos époux et vos fils partis faire la guerre. De tous vos cœurs et vos âmes, implorez les dieux pour qu'ils les prennent en pitié.

Détaillant toutes ces silhouettes, toutes ces formes, elle finit par s'arrêter sur une, une seule. Blonde, rayonnante, elle éclatait sous le jour naissant. Hélène, Hélène de Troie assistait elle aussi à la bataille. Fière, forte, courageuse en sa seule présence, elle montrait qu'elle était plus qu'une simple poupée prise entre les querelles de misérables roitelets. Fascinée malgré elle, Lydia ne pouvait détacher son regard de la fille de Zeus. Divine, qui pouvait encore douter de son ascendance divine.

Émue, captivée, la jeune combattante fut soudain arrachée à sa contemplation par la main de l'une de ses sœurs.

- Notre reine aussi est divine. N'oublie pas, ma sœur, ta première réaction face à elle. N'oublie pas que c'est pour notre reine que tu te bats. Tiens, cela t'aidera...

D'un geste, elle avait saisi les bandages rudes que lui tendaient la brune Alcibié. Un seul suivi d'un mot et d'un sourire.

- Merci...

Il n'en fallait pas plus. Les Amazones se comprenaient entre elles et elle, l'étrangère avait été plus d'adoptée. Elle aussi était aimée de ses sœurs guerrières comme ce simple geste venait de le montrer.

Geste auquel elle répondit en se serrant encore davantage la poitrine. Cette gorge si belle et si douce épargnée par le bûcher que les archères s'imposaient pour mieux à l'arc tirer. C'était un signe de plus de l'incroyable destin qui était le sien. Intact était demeuré son sein. L'oracle s'y était opposé et même chez les Amazones, il était respecté. Une fille choisie par les dieux et marquée en ce sens devait être respectée en tant que telle. S'attirer les foudres divines était trop dangereux pour qui était assez fou pour s'y tenter, filles d'Arès ou non.

Un souffle, un geste et elle se mit à son tour en selle. L'étalon qu'elle montait était une splendeur comme ceux de toutes ses compagnes. Celui de la reine les surpassant tous autant par sa robe, son allure que ses qualités. Alcibié avait raison. Penthésilée rayonnait elle aussi à sa façon. Elle avait l'éclat de la fille d'Arès bénie par les armes et le fer alors que la belle Hélène avait l'attrait de toute femme bénie de l’irrésistible Aphrodite. Un geste, une main tendue vers son aînée qui la prit aussitôt et la première cavalerie s'ébranla.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- Aaaaaaaaahhhhhh !!!

Où que se tournât son regard, ce n'était que cris de rage et de folie, coups d'épées ou de corps qui s'entrechoquaient. Seule face aux achéens surgissant de toutes parts, Lydia tenait. D'un geste, elle repoussait ou esquivait les coups pleuvant sur elle, de l'autre, elle cherchait la trace de ses sœurs, de sa reine. Souillée de sang, de terre, de sueur, elle tenait malgré la fatigue, malgré la douleur. Esseulée, elle n'était plus qu'une silhouette féminine perdue dans une marée aussi mâle que déchaînée.

Si vite, tout était allé si vite. Dans la poussière et le vacarme, un char avait surgi. Un équipage si rapide qu'il lui avait paru comme voler sur le terrain et à sa tête se tenait un dément. Un dément blond aussi jeune que puissant, le regard fou, la vengeance et le désir de sang déformant ses traits. Vision de carnage fendant les rangs des troyens avant de les charger, elles...

Et au milieu de tout cela, elle l'avait revue. Cette lueur autour de certains guerriers, elle l'avait vue et contemplée, basculant un court instant comme dans un autre monde avant de réaliser trop tard ce qui sur elle et ses sœurs venaient de s'abattre sans pitié. Achille, l'adolescent sanglant, l'exécuteur du noble Hector...

Un choc effroyable s'en était suivi avant qu'elle ne sombre dans un état second, frappant désespérément à quelques pas de la dépouille de son cheval toute forme menaçante. Éblouie, perdue, elle avait lutté jusqu'à que cet état second se dissipe et qu'elle réalise sa soudaine solitude. Face à elles, des dizaines de guerriers et aucune trace de Penthésilée.

- Non !!! Non...

Prise d'une crainte soudaine, elle sentit une force jaillir au plus profond de son être, révélant l'étonnante lueur qui était la sienne. Sublimée par cette puissance inconnue, elle ne sentait plus la douleur ni la peur qui l'avait fait se souiller. Elle se sentait comme libérée, capable de courir si vite qu'elle ne tarda pas à tous les distancer.

- Quoi !!! Au nom de la grande Athéna, je vais t'abattre, engeance d'Arès !!! Ton cosmos ne te sauvera pas !!!

Elle n'avait pas répliqué, ne s'était même pas retournée. Arès était le dieu protecteur des Amazones et combattait au milieu des rangs des Troyens. En quoi était-ce une telle surprise qu'elle, une amazone, lui fut associée. Et puis, elle avait entre chose en tête que d'écouter des paroles qu'elle ne saisissait.

Cosmos ?


Lydia ne comprenait rien, elle n'avait aucune idée de cela que pouvait être et enfin, elle repéra Penthésilée aux prises avec Achille en personne. N'écoutant alors que son courage, elle fonça droit pour s'interposer entre la reine qu'elle aimait et son adversaire... Avant d'être comme fauchée.

- Aaaahhh... Mais ?

Saisissant la pointe de la flèche d'or qui venait, de part en part, la traverser, elle se retourna et le vit. Non, elle devait avoir des hallucinations. Cette armure ne possédait pas d'ailes ni d'armes en or quand elle l'avait vu pour la première fois...

- Seigneur Diomède, Achille est aux prises avec la reine des Amazones. Faut-il aller l'aider ?

Diomède, le roi d'Argolide... Le protégé de la déesse Athéna...

C'était lui qui l'avait abattue dans le dos, lui dérobant l'aide qu'elle aurait pu offrir à sa reine. Cette vision de l'homme qui venait de la tuer se grava soudain en elle avant qu'elle n'expire...

- Pardon, ma reine, pardon...

Et ses premières larmes de sang surgirent...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Prostrée, éperdue de peine et de douleur, elle avait franchi les portes des Enfers et remonté le chemin des défunts comme une somnambule. Tout ce qu'elle avait pu offrir pour protéger sa reine n'avait pas suffi. Pas même l'appel à cette divinité qu'elle n'avait su trouver.

Écrasée par ce poids et la cruauté de la déesse Athéna, elle finit par s'avancer sur l'immense route qui la mènerait au tribunal des dieux...


Dernière édition par Lydia le Ven 5 Mai - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Ven 5 Mai - 21:42

« Hector de Troie, fils de Priam et d’Hécube. »

Me redressant dans mon fauteuil, je reconnaissais alors devant mes yeux l’âme de celui que la mémoire de ses compagnons ne décrivait que comme un prince modèle, un fils obéissant, un frère exemplaire, un époux fidèle et attentionné pour sa femme Andromaque, et un père attentif pour leur fils Astyanax.

« Prince Hector… Ta réputation te précède. C’est un honneur que de pouvoir enfin te rencontrer. Je me nomme Minos, et de mon vivant, j’étais le roi de Crète, fils de Zeus et d’Europe. »

Accordant un signe de tête à l’âme de celui que l’Histoire retiendrait comme étant le véritable héros de la guerre se déroulant devant les portes de sa cité, j’obtins de sa part la même marque d’attention avant qu’il ne prenne la parole.

« Je te connais également de réputation roi Minos. Et si ce lieu est bien ce que je pense, alors il m’est agréable de t’y trouver. Le sombre séjour n’aurait pas pu choisir meilleur juge. »

Sage, le Troyen l’était, sans aucun doute.

« Quant à mes péchés, je vais tenter d’en faire une liste exhaustive, mais la mémoire d’un homme ne peut retracer ce que seul les dieux conservent. »

Pendu à ses lèvres spectrales, j’attendais de voir la défense du fils de Priam dont on disait la sagesse égale à celle de son père.

« A l’âge de neuf ans, je dérobai le cheval de mon père pour satisfaire mon envie de faire le tour de ma cité. A l’âge de dix ans, je tuai pour la première fois, et à ma quinzième année, je tuais mon premier homme lors de ma première bataille. Depuis, des dizaines sont tombés sous ma poigne, mais je n’en ai jamais retiré ni fierté ni plaisir. Voilà pour ce que je parviens à me souvenir, et s’il m’est permis, je dirais pour ma défense que si au cours de ma vie, j’ai œuvré pour honorer les dieux, ma famille, et ma patrie, je n’emporte dans la tombe qu’un regret, celui de n’avoir pas eu la force de porter mes rêves et mes espoirs jusqu’à leur accomplissement. »

Bien qu’incomplète, sa plaidoirie était empreinte de vérité et de sincérité, comme le démontrait le Registre des Morts. Sa vie, entièrement consacrée aux codes d’honneurs que les dieux et son père avait tracés pour lui, avait été honorable en tous points.

« Je t’entends et te crois, prince Hector. Mais toi-même dois savoir que rien ne peut justifier le fait de prendre la vie d’autrui. Ceux que tu as précipités dans leurs tombes, ils étaient des frères, des pères, des fils, des oncles, des cousins et des neveux. Eux aussi avaient leurs rêves et leur espoir. Et c’est bien ta force qui y mit un terme. »

L’âme du plus grand des fils de Priam garda un instant le silence, semblant comme repenser sa vie sous une nouvelle lumière, avant de reprendre la parole d’une voix où se mêlait regret et résignation.

« Tes paroles sont le reflet d’une vérité que je ne puis réfuter, fils de Zeus. Et je ne puis aujourd’hui que regretter chacun des coups qui me fit prendre une vie. Mais toi qui semble si bien me connaitre, permet moi de te demander tout simplement ceci. Devant les choix drastiques qui m’ont été imposés par les dieux, toi que le père des nuées consultait pour ta sagesse, aurais-tu agis différemment ? »

La question valait que je m’attarde dessus, car du haut des milliers de jugement que j’avais eus à rendre depuis ma nomination à ce poste, jamais plus grand héro n’avait franchis les portes de ma salle d’audience.

« A quoi te servirait ma réponse prince Hector ? Tu sais bien qu’un Homme ne peut agir qu’avec les armes que lui donne les dieux, et tes armes ne sont pas les miennes.

Je sais tout cela, mais je tiens à avoir ta réponse malgré tout, parce que… Parce que nous nous ressemblons pour autant que je puisse en juger. Aussi réponds moi je t’en conjure. »


Pour la première fois depuis plus d’un siècle, je me surpris à ressentir une certaine empathie envers cette âme noble faisant face à un destin tellement plus puissant qu’elle ne le serait jamais.

« Je ne suis pas parfait moi-même fils de Priam. J’ai moi aussi fais couler le sang pour défendre ceux qui m’étaient cher, aussi je ne peux que comprendre les raisons t’ayant poussé à défendre les tiens. Cependant, et c’est là la différence entre nous, je n’ai utilisé l’épée que lorsque les dieux m’en donnait l’ordre. Mes guerres ne furent pas motivées par mes choix, mais par la volonté des dieux. »

L’âme d’Hector sembla surprise de ma réponse, et y réagis aussitôt.

« Mais j’ai toujours honoré les dieux également. Si tu me connais, tu ne peux que le savoir. Nombre de fois durant mes batailles, je fus protégé par le dieu des prophéties en personne. Alors en quoi sommes-nous différents ?

Je sais que tu fus le champion du dieu de lumière. Et je sais comment à plusieurs reprises il t’a soustrait aux foudres des armées grecques. Mais aussi fidèle que tu fus aux dieux, tu as toujours fait passer la volonté des hommes avant la leur. »


Cette fois, l’âme de l’ancien prince Troyen resta muette.

« Ceci n’est pas un péché punis par la Loi divine, mais cela suffit hélas à te priver du droit d’entrer aux champs Elysées.

