RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Ven 9 Juin - 23:24

Arrow je viens d'ici

Ayant filé depuis les Enfers aussi vite que mes ailes me l’avaient permis, j’avais atteint les cotes de la nouvelle Angleterre avant qu’une heure ne se soit écoulée depuis mon envol sur le parvis de la demeure du jugement.

Dépassant sans ralentir les navires et les habitations des colons de cette nouvelle terre baptisée Amérique, je ne leur accordais ni regards ni attention tant mes pensées allaient exclusivement à ma mission.

*Comment peut-on ainsi perdre l’artefact de son dieu ? Quelle force ou quelle ruse est-ce là ?*

Qu’un seul des trois hérauts perde son artefact, c’était une odieuse hérésie. Que les trois les perdent en même temps, là c’était un complot. Plus encore à un moment comme celui-ci où nos forces respectives étaient aussi dispersées.

*A qui ce chaos peut-il bien servir ?*

Il y avait sans nul doute un jeu dans le jeu, mais encore fallait-il deviner les mains se cachant derrière les marionnettes. Cela faisait-il partie du plan de l’Archi-traitre ? Ou n’avait-il été lui-même qu’un pion ? Plus j’y réfléchissais, plus cela me semblait logique, voir même souhaitable, en supposant que cette mystérieuse force derrière lui soit bien d’origine divine.

*Tout cela est encore trop théorique. Une fois de retour en mon tribunal, je fouillerai la mémoire de toutes les âmes en provenance de l’ile de la reine morte. L’un d’eux doit savoir. Forcément.*

Et revenant à ma folle course contre la montre, je quittais le monde soi-disant civilisé des hommes pour m’enfoncer dans ces terres qu’ils ne connaissaient pas encore. Ces rares parties du monde encore vierges de toute corruption. Là où je savais avoir bien plus de chance de trouver la trace de l’épée sacrée du Sombre Empereur.

« Ah te voilà toi. »

Saluant par ma voix l’un des chiroptères de l’Etoile des Ténèbres qui me répondit de ses pépiements aigus, je ralentis quelque peu l’allure afin de me focaliser davantage sur la détection de tout cosmos ressemblant à celui du Sombre Empereur.

*Allons, un artefact de cette puissance ne peut pas rester cacher indéfiniment.*

Je devais le trouver, je devais le trouver vite. Car en ce moment même sans doute, d’autres étaient à sa recherche.

*S’ils osent s’en approcher, ce sera leur dernière erreur.*


Dernière édition par Minos le Mar 13 Juin - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Sam 10 Juin - 23:00

Le vent soufflait sur les terres de la Nouvelle-Angleterre, emportant dans son sillon les poussières d’une neige récente. En son centre, sans doute était-elle l’une des grandes puissances de l’époque, elle dont la richesse culturelle n’était plus à redire. Mais qu’en était-il de son intérieur ? Que se cachait-il une fois dépossédée de sa première couche, superficielle ? Terres sauvages en ces lieux retirés, dominées par cette flore verdoyante.

Endroit de tranquillité, pour un homme qui semblait s’enfoncer dans ces lieux encore méconnus du Monde. Une concentration, également, mais pourquoi faire ? Blond aux aguets, à la recherche de quelque chose, vraisemblablement. Cependant, le lieu n’était que peu réceptif à sa présence : un inconnu qui ne resterait que peu de temps. Parce qu’il n’était pas encore temps, pour cet emplacement. Un jour peut-être les hommes s’y aventureraient, mais pas encore. Pas encore.

Ainsi, le vent se contenait de renforcer sa manifestation, tandis que le ciel tournait en un mélange de gris et de blanc. Aura glaciale, mais qui n’avait rien de divin. Un bruit, un craquement : celui d’une branche brisée en deux quelques mètres plus loin. Rien de bien intéressant, si ce n’était cet animal aux poils noirs de jais se dévoilant entre quelques branches. Billes se plongeant dans celles du Spectre, patiemment, avant qu’un grognement ne survienne. Perles imperméables dans lesquelles se reflétaient cette couleur d’ivoire, ceux qui n’avaient que deux jambes n’étaient pas les bienvenues dans les environs.

Ultime avertissement. Il n’y avait rien pour lui en ces terres reculées. Pour eux. Un cri intimant à se raviser, entre menace et protection des siens. Qu’il parte, cet homme. Qu’il quitte leur maison. Car il n’y trouverait rien d’autre que le néant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Mar 13 Juin - 15:15

Le silence. Avec le silence et le froid pour tout compagnons, je me rendais encore une fois à l’évidence : mes dons de traqueurs étaient bien pales en comparaison de ceux de l’Etoile des Ténèbres.

Avait-elle eut plus de chance de son côté ? Sans doute que oui, et dans ce cas, je recevrai sous peu la visite de l’une de ses petites chéries comme elle aimait les appeler.

Un dernier cercle autour d’un énième pic rocheux couvert de neige, et je me décidais de poser le pied à terre afin de tenter une approche plus directe. Si des airs, mes sens ne percevaient rien, pas même une âme humaine dans les environs, peut être que dans les profondeurs de la terre se trouvait quelque chose qui mettrait mes recherches sur la bonne voie.

Ecartant de mes créations branches et haies sauvages lors de ma descente maitrisée, je ne fus accueilli que par la surprise des créatures autochtones dont l’assurance et les réactions plus curieuses qu’effarouchées achevèrent de me convaincre qu’aucun homme ne s’était encore aventuré aussi loin dans le cœur de cette nouvelle contrée.

*Pas âmes qui vive en ces lieux, sinon celles de ces animaux.*

Croisant le regard éberlué d’un ours placide qui reposait non loin, et dont ma vue sembla le tirer des bras de Morphée, je posais une main au sol, sondant ce qui pouvait être sondé aux alentours, quand soudain, j’entendis les pépiements aigus d’une autre roussette géante.

*Déjà ?*

Etait-ce bien Lydia qui avait trouvé l’artefact divin de notre Glorieux Empereur ? Notre objectif prioritaire avait-il était remplis ?

J’accueillis donc de ma dextre tendue vers lui le chiroptère portant en ses pattes un message non pas en provenance de l’Etoile des ténèbres, mais provenant étonnamment de l’Etoile de la Magie.

*Un artefact aux colonies indiennes ? Mais elle ne dit pas lequel…*

J’étais alors face à un dilemme. Devais-je tout abandonner en ces lieux et filer droit sur la position du spectre de l’Alraune, quand bien même son artefact ne serait que celui d’Athéna ou de Poséidon ? Ou devais-je encore rester céans, et chercher ailleurs, peut-être plus au nord, la raison pour laquelle le Sombre Empereur m’avait envoyé en ces lieux ?

« Toi. Retourne auprès de l’Etoile de la Magie, et donne-lui ceci. »

Sans savoir quel artefact était le sien, je ne prendrais pas le risque d’abandonner une piste possible de l’épée du Sombre Empereur. Elle devait obtenir d’avantage de renseignements avant que je ne puisse décider de la rejoindre. Mon message se voulait ferme et sans appel, mais j’y avais tout de même rajouté une mention spéciale concernant un éventuel retour de chiroptère invitant la jeune Sivir à ne surtout pas hésiter à faire appel à moi en cas de danger ou de rencontre avec un de nos ennemis mortels.

« Vol. Aussi vite que tu pourras. »

Un nouveau message entre les griffes, la roussette s’envola prestement avant de filer vers l’Est telle une comète orangée. L’idée d’obtenir également un familier me traversa alors l’esprit, mais quelle vie pourrait bien survivre aux enfers pour qui n’avait pas le sang des Carmina dans les veines ?

*Il me faudrait demander de l’aide à Lydia.*

Encore une chose dont nous devrions parler lors de nos prochaines retrouvailles.

« Il n’y a rien pour nous ici. Partons. »

Me relevant prestement, je quittais alors surement sans retour les terres centrales du nouveau monde en compagnie de mon chiroptère pour filer plus au nord, vers ces étendues de glace éternelles n’étant pas sans rappeler celles du Cocyte.


