RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4025

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Lun 12 Juin - 16:48

Je viens d'ici après m'être séparée de Lydia en chemin.

[Post d'arrivée, pas grand chose à dire]

Papouasie Nouvelle-Guinée...

Quelque part au cœur de la forêt équatoriale...

Pour qui avait passé sa vie en la lointaine Asgard, le paysage de Papouasie était plus qu'extraordinaire, comme sorti tout droit du plus fou de ses rêves. Et pourtant, c'était bien réel. Dans le sillage de Lydia, elle avait foncé toujours plus loin vers le Sud-est jusqu'à traverser d'innombrables mers, poser le pied sur une successions d'îles et enfin s'arrêter en cette gigantesque terre recouverte en majorité d'une forêt à nulle autre pareille. Immense, elle s'élevait vers les cieux en plusieurs étages. Et que dire des oiseaux qui la peuplaient. Jamais, elle n'en avait vu de plus beaux, de plus colorés. Tant de plumes immenses s'étalaient en une traînée digne d'une cape de mariée. Si légères, si belles, ses plumes captaient l'attention tout comme les innombrables fleurs s'épanouissant au sommet de véritables jardins suspendus. Paradisiers étaient leurs noms tout comme orchidées, ceux de nombreuses fleurs. Si uniques, si belles, elles ne pouvaient pourtant faire oublier l'urgence de sa mission. Pas plus que les énormes pigeons bleus et couronnés courant à même le sol.

Des êtres qui connaissaient l'homme, fuyant à son approche à l'image de tous les autres animaux fabuleux peuplant la canopée. Supportant moyennement cette moiteur nouvelle, la belle nordique s'empressa de lever une barrière minimale. De quoi la préserver sans trop la distinguer du décor ambiant. Se concentrant sur l'ensemble du domaine, elle s'efforça de localiser les hommes vivants en ces terres. Se faire surprendre était vraiment la dernière chose à faire. Aussi, levant les yeux, elle étudia le vol des trois roussettes que lui avait laissé l'Etoile des Ténèbres. Plus sensible encore qu'elle ne l'était, les chiroptères ne manqueraient pas de l'avertir d'une présence simplement humaine.

Se focalisant alors aussi bien sur elles que sur l'ensemble de la somptueuse forêt équatoriale, elle s'élança dans la pénombre du sous-bois, à la recherche de plus infime vibration...
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 52
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Mar 13 Juin - 0:23

Qu'elle est immense, cette forêt. Luxuriante, aussi. Et sans doute s’y trouve-t-il des flores méconnues des autres régions du Monde. Un régal, pour qui sait apprécier le spectacle. Lieu de tranquillité, où seul le son du vent frôlant les branches feuillues y réside encore. Délaissé par les hommes et leurs machines, leur envie de possession. A la place, ces tributs encore dissimulées aux yeux de ceux que l’on appelle « Êtres civilisés ». Plus pour longtemps. Car l’homme se dit grand, mais est surtout destructeur. Mais, pour le moment, les fleurs règnent en maître en ces pétales dansant dans les tourbillons.

Une tête sort d’un tronc, doucement. Petite bouille curieuse. Celle d’une enfant, l’une de celle que l’on qualifie probablement de « sauvage », accompagnée d’une boule de poil noire. Nez retroussé, et cette queue en tire-bouchon s’approchant finalement d’une silhouette perdue à l’entrée de cette immense étendue de verdure. Prudente, et pourtant si attirée par cette femme semblable au soleil. Pas que l’on ne connait pas cette couleur, dans les environs. En fait, si. Inconnue au bataillon, même. Impression fougueuse, des billes noires avides d’interrogations quant à cette présence. Et, finalement, des pas se précipitant vers elle, tandis que cet animal loufoque est d’ores et déjà collé à la jambe de la jeune femme.

« Kupsy attends !! » Crie-t-elle alors à l’attention de la bête.

Une main glissée dans ces mèches de jais, visiblement embêtée. Embêtée parce qu’elle doit calmer l’animal, qui semble porter une certaine affection à l’inconnue. Mais également parce qu’elle est intriguée par elle, cette enfant.

« Pardon m’dame. L’est pas très éduqué… Il vous a pas fait mal au moins ? » Puis ses billes se fixent dans celles de l’éveillée. « Ah, le soleil ! » Dit-elle en pointant du doigt les quelques mèches dorées de l’ancienne Asgardienne. « Alors c’est vous hein, la dame dont parle les anciens ? Parait qu’une dame du soleil doit venir pour nous aider. Parce que vous savez, d’puis quelques temps, c’est bizarre ici. Dans cette forêt. Les gens et les animaux se comportent pas comme avant. J’comprends pas. Personne comprend. Mais certains disent qu’une dame viendrait nous porter secours ! C’est vous hein ? Vous allez voir dans cette forêt ce qui va pas, d’où ça vient hein ? »

Une main rattrape alors l’animal, le forçant à reprendre une autre direction.

« J’peux pas parler aux étrangers m’dame, mais ce qui est à l’origine de ce truc, c’est quelque part dans la forêt. Profondément dans la forêt. Vous faudra surement plusieurs jours, mais vous le trouverez hein ? Vous promettez ? »

Nul autre mot que ceux-ci, ceux de cette enfant qui espère. Attend. Et disparaît entre les branchages, jusqu’à ce que le seul bruit environnant ne redevienne le vent.



Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4025

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Mar 13 Juin - 18:13

Au soleil éclatant qui l'avait accueillie avait succédé la pénombre de la forêt équatoriale. Si fraîche et humide était cette terre qu'elle ne pouvait que s'en sentir accablée. C'était si différent de l'air sec d'Asgard tellement glacé que plus la moindre trace d'humidité ne pouvait se maintenir sans cristalliser. Et que dire de la luxuriance, de la majesté des troncs de tous ces géants sans âge. De temps à autre, une liane feuillue ou fleurie pendait, un rayon de soleil traversait en trait éclatant l'immensité du toit de la canopée. Jeux de lumières, jeux d'ombres, de plumes et de couleurs, tout était si entêtant qu'elle avait bien du mal à ne pas ressentir de vertiges mais elle n'était pas une enfant, pas une vieillarde mais bien une guerrière sans nom, sans alliance concrète, juste une guerrière errante qui se cherchait aussi assidûment qu'elle cherchait l'artefact sacré.

Quel impact sur son avenir aurait une telle découverte. Elle ne savait au fond. Sinon que cela ne pourrait que peser dans la balance de ses nouvelles actions...

Se saisissant soudain de l'une des souples tiges d'un vert éclatant, elle la couvrit d'une délicate pellicule de givre tout en lui laissant bien assez de souplesse pour qu'elle puisse s'en servir comme lien de fortune. Torsadant alors ses cheveux en une longue tresse d'or qu'elle releva ensuite en chignon, la belle nordique se sentait déjà pas mal soulagé. Avoir une chevelure aussi blonde que luxuriante n'était pas toujours un avantage surtout en ce genre de circonstances. Mais elle ne se plaignait pas. A tout problème ne pouvait que se trouver une solution.

Se drapant d'une nouvelle tenue réfrigérante, la blanche féline s'enfonça encore et encore sous la masse végétale jusqu'à ce qu'un bien curieux animal ne vienne se cogner à elle. Surprise, elle se retint de justesse de le changer en statue de glace. Ce qui n'aurait pu que causer une immense peine à la jeune papoue filant sur ses traces.

- Non, ne t'inquiète pas, petite. Il en faut plus pour me blesser.

Puis, s'agenouillant devant l'enfant qui la dévisageait de ses grands yeux sombres, la blonde asgardienne passa une main dans ses cheveux.

- Sol ? Et riant doucement. Ahhhhh... Je vois tu me prends pour une représentante de Sol...

S'amusant alors de l'expression incrédule de la petite parée de quelques plumes et autres colliers de fleurs délicates, elle reprit.

- Sol est le nom que l'on donne au soleil, là d'où je viens. Et oui, mes cheveux ont la couleur du soleil tout comme ma robe celle de la glace et de la neige. S'interrompant soudain à ces mots, Brunissen songea au climat de la région. Quoique, j'y pense, tu ne dois jamais avoir vu de glace ni de neige, attends...

Et clignant avec malice, la blonde nordique concentrant son cosmos en sa main. Sous les prunelles émerveillées de l'enfant, apparurent quelques grains brillants, qui grandirent, grandirent jusqu'à prendre l'apparence de l'un de ses extraordinaires oiseaux de paradis. Fine et brillante comme un diamant sous les quelques rais de lumière, la miniature avait tout d'un bijou précieux et la tendant à l'enfant, elle reprit.

- Oui, cela doit te paraître bien froid, bien plus encore que l'eau, la pluie ou la nuit. C'est si délicat, si beau et pourtant fort. Cela s'appelle la glace et c'est elle qui couvre aussi le pays qui m'a donné la vie.

Riant avec une douceur presque maternelle à la vision de cette enfant découvrant le contact piquant que pouvait avoir la glace avant de la prendre fermement en main et de la serrer sur son cœur tel un trésor précieux, la jeune femme se détendit. En sa prison, jamais, elle n'aurait espérer pouvoir revivre cela. Son cœur de mère s'était comme un instant réveiller au contact de cette enfant. Une tendresse qui n'avait rien de malsain, juste une subsistance de son instinct maternel et se surprenant à gâter cette enfant, elle s'interrogea sur elle-même...

Quelle bien piètre Etoile je ferai en cet instant...

Pourrait-elle seulement en être une et souriant à l'enfant qui attendait une autre réponse, elle enchaîna.

- Normalement, elle devrait fondre mais les dieux m'ont donné la force de la rendre éternelle. Garde ceci en signe d'espoir, jolie petite fille. Que sa pureté soit le symbole de l'espoir que vous n'avez pas abandonné. Va et rassure tes anciens. Car c'est bien un dieu plus que puissant qui m'a envoyée en ces lieux pour retrouver une relique égarée. Une relique qui a le pouvoir d'agir sur les êtres et tout ce qui les entoure. Si c'est bien elle qui cause tous ces soucis, je la récupérerai et la ramènerai au seigneur de l'autre monde. Et si ce n'est pas elle, qu'importe, je purifierai votre île aussi sûrement que j'ai crée cet oiseau dont le plumage ne se ternira jamais. Garde-le précieusement comme le cadeau d'une amie venue d'au-delà des mers et des étoiles...

Si doux avait été son ton qu'elle n'avait pu qu'émerveiller l'enfant qui la quitta son trésor entre ses mains, veillant à le soustraire à la curiosité de son petit compagnon. S'enfoncer encore davantage dans la forêt. Qu'à cela ne tienne, elle irait sans crainte et se retournant vers les roussettes qui la suivaient, elle fit le signe et la première vint se poser sur son avant-bras.

- Fille de la nuit et de la lune, va vers Lydia. Va vers elle et dis-lui qu'une force liée au cosmos perturbe cette forêt et qu'il se pourrait que j'ai besoin de son aide sous peu. Va vers ta reine, va vers Lydia. Acheva-t-elle en lui offrant une poussée droit vers le ciel qu'elle ne tarderait pas à trouver.

La première partie, elle avisa la seconde qui ne tarda pas à la rejoindre de la même façon.