Qu’est-ce que cela signifie ? Que vais-je devenir ?

Cela signifie que dans les faits, tu n’as nullement péché, fils de Priam, mais que tu n’as pas pour autant bien agit. Aussi, ton âme ne pourra rejoindre le séjour des bienheureux. Et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés par les dieux, je t’envoie rejoindre ceux qui comme toi n’ont pas péché, mais n’ont pas eu la foi dans la vision divine. »


Hector ne pouvait alors pas le savoir, mais il faisait partie d’une élite humaine. Des êtres rares et celés à pouvoir accéder aux limbes infernaux. Un lieu où ces âmes rarissimes ne souffriraient ni ne seraient heureuses. Un lieu où l’âme d’Hector se retrouverait en compagnie d’âme aussi prestigieuses que ceux de Persée, d’Horace, d’Andromède, de Lucain, de Latinus et d’Hippocrate.

« Nul fouet pour toi prince de Troie, mes gardes t’escorteront vers le lieu de ton dernier repos. »

Faisant alors sonner deux fois ma clochette, deux gardes squelettes prièrent le glorieux fils de Priam de les suivre vers ce lieu secret, tenu à l’écart des autres prison infernales et dont j’étais le seul avec Hadès à connaitre l’existence.

« J’espère que nous nous reverrons, fils de Zeus. Passe me rendre visite lorsque le cœur t’en dira. »

Noble et sage, l’âme d’Hector n’avait rien perdu dans la mort.

« Je t’en fais la promesse, glorieux fils de Troie. »

Et les portes se refermèrent sur cette âme d’exception, cette âme qui à elle seule avait suffi à me rappeler que la vertu existait encore chez les Hommes.

Que s’ils parvenaient à faire taire leur instinct, et à obéir aux dieux, alors, tout leur était possible.

« Faites entrer l’âme suivante. »

Une nouvelle âme fit son entrée, une âme résolument féminine, mais qui contrairement à la quasi totalité des âmes humaines, m'apparaissait comme auréolée de pourpre et de violet. Ce qui ne pouvait signifier qu'une seule chose.

« Salutations. Veux tu bien me dire ton nom jeune âme ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Ven 5 Mai - 23:34

Longue était la route, ardue mais aussi incroyable que fascinante. En cette première partie de son voyage, Lydia se surprit à ne pas trembler autant qu'elle le devrait. Était-ce la pièce qu'on lui avait offerte qui la rassurait ? Le fait de pouvoir payer le passeur et de ne point s'étioler en cette berge pour l'éternité ? Face au Styx, elle ne pouvait que contempler toutes ces âmes errantes, repoussées. C'était un spectacle à fendre le cœur même pour elle qui l'avait eu transpercé. Toutes ces silhouettes qui se lamentaient sans qu'elle ne puisse les approcher, leurs parler. Et les dieux savaient combien de fois elle avait essayé...

- Eh toi... Que ne perds-tu ton temps à errer en si piètre compagnie ?
- Que ?
- Approche, petite, le temps est venu pour toi de passer le fleuve sans retour. Nul ne peut repousser l'appel du Nocher quand il vous choisit. Et toi, je te choisis au milieu de toutes les autres. Approche...


Surprise, la rousse archère s'était dans un premier temps retournée vers l'origine de cette voix. Masculine sans le moindre doute, elle était aussi forte qu'intéressée. Craignant soudain pour une existence pourtant consumée, la jeune âme hésita. Surtout quand enfin, elle le contempla.

Grand, vêtu d'une tenue sombre sur laquelle il avait jeté un manteau aussi vieux que malpropre, le passeur la dévisageait. Méfiante, elle se décida pourtant à approcher, écartant le plus délicatement possible les âmes qui les séparaient. Un trajet plus que court mais qui serait décisif. Elle le savait. Une fois, le fleuve franchi, en arrière, jamais plus, elle ne pourrait retourner.

Penthésilée, ma reine et vous, mes sœurs, adieu...

Ne plus les revoir, ne pas savoir ce qu'elles étaient devenues serait son ultime regret en plus d'avoir échoué à la recherche de sa propre vérité. Une plaie qu'elle devrait porter en plus du sort que les dieux des Enfers lui réserverait mais elle était et demeurait une amazone. Elle n'avait pas le droit de se laisser aller, pas encore et puis demeurer céans ne servirait de rien. Avancer, elle devait avancer.

Aussi, rassemblant ce qu'il lui restait de courage, elle se saisit de son obole avant de reprendre d'une voix plus décidée.

- Charon ? Vous êtes le passeur Charon ?

Question qui fit naître un sourire ravi sur ce qu'elle pouvait voir de son visage. Des traits qui ne pouvaient qu'être ingrats.

- Oui, ma belle, et toi, tu sembles posséder encore un peu trop d'empathie et de cœur pour une morte... Sans parler de ce petit plus qui te vaut l'honneur de traverser...

Une main tendue suivit ces derniers mots et Lydia comprit. Tremblante malgré elle, elle s'exécuta aussitôt, déposant l'obole dorée dans la paume recouverte d'un métal aussi sombre que la nuit. Offrande qui lui valut la grâce de monter et de prendre place sur l'étonnante barque, elle aussi toute faite de métal.

Quelques autres âmes suivirent, hélées de la même manière et le voyage débuta. Paisible malgré sa longueur qui lui parut de nouveau une éternité. Un temps qu'elle passa à guetter tout ce qu'elle pouvait. Reconnaître un visage, un corps, n'importe quoi pourvu qu'il puisse la renseigner...

Recherches infructueuses qui prirent fin au contact du rocher. Sans plus de formes, Charon les fit tous descendre avant de lui agripper soudain le poignet. Geste qui entraîna un réflexe immédiat.

- Oui, toi, tu es différente, ma jolie. Suis ce chemin, tu arriveras plus vite au temple. Un conseil, ne fais pas davantage attendre tes juges. Je ne tiens pas à ce qu'on vienne me reprocher ton retard.

Sur ces derniers mots, il lui meurtrit le poignet, faisant gémir la jeune femme de douleur. Savait-il déjà pour ainsi oser la traiter ? Lydia l'ignorait, elle ne savait vers quoi, elle avançait mais elle avait vite compris à quel point ce Charon pouvait être dangereux. Aussi répondit-elle aussitôt.

- Oui, j'ai compris, Passeur Charon. Je suivrai le chemin que vous m'indiquez sans traîner.
- J'espère bien...

Et sans plus de cérémonie, il la lâcha aussi brutalement qu'il l'avait saisie et sauta sur sa barque. Quelques instants plus tard et il était hors de vue.

Restée seule sur la rive, les autres âmes ne l'ayant pas attendue, Lydia s'interrogea sur les dires de cet homme. Il l'avait retenue et détournée de la voie normale mais elle sentait qu'elle n'avait pas d'autre choix que de l'écouter. Morte, déjà, elle était, qu'avait-elle de plus à perdre désormais. Se fiant à la direction donnée par Charon, elle s'avança sur le chemin qui la mènerait enfin à sa destinée...

Long, long lui parut pourtant le chemin en plus d'être parsemé de roches aussi traîtres que coupantes. Un passage compliqué mais qui la mena pourtant sans encombre au lieu que le Nocher lui avait désigné. Et quel lieu...

Si Troie l'avait impressionnée, le temple du jugement lui l'écrasait par son immensité. Immense, majestueux, impressionnant, rien ne pouvait mieux le décrire surtout quand on contemplait la cohorte des âmes s'y rendant. Le premier temps de la surprise passée, elle se décida à descendre et rejoindre la file qui s'étirait.

Une nouvelle attente commença alors que les gardes introduisait les défunts les une après les autres et soudain, elle réalisa qu'elle se trouvait juste derrière le grand Hector, fils d'Hécube et prince de Troie...

Non, il est mort au moins une journée avant moi...

Ainsi Charon ne lui avait pas menti. Elle avait gagné du temps, se retrouvant juste derrière ce prince qui avait tant marqué les cœurs et les mémoires. Hésitante, elle n'osa pas l'approcher ni lui parler. Après tout, elle n'était qu'une escorte qu'il n'avait sans doute même pas remarquée...

Le temps s'écoula encore et un garde les sépara, repoussant la rousse Lydia, entraînant le Héros de Troie vers son destin. Tout ce qu'elle put voir, ce furent ces gigantesques portes qui se refermèrent sur elle tandis qu'un garde la faisait reculer.

- Un peu de patience, petite. Ton tour viendra...

Un rire avait suivi les paroles de ce mâle revêtu d'ossements. De quoi effrayer la jeune défunte maintenant que l'heure son jugement approchait.

Les clepsydres se vidèrent et enfin le même garde revint vers elle.

- Le juge Minos t'attend, sois humble et franche devant lui. Parle lentement sans hausser la voix ou émettre le moindre bruit.

Sentant qu'elle ne devait pas davantage répondre, Lydia baissa la tête en signe de compréhension. Les portes s'ouvrirent alors devant elle et elle avança. Droite, s'efforçant de ne pas trop trembler, elle avança, détaillant l'immensité de cette salle aussi grandiose que sobre. Sur les côtés, des scribes s'activaient en silence mais elle n'eut guère le temps de s'y attarder. Au loin le juge l'attendait, derrière son immense bureau, il était plus qu'impressionnant mais elle ne devait pas reculer ni trembler. Elle avait été élevée par les Amazones et tuée pour les protéger. Pour elles et son propre honneur de guerrière, elle devait encore lutter.

Ainsi parvint-elle enfin devant lui, ne pouvant s'empêcher de le dévisager. Il possédait un tel charisme qu'elle ne pouvait que demeurer muette et le regarder jusqu'à ce qu'il prit la parole.

- Salutations à vous, juge Minos.

Elle s'était inclinée devant lui comme elle le faisait devant les invités de sa reine. Toute guerrière qu'elle fut, Lydia avait aussi des manières.

- Je m'appelle Lydia Carminia, servante et garde de la reine des Amazones Penthésilée.

Et sur ces mots, elle se tut, baissant la tête en signe d'humilité face au juge, exactement comme le garde le lui avait ordonné.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Sam 6 Mai - 11:36

Frêle et délicate, l’âme de la dénommée Lydia paraissait sur le point de s’effondrer au premier de mes souffles, mais je savais que ce n’était là qu’apparence. Le récit de son existence que je pouvais lire dans le Registre des Morts, ainsi que le pouvoir que je pouvais deviner en elle en étaient la preuve.

En cette âme se trouvait une puissance incroyable, digne d’être brandie bien haut telle une puissante épée.

« Et je me nomme Minos. De mon vivant, ancien roi de Crète, fils de Zeus et d’Europe et depuis maintenant cent cinquante-sept années terrestres, juge des Enfers. »

La tête ainsi baissée, il ne faisait aucun doute qu’elle avait reçu des instructions précises de la part des gardes, et qu’elle avait eu la sagesse de les écouter. Et à en juger par la date de son trépas, et le fait qu'elle venait d'émerger dans ma salle d'audience, elle avait été aidé en chemin, sans doute par un spectre connaissant bien les chemins menant à la Demeure du Jugement.

« J’imagine qu’en cet instant tu te sens un peu perdue. Un peu effrayée même. Tu n’as pas à en avoir honte. La mort a toujours eu cet effet sur les mortels. »

Le Registre des Morts me le confirmait, cette âme avait bel et bien passer un pacte avec le dieu des enfers, et ce pacte lui avait octroyé un nouveau départ, un départ plus sombre et plus extraordinaire que tout ce qu’elle pouvait en cet instant imaginer.

« Saches que tu te trouves ici dans mon tribunal, que le dieu des enfers a choisi de nommé la Demeure du Jugement. C’est ici que toutes les âmes humaines, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, de notre foi ou d’une autre, toutes sans exception, finissent par arriver. Et c’est là que sous mon regard, elles confessent leurs péchés avant que je ne rende ma sentence qui les enverras soit dans l’une des sept prisons infernales, soit aux champs Elysées. »

Je laissais passer un temps pour observer la réaction de l’ancienne Amazone, avant de reprendre d’un ton plus malicieux.