Dernière édition par Minos le Mar 13 Juin - 19:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Mar 13 Juin - 16:03

Ayant déjà allègrement franchis le mur du son, le voyage ne me prit que quelques minutes. A peine de quoi réaliser que la course du soleil avait à peine bougée depuis notre départ de l’ile de la Reine Morte.

*L’archi-traitre est-il encore en vie ? Ou les trois hérauts l’ont-ils enfin détruit ?*

Pour le moment, je ne pouvais qu’espérer, mais de retour en mon tribunal, je pourrais en avoir le cœur net.

*Sans doute le Sombre Empereur réservera-t-il un traitement spécial à cette âme méprisable. Je n’aurai surement pas voix au chapitre. Sa trahison relève du jugement des dieux.*

Etait-ce de la déception que j’éprouvais à l’idée de ne pouvoir appliquer la justice divine moi-même ? Sans doute quelque peu, mais tels étaient les privilèges du Sombre Empereur, et telle était Sa Loi.

*S’il doit en être ainsi, alors ce sera pour le mieux.*

Me concentrant alors de nouveau sur mes recherches de l’artefact sacré de l’Eternel Empereur, je perdis sciemment de l’altitude pour me rapprocher de ces eaux couvertes de glace immaculée rendant mon horizon totalement monochrome.

Une vision que j’aurai pu trouver enchanteresse, si les circonstances avaient été différentes. Mais hélas, je n’avais pas le loisir de m’attarder pour admirer la vue d’une terre préservée comme aux premiers âges. J’avais une mission, et toujours aucunes traces de la roussette du spectre de l’Alraune, ou de celles des autres envoyés du sombre empire. J’en déduisais donc qu’aucun artefact n’avait été trouvé à cette heure.

*Il faut nous hâter, chaque seconde qui passe renforce nos chances de tomber sur nos ennemis.*

La trêve n’ayant pas été officiellement levée, engager un combat contre les forces d’Athéna ou de Poséidon était à éviter autant que possible, mais pas à exclure. S’ils osaient nous barrer la route, ou si l’occasion se présentait de prendre ce qui faisait l’apanage et la puissance de leur divinité, alors il ne nous faudrait pas hésiter.

« Et toi, tu ne pourrais pas m’aider avec tes sens ? Tu ne serais pas un peu traqueuse à ta manière ? »

M’adressant à la roussette géante qui m’avait rejoint visiblement essoufflée, je la savais parfaitement réceptive à mes mots, et à mon grand plaisir, je la vis passer devant moi avant de filer plus à l'ouest. J’avais apparemment eut une idée lumineuse.

« Montre-moi la voie petite. Et surtout, prends bien garde à ne pas me conduire à un arbre fruitier ou à un point d’eau, tu t’en mordrais les ailes. »

Ceci dit, et malgré les frémissements presque imperceptibles que je décelai chez elle, la roussette ne ralentie ni ne changea de cap. Elle avait visiblement flairée quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Jeu 15 Juin - 0:00

Qu’elle est fourbe, cette hésitation. Celle qui prend aux tripes, lorsque l’on ignore quelle est la meilleure décision à prendre. Non, pas la meilleure, non. Uniquement la plus profitable. Car la question est davantage celle-ci : A court, moyen et long terme, quel chemin serait le plus bénéfique ? Question à laquelle il n’est pas aisé d’obtenir une réponse. Bien loin de là. Car bon nombre de facteurs entrent en action. Un tri à faire. Un choix à assumer.

Des bruits de pas, et ce lac s’étendant à perte de vue sur l’horizon blanc des terres reculées de Nouvelle-Angleterre. Paysage bien différent de ce qui s’était offert aux pupilles de cet homme, avant. Et avec cela, l’impression pourtant de tourner en rond. Un artefact, ce n’était pourtant pas une chose commune, alors cela devait se voir dans le paysage, n’est-ce pas ? Et pourtant, là, il n’y avait rien. Sans doute pas le bon endroit. C’est certainement la raison pour laquelle cette voix s’élevait finalement contre le petit animal.

Mine déconfite, mais finalement redressée brusquement. Là, ne venait-il pas d’y avoir quelque chose ? Ah, mais si. C’était infime, mais bien là. Ainsi la roussette jeta un œil bref à l’homme aux mèches de cotons, avant de prendre la route précipitamment, traversant l’étendue gelée. Oui, elle en était certaine, c’est par là.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Jeu 15 Juin - 10:56

Suivant par la voie des airs mon nouveau guide ailé, nous traversames des étendues gelés foisonnantes de vie animal, tout en priant le Sombre Empereur de nous accorder la clairvoyance necessaire à l’accomplissement de notre objectif.

*Oh Empereur Eternel, souverain des souverain, accordez moi la vision qui fait défaut à mon esprit pour retrouver ce qui vous appartiens. Que votre sainte lumière guide ma main vers vos ennemis et mon coeur vers les enfers*

Je Le savais focalisé sur l’ile de la Reine morte, et sur l’archi-traitre, un choix que, dans Son infinie sagesse, il avait choisi de continuer même après la perte de Son épée sacrée. Aussi je savais ne devoir m’attendre à aucune aide supplémentaire de Sa part.

Cette épée sacrée, nous la trouverions avec nos propres moyens, ou nous ne la trouverions pas.

« Où me conduis-tu petite ? Je ne pressent rien aux environs. »

Mes sens me trahissaient-ils ? Ou ceux de la roussette étaient-ils à ce point plus fins ?

Nous pénétrâmes alors dans une brume presque surnaturelle par son épaisseur, juste avant que le paysage ne se couvre d’arbres résineux dont le vert éclatant trancha radicalement avec l’omniprésente blancheur. Et sans ralentir, mon guide ailée fila au travers de la canopée, provoquant l’envol d’oiseaux appeurés par cette soudaine intrusion, avant que je ne le suive à mon tour en me dégageant un passage au travers des arbres grace à mes créations.

Les pépiements redoublèrent alors d’intensité. Une seconde roussette géante nous avait rejoins, porteuse d’un message en provenance de Brunissen. Ainsi l'ancienne Asgardienne se trouvant actuellement en Papouasie avait flairée la piste d'un cosmos puissant. Avait-elle dénichée un artefact ? Elle n'en savait rien,mais toujours était-il qu'elle avait appelé l'Etoile des Ténèbres à l'aide pour la soutenir en cas d'assaut ennemi.

*Une sage décision.*

« Message bien reçu petite. Retourne auprès d'elle, et informe la ainsi que Lydia qui l'aura rejoins que je continu mes recherches sur le flanc nord ouest des Amériques. »

Et s'étant vu gratifié d'une baies givrée dont les massif fleurissaient sous nos ailes, la roussette reparti sans demander son reste, juste avant qu'une troisième n'arrive, encore plus exténuée que la première et peinant à nous rattraper.

« Halte petite. Faisons une pause. »

Le messager en provenance d'Inde ne sembla pas se plaindre à cette idée, et allant se poser sur mon bras tendu, me donna le message que Sivir de l'Alraune lui avait confié.

« Par tous les feux du sombre empire ! »

Le trident de Poséidon, entre les mains des chevaliers d'Athéna. Comment se faisait-il dans ce cas que Sivir soit encore en vie pour m'envoyer un tel message ? N'aurait-elle pas dut mourir en essayant de le récupérer ? Avait-elle un plan ? Ou avait-elle fait preuve de faiblesse ? Il fallait que j'en apprenne d'avantage avant de rendre mon jugement.