- A ton tour... Même mission mais cette fois, c'est vers Minos que tes ailes doivent se diriger et avec elles, le message que je pose sur ton corps si gracile. Qu'ainsi, il apprenne que j'ai localisé une source d'énergie et que je remonte la piste et qu'il apprenne aussi que Lydia, toute proche de moi est aussi avertie...

Un autre geste, une feuille aussi délicate que couverte de termes clairs et concis fixée à son corps, et la gracieuse renarde volante s'esquiva. Restait la dernière...

Sivir ?

Pour elle, l'ancienne Zeta Prime hésita. Devait-elle la mettre en danger ou pas ? Se concentrant sur sa seule mission, elle se décida et la troisième roussette à sa chair agrippa.

- Toi, ma dernière amie. Va vers Sivir de l'Alraune. Apprend-lui au travers du message que je fixe à ta si belle toison que j'ai déjà prévenu aussi bien Lydia que Minos de ma découverte en des terres enchanteresses et qu'elle n'a pas à s'en faire. Je ne risque rien mais suis toujours prête à l'aider une fois que j'en aurais fini avec ce que je cherche en ses lieux.

La dernière messagère ainsi délivrée, Brunissen reprit sa longue marche dans la forêt. Le cosmos qu'elle avait repéré se faisait plus pressant. Avec un peu de chance, elle finirait bien par trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2028
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Ven 16 Juin - 8:59

je viens d'ici

Longuement, la somptueuse chasseresse avait cerclé sur l'ensemble des terres des Maoris. Un ultime vol de prospection pour s'assurer que tout était bien désert sur le plan du cosmos. Aux yeux de certains, cela aurait pu être une perte de temps mais pas en son cas. Plus que tout l'Etoile des Ténèbres était perfectionniste et surtout désireuse de partir l'esprit tranquille sans avoir négligé la plus infime piste. C'était maintenant chose faite, aussi plus rien ne la retenait sur île si belle. Légère, rapide, elle libéra d'un geste gracieux la roussette que lui avait envoyée Brunissen et qui avait eu tout le loisir de se reposer. Gorgée de nectar sanglant, la messagère ailée prit le mors aux dents et fila droit vers le lieu d'où elle était partie.

Fendant les airs dans son sillage, Lydia traversa plusieurs mers, longea une île gigantesque avant d'obliquer soudain toujours plus loin vers le sud. Sous ces ailes, la mer était toujours aussi belle, tant de coraux s'étalaient en de vastes chemins chatoyants. Si transparente était l'eau par endroits qu'elle pouvait voir aussi bien les magnifiques récifs vivants que les poissons les parcourant. Tant de formes, tant de tailles et de couleurs différentes en plus du ballet des dauphins et du passage des tortues. L'Océan était si paisible, si paisible...

Le seigneur Poséidon doit encore tout ignorer.

Et c'était mieux ainsi. Que l'une des saintes se soit emparée du Trident ne pourrait qu'attirer l'attention du dieu des mers sur le Sanctuaire. Cela viendrait, la somptueuse vampire le savait mais le plus tard possible serait le mieux. Surtout connaissant l'identité de la guerrière ayant récupéré le précieux artefact...

Sentant la roussette accélérer de plus belle, la spectre détacha son regard de la merveille océanique et se calqua sur la nouvelle impulsion de sa petite compagne. Au loin, une nouvelle terre émergeait et cette fois, au vu des réactions de sa singulière guide c'était la bonne. Tant d'îles, tant d'archipels s'étaient succédé avant qu'elles n'abordent cette nouvelle terre en grande partie couverte de forêts. A croire que la plus grande d'entre elle avait éclaté et que tous ses morceaux s'étaient dispersés. Une image comme une autre en regard de toute ces beautés isolées.

Une chance que nous sommes venues à trois. Toutes ces îles ne semblent pas aussi grande que celle que j'ai longée mais elles sont toutes si dispersées...

Une multitude de cris se firent soudain entendre et la chasseresse infernale aperçut le sommet de la canopée. Couronnée autant de verdure que d'oiseaux, la forêt s'élevait comme sur plusieurs étages, filtrant les rayons du soleil avec une terrible efficacité. De quoi plaire à une Etoile des Ténèbres qui plongea à la suite du chiroptère. Rapidement, les deux amies rejoignirent le lieu de la rencontre entre Brunissen et la petite fille.

Quelques échanges avaient largement suffi à expliquer à la No-Life Queen ce qui s'était passé. Se concentrant, elle perçut à son tour les vibrations de ce nouveau cosmos ainsi que celui bien connu de la blonde nordique.

Oui, elle va dans la bonne direction.

Plus fine, plus sensible que l'ancienne Zeta Prime, la spectre du Vampire n'avait pas tardé à localiser la piste la plus rapide. Le temps de rattraper la blonde nordique et elle n'aurait plus qu'à remonter à la vitesse de ses ailes cette fameuse piste...

Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4025

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Ven 16 Juin - 11:41

Des heures entières lui semblaient s'être écoulées depuis son entrée en cette forêt. Tout autour d'elle, où que se posât son regard, ce n'était que pénombre, verdure, bruits de plumes, de pas et autres vrombissements d'insectes. De temps à autre, il lui semblait s'être éloignée et elle s'arrêtait pour vérifier si elle s'était effectivement écartée...

Finirait-elle par s'égarer malgré tous les soins qu'elle mettait à pas s'éloigner de la piste ? Vu les perturbations engendrées par ce cosmos plus que traître, cela risquait bien d'en être le cas. Pourtant, elle ne pouvait pas être loin. Tout en ces lieux le lui criait. Quelque chose perturbait la vie locale. Les hommes et animaux devenaient fous. C'était bien ce que lui avait dit la petite.

