RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris   Mar 13 Juin - 9:10

J'ai quitté les Enfers ici

Nouvelle-Zélande...

Sous les feux du printemps...

Bien des choses auraient pu être dites suite à sa "rencontre" avec le juge de la Wyvern mais ce n'était ni le moment ni l'instant de songer à tout cela. Plus que tout autre sujet, l'épée d'Hadès avait la priorité. Un tel symbole de la puissance de leur sombre empereur ne pouvait en aucun cas demeurer perdu dans la nature. Sans oublier le sceptre d'Athéna ou le Trident de Poséidon.

Trois armes aussi puissantes égarées, c'était trop fou pour être innocent ou purement accidentel. D'autres forces devaient s'en mêler : des puissances insidieuses, mesquines et encore bien trop invisibles à son goût. En son esprit, c'était une certitude. Aussi fort qu'avait pu être ce Pséma, jamais, il ne serait parvenu à s'emparer seul de la redoutable Balmung. Une autre divinité avait du l'aider, à son insu, mais l'aider quand même...

Cela ne restait jamais que des suppositions mais elle espérait bien que le tribunal de Minos finisse par délier les langues. Après tout, aucun des actes des blacks saints défunts ne pouvait lui échapper. Tout était sur les registres des Enfers consigné. Le seul bémol resterait l'intervention d'un facteur extérieur qui serait plus que compliqué à faire émerger...

Perdue en ses réflexions, la splendide chasseresse en oubliait ses propres soucis. Loin du juge et de Lucinda, elle se sentait quelque peu apaisée sans pour autant les oublier. Et puis, si son cœur devait encore lui jouer des tours, cela ne serait certainement pas en cette mission qui n'avait plus rien à voir avec la sauvegarde de sa cadette...

Soudain aiguillée par une source d'énergie indéfinissable, elle obliqua droit vers le Nord survolant la mer de Tasman. Une étendue vers laquelle elle descendit gracieusement en un long glissé silencieux. De la pointe de ses ailes, elle effleura l'onde en un soupir d'aise. Tant de fraîcheur était si bien venue après un tel vol. Quant au jeu des dauphins à l'avant, ils étaient si attirants...

Quelques-uns vinrent même l'approcher sans la moindre crainte. Il fallait dire que la No-Life Queen était plus que douée avec les animaux même les plus inattendus. D'un sourire, elle louvoya entre les corps immenses tout en effleurant du bout des doigts les multiples panaches s'échappant des évents.

Quelques cascades supplémentaires et elle laissa le groupe derrière elle. La terre était toute proche. Deux îles lui ouvraient les bras, la plus septentrionale l'attirant comme un aimant. Aussi accéléra-t-elle avant de remonter en une série de vastes battements d'ailes. De longs cercles au-dessus d'une plage de rêve à laquelle succédait une plaine tout aussi merveilleuse avec ses arbres géants disséminés ça et là et ses multitudes d'oiseaux et elle se posa. Gracieuse, légère, elle ne fit même pas frémir l'énorme branche sur laquelle elle s'était ainsi perchée avant de se laisser pendre la tête en bas.

En effet, rien ne lui avait paru mieux en cet instant que la colossale plante comme reposoir. Se plonger dans le cosmos en toute sécurité serait si simple si simple. L'homme habitait cette île. Elle ne les avait pas manqués tous ces cœurs, toutes ses vies brûlantes, s'activant sur les terres ou sur la mer. Des chasseurs, des pécheurs, des cueilleurs, des guerriers. Elles les entendaient évoluer, vivre, parler, inconscients du péril qu'elle pourrait représenter. Quoiqu'elle se jugeait infiniment plus inoffensive que l'homme blanc qui s'arrogeait tous les droits sur les autres peuples.

Étendant encore davantage ses sens, elle se plongea encore plus loin en son exploration. Lydia était une traqueuse de vie mais aussi de cosmos. Un don pour lequel l'appréciait aussi tellement Minos. Lentement, ses yeux si magnifiques se fermèrent. Son corps se balançant au rythme des vents les plus puissants frappant la surface de ses ailes, elle finit quasi par se fondre dans la masse...
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris   Jeu 15 Juin - 0:00

Tous s'y jettent, sur cette immense île, ce grand vert entouré d'un bleu plus énorme encore. Des étendues d'eau qui n'en finissent pas, pour border ces plages de sable fin. Ils s'y jettent, à la recherche d'un Saint-Graal particulier. Des objets plus vieux encore que celui de la légende Arthurienne, mais convoités par quelques ordres de la même façon que la coupe était recherchée par ces chevaliers réunis autour d'une Table Ronde. Quelques chevaliers de Sagesse, quelques chevaliers d'Océan.

Puis des chevaliers de Ténèbres.