*Athéna s’est jouée de nous. Notre Empereur doit en être averti.*

« Message bien reçu. Retourne à elle, et transmet lui qu'en plus des détails concernant la prise du trident, je n’ai de mon coté toujours aucun signe d’un quelconque artefact. Aussi, vue qu’elle semble plus douée que moi pour ces choses, son aide ici serait souhaitée. »

Je n’avais jamais été un pisteur, pas même de mon vivant. Ma spécialisation était toute autre, et cela me rendait parfois vulnérable, comme toute spécialisation. Voila pourquoi il nous fallait des etres aux talents variés, capables d’apporter leur compétence à l’équipe toute entière, car ce qui était vrai pour l’individu l’était aussi pour le groupe.

*Il faudra que je me penche plus en profondeur sur son cas. Si j’ai raison, son destin ne doit plus attendre le bon vouloir de Queen.*

Et renvoyant le chiroptère vers sa propriétaire après lui avoir donné quant à elle tout une poignée de baie, mon guide ailé, quelque peu dépité de n'avoir pas encore mérité sa collation, et moi-même reprîmes notre chemin au travers de la foret de conifères enneigés.

« Je crois que… Je sens quelque chose. »

C’était diffus, presque imperceptible, mais oui, c’était sans aucun doute un cosmos. Etait-ce vers lui que me menait mon chiroptère ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Ven 16 Juin - 11:05

Redoublant d’effort et de vitesse alors que la découverte de ce cosmos renforçait ma volonté, mon guide ailée et moi-même filions à nous en rompre les ailes, avant que ne me saisissant de son frèle petit corps, je ne puisse libérer toute ma vitesse.

« Repose toi pour l’instant, je peux suivre cette piste sans ton aide. »

A l’image qu’elle donnait d’elle, accrochée à mon bras gauche et le souffle court, la roussette géante ne semblait pas etre contre l’idée. Aussi, un petit sourire en coin, et à pleine vitesse, je fus au point d’émission en un rien de temps.

« Une… Fosse commune ? Non. Plutôt un cimetierre rudimentaire ? »

Non loin devant moi s’étendaient des stèles et des monuments aux morts rudimentaires couvertes de breloques artisanales dédiées aux défunts autochtones. Une analyse rapide me permis de conclure qu’il s’agissait d’un cimetière Quileute, chose fort peu surprenante étant donné ma localisation actuelle.

M’avançant alors parmi les tombes en direction de l’origine de ce cosmos presque imperceptible, mes yeux se posèrent sur une toute jeune fille agenouillée devant une motte de terre fraichement retournée que la neige n’avait pas encore eut le temps de recouvrir.

*C’est elle la source. Quelle déception…*

Pas d’artefact en ces lieux, seulement l’infime cosmos d’une enfant amérindienne dont l’existence ne serait ici jamais découverte ni par Athéna, ni par Poséidon.

Je tournais alors les talons pour quitter ces lieux, quand m’ayant remarqué, elle m’invectiva dans sa langue natale.

« Non attendez ne partez pas ! »

Ne répondant pas à son appel, j’ouvrais déjà mes ailes pour quitter le sol, quand elle m’appella de nouveau.

« Je vous en prie emmenez moi avec vous ! »

La suplique était bien singulière. Et voila que cette jeune fille piquait ma curiosité. Fort heureusement pour elle, les langues des Hommes n’avaient plus de secret pour moi, car trois millénaires passés à juger leur ames avaient été pour moi le meilleur des professeurs.

« T’emmenez où jeune fille ?

Au ciel, rejoindre ma famille. Vous êtes bien un ange n’est-ce pas ? »


C’était donc cela.

« Non jeune fille. Je ne suis pas un ange. Il n’est pas d’ange en cet univers. Pas au sens où tu l’entends.

Mais… Vos ailes ? Votre armure scintillante ? Vos cheveux argentés ?

Ne sont pas la marque d’une quelconque forme de divinité. Encore moins celle que vous associez au dieu unique. En vérité, si tu devais m’associer à un des personnages bibliques, je serai d’avantage semblable à un démon. »


La jeune fille parue d’abord surprise, mais non effrayée, puis elle reprit tout en s’approchant de moi.

« Vous n’avez pas l’air si méchant. Plutôt… triste.

Déçu plutôt. En venant ici, j’espérai trouver quelque chose d’infiniment précieux. Mais il n’y a que toi.

Oui… Je sais que je ne suis rien. Toute ma communauté me le fait savoir. Je suis mauvaise, maléfique, et aujourd’hui un démon viens même me rendre visite. Pourquoi sinon pour m’emener avec lui en enfer ? »


De toute évidence, cette enfant avait eut une vie difficile. Le genre de vie qui faisait murir très prématurément une ame. Son histoire était certainement des plus interessantes, mais je n’avais pas le temps de m’attarder en ces lieux.

« Si tu souhaites aller aux Enfers, rien de plus facile. Il te suffit de t’oter la vie.

Je… Je ne peux pas… J’ai… J’ai peur de mourir. J’ai peur de souffrir. Je veux que ça s’arrète. Je veux la paix. Mais je n’ai pas le courage de mourir…

Alors tu es condamné à vivre, et à souffrir jusqu’à ce que ton dernière heure soit venue. Maintenant si tu veux bien m’excuser… »


Bondissant alors dans ma direction, l’enfant manqua de peu son objectif alors que je prenais de la hauteur, mais alors qu’elle m’effleura idu bout des doigts elle poussa un hurlement perçant avant de lourdement retomber au sol, prise de convulsions.

« Qu’est-ce que…? »

Son cosmos venait d’augmenter significativement. De quasi invisible, il était devenu tangible, reconnaissable. Ce n’était pas celui d’un spectre, ni celui d’un chevalier. C’était celui de quelque chose d’infiniment plus rare, d’infiniment plus précieux à mes yeux.

« Est-ce possible ? »

Redescendant au sol, et mettant un genoux à terre, j’observais l’enfant convulsant dans la neige avec attention, cherchant à confirmer ou infirmer mon hypothèse par ses symptomes physiques.

*Le sexe, les spasmes, les yeux révulsés, le cosmos, et l’age. Oui c’est possible.*

Déployant en douceur mon cosmos autour de la jeune fille en pleine crise, j’aténuais le poid de son don jusqu’à ce que ses convulsions cessent et qu’elle puisse de nouveau articuler.

« Qu’as-tu vu ?

Qui… Qui etes-vous ? Tous ces pauvres gens… Toutes ces souffrances…

Qu’as-tu vu ?

Le… La demeure du Jugement. Des combats… Des dizaines et des dizaines de morts. Oh mon dieu… Combien en avez-vous tué ? »


Elle avait vue. Pas de doute, elle était bien porteuse du don.

« Plus que ne ne puis m’en souvenir. »

Aidant la jeune fille à se relever grace à mes créations, je me gardais alors de tout contact et repris d’une voix se voulant apaisante.

« Je comprends maintenant pourquoi ton existence as été si difficile. Le don que tu possèdes n’est pas fait pour le monde des Hommes.

A l’enfer… J’appartiens à l’enfer. Je l’ai toujours su.

Oui. Et non. Si tu as vu dans mes souvenirs, as-tu vu ce que sont vraiment les enfers ? As-tu compris ce que tu es ?

Je… Je n’ai pas pu tout voir. Il… Il y a trop de souvenir. Trop d’émotion. Trop… Beaucoup trop.

C’est déjà un miracle que ton esprit soit encore intact après avoir ne serait-ce qu’entraperçu le mien. Rares sont les êtres possédant la force d’ame de pouvoir ainsi regarder l’Abysse sans sombrer en lui. »


Etait-ce un sourire que je devinais sur ses lèvres ? Comme si c’était la première fois qu’on la complimentait sur son don ou sur elle.

« Depuis quand as-tu ce pouvoir ? Depuis quand le sais-tu ?

Depuis deux mois. Le jour de mes sept ans. Ma vie a cessée ce jour là.

Au contraire, ta vie a commencé à cet instant.