Les animaux...

Songeuse, la blonde passa la main dans son chignon de glace et de verdure puis sursautant presque, elle réalisa.

Mais oui, je dois suivre la piste tout en surveillant le comportement des animaux.

C'était cela la solution et puis, elle n'était pas toute seule non plus. Les roussettes qu'elle avait envoyées finiraient bien par accomplir leurs missions. Il fallait qu'elle avance, qu'elle fasse ses preuves pour se gagner enfin une nouvelle vie. Se faufilant alors telle la féline qu'elle était entre d'immenses racines, Brunissen se retrouva au pied d'un géant et sans hésiter escalada l'immense tronc.

Prendre de la hauteur, sortir de cette ambiance moite et pesante lui ferait le plus grand bien. Il lui fallait de l'air, de l'air frais et non celui d'une telle forêt. S'offrant quelques secondes de répit au sommet de l'arbre, elle ferma les yeux avant d'entendre toute une série de petits cris. Se tournant vivement, au risque de perdre l'équilibre sur cette plate-forme végétale, elle tendit le bras.

- Toi ? Tu es de retour ?

Un sourire lumineux illumina ses traits. Elle semblait venir de si loin, cette petite roussette mais l'avait belle et bien retrouvée et s'empressant de prendre connaissance de son message, elle comprit que c'était celle liée au juge qui venait de revenir et visiblement de très loin.

- L'Amérique ? Le juge Minos se trouve en Amérique.

Caressant alors la tête rousse, elle lui offrit quelques baies.

- Hum... Je comprends pourquoi tu sembles si fatiguée. Allez viens tu as bien mérité de te reposer et puis, réjouis-toi, d'après le message de Minos, Lydia devrait vite arriver.

Brunissen ne pouvait certes pas comprendre le langage de la roussette mais elle n'ignorait pas qu'elle, elle la comprenait. Selon les propres dires de Lydia, elle saisissait le moindre de ses mots.

- Et quand on parle du loup...

Tendant ses sens à l'approche rapide d'une énergie plutôt sombre, elle n'avait mis que quelques secondes à reconnaître l'Etoile des Ténèbres.

Minos parle d'elle dans une missive et elle débarque. Quasi synchrones... A croire que ces deux-là sont vraiment fait pour s'aimer et ne le pourront jamais.

Sur ces pensées, la blonde nordique se retourna sur sa masse de branches, exhalant un léger air frais. Quelques autres gestes pour assurer sa prise et elle patienta. En sa tête, il était superflu pour elle de prendre le risque d'une descente longue et semée d'obstacles sachant que Lydia possédait des ailes en plus de ses sens accrus. A ce jeu, la spectre serait toujours bien plus rapide que la blanche féline...
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2028
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Ven 16 Juin - 13:06

Mais que fait-elle ? Songea la chasseresse à la cape de feu en pistant les mouvements du cosmos de son ancienne partenaire de Death Queen Island.

Jeu auquel excellait la spectre du Vampire qui en plus d'être douée de sens plus qu'aiguisés disposait aussi d'une immense sensibilité. Et rares, infiniment rares étaient les êtres capables de rivaliser avec elle sur ce registre. Un don d'une valeur inestimable mais aussi une malédiction vu sous un certain angle. Sa force et son point faible lorsque l'on savait que sa sensibilité ne se limitait pas à l'acuité de ses seuls sens. Son cœur était encore plus ardent que ses sens et constituait une faille immense. Une brèche qu'il lui faudrait combler... Et le plus vite possible.

A cette idée de passer enfin ce cap, son cœur se resserra mais elle n'avait plus le choix. Elle était parvenue à la limite extrême de sa résistance. Il lui fallait juste se décider à franchir le pas une fois cette mission achevée. Ce qui au vu des pérégrinations de la belle nordique n'était certainement pas gagné.

Mais pourquoi ? Pourquoi ?

Soupirant aux trop nombreuses boucles de la piste cosmique que l'ancienne guerrière divine laissait derrière elle, la No-life Queen accéléra. Visiblement, on se jouait de Brunissen et il était plus que temps de mettre un terme à tout cela.

Oh ?

Surprise mais tant que ça connaissait la dame, elle la sentit gagner de l'altitude.

Sage décision...

Et suivant son exemple, elle grimpa à son tour, toujours guidée par sa seule vie qui à ses sens de Vampire chasseresse hurlait. Voguer, louvoyait au beau milieu d'une telle densité nécessitait une véritable virtuosité. Seul un voilier fin et précis, un authentique maître des arts doublé d'un acrobate pouvait se maintenir entre autant de troncs, de branches et de lianes, le tout dans une pénombre tenant de la franche nuit noire...

Ainsi jaillit-elle enfin de la masse émeraude, splendide papillon de taille surhumaine pour qui aurait pu l'apercevoir.

Reprenant de l'altitude pour encore mieux localiser sa compagne, elle accrocha un appel rapide.

* Viens à moi, ma petite compagne. Viens ma belle... *

Et sans attendre la roussette la rejoignit. D'une série de cercles, elle tourna autour de Lydia tout en lui délivrant son message.

* Un message du seigneur Minos... Ainsi, il a fouillé le flanc Nord-Ouest en n'a encore rien trouvé. Cela risque d'être en effet bien plus long et ardu qu'en ces îles vu l'étendue du nouveau-monde et le fait qu'il soit seul n'aide en rien. Espérons que Sivir puisse le rejoindre assez vite. *

Et offrant un peu de son sang à la roussette, elle acheva.