« Du moins, en temps normal. »

Elle ne pouvait qu’avoir compris. Elle n’était pas une âme ordinaire. Tant dans ses actes terrestres que dans ce pacte qu’elle avait eu le courage de passer de son vivant.

Et me levant de mon siège comme pour mieux l’observer, j’ouvrais le tiroir du haut de mon bureau sans même le toucher à l’aide d’un fil cosmique avant d’en tirer une pierre translucide de la taille d’un poing, taillée comme un diamant et plus noire que la nuit que je fis flotter jusqu’à ma main.

« Mais toi et moi savons que cela ne sera pas ta fin. Tu te trouves à présent aux portes de ta résurrection. Ce pacte que tu as passé avec Hadès va prendre ici toute sa signification, car aujourd’hui, tu vas avoir l’occasion de réaliser ton plein potentiel. »

Cessant alors de faire rouler le diamant d’ébène entre mes doigts, je le fis flotter en direction de l’ancienne Amazone qui devait être encore bien perplexe.

« Cette pierre, ce surplis est le tien. Lorsque tu poseras la main sur lui, il se révélera à toi sous sa véritable forme, et vous serez alors lié par-delà les frontières de la vie et de la mort. Tu te relèveras non pas en tant qu’âme morte, mais en tant que spectre immortel. Une des cent huit étoiles composant l’armée infernale, un être supérieur ne craignant plus ni le feu, ni le fer, ni le poison. Eternellement jeune, et éternellement au service du dieu des Enfers. »

La surprise et l’incompréhension devait alors envahir l’esprit de Lydia, mais pour ce saut de foi, elle devait agir seule, d’autant qu’en vérité, elle n’avait pas le choix. Plus depuis qu’elle avait passé ce pacte.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Dim 7 Mai - 16:29

- Votre nom a traversé les âges, roi Minos, tout comme votre sagesse et votre goût de la Justice. Même parmi le peuple des Amazones, vous n'êtes pas inconnu, glorieux fils de Zeus.

Fait qui pouvait surprendre au vu des moyens de communication de l'époque mais était bien réel. En effet, en plus des caravanes de marchands, bien des poètes et chanteurs sillonnaient les terres, louant les faits et gloires de tant de héros. Ajoutez-y les nombreuses assemblées lors de veilles et fêtes et les informations, même déformées, embellies ou édulcorées par le temps pouvaient filtrer en toute liberté.

Aussi, forte de cette information, Lydia ne pouvait au plus profond d'elle-même que remercier les gardes de l'avoir en quelque sorte préparée. Prenant son courage à deux mains, elle se força à redresser quelque peu la tête. Elle n'avait pas osé parler trop haut mais elle ne pouvait demeurer trop courbée. Ne serait-ce que pour mieux le comprendre et le contempler.

Perdue, elle l'était sans le moindre doute. Rien de plus normal pour qui venait de passer en quelques instants du chaos de la plaine de Troie au calme écrasant du tribunal des Enfers. Quant à la peur...

- Oui, je suis effrayée, juge Minos. Plus qu'effrayée de ne rien comprendre à ce qu'il m'arrive en plus d'être dans la totale ignorance de ce qu'il a bien pu advenir de mes sœurs amazones ainsi que de la reine Penthésilée.

Confidences auxquelles répondirent d'autres paroles de celui en charge du jugement de toutes ces âmes en attente. Mots qu'elle écouta dans un silence quasi religieux.

- La Demeure du jugement ? Dois-je comprendre que l'heure de ma comparution devant vous a réellement sonné et que je dois m'attendre à finir dans l'une des prisons pour avoir tant de fois lutté puis échoué...

Prise de tremblements à cette idée, la rousse défunte s'évertuait à ne pas s'effondrer. Faire bonne figure malgré tout, agir et lutter en guerrière doté des enseignements d'Arès. Tel était son dernier combat...

Aussi, se redressant cette fois avec la plus grande dignité, elle se prépara à recevoir la sentence que sa vie tout entière méritait.

Quel que soit votre jugement, je l'accepterai, juge Minos. Demandez et je répondrai. Eut-elle à peine le temps de penser avant que l'Etoile de la Noblesse ne reprenne la parole.

Quoi ?

Si elle avait bien tout saisi, son sort serait différent, très différent de celui du commun des âmes. N'osant y croire, elle ouvrit tout grand ses longs yeux bleus délicatement ourlés de roux.

Hadès... Oui, c'est bien lui, l'Invisible que je ne pouvais retrouver de mon vivant...

Le lien avec Thanatos, avec les Ténèbres et cette lueur si particulière qui l'entourait, tout prenait son sens. Pourquoi, voilà pourquoi, elle n'avait pu de son vivant le retrouver. Exceptionnelles étaient les minutes que le plus sombre des fils de Cronos passait à la surface. Dans la mémoire des mortels, il y en avait si peu si peu...

Tout juste le temps passé à combattre les Titans et l'enlèvement de la tendre Coré mais cela ne l'a pas empêché de m'entendre, d'entendre ma prière, mon pacte le plus intime, le plus secret.

Captivant soudain son regard, le juge sorti une étonnante pierre précieuse aussi sombre qu'un diamant noir. Rien en sa terre natale ne pouvait égaler ce qu'elle découvrait. Un tel joyau ne pouvait être terrestre surtout quand il semblait se déplacer comme par magie.

- Mais ce fil, c'est comme... Et se reprenant soudain. Pardon, juge Minos mais cette espèce de fil, il me rappelle un peu la lueur qu'il m'arrive d'émettre...

Et tendant une paume aussi pâle que douce vers le joyau, elle en effleura la surface.

- Un surplis ? Cette merveilleuse pierre précieuse s'appelle surplis...

Soudain souriante alors que le joyau vibrait délicatement suspendu entre ses paumes, elle demeura coïte un long moment. Plus les secondes s’égrainaient et plus son sourire se faisait éclatant tout comme l'énergie qui montait lentement de son enveloppe spectrale. C'était un spectacle irréel que celui de cette toujours jeune femme suspendant un diamant entre ses mains. Fascinée, elle l'était mais plus que cela encore, Lydia sentait une autre force se faire jour en elle. Quelque chose d'immense qui ne demandait qu'à éclater.

Avec lenteur, elle ferma les yeux, tendit les mains sans se rendre compte qu'elle les entaillait. Un fin filet de sang qui n'avait pas de véritable réalité sembla alors se détacher d'elle. Fin ruban écarlate qui ne tarda pas à se parer de lumière pourpre et violacée. Un long tissu aussi fin que gracieux qui flotta en une succession de cercles autour de la future spectre et du diamant qu'elle maintenait.

Immobile, impassible, elle semblait comme figée pour l'éternité, savourant cette instant d'une délicatesse extrême, aussi délicat que l'ouverture d'une fleur, aussi merveilleux qu'une naissance ou l'émergence d'un papillon. Instant qui resterait à jamais gravée en elle.

Inconsciemment, l'ancienne amazone se mit soudain à chanter. Une prière ancienne qui se détacha accord après accord de ses lèvres avant qu'elle ne prenne enfin en main l'inimitable pierre précieuse. Un geste qui marquerait son éternité, qui bouleverserait à jamais sa vie.

Aussitôt, une immense lumière pourpre envahit la demeure avant d'envelopper totalement la jeune défunte et la pierre qu'elle avait saisi d'une main aussi douce que ferme. La posant sur son cœur, elle la baigna de son sang...

- J'ai entendu votre appel, seigneur Hadès. Sur mon âme et la Non-vie que vous m'offrez, je jure de vous servir et vous chérir à jamais. Que mes armes et mes talents soient votre. Que mon corps soit votre glaive et votre bouclier. A jamais fidèle, moi, Lydia Carminia, dépose mon existence entière à vos pieds.

Maintenant et à jamais...

Sur mon sang et mon âme, je jure d'être vôtre et que maintenant mon vrai visage paraisse enfin aux yeux du monde...


Se concentrant tout autour de la jeune femme tout comme un cocon, l'immense énergie se rétracta soudain avant de se détendre et qu'une immense paire d'ailes se déploie. Vastes, longues et ambrées, elles tenaient autant de la chauve-souris que de ce que les années finiraient par nommer dragon. Splendides aussi, elles finirent par s'étendre révélant aux yeux du juge une Lydia en pleine transformation. Souriant toujours, la jeune femme semblait pâlir à mesure que sa chair reprenait vie spectralement parlant. De grisâtre, elle se faisait albâtre nacrée, par instant aussi éclatante que la pleine lune. Quant à sa chevelure, plus soyeuse que jamais, elle se changeait en véritable cascade de feu et d'or. Et ce n'était encore que le début...

- Seigneur Minos...

Elle rouvrit des yeux oscillant entre le bleu azur et le rouge écarlate.

- Je sens une telle puissance me submerger. Je n'étais déjà pas comme les autres et maintenant...

Soufflant en cherchant ses mots, elle ne se rendit pas de compte suite de sa nudité. Son sein blanc auréolé de rose pointait sans la moindre vulgarité tandis que sa silhouette se précisait en grâce et sensualité. Envoûtante, la jeune Etoile l'était avant que le joyau ne poursuive sa transformation et de pierre précieuse ne se mue en un liquide qui ne tarda pas à s'écouler en vagues brillantes sur un corps qu'il ne tarda pas à cacher. Une à une, les pièces du futur surplis se formaient, se collaient, épousaient la splendeur qu'elles venaient de contribuer à révéler. Mouvantes, liquides mais visqueuses, elles vibraient également de cette énergie qui ne tarda pas à se sublimer, provoquant de suite la cristallisation définitive de l'armure sombre qui se précisa. Une protection tout en courbes et en ailes fines, rehaussant la féminité de l'Etoile tout en la protégeant. Couvrante et ailées, l'armure scintillait maintenant mais plus que cela encore c'était l'étonnante goutte de sang qui demeurait entre les mains de Lydia qui la captivait.

Le Sang...

Était-ce cela la volonté finale d'Hadès ?

- J'ai toujours été entourée de Sang et de Mort. Est-ce cela que vous désirez, mon seigneur ?

Plus qu'Arès, c'était Thanatos qu'elle avait toujours perçu. Lui le fils de Nyx associé aux Enfers.

Un instant, Lydia contempla cette seule goutte avant de la porter à ses lèvres et de l'avaler. Avec lenteur, la perle d'écarlate sombre, presque noire glissa en elle. Puissante, enivrante, elle ne tarda pas à influer la jeune Etoile, l'incitant sans qu'elle ne le sache à fermer les yeux. Chaleur, puissante, énergie l'envahirent avant que ne se révèle une autre facette de sa nouvelle vie. Cet être qu'elle devenait n'avait pas encore de nom précis. Rien en cette époque que correspondait exactement à ce qu'elle devenait sinon le fait qu'elle fut l'infante de Nyx, l'Etoile des Ténèbres, obscurcissant le jour sous l'immensité de ses ailes.

Une infante qui devrait désormais se nourrir de sang...

L'appel d'Hadès en elle avait raisonné tout comme cette condition qu'en elle, il venait de graver. Jamais plus, elle ne pourrait redevenir ce qu'avant elle était. Jamais plus, elle ne pourrait se contenter des rites qu'il lui avait ordonnés au travers des augures. Tout était balayé...

Sa naissance venait de pleinement se réaliser et maintenant, il lui faudrait apprendre, apprendre ce qu'elle était et l'héritage qu'elle venait de récolter. Un long instant se passa encore avant qu'elle ne reprenne vie soudain.

- Seigneur Minos. Notre maître à tous m'a parlé au travers du cosmos et de l'unique goutte de sang qu'il m'a transférée. En ses propres mots, il m'a appelée Etoile des Ténèbres et m'a placée sous vos ordres...