Non ! Ca a tué ma famille ! On m’a accusé de sorcellerie ! Ils…

Ils se sont lourdement trompés. Tu possèdes un don inestimable que très peu on jamais put se targuer de posséder. Tu peux accéder aux souvenirs et aux pensées d’un simple contact. Tu peux lire l’histoire du cosmos avec tes mains. Tu n’es pas un monstre, ou une sorcière, ou tout ce dont on a put t’accuser. Ce que tu es, il n’y as pas de mot sur terre pour le décrire, sinon un etre exceptionnel. »


Fondant alors en larme, la jeune fille tomba à genoux. Visiblement, elle était à bout de force, et je pouvais le comprendre. Son don avait boulversé son existence à jamais, et dans ces régions sauvages où le christianisme se battait avec les croyances locales, la barbarie humaine avait un terreau fertile pour se développer.

« Vous… Vous aussi avez ce don ?

En effet. C’est l’une des raisons pour lesquel j’ai développé ces fils scintillants dans ma jeunesse. Combattre mes ennemis à main nue était trop… difficile. Au début.

Quel age avez-vous vraiment ? Vous semblez si jeune, mais avez déjà vécu tant de chose…

J’ai… J’ai bien des années. Des siècles et des siècles. J’étais là quand ton continent fut découverts. J’étais là quand pour la première fois des navires Européens ont franchis le détroit de Gibraltar pour s’aventurer dans l’Atlantique. J’étais là quand l’Empire Romain d’Orient s’est effrondré. J’étais là à la fondation du Christianisme. J’étais là quand la première pierre de Rome fut posée, et j’étais là quand Troie tomba face aux armées grecques. »


Bien des choses devaient lui être inconnues, mais elle semblait avoir compris l’idée.

« Comment faites-vous ? Comment faites-vous pour vivre avec cette malédiction ?

En mettant ce don au service d’une cause plus grande que moi. Plus grande que nous tous. La seule qui vaille la peine qu’on se batte et souffre pour elle.

Quelle cause ?

Celle du Sombre Empereur. Celle du seul rédempteur de la race humaine et de toute la création.

Le… Hadès ?

L’Eternel Empereur Hadès. »


L’enfant se tue. Elle semblait plongée en pleine confusion, mais cela n’était pas étonnant. Elle venait d’accéder brutalement à des fragments d’une vérité que rien dans son existence n’aurait put la préparer à accepter.

« Je sais qu’en cet instant tu dois etre perdue. Sans repère. Tu te sens seule. Abandonnée et insignifiante. Tu penses etre maudite et mériter la damnation éternelle, mais sur mon honneur, je te jure que tu fais fausse route. Ton destin est infiniment plus glorieux que tout ce que tes pairs pourront jamais réver. En tant que porteuse de ce don, tu es destinée à devenir une scribe des enfers. Une de celle compilant l’existence des morts dans le Grand Registre des Défunts afin que moi, Minos du Griffon, Etoile céleste de la noblesse, et juge des enfers, puisse accomplir ma tache sacrée.

Compiler la mémoire des morts ? Pour que vous puissiez les juger ? Non ! Je ne veux pas ! Je ne veux pas de ce don ! Je veux juste que cela s’arrête. Je veux pouvoir toucher de nouveau sans avoir peur de ce que je pourrais découvrir ! Je veux que ça s’arrête ! »


Eclatant en sanglot en s’effondrant sur le coté, la jeune fille se débatait face à un destin tellement plus fort qu’elle que cela ne pourrait que la briser si elle persistait dans cette voie.

« Écoute petite. Je ne peux te dire pourquoi tu fus choisi par les dieux pour etre la porteuse d’un tel fardeau. Je ne peux pas non plus te dire quoi en faire de ton vivant. Mais je peux te jurer que si tu acceptes de me suivre. Si tu acceptes de devenir une scribe des enfers, alors tu n’auras plus jamais peur de ton pouvoir, ni de ce qu’il t’apportera. Tu as en toi la force d’ame pour le supporter, aussi tout ce qu’il te faut, c’est un guide pour t’enseigner, et une cause en laquelle croire. Un endroit où tu pourras développer ton don sans craindre d’etre jugée. Un endroit où tu seras enfin appréciée à ta juste valeur. »

Les sanglots cessèrent peu à peu, en même temps que la jeune fille semblait reprendre contenance.

« Vous… Vous etes bien un ange finalement. »

Séchant ses larmes avec un sourire sur les lèvres, elle se releva en tremblant avant de plonger ses yeux noisettes dans les miens.

« Faites-juste en sorte que la peur disparaisse, et je vous suivrez jusqu’en enfer s’il le faut. »

Elle était prête.

« Comment t’appelles tu ?

Ayana.

Tu sais ce qui doit etre fait Ayana, n’est-ce pas ?

Ou… Oui. »


Mes création s’enroulèrent alors autour d’elle.

« Est-ce que… cela va me faire mal ? Est-ce que je dois... Avoir peur ?

Non. Pas quelqu’un comme toi. »


Un unique craquement d’os s’en suivit, avant que je ne dépose son écorce auprès de ceux qui furent sa famille.

Son âme à présent libérée, son destin allait pouvoir s'accomplir.

« A notre prochaine rencontre. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 694
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Ven 16 Juin - 19:07

J'arrive de l'Asie - Inde
==================================
C'était étrange combien ma nouvelle condition de spectre me permettait de voyager plus aisément. En quelques jours, j'avais traversé la planète entière, allant d'abord du Royaume des Morts à l'Inde où j'avais rencontré le Chevalier d'Or de la Vierge.. malheureusement. Puis j'avais visité un peu les environs pour essayer de trouver l'arme divine de notre Empereur, sans succès. Le Trident de Poséidon était désormais entre les mains du Sanctuaire, je n'avais rien pu faire pour l'empêcher, et il nous fallait faire vite pour mettre la main sur les autres artefacts divins.

J'étais retournée en Enfers, là où le temps ne s'écoulait pas de la même manière, ce qui me laissait ainsi la possibilité de rejoindre plus rapidement le Seigneur Minos qui m'avait demandé de le rejoindre au plus vite. J'ignorais cependant où il se trouvait, à part le continent, aussi j'avais pris avec moi l'une des chauve-souris de Lydia qui nous permettait de communiquer. Si la roussette pouvait le trouver, elle pouvait me guider à lui. J'étais cependant plus loin que je ne le pensais, beaucoup plus loin.

Je longeais la mer, découvrant ces terres du Nord, là où les envahisseurs espagnols avaient fait encore plus de dégâts que sur mes terres... tous ces peuples massacrés, ces zones ravagées... je ne versais pas une larme pour autant, c'était le propre de l'homme que de vouloir ce qu'il ne peut avoir, que ce sit du pouvoir, des terres ou des connaissances. Je ne me focalisais que sur ma mission, suivant la roussette qui filait bien plus vite qu'un animal ordinaire, afin de rejoindre le Juge des Enfers.

Le Nord était en approche, j'allais bientôt atteindre un nouveau pays. La température avait drastiquement chuté, au point que je m'arrêtais net en voyant l'étendue blanche qui apparaissait devant moi.
J'étais presque à la limite entre l'herbe et la neige, je m'avançais prudemment avant de mettre un premier pied dans la poudreuse, puis un autre. Je devais avoir l'air d'un enfant qui découvre la neige pour la première fois. Si Brunissen m'en a parlé, et m'en a montré un peu, je me rendais compte combien en voir pour de vrai était... différent.


«C'est donc ça, la neige?» je mettais un genou à terre, prenant une poignée pour la regarder de plus près. Le soleil s'y reflétait comme s'il s'agissait de diamants étincelants... Il y eut un couinement, la roussette m'appelait, oups?

«Je... oui j'arrive.» je secouais la tête, je ne devais pas perdre de vue ma mission. Aussi je me remettais en route en essayant désormais de pister le cosmos du Seigneur Minos, il ne devait plus être très loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Sam 17 Juin - 21:11

Ayana partie, je restais seul un instant à remercier le Sombre Empereur de la bénédiction qu’il venait de m’accorder.