* Bien, merci, ma douce. Maintenant, prend un peu de repos le temps que Brunissen et moi découvrions où nous mène cette fameuse piste. *

Requête à laquelle, le chiroptère accéda à une vitesse inouïe. Il fallait dire qu'avec tous ses fruits charnues accrochées aux véritables radeaux formés par l'enchevêtrement des lianes et autres branches, elle avait toutes les raisons de se croire au paradis. Et se fondant dans les ombres, elle ne tarda pas à disparaître aux yeux du monde avec toutes les baies et fleurs qu'elle avait pu emporter.

D'un regard, Lydia l'avait suivie avant de s'intéresser de nouveau à la piste de Brunissen qu'elle ne tarda pas à localiser. De longs cercles fluides et elle se posa juste à côté d'elle, faisant à peine se pencher l'énorme branche...

- Heureuse de voir que tu n'as pas fait de mauvaises rencontres le temps que je te rejoigne...

Et se tournant vers la forêt.

- Par contre, ce cosmos, là en bas, a le don de comment dire... Pulser. Sa façon de s'éparpiller pourrait perdre n'importe quel éveillé non formé à la recherche des vies et des énergies.

Et se penchant sur la canopée juste au-dessous d'elles, Lydia se concentra. Glissant en l'une de ses nouvelles transes qui la viderait de ses forces pour un bon moment, elle s'efforça de garder le contact oral avec l'ancienne asgardienne. Ainsi, avec lenteur, sa respiration et les battements de son cœur ralentirent, se mettant en phase avec tout ce qu'elle ressentait.

- Des vies, tant et tant de vies... Humaines au loin, animales plus proches. Paisibles, à l'affût d'une proie ou occupées en un labeur quelconque...

Plongeant encore plus loin, elle poursuivit.

- Cosmos, lumière intermittente dont la lumière et les sons sont autant de jeux, autant de pièges en ce lieu capable de tout déformer. Vaste est la forêt, vaste est le chemin, tortueux mais pas insurmontable...

Puis, déployant ses immenses ailes...

- Tu ne peux voler mais tu peux jeter autant de ponts éphémères sur l'immense canopée. La solution passe par la lumière, passe par le ciel et non par ce labyrinthe d'illusions...

Et s'élevant doucement, soutenue par son cosmos.

- De l'agitation... En ce lieu, les cœurs sont trop agités... Je sens du trouble, de la frénésie, du sang et la main de Thanatos prête à caresser et briser le fil des vies. Prépares-toi, blanche féline, la mort est là, tapie tout comme la folie règne tout autour de la source. En ce vivier, le combat sera inévitable. Et maintenant que les ailes de la Nuit nous guident et nous mène à la source de cette immense énergie...
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4025

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Sam 17 Juin - 14:21

En dépit de toute sa rancœur à l’égard du spectre du Vampire, Brunissen ne pouvait que se réjouir de l’arrivée de cette dernière. Déjà parce qu’elle n’était plus seule, ensuite parce que du haut des airs, la spectre pourrait facilement détecter les émanations de cosmos. Tout cela la baignait d’un espoir qu’elle ne pensait plus jamais ressentir depuis son retour à la vie.

Se surprenant soudain de sa propre joie à l’approche du magnifique oiseau flamboyant, la blonde nordique songea un instant aux paroles de Minos, à sa façon de voir les choses. Sa vie venait à peine de débuter sans être pour autant totalement neuve. Tout son passif et ses péchés avaient été balayés et elle avait toutes les clés de son avenir en main. Ramener l’épée sacrée d’Hadès serait un premier pas vers cette nouvelle existence. Un pas en sa faveur sur la future balance de son jugement.

Ne pas déplaire à Hadès, plus qu’à tout autre être, elle ne devait pas déplaire au sombre empereur et puis, il y avait aussi Sivir. La toute jeune spectre avait encouru un risque énorme pour elle et rien que cela avait touché la blonde combattante. Il fallait reconnaître que rien n'était loin d'être simple en cette nouvelle existence où la plus infime des gaucheries pourrait la conduire directement à la mort et à une prison encore pire que celle d'où elle était sortie. Jamais aussi fortement sa propre impuissance à disposer de sa propre vie lui avait à ce point été renvoyée...

Soupirant presque à cette terrifiante prise de conscience, la blanche féline se résigna à son sort. Enfin pour l'instant...

Sort auquel se nouaient ceux de tant d'autres vies. Elle n'avait désormais plus aucun lien avec le peuple du Septentrion, du moins ce qu'il en restait, plus aucune attache sinon celles qu'elle s'efforcerait de nouer. Tout n'était plus que fondations brutes sur lesquelles tout reconstruire, tout renouer.

Contemplant la spectre qui s'était adressée à elle, l'ancienne captive lui répondit alors.

- Et je te renvoie le compliment, Lydia. Qui sait combien d'ennemis ou de chasseurs auraient pu te tomber dessus sans que je ne puisse te rejoindre...

Et s'empressant de répondre, histoire que la rousse chasseresse ne se méprenne pas sur ses paroles.

- Comprends que je n'ai pas d'ailes, moi. Et comme tu viens de le dire, cette fichue forêt a le don de troubler les esprits. Sans avoir réellement compter, j'ai la certitude de m'être égarée plus d'une dizaine de fois alors que j'étais certaine d'approcher. Ces arbres...

Elle caressa l'écorce rude.

- Ces arbres sont pourtant un tel enchantement tout comme la faune merveilleuse les peuplant et que dire de ces fleurs...