Tant et tant de questions me traversent l'esprit, seigneur Minos mais puis-je seulement vous les poser ?
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Lun 8 Mai - 12:02

Avec la grâce et la délicatesse qui l’avait caractérisé depuis sa naissance, Lydia s’empara du joyau que je lui avais tendu, et comme entrée en transe, commença à chanter d’une voix telle que mon tribunal n’en avait encore jamais entendu.

Plus que sublime, c’était le genre de chant qui atteignait jusqu’au cœur de ceux qui pouvaient l’entendre, et qui bien utilisé, pouvait inspirer autant la joie que le désespoir.

*Quel chant magnifique… Si seulement j’avais encore le droit de pleurer…*

Se parant de pourpre et de violet, l’âme de l’ancienne Amazone se figea en une expression d’intense bonheur alors que son pouvoir enflait en harmonie avec l’éclosion de son surplis. Une scène de renaissance comme j’en avais déjà été témoin, mais qui pour cette fois, se révélait autrement plus agréable à regarder.

Restant silencieux devant ces instants oh combien précieux qui n’appartenaient qu’à elle, je vis son enveloppe éthérée redevenir chair soyeuse et raviver une sensation que les décennies avaient réduit à l’état de souvenir. Je vis ses yeux devenir miroir d’un désir que j’avais depuis longtemps oublié, et je contemplai les flammes de sa chevelure dévorant alors mon âme d’obscènes flétrissures.

*Bacchanale… Sa beauté me noircit de péchés et de désir… Hadès doit me punir.*

Etait-ce ma faute ? Pourquoi ce blâme ? Si cette divine beauté par qui mon âme s’enflamme ? Etait-ce ma faute ? Si Zeus mon père avait fait les Hommes moins puissants que l’Amour ?

Je devais me reprendre. Le mauvais sort d’Aphrodite ne devait pas m’atteindre. Plus maintenant.

*Oh grand Hadès, sombre Empereur du monde souterrain. Délivre-moi de la tentation de ce corps.*

Et reprenant mes esprits tandis que le surplis de l’Etoile des Ténèbres venait recouvrir sa plastique parfaite, je ne vis qu’alors la large paire d’aile de chauve-souris dont elle s’était également parée, indice s’il en était encore besoin de cette transformation qui venait de se révéler à elle.

« Le sang est la vie, et dorénavant, il sera tiens, homines nocturni. »

*Ensorceleuse Lydia. Je ne céderai pas à tes charmes, qu’Hadès m’en soit témoin. Je résisterai.*

Une unique goutte de sang, et la transformation fut accomplie. Lydia Carminia appartenait désormais corps et âme à la Nuit et aux Enfers, et son voyage ne faisait que débuter.

« Oui Etoile des Ténèbres, de par la hiérarchie infernale établie par notre dieu, tu te trouves sous mon autorité directe, mais Hadès reste et restera à jamais ton seul maitre. Ne l’oublie jamais. Rien ne doit jamais te détourner de lui. Ni les hommes, ni les femmes, ni les bêtes. Il est et sera à jamais ton phare dans l’obscurité, et l’unique vérité de ce monde et des autres… »

Trop de fois j’avais pu constater que l’humanité d’un spectre venait s’interposer entre lui et son devoir, aussi, concernant cette étoile fraichement ressuscitée, je voulais qu’elle comprenne dès à présent envers qui devait aller son cœur.

« N’oublie jamais. Il n’existe que l’Empereur et il est notre guide et notre bouclier. Quiconque dédaigne Sa bénédiction renonce à tout espoir. »

Des mots simples, pour des vérités qui pouvaient paraître complexes, mais que j’aurai tout le temps d’expliquer à ma nouvelle subordonnée en temps et en heure.

« A présent, pose tes questions sans crainte. »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Mer 10 Mai - 16:43

- Homines nocturni...

Dans un souffle magique, elle avait répété ces mots. Sans faille, sans faute, porteuse d'une réellement foi et d'un dévouement sans fin qui ne cesserait jamais de croître, sa voix n'avait fait que chanter. Un hymne, une prière sacrée à l'attention d'Hadès. La pureté de son âme vibrait en parfaite harmonie avec la ferveur qui en elle s'était fait jour.

Plus belle, plus ensorcelante que jamais une nouvelle Etoile venait de s'unir au surplis qui serait à jamais le sien. La Nuit avec son cortège de Ténèbres serait son nom tout autant que celui que lui offert le juge Minos.

- Homines nocturni...

Un sourire aux lèvres, elle inclina la tête, portant quelques doigts aux lèvres alors que le Sang avait accompli son oeuvre.

- Le Sang est la vie, le Sang est ma Non-vie. Qu'Hadès soit le seul soleil, le seul dieu à me guider. Qu'à jamais, plus aucun autre n'émeuve mon âme et mon corps. Lui seul régnera sur moi.

Son regard brillant posé sur le spectre du Griffon, elle ne pouvait ignorer le trouble né en lui de par sa seule présence. Séduisante, elle l'était déjà du temps des Amazones et maintenant, bénie par la grâce d'Hadès, nimbée de son aura naissante, elle ne pouvait que l'être encore davantage. La placer aux côtés du plus vertueux des anciens rois qu'avait connus le monde des vivants serait une tentation ultime pour le dit juge. Une épreuve de tous les instants mais pas une punition. Jamais, Lydia ne se considérerait comme une punition. Elle était même tout le contraire.

Notre vénéré maître Hadès vous aime, seigneur Minos. Il vous aime pour vous offrir une telle opportunité de vous prémunir contre les tentations. Pour vous rendre plus fort, il vous soumet à une épreuve de tous les instants. Chérissez-le pour un tel présent tout comme je m'engage à vous servir de toute ma Non-vie. Quoique vous exigiez de moi, je vous obéirai...

Et s'inclinant comme elle l'aurait fait devant son ancienne reine Penthésilée, elle répéta une ultime fois son serment, ouvrant grand les ailes en une élégante révérence.

- Je vous ai entendu, seigneur Minos. Qu'Hadès soit mon phare, le seul et l'unique tout comme il est ma seule et unique vérité. Qu'en mon âme et mon corps, ces mots que vous m'avez offerts s'inscrivent, se gravent plus profondément encore que les sillons dans la roche la plus dure. Que plus intense que le fer rouge soit le sceau de flammes qui se tracera à jamais sur mon être. A Hadès, j'appartiens maintenant et à jamais...

Si solennel instant que celui d'une naissance, si rare aussi que muets, les gardes mais aussi les âmes n'en avaient rien raté. Même conduites en leurs prisons, elles garderaient pour toujours cette vision. Celle d'un destin que les Moires leur avaient refusé, celle d'une chance que toutes envieraient. Servir le dieu de l'autre-monde était le seul espoir en son domaine, le seul et unique espoir...

Puis, se relevant, elle replia ses longues ailes, ne laissant plus qu'apparaître son corps enveloppé de métal sacré. Silencieuse, elle attendit les nouvelles paroles voire les premiers ordres du seigneur Minos. Verbes qui ne tardèrent pas à venir, l'invitant à poser les questions qui lui brûlaient les lèvres.

- Merci, juge Minos. Elles sont nombreuses, en effet, si nombreuses. Et je vous prie de ne pas m'en vouloir pour la première. A elle seule, elle symbolise la mort de l'ancienne amazone que j'étais et la naissance de l'Etoile que je suis. Le passage qu'il me faut totalement accomplir aussi pour comprendre les ultimes mots qui me furent lancés avant ma mort, cosmos et serviteur d'Athéna.

Et laissant s'écouler quelques secondes.

- Aussi, qu'en est-il de cette guerre qui déchire autant les hommes que les dieux ? De celles qui furent mes sœurs Amazones ? Et nous, serviteurs d'Hadès, quelle est notre place en cette boucherie ? Notre maître souhaite-t-il nous y renvoyer ou y choisit-il juste pour l'instant d'autres futures Etoiles ? Qu'attend-il de nous ? Je souhaite le servir de toute mon âme mais ne sais encore comment...

Ardente était Lydia tout comme le flux de questions qui lui échappaient. Bien des choses pouvaient en ressortir tout comme le fait que c'était un combattant de la déesse vierge qui l'avait en quelque sorte assassinée. Une vérité qui en mettraient en lumière bien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Jeu 11 Mai - 10:50

Moment d’une importance capitale, la naissance et les premiers mois d’un spectre allaient définir ce qu’il serait pour le restant de son existence. Aussi, pour cette étoile placée sous mon autorité, je tenais à ce que son éveil se fasse non pas sous le joug de la soif de puissance comme l’étaient trop souvent ceux d’étoile placée sous l’autorité des deux autres soi-disant juge des enfers, mais plutôt sous la lumière de la sagesse et de la connaissance.

L’immortalité offrait également ce don, celui de ne jamais perdre ce que l’on avait acquis sinon à cause des eaux de l’infernal Léthé.

Lydia avait beaucoup de questions, et elles étaient en somme toutes légitimes, mais avant d’avoir ses premières réponses, elle devait d’abord comprendre des vérités encore inaccessibles aux mortels.

« Calme toi, bouillante Lydia. Tu as de nombreuses questions, mais si tu laisses tes émotions agiter ton esprit, tu ne pourras entendre mes réponses. »

La tranquillité. Telle serait la première leçon de l’Etoile des Ténèbres, la tranquillité de l’esprit.

« Je devine qu’à cet instant, tes pensées sont toutes tournées vers ton ancienne vie, mais ces souvenirs t’enchainent plus qu’ils ne te libèrent. L’ancienne toi est morte, et ta nouvelle existence doit pouvoir s’épanouir sans entraves. Comprends-tu ? »

Il n’était pas bon de se complaire dans les souvenirs, ni pour un Homme, ni pour un spectre, et cela Lydia devait le comprendre, aujourd’hui plus que jamais.

« Maintenant, saches que la guerre de Troie n’est à nos yeux qu’une querelle d’égo aux proportions épiques opposant tant des Hommes avides de pouvoir que des Dieux à l’égo démesuré. Hélène et la pomme de la Discorde en sont les causes, et la mort de dizaines de milliers d’Hommes en est la conséquence. C’est un conflit qui restera gravé dans les mémoires pour des siècles et des siècles, mais qui représente aussi tout ce contre quoi nous devons lutter en tant que serviteur de la seule vraie justice. »

Une première réponse avait été donnée, et il faudrait sans doute du temps à l’Etoile des Ténèbres pour l’assimiler.

« Celles qui furent tes sœurs ? La plupart sont déjà ici, parmi nous. Attendant leur tour dans les salles d’attentes de mon tribunal. Et celles qui n’y sont pas encore nous rejoindront tôt ou tard. Ainsi va le monde, et il n’y a rien à en dire, sinon que cela est la volonté des dieux.
Par contre, concernant notre rôle dans cette guerre, nous n’en avons pas. Cette guerre n’est pas la nôtre, et notre force ne fait que se constituer. Pour l’heure, nous devons rester des ombres, des spectres. Rien de plus qu’un murmure dans le vent. Mais viendra le jour où nous pourrons marcher sur la Terre pour défendre nos idéaux. Viendra le jour où nous serons assez nombreux et assez puissants pour porter la guerre aux portes de nos ennemis et enfin faire cesser la corruption qui gangrène le monde.
»


Guerre, corruption, des mots qui ne devaient pas être étrangers aux oreilles de l’Etoile des Ténèbres, mais qui cette fois prendraient un tout autre sens.