*Oh Eternel Empereur, recevez ma gratitude pour cette âme inestimable et soyez assuré que je saurai me monter digne d’un tel présent.*

Sitôt ma prière achevée, une série de pépiement se fit entendre dans mon dos, et aussitôt après, mes yeux se posèrent sur Vixen, championne des messagères de l’Etoile des Ténèbres.

« Cela faisait longtemps, mais tu n’as pas changé d’un poil. »

Le sang des Carminia était vraiment fascinant. Un élixir de jouvence pour quiconque l’absorbait, humains comme animaux.

« Quel message m’apportes-tu ? »

Pépiant de plus belle, la roussette géante me transmit le message de sa maitresse via le peu de cosmos qu’elle lui avait transmis.

Ainsi, le spectre du Vampire s’était envolé pour rejoindre Brunissen et la seconder. J’avais donc bien fait d’adresser ma réponse aux deux femmes à la fois.

*Sage décision. Vous ne serez pas trop de deux pour sécuriser et extraire cet artefact, s’il s’avère bien présent.*

Nos ennemis ne pouvant que se multiplier avec le temps, nous devions nous regrouper plus vite qu’eux ne se massaient face à nous.

Et après avoir gratifié Vixen de baies et de noix, je m’apprêtais à la renvoyer à sa maitresse quand soudain une seconde roussette géante me parvint, celle-ci envoyé par Sivir, et porteuse d’un parchemin entre ses griffes.

« Ah ! Son rapport. Parfait. »

Me saisissant du parchemin à l’aide de mes créations, je fis alors comprendre aux deux chiroptères qu’ils pouvaient aller se trouver une branche sur l’arbre le plus proche, et que je les ferai mander une fois ma lecture terminée.

« Et prends ceci, tu l’as bien mérité. »

Fruits et baies commençaient à être rares dans les environs, aussi la roussette envoyée par Sivir n’eut-elle droit qu’à une maigre collation.

Me plongeant alors dans la lecture du rapport de Sivir, écrite d’une plume élégante, j’y appris que si c’était bien un chevalier d’or qui avait pris le trident de l’Empereur des mers, ce n’était pas moins que Lucinda Carminia, chevalier d’or de la Vierge et sœur cadette de Lydia qui en était la cause.

« Par tous les feux du sombre empire… Pourquoi de tous les chevaliers du sanctuaire fallait-il que ce soit elle ? »

Cela expliquait pourquoi Sivir n’avait pas tenté de l’affronter. Lucinda était protégée par le Sombre Empereur en personne, et elle le savait.

Froissant le parchemin de frustration devant cette fourberie du destin, je rappelais Vixen à moi lorsqu’une voix majestueuse et infiniment intime résonna dans mon esprit.

*Votre impérial Majesté.*

Me signant de tout mon être à l’écoute de Son message mental, je reçus ainsi Sa parole et Ses nouveaux ordres comme devaient les recevoir au même instant l’ensemble des spectres ayant reçu pour mission de retrouver Son épée sacrée.

*Il en sera selon vos désirs.*

L’éternel Empereur avait parlé. Lucinda ne s’en sortirait pas aussi facilement la prochaine fois. Si elle osait ne serait-ce que faire mine de s’approcher de l’épée sacrée, alors elle signerait son arrêt de mort, sœur de Lydia ou pas.

Rappelant alors du même coup la roussette de Sivir, je m’apprêtais à la lui renvoyer quand soudain, le cosmos de l’Etoile de la Magie se fit sentir.

*Elle a fait vite, j’aime ça chez un soldat.*

N’ayant désormais que Vixen à renvoyer, son message à transmettre fut d’autant plus bref.

« Retourne à ta maîtresse. Dis-lui que sa sœur s’est emparé du trident et que Sivir m’a rejoint sur les terres de l’état de Washington. Dis-lui également de nous rejoindre dès qu’elle le, ses sens sans pareils nous seront fort utiles. »

Vixen s’envola alors sans demander son reste, et je n’eus plus qu’à m’envoler en direction de l’Etoile de la Magie, qui semblait s’être dégotté une autre roussette pour l’occasion.

*Je comprends mieux comment elle a fait pour me trouver aussi facilement.*

« Merci d’être venue aussi vite. »

Posant pied à terre pour arriver à son niveau, je lui tendis sa première compagne ailée avant de prendre la parole.

« Concernant Lucinda de la Vierge, tu as bien agi étant donné les circonstances. Notre Divin Empereur pourra toujours user de la faveur qu’Athéna lui doit pour récupérer le trident en dernier recours. Mais désormais, comme notre Empereur l’a dit, l’épée passe en premier. Si nous devons choisir, alors il ne faudra pas hésiter. »

Et laissant au spectre de l’Alraune le temps de me répondre, je jetais un œil à ma propre roussette toujours blottie dans mon bras gauche et qui avait bien assez rêvassée.

« Allons toi, la sieste est terminée. Reprenons notre envol. »

N’ayant surement pas envie de me faire répéter, la roussette géante papillota un instant avant de s’envoler pour filer en direction cette fois de l’Est.

« Suivons là. Elle semble avoir trouvé quelque chose. Espérons qu'il s'agisse de l'épée sacrée. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 694
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Dim 18 Juin - 11:09

Spoiler:
 

Cette neige était vraiment fascinante, je ne pouvais voler, et je n'osais courir trop vite de peur d'être trop facilement repérée. À chacun de mes pas, je soulevais légèrement de poussière blanche, il était préférable que les mortels ne nous voient pas nous déplacer trop vite, histoire d'éviter que tels des moutons ils se mettent en panique devant le loup. Aussi, j'avançais prudemment. J'avais gardé le manteau que j'avais pris à Katmandou, il recouvrait bien mon surplis et dissimulait aussi mon visage. Qui sait si l'un de nos ennemis ne se trouvait pas dans les environs? Je ne comptais pas faire la même erreur qu'avec Lucinda et me montrer trop vite sans pouvoir ainsi voler l'artefact au bon moment.

Un cosmos puissant me traversa et je mettais vite un genou à terre, ressentant le cosmos puissant et écrasant de notre Seigneur et Maître. Je serrais les dents en me rendant compte qu'il était déjà au courant que j'avais perdu le Trident, mais je me détendis un tout petit peu en entendant que l'ordre relatif à Lucinda n'était toujours pas levé. Mon rythme cardiaque se calma un peu, bien que ça n'empêchait pas que j'aurais peut être pu réussir malgré tout. En ayant été plus rapide, plus agile, si je n'avais pas été seule, l'un de nous aurait pu détourner son attention... je sentais tout de même cet échec cuisant en moi, bien qu'un peu rassurée que le Seigneur Hadès me donne une petite excuse pour ça.

Un cosmos en approche, familier et la roussette sur mon épaule semblait aussi rassurée. En quelques secondes, le Seigneur Minos m'avait rejoint et je mettais un genou à terre pour l'accueillir alors qu'il atterrissait avec délicatesse au sol

«J'aurais aimé revenir avec le Trident de Poséidon... je suis prête à payer pour mon échec.» j'ignorais de quelle manière il avait pu interpréter mon rapport, si j'avais eu une possibilité de réussir ou non. Mais au final, il semblait que j'avais pris la bonne décision. Minos avait également entendu le message d'Hadès et savait donc que face à Lucinda, je n'avais pas eu beaucoup de possibilité.

«J'aurais aimé être plus rapide. M'en emparer et partir avant qu'elle n'ait le temps de faire quoi que ce soit. Mais elle était d'une telle vitesse... je me sens si...» je venais taper du poing sur le sol. Au fond, je crois que j'aurais aimé être punie pour ça. Punie pour ma faiblesse, pour que je puisse devenir plus forte et être enfin digne de mon rang. Je me sentais si impuissante et inutile au fond. Je me relevais cependant, prenant une profonde inspiration en regardant le Seigneur Minos qui se remettait en route.

«Avez-vous entendu parler de perturbations dans les environs? Les artefacts sacrés modifient la météo, le comportement des animaux ou encore les plantes. Est-ce que cette neige est naturelle en cette saison?» ne connaissant pas l'endroit, cela pouvait prouver la présence d'un artefact dans les environs.