Acheva-t-elle en désignant tout un tapis d'orchidées multicolores étalant leurs corolles sous le ciel sans heurts ni compétition. Un instant s'écoula encore avant que le spectre ne se plonge en l'une de ses transes dont elle avait le secret. Belle marque de confiance alors que cela la laissait sans force et parfois si vulnérable si elle venait à s'épuiser. Et puis, elle lui parlait à haute vois, sans ambages, sans hésitation comme elle l'aurait fait avec le seigneur Minos et l'un de ses frères d'armes. Une telle confiance la touchait...

Lydia... Quand je te vois ainsi, je ne peux que douter du fait que mon choix de m'allier à toi n'ait été qu'un simple hasard. Non, je suis certaine qu'il devait y avoir plus, infiniment plus. Les Nornes avaient sans doute déjà décidé de ma nouvelle destinée en me menant à toi.

Qu'elle ne songeât point à Henriques ne signifiait pas qu'elle l'avait oublié mais juste que c'était trop dur, infiniment trop dur de se remémorer maintenant que plus rien ne pouvait être changé. Que lui était-il arrivé ? S'était-il échappé de l'île ? Dérobé à la vindicte d'Athéna ? Depuis sa prison, Brunissen n'avait eu aucune chance de l'apprendre. Pas plus qu'elle n'aurait eu le droit de le demander à Minos. Non, elle ne savait pas...

Et réagissant soudain à l'une des paroles de Lydia qui commençait doucement à vouloir décoller, elle leva la main en sa direction. Non pas pour les ponts de glace qu'elle lui suggérait de lancer d'arbre en arbre mais au sujet de l'agitation qu'elle lui avait dit avoir déceler. Suivre les vies, c'était cela la clé, la véritable clé plutôt que de se faire piéger par un cosmos changeant.

- Oui, l'agitation, une enfant papoue m'avait parlé d'agitation. Suis ces vies, Lydia, suis-les ! Tout comme le cosmos que tu ressens bien plus fortement que moi. Des airs, tu seras plus efficace que je ne pourrais jamais l'être, ce qui ne m'empêchera pas d'être là pour te défendre. Alors ne crains pas les combats à venir et que tu sens si proches. Je serai là pour te servir de bouclier et puis, Thanatos n'est-il pas sensé être ton allié ?

Et insistant une dernière fois sur le point qui lui paraissait le plus important tout en concentrant son cosmos.

- Va, envoles-toi. Suis cette énergie et suis ces vies. Là où tout s'agite, tout s'égare en plus d'être baigné de cosmos, tu auras toutes les chances de trouver ce que nous cherchons...

Le point, la source ne pourrait qu'être là. Brunissen en était maintenant convaincue. Avec ses dons de traqueuse, Lydia avait accroché aussi bien le cosmos que les vies alentours et avec ses informations, la belle féline disposait des moyens de la guider au mieux vers le véritable point d'énergie...

Embrasant alors son cosmos, elle fit ce que la belle lui avait dit, elle lança pont de glace sur pont de glace, offrant à la forêt son premier contact avec le froid. De sommet en sommet, jaillirent ainsi autant d'arc transparent et lumineux, semant de véritables pluies d'arcs-en-ciel. Et sur ces ponts, filait ce qui ne pouvait ressembler qu'à une authentique fée, une apparition magique dont les pas glissaient plus qu'ils ne se posaient. Ainsi filait-elle de point en point jusqu'à la source de toute cette folie qui s'était emparée de l'île, guidée par un oiseau de nuit. Un oiseau dont la beauté n'avait rien à envier aux paradisiers...

Et qui les verrait ne pourrait jamais les oublier...
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 52
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Sam 17 Juin - 17:14

Plus aucune trace de l'enfant ni de son compagnon si remuant, tous deux s'étaient comme volatilisés depuis déjà si longtemps. Bien singulière forêt que celle-ci pour qui ne connaissait rien à cette île. Immense, majestueuse, elle était aussi porteuse de bien de pièges et des trésors. En sa pénombre, tant d'êtres se cachaient, tant d'yeux l'observaient, cette jeune femme aux cheveux de soleil. Parée comme elle l'était, en sa robe blanche, elle semblait surgie tout droit de cette lumière qui avait frappé cette terre autrefois bénie.

Que d'espoir s'était placé en elle depuis sa rencontre avec la petite papoue. Si pâle, elle aurait la force de trouver la source de tous ces égarements. Du moins, tous l'espéraient car elle était devenue si dangereuse cette forêt. Non pas en termes de prédateurs ou de bandits mais plutôt en sa nouvelle magie. Tant d'êtres en avaient déjà ressenti les effets depuis que cette lumière s'était abattue sur eux.

C'était si récent si récent pourtant. Juste quelques temps...

Ainsi, cette céleste apparition devrait-elle en trouver la clé. Plonger jusqu'au plus profond de la forêt sans s'égarer, sans s'enivrer. Car il en était des parfums, des troubles étranges...

Qui ne pouvait leur résister plongeait comme dans un rêve éveillé, long ou court, nul ne savait ce qui décidait vraiment de cela. La seule constante était la fièvre laborieuse les prenant alors ou l'envie de tout découvrir, d'explorer, de créer au risque de se perdre. Déjà d'étonnantes créations se détacher entre les arbres, des formes qui n'avaient en aucun cas leurs places en cette partie du monde.

Inspiration, tout cela n'était que le fruit d'une magnifique inspiration si seulement, elle ne poussait pas parfois les hommes et les animaux à des crises de folie passagères...

Et toi, belle dame blanche, que serait-il advenu de toi si tu n'avais pas eu la force de résister et de filer vers le soleil ? Vers la lumière salvatrice ? Avant qu'une amie ne te rejoigne enfin. Fleur blanche du grand nord et rose sombre des Enfers, pour la seconde fois se retrouvaient et agissaient de concert. Fruit du hasard, fruit du destin, nul ne pouvait l'affirmer mais cela s'était bien passé.