« Car nous sommes d’ores et déjà en guerre Etoile des Ténèbres. Et nos ennemis sont les péchés de l’humanité ainsi que ceux qui les véhicules. Gourmandise, Paresse, Orgueil, Avarice, Colère, Luxure et Envie. Ces poisons se répandent sur le monde telle une lèpre maudite, et corrompent jusqu’aux dieux eux même. Ce que désire notre Seigneur ? En débarrasser la création, définitivement et à n’importe quel prix. Et ce qu’il attends de nous ? L’aider dans cette entreprise de toutes nos forces, même si cela doit nous prendre l’éternité. »

Encore une fois, j’avais utilisé des mots simples, mais porteur d’une sagesse immense qu’il était fondamentale pour Lydia d’acquérir avant de pouvoir être un digne serviteur des Enfers. Avant de répandre la justice et la vertu sur le monde, elle devrait d’abord s’en oindre, corps et âme, et j’étais là pour l’y aider.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Sam 13 Mai - 16:28

Ardente, bouillante, ainsi était effectivement Lydia. Tel un Papillon à peine émergé de son cocon, elle n'avait qu'une envie : déployer ses ailes et partir droit vers le seul soleil que lui destinait cette nouvelle vie, Hadès, le seul et unique.

Véritable geyser débordant autant d'énergie que d'enthousiasme, la jeune rousse devait maintenant prendre sa première leçon. Un enseignement dont dépendrait toute sa Non-vie future et qui commencerait sur les premières paroles de Minos.

- Mes émotions... ?

Elle se savait passionnée. Elle l'avait toujours été mais personne ne l'avait jamais poussé à se tempérer. Maintenant, il fallait qu'elle apprenne. Qu'elle apprenne au plus vite à juguler les véritables ouragans émotionnels pouvant par instants la submerger. Aussi, respirant à fond, elle répondit au juge.

- Je vous ai entendu, seigneur Minos.

Et étendant ses bras en avant, paumes tournées vers le sol, elle ferma les yeux, inspirant et expirant à fond. Tout au long de son corps, des éclairs semblèrent soudain danser, crépiter, soulignant son état intérieur. La flamme et la nervosité qui l'habitaient. Tout ensemble, cela donnait un splendide spectacle mais aussi une image floue, incertaine sous les flashs. Le reflet de toutes les interférences agissant de concert pour l'éloigner de son seigneur.

Une sensation qu'elle ne devrait sans doute jamais oublier...

- Oui, je sens le trouble tant de trouble...

Et se relâchant avec lenteur, elle sentit le calme se faire jour en elle. Ne plus penser, elle ne devait plus penser aux autres comme à des sœurs mais comme à des âmes destinées à vivre en ces lieux. Des habitants de cet empire qu'elle était désormais dévolue à protéger.

Un temps plus que court, mais qui lui sembla une éternité, passa. En fait, c'était à peine quelques souffles qui s'étaient succédé, rien de plus. Rouvrant alors les yeux, la spectre reprit.

- Ainsi suis-je calme... Prête à recevoir vos paroles.
Un signe de tête accompagna ses paroles comme pour les renforcer. Puis, elle écouta la suite, se concentrant sur les moindres paroles de l'Etoile de la Noblesse.

- Me libérer de mon ancienne vie ? C'est un changement immense débouchant sur une page blanche qu'il me faudra compléter. Un chemin bien compliqué, à la fois effrayant et stimulant.

Un sourire avait suivi ses paroles et elle se tut en écoutant les paroles qui suivirent.

- Nous ne sommes encore que des ombres, des souffles... Cette guerre n'est pas la nôtre mais elle représente ce contre quoi nous luttons tous en tant que serviteurs d'Hadès...

Songeuse à cette révélation, la spectre essayait de comprendre toute la teneur de ces phrases. C'était nouveau pour elle dans le sens où tout était vu sous un angle différent. Les termes étaient plus forts, plus porteurs d'un sens qui ne prenait toute sa signification qu'en ces lieux bien précis.

- Purifier le monde de la souillure que tous ces poisons y répandent, oui, je comprends, mais comment faire ? Comment les reconnaître et surtout en connaître les sources. Si c'est de la gangrène, il nous faut avant tout en trouver l'origine et la réduire à néant en s'assurant qu'aucun miasme n'ait pu s'en libérer. Reconnaître le mal est déjà un épreuve en soi et le combattre puis l'anéantir en est une autre. Le mieux, ne serait-il pas de prendre une chose à la fois ? Tout d'abord, que sont exactement ces poisons, seigneur Minos ? Comment les découvrir, les reconnaître en tant que tels ?

C'était le premier pas vers une longue longue discussion mais qui était plus que primordiale. Comment combattre en effet ce qu'on était pas encore capable de reconnaître ? Les moyens et les stratégies viendraient après...


Dernière édition par Lydia le Sam 13 Mai - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Sam 13 Mai - 21:57

Semblant comme apaisée par mes mots, Lydia s’éveillait à sa nouvelle condition avec l’impatience d’une adolescente devant son premier amour. Et alors que je la voyais tenter tant bien que mal de diminuer l’ardeur des flammes qui la consumait, je devais bien m’avouer qu’une telle fraicheur était des plus vivifiantes, d’autant plus en ces lieux imperturbables où trop peu d’âmes parvenaient à conserver le feu sacré qui les avait animés durant leur vie terrestre.

« C’est bien. N’oublie pas Etoile des Ténèbres. Il ne s’agit pas de ne plus ressentir. Il ne s’agira jamais d’une telle chose. Notre cœur n’est pas à bannir, mais à dompter. Nous qui avons la bénédiction de l’éternité, nous avons le devoir de devenir maitre de nous-même. Telle est désormais aussi ta mission jeune spectre. »

La distinction était importante, et elle devait être claire dès à présent pour ma nouvelle apprentie. Sans cœur, nous ne serions que mécanismes, et en tant que mécanismes, nous serions parfaitement incapables de remplir notre rôle.

« N’oublie jamais Etoile des Ténèbres. Nous fûmes humains. Et même s’il devait s’écouler mille et mille ans, nous ne serions encore que des humains. Nous ne serons jamais que des Hommes. Pas des géants, pas des dieux. De simples Hommes. Mais le temps nous permettra dorénavant de progresser au-delà des limites humaines. Désormais il nous faudra nous sublimer pour nous rapprocher du divin, et pour cela, il nous faudra un cœur puissant, infaillible, et maitrisé. »

La sagesse et la connaissance viendraient après, et uniquement selon les choix de Lydia. En attendant, pour accomplir la vision de notre dieu, il ne lui fallait emplir son âme que de foi.

« Concernant maintenant tes interrogations sur les péchés conduisant le monde à sa perte, tu dois d’abords savoir ce qu’ils sont, et pour cela, laisse-moi te montrer l’empire où nous nous trouvons. »

Et faisant alors jaillir de mes doigts une dizaine de filaments cosmiques, je commençais à filer devant moi une grande reproduction des Enfers sous la forme d’un cône composé de neuf cercles concentriques imbriqués les uns dans les autres.

« Vois le dernier royaume dans son ensemble. Vois comme il plonge toujours plus bas jusqu’au Guidecca où demeure notre dieu. Regarde, ici a commencé ton chemin, à l’arche rappelant à chaque nouvelle âme que l’espoir en ces lieux n’est plus permis. Ici, au bord de l’Achéron se trouve le vestibule de l’enfer, ou l’Ante-enfer, là où les indolents, neutre par lâcheté, courent nus, piqués par des guêpes et des mouches, en suivant une bannière sans emblème tandis que leur sang, mélangé à leurs larmes, est recueilli par la vermine. C’est là que tu as rencontré Charon. Le vieux passeur, et le plus ancien d’entre nous. »

Et à mesure que je détaillais la carte des Enfers à l’Etoile des Ténèbres, mon cosmos se chargeait quant à lui d’illuminer les zones correspondantes.

« Tu te trouves en ce moment dans le deuxième cercle. A partir d’ici, chaque cercle représente une prison, et à chaque prison correspond un péché capital. Les cinq premières prisons rassemblent ceux ayant péché par incontinence. Ou pour te l’expliquer plus clairement, ceux dont la raison et le jugement ont cédés aux instincts primaires et aux pulsions, ceux dont l'esprit n'a pas su dominer le corps et n'a pas résisté aux tentations. Ainsi, le deuxième cercle est peuplé de ceux ayant vécu dominé par la luxure. »

Entourant la Demeure du Jugement, le deuxième cercle de la carte cosmique s’illumina.

« Le troisième cercle renferme les gourmands, le quatrième les avares et le cinquième les colériques. »

Je marquais une pause afin que Lydia assimile ces précieuses informations avant de poursuivre mon exposé avec les niveaux les plus profonds du monde des morts.

« A partir de la sixième prison se trouvent ceux ayant commis la faute la plus grave. Ceux-là n'ont pas perdu la raison, ils en ont au contraire usé pour commettre le mal. Leur choix était conscient et malveillant. Leur intellect a été mis au service du mal pour construire sciemment une action coupable, et pour cela, leur souffrance sera infiniment plus grande. Parmi eux se trouvent au sixième cercle les hérétiques, au septième cercle les violents, au huitième cercle les rusés et les trompeurs, et enfin, au neuvième cercle, les traitres. »

Maintenant la carte des enfers devant les yeux de Lydia, je poursuivais après une nouvelle pause. Tant d’informations allaient encore suivre qu’il conviendrait de faire régulièrement des pauses afin de ne pas finir noyé.

« A chaque prison son péché. Et me revient à moi seul la tache de desceller en chaque âme le péché correspondant le plus à son existence terrestre. Pour la majorité des spectres, cela suffit amplement. Mais pour toi qui souhaites noblement en savoir d’avantage, je vais partager un peu de ma sagesse. Commençons donc avec le commencement. A savoir ce que nous nommons les péchés capitaux et selon lesquels les enfers sont organisés. Ils sont appelés ainsi car d’eux découlent tous les autres. Ainsi, quelque que soit l’acte malveillant commis, il peut être rattaché à l’un d’eux. »

Des vérités encore inaccessibles aux Hommes, mais que Lydia devait à présent entendre si elle voulait comprendre ce qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Lun 15 Mai - 22:35

- Prendre emprise sur soi, devenir capable de contrôler jusqu'à la plus infime étincelle de ses émotions, c'est cela que je dois aussi apprendre en plus de tout ce qui touche au sombre empire de notre seul et unique maître.

Cela semblait n'être guère plus que quelques mots, quelques verbes lancés sur un ton étonnamment rêveur pour qui ne la connaissait pas, mais c'était en réalité bien plus, infiniment plus. C'était avant tout un défi, une épreuve de tous les instants dont la difficulté ne devait en aucun cas être négligée voire pire niée. Jamais, les émotions ne se laisseraient à jamais commander. Plus on les repousserait, plus on les jugulerait et plus elles frapperaient en retour avec forces et fracas.

C'était donc plus, infiniment plus qu'un simple entraînement comme la jeune Etoile en avait déjà tant suivis. Fait dont elle s'avéra étonnement consciente comme le souligna ses nouvelles paroles.

- Je vois, juge Minos. Avec une flamme ardente telle que la mienne, ce sera sans nul doute l'un des plus grands défis de toute ma Non-vie. Une lutte de tous les instants où l'ennemi ne sera jamais un simple adversaire se démarquant à merveille sur le champ de bataille. Non, cet ennemi-là sera infiniment plus redoutable, plus que ardu à reconnaître, plus insidieux en ses faits et gestes et troublant si troublant. Lui qui n'est pas un autre mais la part la plus insaisissable, la plus imprévisible et envoûtante de mon propre être. Les élans du cœur capables de tout emporter sur leurs passages...

Nul ennemi n'est plus redoutable que soi-même...

Oui, en nous, nous portons notre propre Némésis...


Un ange passa et la rousse Etoile aux ailes ambrées reprit sur un ton autrement plus profond, empreint de cette gravité propre aux événements sacrés.

- Mais nous avons aussi les germes d'une sagesse qui ne demande plus qu'à s'épanouir en nous et à nous sublimer. Là est notre véritable force. Nous pour qui l'éternité est et sera à jamais notre plus grande alliée. Celle qui au fil des siècles nous permettra de lever le cœur et la main vers le ciel de notre maître. Nous élever vers lui, vers sa lumière, s'approcher de sa vérité sans nous brûler...