L'une de nos roussettes s'envola et fila vers une destination, de toute évidence, elle avait trouvé quelque chose

«Je ne peux voler. Je vous suivrai au sol, cela nous permettra peut être de couvrir une plus grande surface.»

Je ramenais ma capuche sur ma tête et je me mettais à courir, maintenant, il s'agissait de se dépêcher, je ne voulais pas me faire coiffer au poteau une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Lun 19 Juin - 20:18

Un guide parfois bien emmêlé dans ses perceptions. Parce qu’il ne l’avait pas guidé à l’emplacement voulu, dans un premier temps. Sans doute y avait-il trop d’interférences, pour cette petite roussette. Courageuse chauve-souris, qui tentait de l’accompagner vers cette destination tant attendue. La fin d’un voyage, le début d’un autre. Ainsi donc, cette première tentative avait emmené l’homme vers ce qui semblait être un cimetière. Ce qu’il en restait, en tout cas. Car les années avaient fait leur œuvre, pour ces matériaux que l’on croirait pourtant immuables. Quelques coups d’ailes, afin de prendre la direction d’un emplacement comme qui dirait plus frais et, devant cela, une jeune fille perdue dans la mémoire.

Un animal qui indiquait sa trouvaille. Sans doute le début d’une déception humaine. Malgré tout, une conversation entre les deux humains, à laquelle la roussette ne prêtait pas la moindre attention. Parce qu’elle cherchait déjà une autre trace, une autre piste à suivre. Et sans doute y en avait-il. Seulement fallait-il pouvoir les distinguer. Si bien qu’elle en ignorait ce qui se passait autour, et l’intérêt de l’homme semblant grandir envers cette enfant. Juste un petit corps se retournant, lorsque cet os se craque. Rien de plus. Rien de moins.

Une scène observée, tandis qu’une jeune femme arrivait vers eux. L’une des leurs. Quelques tours autour de sa tête, et déjà elle se remettait à la recherche. Car là était sa seule et unique tâche en l’instant. Puis finalement, une nouvelle tentative pour attirer leur attention, avant de filer de nouveau dans une tout autre direction. Vite. Vite. Plus vite que ça. Venez. C’est par là. Ça commençait à s’affoler grandement, dans l’esprit du petit animal. Et ça pressait, aussi. Beaucoup.

De nombreux coups d’ailes, une ombre tombée pour quelques heures. Et déjà, le lendemain arrivait. Mais elle ne comptait pas se décourager. Pas maintenant. Parce qu’elle approchait du but. Cette sensation, cela ne pouvait être que ça. Elle en était certaine. Ainsi donc, elle continuait sans même se retourner. Les suivait-elle ? Peut-être. Qui sait.

Lueur d’un rayon de soleil, perçant entre deux couches nuageuses. Dérangeant. Fatiguant, aussi. Qu’on la laisse retourner dans une grotte, après tout cela. Et c’était justement là qu’elle allait, la roussette. Dans cette petite grotte au fond d’un trou perdu, s’y engouffrant sans attendre. D’une pierre deux coups. Un endroit mieux pour elle, et cette sensation juste un peu plus lion. Au bout du tunnel.


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Lun 19 Juin - 22:07

« Non, je n’ai eu vent d’aucun chamboulement climatique dans les environs. Cela veut-il dire que l’épée sacrée de notre Empereur ne se trouve pas dans les environs ? »

La possibilité était à envisager. Si le spectre de l’Alraune avait raison, alors la roussette géante nous menait sur une fausse piste.

*Devrions-nous abandonner cette piste et aller chercher ailleurs ?*

Je décidais au contraire d’accélérer la cadence. Malgré tout, il restait une possibilité, une infime possibilité que cette aura que nous ressentions faiblement au loin soit celle que nous recherchions.

« Plus vite. Le temps nous est compté. »

Jetant alors en contrebas un coup d’œil à l’Etoile de la Magie, je pouvais dire sans hésiter qu’elle s’en voulait. A ce train-là, la culpabilité et la honte d’avoir ainsi laissé passer le trident de l’Empereur des mers allaient la ronger pendant encore des jours, voire des années.

Si un échec pouvait être le début d’une évolution pour le meilleur, il pouvait aussi être le signe avant-coureur d’un effondrement. Et alors que nous suivions notre guide ailé semblant se hâter vers sa prochaine piste, je réfléchissais au meilleur moyen de faire comprendre au spectre de l’Alraune que cet échec n’était pas entièrement de son fait.

Devais-je lui dire que même si elle s’était avéré aussi rapide que son assaillante, elle n’aurait eu d’autre choix que de lui abandonner le trident faute de pouvoir la combattre ? Ou peut-être devais-je la rassurer concernant l’avenir étant donné que son plan n’était au fond pas si mal conçu ?

*Non, au final, il n’y a qu’une chose qui importe pour un spectre.*

« Sivir de l’Alraune. »

Perdant de l’altitude pour arriver à quelques mètres au-dessus d’elle, je prenais grand soin de nous dégager à tous deux un passage au travers de la végétation environnante en lui disant ces quelques mots.

« Je sens ton amertume et ta frustration. Mais n’oublie pas. Notre Glorieux Empereur lui-même t’a absoute de toute faute, aussi ta conscience doit-elle être aussi pure que la neige que tu foules. »

Des mots qui se voulaient apaisant. Après tout, il ne fallait pas que le doute corrompe son esprit. Surtout pas maintenant que nous étions en mission. Elle aurai toute l’éternité pour se remettre en question. Mais pour le moment, elle devait être la plus acérée possible.

*Aussi grand et puissant que nous puissions être, nous ne serons jamais que les jouets de la destinée.*

Et suivant encore et encore la roussette que m’avait confié l’Etoile des Ténèbres alors qu’autour de nous, la lumière ambiante semblait progressivement diminuer comme par magie, Sivir et moi-même tombâmes sur ce qui semblait être une petite grotte où notre guide épuisé alla se loger, comme attiré par l’aura qui en émanait.

« C’est ici. »

L’Etoile de la Magie ne pouvait que l’avoir ressenti elle aussi, aussi sans tarder, et sans faire attention à la lumière qui semblait revenir, je pénétrais dans cet antre rocheux à la recherche de l’origine de cette aura.

« Par tous les feux du sombre empire... »

Encore une fausse piste. Un bout de tissu, rien de plus. Un fragment d’étoffe imbibé du pouvoir combiné des trois dieux ayant fabriqué le dôme autour de l’ile de la Reine morte. En soi, un objet d’une valeur inestimable, dans notre situation, une amer déception.

« Nous perdons du temps. Nos ennemis sont peut-être déjà sur la piste de l’Epée. »

Il nous fallait changer de tactique. Qui sait où nos ennemis se trouvaient actuellement ? Il nous fallait couvrir davantage de territoire, et vite. J’avais déjà fouillé cette zone, sans succès, alors il était fort à parier que l'Epée ne s'y trouvait tout simplement pas.

« Sivir de l’Alraune. Voici tes nouveaux ordres. Partez pour le nord canadien avec ta roussette. Cherchez ensemble d’autre trace de cosmos et tenez-moi informé de toutes progressions. Pour ma part, je vais aller au Sud-Est. Vers ces territoires peuplés par ceux vénérant des idoles païennes et vivant comme leurs ancêtres. Peut être l’un d’eux pourra-t-il m’indiquer quelques bouleversements climatiques. Si je trouve quoi que ce soit, je te le ferai savoir. Que la bénédiction du Sombre Empereur t’accompagne et te montre la voie. »

Et attrapant ma roussette qui déjà s’était mise à somnoler accrochée à une mousse qui pendait du plafond, je me saisissais du fragment d’étoffe avant de quitter la grotte dans un battement d’aile supersonique.