A leurs présences et leurs magies, la forêt frémit comme elle l'avait fait lors de la chute de l'objet...

De ses frémissements se dégageait une lumière dorée belle comme le soleil, chaude et douce comme une caresse mais aussi porteuse d'une telle force qu'elle ne pouvait pousser les êtres qu'à se sublimer. Une lumière qui prenait sa source en le plus beau des écrins : un cratère tout de mousses et de fleurs protégé d'un dôme de verdures.

Si aimé de l'astre du jour était cet objet qu'il émettait rayons sur rayons...

Ainsi trônait le sceptre de la déesse Athéna, source d'une énergie créatrice aussi immense que troublante. Un sceptre protégé d'une véritable barrière d'illusions et de plantes empoisonnées...
Citation :
Félicitations, vous avez trouvé le sceptre d'Athéna.

Celui-ci trône sous un dôme végétal et est entouré d'un ensemble de végétaux produisant des substances fortement hallucinogènes en plus de nombreux poisons.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2028
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Sam 17 Juin - 19:08

A la réponse de Brunissen, Lydia avait souri. C'était si rassurant pour la suite de leur collaboration en cette course à l'artéfact de voir qu'elles pouvaient compter l'une sur l'autre. Aussi s'élevant d'un immense battement d'ailes, elle prit rapidement de l'altitude, voguant sur les courants chauds que lui offrait si généreusement cette île. Le seul reproche que la spectre aurait pu faire, c'était quant à l'humidité ambiante mais il ne fallait visiblement pas trop en demander.

Se replongeant par instant en cette prospection dont elle avait le secret, elle ne tarda pas à retrouver la direction que ses sens lui avait si justement indiquée. D'un long glissé, elle se porta à hauteur de Brunissen et lui répondit en ses termes.

- Tout ce qui est de par trop agité ?

Assez simple au fond... pour qui avait l'habitude de traquer les vies. Tout ce qui était anormal éclatait avec encore plus de forces que tout le reste, indiquant des proies plus simples à saisir ou des êtres trop dangereux pour leurs semblables et qu'il valait mieux neutraliser "vampiriquement" parlant. Devait-elle se sentir mauvaise ou coupable ? Certainement pas, elle n'était pas humaine et ne le serait jamais plus. Mieux encore, elle sécurisait ces terres autrement plus efficacement que ne pourrait jamais le faire la milice humaine. Qui pouvait parmi eux traquer les pires criminels et s'en nourrir ? Sinon elle et ses semblables ? Un aspect de leurs vies que Lucinda se devrait de comprendre. Tuer des criminels pour se nourrir n'était en rien incompatible avec leurs idéaux et sens de la vie ou non-vie...

Souriant à l'idée que l'honneur de sa soeur puisse être en partie restauré, fut-ce du à la fuite de l'un des siens, la rousse chasseresse remonta en flèche. Plus elle serait haute et plus simple serait la plongée vers la source une fois qu'elle serait localisée. Elle espérait juste ne pas tomber sur une nouvelle pierre...

Faisant de temps à autre de grands gestes en direction de la blonde féline qui la suivait de cimes en cimes suivant ses conseils, elle ne tarda pas à cerner enfin un point. Un point autour duquel elle tourna, plusieurs fois, resserrant à chaque tour le cercle, jusqu'à ne plus survoler qu'un véritable puits d'énergie...

Nouvelle fausse découverte ou but de leurs si longues prospections ?

Retenant sa respiration, Lydia ne fit que la seule chose à faire, elle plongea, plongea jusqu'à glisser, glisser enfin vers cet objet qu'elle ne pouvait encore parfaitement discerner...

- Aie... Ne put-elle retenir lorsque des épines se plantèrent soudain en certains points de sa chair non protégée par son armure.

- Saleté... Poison ? S'interrogea-t-elle en aspirant une longue gorgée de sang avant de la recracher. Simple, rien n'était plus simple que d'expédier du sang contaminé pour un vampire.

Et puis, quelle stupidité, avec tout ce qu'elle avait déjà connu de par le passé, poisons du Scorpion, des Poissons d'or et même d'Eris, il en faudrait infiniment plus pour l'affecter. Sinon une injection massive. Tournant alors à l'intérieur du dôme, elle lança l'une de ses pires attaques droit sur les plantes. Ce n'était jamais que des plantes qu'elle pouvait maintenir à distance par simple souffle tout en s'assurant de ne pas se poser n'importe où.

- Voyons...

Et saisissant une solution, elle remonta un instant vers Brunissen, histoire de lui glisser ces quelques mots.

- Tout est piégé sur le sol et sur cet espèce de dôme mais ce ne sont jamais que des plantes. Cela me rappelle un peu les roses des Poissons d'or. Il suffit de s'en prémunir en évitant tout de contact et de maintenir un courant permanent pour que l'air empoisonné soit chasser. Quand à ce qu'il se trouve en dessous, le plus prudent est encore de l'attraper au vol. Quoi que ce soit, je peux plonger m'en saisir en plein piqué et reprendre d'office de l'altitude. C'est risqué mais aussi le plus rapide à faire, espérons juste que ce ne soit pas encore une simple pierre...

Et reprenant soudain de l'altitude.

- Voilà, ce que je te propose. Cette chose quelle qu'elle soit a totalement déréglé tout ce qui l'entoure et toute cette végétation ne pourra que prendre pied si on la laisse faire. Aussi, je m'occupe de l'objet et toi tu congèles tout cela et le réduit en poussière d'étoiles pour qu'il n'en reste absolument plus rien. Purifions ce lieu de tout ce qui n'aurait jamais du y prendre pied.