Nous approcher des dieux pour servir notre seigneur... Cela aussi est notre mission, la mission à laquelle je consacrerai aussi ma nouvelle éternité...


La ferveur transparaissait dans la voix de Lydia. Envoûtante, vibrante, elle débordait de ces émotions qu'elle aurait à dompter pour servir le sombre empereur qu'elle avait juré de vénérer. La lutte s'annonçait longue voire sans fin.

Cette part de sa nouvelle existence venant d'éclater en son être tel un feu qui ne cesserait jamais de s'opposer à ce que son âme avait de plus beau, Lydia ne pouvait que se préparer et lutter. Une réalité qu'elle ne pourrait plus jamais oublier tout comme ce que le juge allait lui apprendre sur ces terres et les si nombreuses prisons abritant déjà leur lot d'innombrables âmes... Souffrantes et pénitentes...

- Oui, montrez-moi, juge Minos. J'ai besoin de savoir, d'emplir mon âme et ma mémoire de tout ce qui est l'empire de notre maître suprême. Que sa substance m'inonde, m'emplisse et me sublime...

Et sans qu'un autre mot ne glisse au travers de ses lèvres à peine entrouvertes, le geste de Minos s'accomplit. D'une magistrale démonstration d'art mêlé de talent, le juge fit apparaître au moyen de ses fils une carte à nulle pareille : une carte qui tenait plus de la sculpture que du dessin.

S'approchant sans la moindre crainte, la spectre darda son regard devenu plus que perçant sur l'ensemble. A chaque nouvelle parole du juge, elle se concentrait et retenait. L'ensemble qui glissait de plus en plus profondément dans les entrailles de la terre. Si bas, si loin de la lumière que tous avaient à jamais perdus en passant l'arche, se reprochant paradoxalement d'un dieu qui jamais ne se pencherait sur eux.

Si proche et en même temps si loin... Là était toute la saveur de la chose songea la rousse Céleste alors que le juge enchaînait...

Et lorsqu'il évoqua les indolents, Lydia ne mit pas longtemps à mettre une image dessus. Toutes ces silhouettes informes environnés de nuages bourdonnants n'avaient fait que croiser sa propre route en une cohorte aussi mouvante que dispersées. Toutes ces âmes qui couraient en tout sens telle une meute prise d'ivresse et de folie, maintenant, elle savait pourquoi. Elle comprenait pourquoi. Ainsi Hadès punissait ceux qui avaient préférer la voie de la lâcheté à toute autre, s'enferrant dans une neutralité qui n'était que peur de s'engager, d'affronter le seul fait de vivre...

Surgit alors un nom qui la fit presque sursauter : Charon.

- Oui, je l'ai croisé. Il m'a hélée comme nos traditions le chantent. Je lui ai remis l'obole que m'avaient offerte ceux ayant accompli les rites pour moi. C'est le plus ancien d'entre nous...

Oui, le seul à pouvoir décider de faire passer, inflexible et intraitable...


Et inclinant la tête, elle fit comprendre qu'elle avait retenu et que l'on pouvait enchaîner..

- Un cercle pour un péché...

Étrange notion dont la jeune guerrière n'avait jamais réellement entendu parler. Les Amazones de feu son passé étaient éduquées selon les principes d'autres divinités et surtout la voie du sanguinaire Arès. Combien d'entre elles devaient se retrouver totalement égarées en passant le seuil du temple du jugement, découvrant que tout ce en quoi elles avaient tant et tant cru n'avait jamais été qu'une duperie. Prenant encore plus conscience de ce qui lui avait valu d'échapper à cet effroyable destin, la pâle combattante sentit son cœur se serrer.

Non, je ne dois pas...

C'était horrible cette sensation. La pitié, l'empathie pour ses sœurs défuntes, sa reine qui ne tarderait plus à paraître elle aussi en ses terres, fille d'Arès ou non. Hormis une intervention de son père, quelle chance aurait-elle ?

Ne pas y penser, ne pas laisser ses sentiments me submerger. Glisser, glisser sur moi telle l'eau purificatrices, ils doivent...

Glisser en moi, à travers moi, purifiez-moi mais ne m'enchaînez pas. Non, ne m'enchaîner pas.


Premier pas, première lutte, Lydia espérait s'en être au mieux sortie. Prendre le pas sur ses émotions, sur les élans de son cœur serait infiniment plus éprouvant qu'elle ne le pensait. Tout cela n'était qu'une évocation même pas la réalité telle qu'elle allait se passer. S'efforçant de reprendre contenance, la future chasseresse de vie reprit...

- La Luxure, la Gourmandise, l'Avarice et la Colère...

Répéta-t-elle alors que les zones éclairées se reflétaient ses immenses yeux avides d'en apprendre et relevant la tête, elle fit comprendre à son seigneur qu'il pouvait poursuivre.

- Hérésie ? Un autre terme sorti d'une histoire qui n'était pas la sienne tout comme ce mot d'une autre époque et se penchant sans réellement s'en rendre compte, elle ajouta. Les oracles faussant leurs prédictions par intérêt ou sur demande sont-ils coupables de ce genre de péchés ?

Elle voulait savoir, Lydia voulait savoir ce qu'était ce genre de faute. Elle savait que certains oracles se faisaient payer tout comme des sorciers faussaient les rituels en faisant ingurgiter certaines mixtures aux animaux destinés à être sacrifiés. Et ce n'était encore que le plus avouable...

Pour ce qui était de la Violence, de la Tromperie et de la Ruse ainsi que de la Trahison, c'était déjà un peu plus clair en elle. Les Achéens étaient plus que violents sur le champ de batailles tout comme le roi d'Ithaque, Odysseus, était réputé pour son intelligence, ses ruses voire sa fourberie. Quant à Sisyphe, il avait été jusqu'à piéger le dieu Thanatos en personne. Restaient les trahisons et elles aussi étaient nombreuses... Tant de formes de trahisons existaient...

Un moment s'écoula une fois les explications achevées. C'était tant de nouveautés tout en trouvant un écho en elle. Tous ces termes, à quelques exceptions près, ne lui étaient pas inconnus. Et reprenant doucement, la spectre posa une autre suite des questions.

- A chaque prison son péché mais quelle âme n'en a commis qu'un seul ? Quel péché est plus grave que l'autre ? Enfin, la disposition des Enfers peut donner une idée mais je préfère vous le demander au lieu de me fourvoyer. Quel est le pire des péchés ? S'en prendre directement à Hadès ? Je n'en vois pas de pire pour nous qui sommes spectres...

Et passant lentement la main sous son menton en une autre pause de penseur...

- Quelle est la frontière...

Entre se nourrir pour vivre et être gourmand, il doit y avoir une différence mais comment la voir avec certitude ? Comment la toucher et déceler dans la vie des êtres le péché derrière les actes les plus compliqués surtout quand c'est une suite s'étalant sur des années. Par exemple, la Luxure et la Trahison peuvent être derrière l'adultère. Deux fautes immenses mais sont-elles toutes deux prises en compte ou seulement la plus grave ?

Comment voir les péchés et surtout les reconnaître comme ils sont ? Apprendre ce qu'ils sont est essentiel mais les reconnaître derrière des actes l'est tout autant...


Tant de questions se bousculaient dans l'esprit de Lydia qui tournait à plein régime, envoyant question sur question et ils n'en étaient encore qu'au début.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Mer 17 Mai - 18:58

Telle une éponge, Lydia se gorgeait du savoir que je ne demandais qu’à partager avec elle. Avec l’insouciance de la jeunesse, le nouveau spectre était comme pendu à mes lèvres et à mon exposé. Une vision qui me rappela de très lointains souvenirs comme surgis d’une autre vie.

*Un roi instruisant ses magistrats, un auditoire captivé, une sagesse partagée. L’andragogie d’un fils de Zeus au temps de son vivant…*

La vie d’un autre Homme, l’ancienne vie d’un spectre appelé Minos.

*Décidément le passé se rappellera toujours au présent, tant que les souvenirs façonneront nos actions.*

La première partie de ma petite conférence venait de s’achever que déjà les questions fusaient du public, des questions naïves, mais pleines de sens.

« Une question à la fois Etoile des Ténèbres. Nous avons tout notre temps n’oublie pas. »

En vérité à présent, du temps nous en aurions plus que nous ne saurions en faire. Et il convenait désormais pour Lydia d’accorder ses manières à sa nouvelle condition.

« Les enfers ne sont pas organisés au hasard jeune spectre. Plus le péché est grave, plus le pécheur s’en trouvera éloigné de la lumière du soleil. Cette lumière qui, plus qu’un don des dieux, et un baume salvateur pour l’âme. Au fond des enfers, le soleil n’a jamais brillé. Seule la nuit éternelle s’y trouve, les ténèbres originelles tels qu’ils existaient au commencement du monde. C’est un sort inimaginable pour qui a connu la lumière du jour, et le plus grand châtiment qu’il me soit connu. »

La vérité était tout autre, mais Lydia n’avait pas à savoir. Certaines connaissances étaient pour le moins dangereuses si l’on n’était pas prêt à les recevoir. Peut-être un jour lui parlerai-je du Tartare, et de ce qui s’y trouvait.

« Aussi, dans cet enfer des enfers, se trouvent les plus grands criminels qui soit. Les traîtres, qui se divisent en quatre sortes. Il y a tout d’abords les moins répréhensible, si ce mot signifie encore quelque chose pour des âmes aussi noir, les traîtres envers leur famille. Comprends le mot famille au sens large, amis et connaissance inclus. Viennent ensuite les traites à leur patrie. Ceux ayant vendu leurs frères de cause et parfois de sang. Puis viennent les traîtres envers leurs hôtes, ayant abusés de la bonté des autres. Et enfin, les pires de tous, les traîtres à leur bienfaiteur, à commencer par les dieux et au sommet de la hiérarchie divine, Hadès lui-même. Aucun péché n’est plus sévèrement puni que celui-ci. Porter la main sur sa divine personne, ou sur quiconque portant sa marque, c’est invariablement se condamner à une éternité de souffrance dans les profondeurs du Cocyte. »

Lydia avait maintenant une première réponse.

« Concernant la gourmandise, qu’il est plus juste de nommer gloutonnerie, il me faut te préciser une chose, une sorte de petit secret de cour. Il s’agit en vérité du péché le plus toléré parmi les sept. Quant à savoir le reconnaître, c’est un vrai jeu d’enfant. Il consiste à manger ou boire sans en avoir le besoin. Et cinq manières de commettre le péché de gourmandise sont à savoir pour qui désir reconnaître et punir ce pécheur. Premièrement, le moment : manger avant le moment du repas afin de satisfaire l'organe du goût. Deuxièmement, la qualité : rechercher des délices et une meilleure qualité de la nourriture pour satisfaire les ignobles sens du goût. Troisièmement, les stimulants : rechercher des sauces et assaisonnements pour le plaisir du palais. Quatrièmement, la quantité : manger plus que nécessaire. Et enfin cinquièmement, le désir : manger avec trop de désir, bien qu'en absorbant une quantité raisonnable. Cette dernière manière étant la pire. »

L’Etoile des Ténèbres avait une deuxième réponse.

« Et enfin concernant ta troisième question, elle ne concerne pas les péchés, ou le pécheur en vérité. Elle fait appel aux talents du magistrat qui les traquent et les décèlent. Avant de te répondre, dis-moi, sais-tu la différence entre un art et une science ? »

Et laissant le temps à Lydia de me donner sa réponse, j’enchainais sitôt le silence revenu.