Arrow Direction les territoires indiens
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 694
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Mar 20 Juin - 10:58

Sérieux, j'en avais mare. Plus que mare, mais ce n'était pas pour autant que je comptais abandonner. Malgré tout, mon humeur devait transparaître dans mon cosmos, car alors que nous nous mettions en route pour poursuivre la roussette qui semblait avoir détecté quelque chose, le Seigneur Minos amorça sa descente pour se poser souplement devant moi. Sur le coup, je me demandais ce qu'il se passait, mais il finit par me faire une sorte de leçon de morale... je fronçais légèrement les sourcils, serrant les poings face à ses conseils qui se voulaient surement rassurants.

«Sauf votre respect, Seigneur Minos. Osez me dire que si vous aviez été à ma place, vous auriez également échoué. Je sais que vous auriez su vous emparer du Trident en premier, quitte à simplement user de votre force pour repousser la Vierge d'Or de votre cosmos sans lui faire le moindre mal, et partir assez vite pour ne pas lui laisser le temps d'agir. J'en ai assez d'être faible, Seigneur Minos. Assez de n'être qu'un jouet dans les mains de mes pairs. De tous, seul le Spectre du Rhinocéros m'a fait entrevoir la possibilité de grandir, de m'épanouir et de devenir plus forte pour servir convenablement notre Maître.» une certaine colère grondait en moi, oui, j'en avais assez «je sais que mon destin est éphémère et que je ne sers que de réceptacle le temps que Queen retrouve son corps. Mais je refuse de n'être qu'une poupée sans intérêt pendant ce court laps de temps. Je veux pouvoir servir notre Seigneur comme il se doit, devenir assez forte pour être utile au sein de son armée. Mais j'ai l'impression que personne au sein des Spectres ne le souhaite. Queen lui-même semble bloquer mon apprentissage, mon évolution... je le suspecte même de bloquer ma mémoire. Je ne veux pas demeurer ainsi, mais je sais aussi que seule, je ne pourrai jamais devenir assez forte pour servir notre Maître comme il se doit.»

Je finissais par prendre une profonde inspiration. Normalement, j'aurais du faire cette demande à mon supérieur, Aerys de la Wyverne... mais vu comment s'est déroulé notre dernière rencontre, je doutais fort qu'elle prenne la peine de m'entraîner désormais. Je penchais donc la tête et mettais un genou à terre
«Je vous en prie, Seigneur Minos. Enseignez moi... lorsque nous aurons récupéré l'épée de notre Seigneur, guidez-moi vers la voie la plus juste pour ne plus faillir.» s'il y avait quelqu'un qui imposait le respect et la confiance, c'était bien le Haut Juge.

Il y eut un bruit, la roussette était partie, nous devions faire vite. Aussi, nous nous remettions en route, pour rejoindre une grotte où malheureusement, nous ne trouvions qu'un bout de tissu imprégné de cosmos.

Un message de notre Seigneur arriva peu après, de toute évidence, un nouvel artefact avait été dérobé. Qui l'avait eu? Il fallait espérer que ce soit quelqu'un de notre camps, je pensais forcément à Brunissen ou Lydia. Je me tournais vers Minos, celui-ci me demandait de partir, seule, au Canada? Alors qu'il y avait des chevaliers noirs sur place? Souhaitait-il tester ma foi et mon dévouement? Il m'envoyait à une mort certaine, je ne serais jamais de taille à affronter seule l'un de ces terrifiants guerriers. L'épreuve de Death Queen Island me l'avait bien prouvée... mais j'acceptais. Peut-être devais-je faire connaissance avec la mort pour mieux comprendre mon univers après tout.


«Très bien. Il en sera fait selon vos ordres.»

Il partait le premier, je regardais la roussette qui était restée sur mon épaule tout le reste du temps
«Allons y. J'espère que toi au moins, tu ne me guideras pas vers un bout de tissu.» direction le Nord... j'allais de nouveau découvrir les merveilles de la neige.

============================

Direction: Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 131
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Jeu 22 Juin - 8:33

Océanie >> Australie

Le voyage ne fut pas très long et c'est une fois que la juge des enfers aies atterrie dans cette nouvelle contrée qu'elle fit un tour d'horizon et se contenta d'essayer de détecter une éventuelle menace ou bien le cosmos ou l'énergie d'un artefact. Aërys prit donc la route en suivant son instinct qui allait la guider vers la lame ancienne et puissante de son monarque divin. Du moins l'espérait-elle. La Nouvelle Angleterre était bien moins sauvage que l'Océanie et le climat y était plus agréable que celui de L'Australie. L'air était bien plus frais et la végétation - même si elle n'était pas aussi exotique que les forêts de nouvelle guinée - suffisaient à lui tirer un petit sourire de satisfaction, après tout avant d'être une juge froide et autoritaire c'était une nymphe…

Il n'y avait ici pas l'ombre d'un village uniquement la nature à l'état brute et sauvage. Plus le temps passait plus elle s'impatientait, car il y avait surement déjà de nombreuses personnes à la recherche des artefacts et pas uniquement de spectres … une grimace malveillante se dessina sur son visage faisant apparaître deux petits crocs presque vampiriques au niveau de sa bouche qui semblait pourtant si douce. Elle tâcha de garder son cosmos à l'intérieur d'elle pour ne pas être repérée, mais elle bouillait intérieurement à la seule pensée que quelqu'un d'autre qu'un spectre ait pu prendre possession de la lame de l'empereur Hadès. Cependant, si elle n'arrivait pas à la trouver et qu'un autre spectre ait eu cet honneur elle chercherait à l'en remercier. Comment ? Elle ne savait pas encore, mais ce n'est pas comme si son esprit … disons imaginatif, manquait d'idées …

Hrp : Je me permet de poster ici pour pas crée un autre poste pour juste un message
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Jeu 22 Juin - 23:20

Longue traversée pour celle qui revenait des contrées inconnues Australiennes. Méconnus des hommes du monde, demeurant principalement aux yeux des locaux, et sans doute des éveillés, semblait-il. Longue, mais non anodine pour autant. Car la jeune femme semblait être sur la piste menant au dernier objet encore dissimulé dans les environs. En tout cas, certainement l’espérait-elle. Un Dieu, des ordres, une obéissance. C’est ainsi qu’elle se retrouva sur les terres plus civilisées de la Nouvelle-Angleterre. Plus civilisée, oui. Mais uniquement de manière relative. Car si les villes étaient domestiquées par les hommes et leurs envies de domination, les coin reculés, eux, n’étaient dominés que par la faune, la flore, et les quelques tribus résistants encore à l’évolution à venir.

Une impatience peut-être perceptible, car il fallait assurément mettre la main sur le dernier objet. Vite, avant que d’autres ne le fasse. Vite, avant qu’il se retrouve dans les mains d’un autre qu’ Hadès. Et pour cela, rien ne valait la discrétion. Autant que possible, en tout cas. Car mieux valait ne pas attirer l’ennemi. Et pour cela, il devenait nécessaire de dissimuler au mieux cette énergie nommée cosmos. Jusqu’à ce qu’une pierre soit jetée dans la direction de la Spectre.

« Ah… »

Une petite bouille brune venait ainsi d’apparaitre, d’une mine oscillant entre la gêne et l’incompréhension. Parce que les étrangers étaient certes monnaie courante, dans une certaine mesure, mais pas ce genre là, à vrai dire.

« Qui vous êtes, qu’Est-ce que vous faites-là ? » Méfiance d’un enfant. « Vous venez mettre le feu c’est ça ? Comme ces gars y’a pas longtemps ? Ils sont venus, ils ont pillés le village. Puis tout le monde est mort. Vous aussi vous êtes l’un d’entre eux non ? » Mouvement de recul, bref. « VOUS APPROCHEZ PAS » Vous approchez-pas sinon j’vous bute. Femme ou non…

Curieux petit personnage que cet enfant bien vaillant et livré à lui-même.