Ceux qui viennent du monde souterrain, de là où dorment ceux qui se sont assoupis à jamais. Eux et leurs gardiens éternels. Le seigneur des Enfers a envoyé beaucoup de ses enfants en cette terre isolée du monde. Des fils, des filles. Et maintenant elle. Elle qui chasse le Cosmos comme d'autres prédateurs chassent la vie, sur la piste de quelque chose. D'une trace, d'une présence. Possiblement, une épée à retourner à son légitime et divin propriétaire, ou alors, d'autres armes à récupérer, celles qui appartiennent à d'autres, tout autant Divins que le Père des âmes mortes. Un bien à récupérer, ou un vol à commettre. Peu importe, tant qu'un des précieux objets de Puissance est récupéré.

Chasseresse de feu, ailée, aidée de son altitude pour mieux flairer sa piste. Une eau caressée, des bêtes frôlées, et bientôt, deux îles s'offrent à elle. Un choix, puis l'avancée vers une plutôt que l'autre, et la piste ne cesse d'être suivie. Des cercles qui se dessinent au-dessus de cette plage, puis une approche plus loin parmi les arbres. Avec l'un d'eux qui finit par accueillir la silhouette venue atterrir. Tout autour, une vie sauvage qui continue son cours, et plus loin, une vie civilisée qui ignore tout de la présence nouvelle. Hommes pressés, hommes affairés à leur survie, leur quotidien fait de tant de choses différentes. Dans certains villages, ils chassent, dans certains plus gros villages, ils vendent. Ils communiquent, ils sécurisent, ils surveillent. Tout ça et tellement plus.

Certains regardent les étoiles, aussi. Et parmi eux, il y en a qui auront vu quelque chose briller dans la nuit, un soir. Briller, s'écraser, retentir parmi les feuillages et les animaux. Un bruit s'est mis à courir parmi les locaux, de vieilles superstitions se sont trouvées ravivées par cet événement, également. Personne n'a encore osé s'approcher de la chose. Pourtant, c'est de là qu'émane ce Cosmos si particulier.

Un doux espoir enrobé d'optimisme, de longues recherches, et tant de démons ailés envoyés à la recherche de chimères. Parce que lorsqu'elle s'approchera, la chasseresse, elle trouvera d'abord un cratère. Fumant, mais éteint. Des plantes brûlées tout autour, un creux d'où l'on devine une présence. Une émanation, un rêve.

Un mensonge. Encore une fois. Ni épée, ni trident, ni sceptre. Pas même un simple fragment. Rien de plus qu'un peu de cette roche volcanique, celle-là même qui a volée si fort lors de l'explosion. Une teinte : celle du Cosmos divin, oui. Mais rien de plus qu'une teinte. Morceau de pierre touché par l'essence des Dieux, de façon terriblement infime. Tout ça pour une désillusion plus terrible encore.

Gâchis.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris   Jeu 15 Juin - 13:03

Loin, toujours plus loin s'étalaient ses recherches. Plongée de plus en plus profond en sa transe, la splendide chasseresse se laissait pendre à son arbre. Au loin, les vagues se faisaient entendre tout comme le chant si lointain des oiseaux ou le murmure si délicat des ailes de papillons. Tout n'était que calme et sérénité jusqu'à ce qu'elle accroche les vies humaines. Nombreuses et ardentes, libres encore de toutes les vicissitudes de la civilisation. Quelle paix, quelle simplicité relative en cette vie sous le pâle soleil.

Sauvages seraient sans le moindre doute qualifiés ces Maoris dont la richesse était plus que subtile aux yeux limités des colons. La vanité des explorateurs, l'avidité des conquérants, tout cela était une plaie éternelle...

Souriant au sondage de toutes ses vies, Lydia n'y décela rien d'intéressant. Juste le souffle habituel des êtres voguant sous le soleil au gré des caprices du destin. S'éloignant de tous ces villages et autres assemblées, elle se tourna vers la forêt. Piquant de plus en plus loin sous les arbres, elle ressentit soudain un cosmos...

Oui...

Ouvrant soudain les yeux, elle se laissa littéralement tomber dans le vide avant de se retourner en pleine chute avec la grâce d'un chat et de reprendre d'un puissant coup d'ailes son vol.

Immense oiseau d'ambre et de rubis sombre, elle prit rapidement de l'altitude avant de plonger entre les troncs. Louvoyant entre eux, elle accrocha du regard une piste d'où s'exhalait l'odeur si caractéristique de la végétation et du bois brûlé. Quant à la couleur, suie plus que figée, elle ne laissait guère plus de doute. Quelque chose s'était écrasé sur cette île et l'avait marquée d'une sinistre traînée. Mue par un espoir grandissant, la No-Life Queen ne tarda pas à arriver au point d'arrêt de la course folle de l'objet responsable de toute cette désolation.