« Et bien le magistrat doit être à la fois un scientifique et un artiste. La Loi est ferme, stable, et écrite. Elle ne bouge ni ne change, elle obéit à des règles immuables et peut être observée en tant qu’œuvre objective. Mais son application elle, revient au talent de celui nommé pour la faire respecter. Un juge peut s’arrêter aux faits, il peut aussi chercher les causes. Un juge peut se contenter d’appliquer la Loi, mais il peut aussi chercher à en comprendre l’essence pour la sublimer. Au final, qu’est-ce qui définit le péché d’une existence ? La Loi et la décision du juge motivé par son talent. »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Mer 24 Mai - 11:32

A la remarque de Minos sur son impatience, un simple sourire répondit. Récemment née à la Non-vie, la rousse spectre ne pouvait encore s'imaginer ce que c'était d'avoir le temps devant soi. Un rêve, un songe qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de toucher du bout des doigts. Simple amazone parmi les autres en plus d'être plus qu'à son tour de garde, elle n'avait jamais eu le luxe de s'accorder une véritable instant de répit. Tout allait vite, tout devait être assuré pour le bien de tous. Les soins aux enfants, aux personnes, la nourriture, la lumière, l'eau, le bois, les cultures, les armes, tout devait être fait au mieux et le plus rapidement possible. Ce qui entraînait des journées plus que remplies...

Intense, telle avait été sa vie, intense et si riche. Jamais, Lydia n'aurait pu affirmer qu'elle avait été malheureuse. Non, c'était juste un autre reliquat de son ancien temps. Celui où elle ne pouvait s'accorder le luxe de souffler, de laisser passer les choses. Un autre bouleversement qu'il lui faudrait assimiler...

- Oui, juge Minos, c'est tellement nouveau d'avoir ce privilège infiniment précieux. Moi qui n'ai guère connu plus que la fièvre et l'intensité d'une existence guère plus longue que celle d'un papillon en regard de cette immensité qui nous est offerte, je ne peux qu'apprendre...

Apprendre à me tempérer, à savourer...


Et les paroles de l'Etoile de la Noblesse reprirent. Si captivantes que la future chasseresse ne pouvait détacher son regard de son supérieur. Tout prenait une tournure, un sens, un ordre où rien n'était laissé au hasard. Chaque acte mauvais avait sa place assignée. Un long si long savoir reposait là, inaccessible au commun des mortel et inimaginable par l'immensité qui devait déjà être la sienne. Et pour en revenir à l'une de ses questions, la Traîtrise prenait plus d'une visage, plus d'une action, un peu comme une tour inversée dont chaque étage prenait plus de gravité, plus de souffrances jusqu'à culminer au point ultime, le crime contre Hadès lui-même. Le pire de tous les maux, celui qui entraînerait toujours le châtiment ultime...

- Merci, juge Minos... J'y vois déjà plus clair et comme je le pressentais, nul n'est pire crime que d'oser ne serait-ce qu'effleurer un cheveu de notre seigneur ou le souiller de mauvaises paroles...

Ainsi la toute jeune Etoile pouvait visualiser ce qu'elle n'avait fait qu'entrevoir. Tant d'êtres devaient déjà s'y trouver sans atteindre toutefois l'ultime cercle de la dernière prison.

- Mais qui aurait déjà agressé notre maître ? Dans les récits, je n'ai jamais entendu parler de mortels, d'humains assez fous pour s'en prendre à Hadès. Seul Pirithoos avait osé profaner les Enfers pour tenter d'enlever son épouse, menaçant de bafouer notre seigneur à tous dans son honneur d'époux...

Quant à Sisyphe, c'est au dieu de la mort lui-même qu'il s'en est pris...

Deux crimes qui ont été châtiés à la hauteur de leurs gravités mais sinon, qui serait assez fou pour cela ? Athéna...


Hésitant soudain, la jeune femme se tut. Ce n'était pas le moment de détourner la conversation vers un autre aspect de la vie des Enfers. Mieux valait y revenir en son temps. D'abord achever la visite guidée des Enfers que Minos lui offrait puis y revenir en son temps.

- Excusez-moi, juge Minos, je me laisse encore emporter par mon enthousiasme d'Etoile naissante. Si vous l'acceptez, j'aimerais revenir sur les ennemis potentiels de notre maître plus tard. Quelque chose m'a frappée pendant la bataille, un mot qui commence à prendre doucement son sens et avec lui, sans doute le nom d'une future ennemie, la déesse Vierge Athéna... Si elle ne l'est pas déjà...

Reprenez, je vous en prie sur la Gourmandise... Je veux tant savoir et cela sera plus d'un enseignement pour moi...


Enseignement riche en nuances car comme pour la Traîtrise, la Gloutonnerie prenait plusieurs aspects dont la gravité augmentait crescendo. Tout cela s'ordonnait de si belle façon que la jeune toute jeune Céleste ne pouvait que manifester son admiration. Hadès avait du en passer des saisons et des saisons à mettre tout cela en place et encore plus à rechercher des âmes capables de mettre en oeuvre tous ses désirs. Puis, vint la troisième réponse et une question qui la désarçonna presque.

- L'Art ? Et la Science ? Avait-elle répété en un premier temps avant d'essayer de trouver une réponse... Je ne connais de l'Art que le Chant, la Danse voire les pièces de Théâtre, Comédie ou Tragédie qu'inspirent les Muses. Ces arts touchant les sens, les émotions, suivant toute une série de gestes, de mouvements et capables de créer une véritable communion avec le public. Suivre les réactions des Amazones pour leur donner ce qu'elle attendent le plus d'un spectacle, s'adapter et aller selon le but recherché.

Ainsi avait-elle répondu en se servant de ses souvenirs, de la mémoire de son ancienne vie sans que la moindre tristesse ne vienne ternir sa voix envoûtante. Sans le savoir, elle avait déjà accompli le premier et le plus important de ses pas : rompre avec son ancienne vie sans pour autant l'occulter à jamais. Même défunte, même obsolète, elle contenait des connaissances qui pouvaient encore lui servir...

- Quant à la Science... L'usage des baumes et des plantes pour les fabriquer selon les recettes plus que pointilleuses et rigoureuses de nos mères ancestrales en fait-il partie ? Apprendre et observer pour comprendre quelles sont les règles de l'univers accessibles au commun des mortels en font-ils partie ? Ainsi que la découverte des vertus de nouvelles plantes et l'étude pour mettre au point ce qui est le mieux ? Je ne suis pas versée dans ce que vous appelez la Science et c'est pour moi, de par trop ignorante, une chose que je ne peux réellement définir aussi finement qu'il le faudrait. Je peux parler des arts mais tout ce qui touche la science est encore trop complexe en mon esprit. Je dirais juste que les deux sont liés...

Tous les deux car on a besoin d'observer, d'apprendre dans ces deux disciplines. L'une est empirique, froide, rigoureuse, l'autre atteint les sens et peut aider à se dépasser et à sortir des règles, à aller au-delà...


Expirant doucement à cette longue tirade, Lydia espérait avoir été assez claire en ses propos. Éduquée pour servir et combattre en plus que d'épanouissement de ses dons naturels pour certains arts, elle avait beaucoup de mal avec tout ce qui touchait aux sciences. Ce qui rendait l'exercice plus que compliqué aux yeux de la toute jeune spectre.

Un instant s'écoula et le juge reprit.

- Ainsi la découverte de la Vérité avant le Jugement lui-même passe par l'emploi de la Science et de l'Art. Les deux permettent de mettre en lumière les péchés mais les circonstances qui les ont causés. Cela dépasse en effet la simple lecture des lois au pied de la lettre... S'adapter, sortir du cadre strict des règles quand des cas plus ardus ou nouveaux se présentent...

C'est une tache écrasante...


Sur cette longue tirade soulignant la compréhension de la jeune Etoile, Lydia reprit lentement son souffle. Tant d'informations venaient de se faire jour en elle, tant de nouveautés. Elle connaissait maintenant la tâche immense du spectre du Griffon mais elle ne savait encore quelle serait sa place. Quel serait son rôle aussi après un certain laps de temps, reprit-elle la parole.

- Telle est votre tâche mais quelle sera la mienne ? De quelle manière pourrai-je venir en aide à notre seigneur Hadès ? Je ne suis ni une savante ni une sage dotée des talents nécessaires pour vous soutenir dans votre tache éternelle. Durant toute mon existence, je n'ai été que vouée aux arts de la guerre, de l'infiltration et à d'autres plus obscurs. Est-ce par le fer, le sang et les dons de la Nuit que je pourrais servir notre maître ?
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Ven 26 Mai - 21:59

Attentive, Lydia l’était sans aucun doute. Et bien qu’elle semblât se rendre compte de sa propre ignorance au fur et à mesure que notre conversation avançait, elle n’en prenait aucun ombrage. Une marque de modestie et une qualité dont bien peu d’âme pouvait se vanter.

Ecoutant et répondant brièvement entre mes explications, l’Etoile des Ténèbres accusait réception d’un savoir que deux siècles de connaissances humaines et divines avaient vu croitre. Une passation de savoir qui aurait suffi à briser un esprit humain ordinaire, mais qui en l’occurrence prouvait encore une fois le caractère unique de ceux et celles à qui le dieu des enfers accordait sa confiance.

« Je perçois déjà les premiers changements dans ton attitude jeune spectre. Ton apprentissage ne fait peut-être que commencer, mais tu possèdes déjà les qualités essentielles d’un bon élève. L’écoute et le respect. Un jour viendra peut-être où tu en viendras à me dépasser, mais en attendant ce jour, conserve précieusement cette attitude. Nul ne peut s’élever seul, car nul n’est omniscient. De même qu’un roi sage écoute ses conseillers, un homme avisé écoute avec soin ses amis. Aussi, choisi soigneusement ceux et celles avec qui tu partageras ta nouvelle existence, car ils t’influenceront beaucoup. »

L’impatience et l’enthousiasme bouillonnaient toujours au cœur de Lydia, mais elle semblait avoir déjà compris la valeur de l’éternité, et c’était bien là la plus fondamentale de toutes les leçons.

*Le temps nous affecte tous, mais il ne pourra plus nous détruire. Plus jamais.*

« Tu as raison de t’interroger sur le sens de ta nouvelle existence Etoile des Ténèbres. Une éternité de servitude t’attend, mais je ne puis te révéler quels sont les plans d’Hadès te concernant. Je sais que vous avez tout deux conclus un pacte de ton vivant, ce qui te rends différent de moi ou de bien d’autre spectres pour qui seule la mort nous a permis de rencontrer notre bienfaiteur ; mais je ne peux qu’imaginer les raisons l’ayant poussé à faire de toi la première de ton genre, une non-morte doué d’intelligence. »

Sans aucun doute Lydia avait elle aussi ses opinions sur la question, mais mon propre regard sur la chose ne pourrait que l’aider à y voir plus clair.

« Je peux déjà dire que tu diffères de nous tous qui nous nourrissons de l’Ether. Tu ne peux t’en satisfaire. Il te faut quelque chose de plus… Consistant. Quelque chose qui puisse nourrir ton corps non-mort quant ton âme elle tirera sa force de l’outre-monde. A présent, il te faudra traquer les vivants pour t’en nourrir. Le sang sera ta nouvelle vie, ta nouvelle monnaie d’échange. Il fera ta force et ta jeunesse, et au travers lui, tu grandiras. »

Etant la première de son genre, je ne pouvais que lui révéler que ce que le Registre des Morts et son surplis m’avait appris sur sa nouvelle existence. Le reste, elle devrait l’apprendre par elle-même.

« Aussi, il me parait évident que ta place n’est pas ici, là où seule la mort se trouve. Qu’Hadès me pardonne si je me trompe, mais j’ai la conviction que ta place se trouve à la surface, à y servir notre dieu d’une manière bien à toi. Fie-toi à ton intuition Lydia. Si tes actes sont motivés par ta fidélité envers Hadès, alors tu sauras quoi faire en chaque instant pour lui plaire. »

Il lui restait bien sûr aussi la possibilité d’aller lui demander directement des ordres de mission, mais cela aurait été prématuré pour l’instant.