« Si vous les cherchez, ils sont partis depuis longtemps déjà. Parce qu’il n’y a plus rien ici. Si vous êtes l’un d’eux, allez vers le Nord. Si vous ne l’êtes pas, partez dans la direction opposée. Là bas, tout est encore beau il parait. Mais ne remettez plus les pieds ici. Nous… » Reprise. « Le village n’est plus. Alors partez. »

Oui, qu’elle parte dans cette autre direction. N’importe où, tant que ce n’était pas ici. Et, si elle cherchait réellement, sans doute percevrait-elle cet appel provenant d’un emplacement certain. Quant à l’enfant, il survivrait. Parce qu’il était robuste, le bougre. Suffisamment pour nourrir secrètement cette vengeance prochaine.


Revenir en haut Aller en bas
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 131
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Dim 25 Juin - 8:48

L'objet passa non loin de la spectre toujours en alerte. Elle tourna son regard vers le petit homme qui ne devait même pas avoir atteint l'âge de l'adolescence. Il était sale et vêtu de haillons et parlait d'une façon plutôt rustre sans se soucier des règles élémentaires d'étiquettes et de politesses. Cependant, au vu de sa situation et de ce qu'il expliqua à Aërys, sa réaction pouvait semblait « légitime » pour un être lambda … sauf que la juge infernale ne l'entendait pas de cet avis … à peine vêtue elle se mit accroupie et adressa au jeune garçon un regard doux et faussement empathique afin de gagner sa sympathie. Son charisme nymphique ne mit pas longtemps à faire effet et elle en profita pour poser une main délicate sur la joue en pleurs de l'enfant.

Je… oh mon dieu c'est terrible ce qui t'ai arrivé … rassure toi dit-elle en lui donne un léger baiser sur le front comme pour le faire une mère a son enfant je suis là maintenant tu n'auras pu à souffrir … dit-elle avant de commencer à chanter en le prenant contre elle.

Il n’avait sans doute jamais senti une peau aussi délicate et agréable et pour ajouter à cela la voix divine de la spectre semblait tellement belle … il commença à se laisser aller comme le marin bercé par la voix d’une sirène. Une sirène maléfique …

Endort toi … dit-elle d’une voix toujours aussi mielleuse tu vas bientôt revoir t’es parents … dit-elle avec un léger sourire malsain

Quand sa victime se fut endormie elle resserra son étreinte comme les griffes d'un prédateur sur sa proie et se releva sous son vrai jour ... de petites dents pointues apparurent sur son beau sourire ténébreux et se plantèrent dans le cou du jeune garçon afin d'en aspirer quelques gouttes ... un sang jeune et innocent ... pour la nymphe c'était ... excitant et tellement délectable ... que son terrible cosmos entoura et consuma le corps de sa victime paralysé et maintenant inconsciente. La main se posa sur la tête du jeune garçon l'espace d'un instant qui resta debout endormi comme une marionnette sans vie et bientôt sans âme, car dès que la juge infernale retira sa main elle lui prit son âme !! Une créature blanche aux reflets azurs hurla entre ses doigts alors qu'elle le projeta au-dessus d'elle… l'âme en peine tourna comme un rapace au-dessus d'Aërys en poussant des cris d'agonies alors qu'il disparaissait petit à petit laissant un corps sans vie tomber au sol et qui commençait rapidement à se décomposer …

- AHAHAAAAAAAAAA ! ria t-elle pleinement comme une damné en déployant les ailes de son surplisune âme de plus pour notre seigneur ! aller vas mon enfant rejoins le royaume des morts !dit-elle en ouvrant le passage à l'âme maintenant errante dans les abysses avant de se tourner vers le nord Charon mon très Chèèèère Charon dit-elle en se mordillant l'index de bonheurtu vas avoir du travailles aujourd'hui ....

Sa première âme depuis des siècles … et son premier sang … elle se sentit revivre alors que son cosmos qui explosa de plaisir consuma la zone autour d'elle d'une aura sombre brûlant la végétation de flammes ténébreuses. Après quelques minutes elle reprit le contrôle de ses envies et reprit une apparence plus … attirante grâce à une illusion simple et prit la direction du nord espérant retrouver ses « méchantes » personnes qui avaient fait du mal à de pauvres « innocents », elle ria intérieurement en y pensant, c'est totalement ironique bien sûr.



Dernière édition par Aërys le Mar 27 Juin - 22:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fatality


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 55
Armure : aucune

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Mar 27 Juin - 4:06

Une ultime alerte ainsi prononcée. Alors, pourquoi cette femme tenait-elle tant à s’approcher ? Incompréhensibles pensées s’accrochant à cet esprit d’apparence tourmenté. Parce qu’il lui avait demandé de quitter les lieux. Et pourtant, elle demeurait là, face à lui. Des mains qui touchaient, qui révulsaient. Des étrangers qu’il haïssait, ce petit bout d’homme. Profondément. Paroles rassurantes, certes, mais également illusionnées. Assurément. Un enfant qui n’était plus dupe, depuis.

« T’approche pas ? J’t’ai dit de partir. T’es sourde ou quoi ? » Cria-t-il alors, la repoussant presque de ses petites mains.

Et déjà les paupières devenaient lourdes. Lourdes de beaucoup de choses, pour finalement se fermer au monde durant un instant. La sensation d’une peau faiblement percée, aussi. Bien vite oublié. Quelle importance. Vision d’inconnu, et une lueur blanche hurlante. Une âme, oui. Mais pas celle escomptée. Chose que la Spectre ne pouvait savoir, quel que soit le moyen. Infâme subterfuge, que celui de cet être estimé trépassé. Infiltration réussie, diraient certains. Là où ne demeurait qu’un rire dans un esprit sans support. L’âme et le corps. L’âme ou le corps. Telle était la question.

Une femme reprenant sa route pourtant bien assez vite, laissant cet amas de chair à la fin qui lui était probablement dû. Direction le Nord, là où ces hommes s’en étaient allés. Ceci-dit, sans doute n’étaient-il déjà plus dans les parages, depuis le temps. Marche bien longue, et résultat peu satisfaisant. Car il n’y avait plus le moindre signe de vie désormais. Envolés, tous. Dispersés par les vents. Sans doute fallait-il chercher un peu plus, pour espérer trouver quoi que ce soit. Mais en l’état, il n’y avait que vide et solitude. Sentiment peut-être bien loin de celui ressenti lors de la précédente destination, n’est-ce pas ? Tel était les règles, tel était le jeu.

A la place, il n’y avait que cette chose brillante, attirant l’attention. Objet dont la forme demeurait méconnaissable pour le moment, tant elle était haut perchée dans cette plante gigantesque. L’arbre de l’espoir. Ou celui de l’entrée dans le puit infernal. Sans doute avait-il été apporté là par un doux volatile. Possible.


Revenir en haut Aller en bas
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 131
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    Jeu 29 Juin - 19:10

Aërys fut attiré par une petite lueur plutôt brillante au sommet d'une plante de taille impressionnante pour ne pas prendre de risque elle fit remontrer une marée d'un cosmos ténébreux sous l'arbre qui fut comme dévoré petit à petit par des ronces noires donc les épines le perforèrent avant de remontrer doucement le consumant un peu plus chaque seconde. Aërys attendit patiemment que l'objet soit à son niveau pour le faire venir à elle, à l'aide d'une petite ronce épineuse et mortelle avant de l'observer avec grande attention sans le toucher. Elle comptait le prendre mais uniquement si elle ne sentait pas de danger sinon elle le laisserait là et retournerais aux enfers. N'ayant plus rien à faire ses plantes barbelées écharde mortel formèrent un dôme et ouvrir une porte sur son domaine dans le royaume souterrain en faisait attention que personne ne la suive.

Enfer >> Caïna

Hrp : Voilà comme ça je prends pas de risque non parce que la nymphe qui arrive pas à « séduire » un gosse et qui trouve ça normal et passe à côté … paye ta logique … enfin bon …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête des Artefacts - Automne 1755 - Nouvelle Angleterre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Amérique-