De bien étonnantes paroles de la part d'un spectre, un de ces monstres comme on les qualifie souvent mais Lydia n'avait aucun désir de laisser des manifestations aussi hasardeuses prendre pied sur terre. En conserver quelques graines, pourquoi pas mais les laisser livrer à elles-mêmes sans personne pour veiller au grain non. Montant de plus en plus, la chasseresse ne manquerait pas de marquer les humains capables de la voir avant d'avoir enfin le point parfait.

Maintenant...

Tout comme un rapace enveloppé de cosmos mortel, elle se laissa tomber droit vers l'objet. Si rapide qu'à peine quelques secondes suffirent pour qu'elle s'en empare fermement, lance une frappe énorme sur le sol et ne remonte tout droit vers l'azur qui du dôme éventré l'appelait. Un nouveau jaillissements au travers de la masse émeraude avant qu'elle ne pose à nouveau sur les sommets de la canopée...

Le temps de recouvrer son souffle et elle croisa le regard halluciné de Brunissen.

- Quoi ? Lui glissa-t-elle avant de comprendre. Sa main serrait un manche et non celui de Poséidon tandis qu'une forme inimitable caressait le haut de son casque.

- Oui... Oui... Rit-elle soudain. Rien ne doit paraître plus incongru que de voir une spectre porter entre ses mains le sceptre d'Athéna.

Et reprenant son souffle, elle détacha un ensemble de perles rouges tout en maintenant le précieux artefact contre elle et les avala. Le puissant sang des Carminia, quelle meilleure panacée que celle-là. Aussitôt, elle se sentit mieux et redéployant ses ailes, elle lança.

- Je pars en avant, Brunissen, il est trop dangereux de laisser une telle arme traîner. Détruis ce dôme et le reste, préviens notre seigneur Minos de notre découverte le temps que je dépose le sceptre d'Athéna aux Enfers.

Message qu'elle enverrai aussi une fois arrivée aux Enfers. Non pas qu'elle n'eut aucune confiance en Brunissen mais juste pour lui faire part de sa prochaine destination une fois qu'elle aurait mis le sceptre en sécurité.

=> Enfers avec le sceptre d'Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4025

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   Dim 18 Juin - 13:58

Mais ?

Ces arbres gigantesques semblaient ne jamais avoir connu le froid sinon comment expliquer les rougeurs apparaissant sur les branches et les feuilles au seul contact de la glace. Surprise, la blonde nordique ne pouvait que constater les effets dévastateurs que pouvaient avoir ses pouvoirs sur d'autres terres qu'Asgard. De quoi lui faire voir les choses sous un autre angle.

Levant la tête, elle suivit alors le vol de Lydia avant qu'elle ne plonge. Si vif, si rapide que la féline ne put voir qu'une flèche fendre la masse végétale avant d'en remonter.

Mais que se passe-t-il ?

Pensa-t-elle lorsque le cri de douleur de Lydia lui parvint. Elle ne savait pas trop ce qui pouvait se terrer sous le dôme de végétation mais elle ne tarderait pas à être fixée avec le retour de la rousse chasseresse.

- Empoisonnée...

Du poison et sans le moindre doute des drogues et autres joyeusetés. Ecoutant avec attention les paroles de la spectre, Brunissen répondit alors.

- D'accord, espérons que l'on ne fasse pas tous ses efforts en vain.

Quelques mots pour exprimer ses doutes et elle vit la silhouette sombre remonter vers l'azur et le soleil avant de piquer soudain. Un sifflement fila à ses ouïes puis la spectre remonta avant de se poser face à elle sur la plateforme végétale que la nordique leur avait ménagée...

Le sceptre ? Impossible.

A ses yeux bleu émeraude, cela ne pouvait se faire. Un spectre porter le sceptre de la déesse Athéna entre ses mains était si choquant. Et croisant le regard de la spectre, elle ne put s'empêcher de faire passer ses sentiments. ce qui provoqua la réaction de sa vis-à-vis. Un temps passa avant que tout ne se calme et que la jeune femme ne reprenne son souffle.

- D'accord, je vais me charger de détruire tout cela... Bon retour, Lydia.

Sur ce, les deux femmes se séparèrent. Demeurée seule au sommet de sa plate-forme renforcée de glace, la féline se concentra. Un souffle de glace en ces lieux seraient une première tout en ne passant pas inaperçu. Autant dire que cela signerait leurs venues et leurs actions en ces lieux. D'une gigantesque explosion de cosmos, elle fit s'élever un courant d'air glacé qui ne tarda pas à se muer en véritable tempête avant de s'abattre sans autre forme de procès vers l'ensemble de la masse végétale.

Un instant un cri sembla s'élever et tout se figea en un décor uniformément blanc. Plus belle que tout était cette assemblée de plantes et autres arbres statufiés. Puis, ce fut l'éclatement. En quelques coups, tout se brisa sous les griffes acérées de la belle et l'ensemble se volatilisa en quelques secondes. Ne demeurait alors plus qu'un cratère empli de glace sur le point de fondre. Une mare qui ne tarderait pas à être colonisée et absorbée par l'immensité de la forêt.

S'installant quelques instants sur le sol, elle se mit à se concentrer. Il fallait qu'il écrive le message pour le juge Minos.

Juge Minos, je vous envoie ce message pour vous faire part de la récupération du sceptre de la déesse Athéna qui a été renvoyé aux Enfers. Ne sachant encore où je dois me rendre, j'attends les prochains ordres.

Posant alors le message sur le corps de la roussette, elle la libéra. Puis, s'installant en tailleur, elle attendit patiemment qu'on lui dise ou se rendre.

=> La suite ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sous les artifices des Paradisiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Océanie-