« Mais avant que tu ne déploies tes ailes, il te faut t’endurcir. Tout comme le papillon qui vient d’éclore, tu es faible. Affamée et fragile. Le pouvoir qui est le tien doit d’abord croitre si tu veux ne serait-ce qu’être d’une quelconque utilité au dieu des enfers. Sur Terre, tu as appris à affronter cinq adversaires en même temps, il est temps à présent que je t’enseigne comment en défier cinq milles. »

Et faisant croitre doucement mon propre pouvoir, je montrais au jeune spectre cette fameuse énergie que ses souvenirs avaient déjà nommé et dont il lui restait encore tout à apprendre.

« Cette puissance, tu la possèdes toi aussi, comme toute forme de vie doté d’une âme et d’un cœur. Ce pouvoir est celui de l’antique création fondamentale, celui qui permet de composer librement avec la matière et l’énergie qui la compose. Ce pouvoir, directement lié à la force de la volonté, s’appelle le cosmos, et son potentiel est infini. »

Matérialisant alors une dizaine de fils cosmiques au sein de ma main, je les fis s’assembler en différentes formes scintillantes. Cube, sphère, pointe, filet, couteau… Je n’étais limité dans le changement de forme de mon cosmos que par mon imagination.

« Mais ceci ne sera pas ton pouvoir. Chacun de nous développe ses capacités différemment selon son âme. Aussi, ma tâche n’est pas de te faire devenir une deuxième moi, mais de t’aider à réaliser ton plein potentiel, et pour cela, il te faudra t’entrainer, t’entrainer encore et encore jusqu’à ce que tes os se brisent et jusqu’à ce que tu viennes à en souhaiter mourir. La voie du cosmos est une voie longue et ardue, mais au bout de laquelle se trouve l’ascension ultime. Alors je te le demande, Lydia de l’Etoile céleste des Ténèbres, désires-tu ce genre de pouvoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Lun 29 Mai - 12:49

- Différente, j'étais et différente, je demeure, même ici, au plus profond des Enfers. Patiente comme un félin et pourtant tant désireuse d'en apprendre encore et encore. L'éternité est si neuve à mes yeux mais grâce à vous, seigneur Minos, j'entrevois déjà des perspectives dont celle de nourrir et nourrir encore mon savoir jusqu'à devenir digne de notre merveilleux empereur.

Si solennelles étaient ces phrases. Plus que jamais, Lydia semblait commencer à entrevoir la Non-vie qui serait la sienne. Une éternité de servitude, de dévouement à celui avec qui elle avait échangé le pacte de son vivant. Si différente des autres spectres aussi sur ce plan, elle n'avait en rien basculé dans l'Outre-Monde au moment de sa mort, non, cela s'était fait avant. Bien des saisons avant...

Et visiblement, ce n'était pas encore le dernier point qui la distinguait de ceux et celles désormais voués à devenir ses frères et sœurs d'armes.

- L'Ether ne me suffit pas ? Dois-je comprendre que vous ne ressentez plus aucune sensation de faim ni de soif ? Que tout cela a disparu avec la mort vous rendant autrement plus résistant que le commun des vivants soumis à ces besoins plus qu'essentiels ? Et soulignant de ses doigts des lèvres d'une douceur extrême, elle poursuivit. Mais que moi, moi, je suis désormais soumise au besoin de sang ?

Songeuse, elle se rappelait ces instants uniques où le précieux fluide écarlate l'avait plus qu'intensément fascinée. Cette envie presque irrésistible d'y plonger les mains et de s'en gorger sans que personne ne puisse l'en empêcher. Jamais, pourtant, pourtant, elle n'avait osé s'abandonner à cette " soif " qui n'était alors que passagère. Cela n'aurait été que trop risqué de s'exposer plus qu'elle ne le faisait. Les Amazones l'avaient recueillie mais elles étaient aussi soumises à certaines règles. Boire le sang des vivants aurait été une entorse de trop. Le sang coulant sur les champs de bataille était une chose normale mais le verser juste pour s'en désaltérer allait autrement plus loin. Seuls les sorcières ou les prêtresses pouvaient à la rigueur pratiquer certains rites mais la rousse spectre n'avait aucun souvenir d'une quelconque dégustation...

Jusque là, tout en elle lui avait hurlé d'attendre, d'attendre et d'attendre encore. Qu'elle devait patienter et apprendre à se contrôler. Une maîtrise qui avec les ans s'était développée, lui permettant de ne pas trop vite basculer. Juguler l'envie, la convoitise en elle se révélait au final extrêmement salutaire.

- Je comprends maintenant pourquoi je pouvais parfois être si attirée par le sang, presque envoûtée. C'était comme une annonce de ce qui allait m'advenir et une main tendue pour que je puisse m'y préparer. Sans la retenue et surtout la maîtrise que j'ai acquises au fil des ans, j'aurais sans doute fini par me trahir. L'attrait du sang ne fera donc que grandir ? Et plus que jamais, je devrais apprendre à le moduler, le contrôler. Être maîtresse de moi, de mes envies...

Une épreuve de plus surtout qu'elle ne serait pas aux Enfers mais bien en surface.

- Surtout maintenant que je sais que mon rôle se déroulera en surface. J'ignore encore ce qu'il en sera mais j'ai une confiance absolue en notre maître. S'il désire que je sois au contact des Vivants, c'est qu'il a déjà un plan pour moi comme pour chacun de ses spectres.

Et plongeant presque son regard devenu comme fiévreux dans celui du juge, elle poursuivit.

- J'ai une confiance absolue en notre maître mais comment pourrai-je revenir aux Enfers si j'en ressens l'appel ? Avons-nous des passages privilégiés ? Les mythes mentionnent le Vésuve... mais en existent-ils d'autres ou serait-ce mon rôle d'en placer de nouveaux avec la bénédiction de notre seigneur ?

Une autre question qui montrait déjà la vivacité d'esprit de la jeune Céleste. Elle savait qu'elle ne pourrait demeurer céans même si le juge exerçait déjà sur elle une influence plus que certaine. Une influence qui grandirait au fil des ans.

Et revenant au centre de la conversation, elle comprit qu'elle aurait tout le temps de songer à son avenir en surface et de s'y préparer. A peine éclose, la jeune spectre ne possédait nullement la force suffisante pour survivre seule en cet instant. Il lui fallait avait tout forger ses nouvelles armes, ici, sur les terres infernales.

- Cosmos... C'est donc cela le cosmos dont cet homme dévoué à Athéna parlait. Cette lueur qui m'enveloppait parfois sans que je n'y comprenne quoi que ce soit. Une force que tout être détenant une âme et un cœur possède et c'est avec elle que je vais devoir assurer mon rôle sur terre.

Une puissance qui prenait plusieurs formes. Chaque être possédait son propre cosmos, ce qui le rendait unique et redoutable. Face à la future chasseresse à la peau d'albâtre, le spectre du Griffon déploya ses créations lumineuses, autant de fils d'énergie pure pouvant prendre d'innombrables formes. Une infinie de possibilités...

- Je dois donc découvrir quel sera mon pouvoir et comment ce cosmos va se développer en moi. Je ne suis pas comme vous mais je vous serai à jamais dévouée, différente mais bien éveillée au pouvoir que vous me proposez de faire éclater au grand jour.

Je suis prête à tout pour cela, juge Minos. Prête à tout endurer pour déchirer ma chrysalide et devenir l'Etoile que notre maître attend de moi. Je ferai tout ce que vous m'ordonnerez pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   Mer 31 Mai - 19:53

Lydia était prête. Je n’en avais jamais douté. Son entrainement n’allait plus tarder, mais j’avais pour ma part des obligations.

« Laisse-moi juste le temps de rendre ces quelques jugements, et nous pourrons nous éclipser. »

En juge zélé, je tenais à terminer au moins la page de nom que j’avais commencé avant de m’occuper en détail de l’entrainement de ma nouvelle subordonnée. Les âmes des morts n’allaient certes pas s’envoler durant mon absence, mais j’aimai le travail accompli avec célérité.

Et après avoir fait signe à l’Etoile des Ténèbres d’aller patienter dans le vestibule de sortie, je me remis au travail, consumé par l’enthousiasme. Une fougue nouvelle s’était fait jour en moi, et sans que j’en perçoive encore la raison, je savais déjà en revanche que j’avais un peu plus foi en la vision du dieu des morts qu’avant ma rencontre avec Lydia.

Les unes après les autres, les âmes tombèrent, chacune dans la prison leur correspondant. Avares, violeurs, pédophiles et meurtriers, mon quotidien depuis maintenant plus de deux cents ans, mais qui cette fois, m’apparaissaient presque supportables.

*Pour illuminer les ténèbres, parfois, une simple étincelle suffit.*

« Gardes, je me retire le temps d’assurer la formation du nouveau spectre. Faites patienter les âmes jusqu’à mon retour. »

Un ordre sans haussement de ton. Mes serviteurs savaient obéir et se montrer efficaces quand ils étaient motivés. Je n’avais donc pas de raison de m’inquiéter.

Et ce fut donc d’un pas tranquille qu’après avoir quitté mon bureau de fonction, je rejoignis l’Etoile des Ténèbres avant de l’inviter à me suivre à l’extérieur, la Demeure du Jugement n’étant pas le meilleur endroit pour un entrainement.

« Il n’y a pas d’arènes à proprement parler aux enfers, alors pour tout ce qui touche aux entrainements, il nous faut savoir improviser. »

Je ne doutais pas des capacités d’improvisation de Lydia, mais il valait mieux être clair avant qu’elle ne se mette en tête de trouver quelque chose qui n’existait pas.

« Avant de passer à l’entrainement, commençons par le commencement, à savoir ton nouveau corps et l’armure qui le recouvre. »

Tout en marchant avec elle, j’en profitais pour lui transmettre quelques informations importantes que nos précédents échanges ne m’avait pas permis de mettre en lumière.

« Tu es désormais non-morte, comme nous tous. Cela tu le sais. Ce que tu ignores, c’est que la necropuissance qui coule désormais dans tes veines te rends plus forte et plus résistante qu’aucun mortel ne saurait l’être. Tu peux sauter bien plus loin et courir bien plus vite. Ta force vaut déjà celle de 10 de tes sœurs, et ce n’est que le commencement. Tu es également immunisé aux maladies et aux températures sauf les plus extrêmes. Un don qui te sera utile lorsque tu voudras explorer ta nouvelle demeure par toi-même. »

Des étendues arides du désert des pervers aux immensités glacées du Cocyte, il y en avait pour tous les gouts aux enfers, mais il fallait une constitution surhumaine pour y survivre. Et Lydia ne tarderait pas à le comprendre.

« Concernant ton armure, que l’on nomme ici surplis, elle fait désormais partie de toi, au sens propre et figuré. Elle représente à la fois ton uniforme de fonction, et le réceptacle dans lequel reposera désormais ton âme. Lorsque ton corps sera trop endommagé pour pouvoir se régénérer par lui-même, lorsque tu ne seras plus que poussière, c’est de ton surplis que tu renaitras. Et si sa résistance dépasse de loin celle de toute les matières que tu as pu connaitre sur Terre, il n’est pas indestructible. Désormais lui et toi êtes lié par-delà la mort et le temps, aussi, prends en grand soin et ne t’en sépare jamais. »

Une évidence quand on savait ce qu’il contenait.

« Ce qui m’amène à ton premier test. Le lien t’unissant à ton surplis. »

Ayant alors marché jusqu’au milieu d’un pont de pierre suspendu entre deux berges escarpées, je me retournais vers l’Etoile des Ténèbres.

« Par la grâce d’Hadès et de ton étoile protectrice, il se trouve que ton surplis a des ailes, et il est temps d’apprendre à t’en servir. Ressens ton armure jusque dans tes entrailles, qu’elle devienne une extension de ton propre corps. Sens les ailes dans ton dos, et envole-toi. »

Et déployant mes ailes d’une simple pensée, je pris rapidement de la hauteur avant de jeter un coup d’œil en arrière en direction de Lydia.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Émergence d'une nouvelle Etoile ~ Que se noue un lien pour une éternité [Guerre de Troie - Lydia & Minos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-