Se posant soudain, elle ne put que se rendre à l'évidence. Une roche, une véritable bombe avait été éjectée depuis les entrailles du volcan de Death Queen Island jusqu'ici.

Encore une preuve de la puissance des dieux... Songea-t-elle en caressant la masse avant de la frapper d'une charge de cosmos. Un simple morceau, cela ne va te manquer...

S'amusa-t-elle en prélevant de quoi se faire un souvenir. Ce n'était qu'une roche volcanique mais elle portait en elle la trace de la puissance des dieux. Une grâce qui valait la peine d'être conservée même si elle ne pourrait jamais être usitée. La confier à l'un de ses servants pour qu'il la taille serait une idée...

Caressant du bout des doigts la masse noire et résistante, la Céleste au teint d'albâtre imaginait déjà un hommage à son dieu. Et confiant la masse à certaines de ses compagnes, elle se redressa. Quelques pas dans la forêt et elle entendit soudain les cris si caractéristiques de ses petites compagnes.

* Viens à moi, ma petite compagne... *

Un seul chant suffisait et la première de ses roussettes apparut, cerclant autour d'elle.

* Doucement, ne parle pas si vite... *

C'était intrigant de la voir échanger ainsi avec la renarde volante avant qu'elle ne reprenne.

* Hum, Brunissen est donc sur une piste et elle n'est pas si éloignée que cela. *

Entaillant son poignet, elle leva alors le bras.

* Prends des forces et conduis-moi. Je ne peux la laisser demeurer seule en cas de rencontres inopportunes. *

Offre à laquelle la chauve-souris cuivrée ne résista pas. Ce véritable nectar rouge était si délectable pour elle. Quelques acrobaties et la petite voyageuse lécha le sang jusqu'à ce que la plaie ne disparaisse. Une simple cicatrisation dont elle avait le secret avant que d'autres cris ne l'attirent.

* Je suis là ! Viens à moi... *

Plus épuisée que la première, cette seconde roussette venait de bien plus loin. Voler à en perdre haleine et à s'en briser les ailes même avec l'aide du cosmos de l'Etoile des Ténèbres avait visiblement vidé ses forces. Aussi la prenant entre ses bras, elle la réchauffa contre son cœur.

* Et maintenant, dis-moi. *

Une autre série de cris et les yeux de la chasseresse s'ouvrirent tout grands.

Lucinda ?

Elle ne pouvait y croire mais c'était bien de sa sœur qu'il s'agissait. Elle venait de s'emparer du Trident de Poséidon sous les yeux de Sivir.

Oui, tu as fait ce qu'il fallait. Qui sait ce qu'il te serait arrivé si ma sœur avait été blessée. L'ordre de notre maître n'est pas encore levé... Hadès soit loué... Hadès soit loué que cela ne fut pas l'épée.

A cette pensée, un voile de tristesse passa sur son cœur avant qu'elle ne fasse à nouveau couler son sang, l'offrant à cette seconde roussette.

* Bien, maintenant que tu as repris toutes tes forces, retournes vers Sivir. Préviens-la que je vais rejoindre Brunissen qui est toute proche. Enfin comparé à nos distances respectives à toutes les trois. Qu'elle ne s'en fasse pas pour notre blonde nordique. Je veillerai sur elle jusqu'à son retour. *

Un message qu'une nouvelle fois, elle fixa au corps de la roussette. Des feuillets si légers et adaptés que jamais ils ne pourraient la gêner. Et offrant un morceau de mangue à l'animal en plus de quelques fleurs, elle le dirigea dans la bonne direction. Une voie que la petite messagère n'aurait aucun mal à suivre.

Puis, s'occupant de celle qu'elle réservait à Brunissen, elle lui envoya avec ces mots.

* Message, bien reçu, j'arrive le plus vite possible, je viens de fouiller plusieurs îles pas trop éloignée du lieu où tu te trouves sans rien découvrir de concret. A nous deux, nous serons autrement plus efficaces pour remonter la piste de cosmos que tu as déniché. *

Et un nouveau messager volant lancé dans les airs avant qu'elle n'appelle la plus performante de ses roussettes.

* A toi, ma chère Vixen, je confie la plus importante des taches. Quelle que soit la distance que tu devras parcourir, vole vers le juge Minos. Transmet lui mes paroles. Je pars rejoindre Brunissen sur la piste d'un cosmos inconnu. Suite à la mésaventure de Sivir, je juge plus prudent de venir en aide à l'ancienne asgardienne qui n'a aucune véritable armure pour la protéger. *

=> Nouvelle-Guinée




Citation :
Lydia ne trouve rien dans ce pays malgré le 1

Suite aux messages de ses roussettes, elle connaît la position et la situation de Brunissen.

Demande d'intervention faite au Staff pour Lydia avant le délai de quatre jours, demande acceptée.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé Quête des Artefacts - Automne 1755] Sur la terre des Maoris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Océanie-