RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Dim 2 Juil - 13:21

Un jour déjà que la sainte épée de notre Sombre Empereur avait retrouvé sa place en Son palais. Une journée également depuis que la fin de l’Archi-traitre avait été sonnée par les forces combinées des trois hérauts divins.

Un franc succès pour les Enfers, surtout si l’on ajoutait à cela notre acquisition du sceptre de la déesse Athéna.

*La sagesse ne restera pas sans réagir au vol de son attribut. Elle viendra le récupérer jusqu’en enfer s’il le faut.*

Combien de temps sa riposte prendrait-elle à se mettre en place ? Le temps pour elle de rassembler les quelques forces qu’il lui restait.

L’assaut de l’Archi-traitre sur son sanctuaire avait prélevé un lourd tribut sur ses serviteurs, mais nous n’étions pas en meilleure forme de notre côté. Rares étaient les étoiles à s’être éveillées, et plus rares encore étions-nous à nous être éveillé à notre plein potentiel.

*Il nous faut devenir plus fort. Chaque seconde perdue est une chance supplémentaire accordée à Athéna.*

Achevant alors de juger l’âme d’un violeur multi-récidiviste qui fut plongé dans le fleuve Phlégéthon avec les violents de son espèce, je convoquais aussitôt l’un des gardes encadrant les portes d’entrée de la salle d’audience afin de lui remettre un message d’une grande importance.

« Va quérir l’Etoile de la Magie. Dis-lui que le juge Minos requière d’urgence sa présence à la demeure du jugement. »

Etant encore officiellement sous les ordres de mon homologue Aerys, il valait mieux que son déplacement vers mon sanctuaire passe pour un ordre devant les yeux et les oreilles indiscrets de la nouvelle Wyvern.

*Au moins ici nous serons tranquille. Aucun de ces maudits papillons ne pourra nous espionner en ces lieux.*

Et suivant du regard mon serviteur s’en aller vers les profondeurs de la Caina, je me remémorai alors ma dernière conversation avec le spectre de l’Alraune datant de la veille.

*Te rendre plus forte… Faire que tu ne sois plus un fardeau. Oui, nous allons nous y employer.*

Il était temps en effet qu’elle et moi ayons une longue discussion sur son passé, son présent, et plus important encore, son avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Dim 2 Juil - 13:54

Assise dans ce qui était, d'une certaine manière, mon jardin, je fermais les yeux en essayant de me concentrer sur mon environnement. J'avais créé un semblant de faune amazonienne tout autour de mon temple, les lianes semblaient tomber du ciel tant les arbres paraissaient s'étendre à l'infini vers le haut, les fougères et dionées ondulaient, portées par un vent inexistant. Assise par terre sur un tapis de mousse, des muguets faisaient tinter leurs clochettes en une mélodie apaisante. Je concentrais mon cosmos afin de maintenir cette faune en place, les premiers temps, ça avait été difficile, mais cela faisait maintenant deux mois que j'avais acquis ce temple, j'y étais tellement habituée que je n'avais plus besoin de vraiment me concentrer pour qu'elle reste telle quelle. Même en mon absence, le temple gardait cette apparence.

C'était le meilleur moyen de me sentir chez moi. Les ténèbres peuvent être sous de nombreuses formes, une forêt bien dense peut engendrer des ténèbres terrifiantes! Et c'était ce que j'appréciais aussi avec cet environnement.

Éthyope finit par arriver, il avait du mal à se déplacer sans se faire mordre par une dionée un peu joueuse. Je souriais en l'entendant couiner et en grondant la plante un peu trop gourmande, mais je gardais les yeux clos jusqu'à ce qu'il vienne à moi.

«Pardonnez-moi, Ma Dame... mais j'ai un message de la part du Seigneur Minos. Il vous ordonne de venir le rejoindre dans sa demeure du jugement.» j'ouvrais les yeux en fronçant légèrement les sourcils
«Un ordre, tu dis?»
«Il semblerait, oui. Et c'est urgent.»
je me levais doucement avant de me tourner vers Éthyope pour me recouvrir de mon surplis, puis je hochais de la tête d'un air entendu
«Très bien. Si la Juge de la Wyverne vient à me demander, tu lui expliqueras le motif de mon absence.»
«Oui, Ma Dame. Mais il semblerait qu'elle ne soit pas encore revenue de son périple.»
il est vrai que nous n'avions aucun moyen de la prévenir que l'épée était revenue en Enfer. Même si j'étais sous ses ordres, je n'avais aucun moyen de la contacter pour le moment. Mais je supposais que ses petits papillons finiraient par lui transmettre le message et qu'elle reviendrait d'un jour à l'autre.

Pour ma part, je prenais donc l'un des nombreux passages qui me permettaient de rejoindre la Demeure du Jugement. La dernière fois que j'étais venue ici, ça remontait déjà à quelques semaines, juste avant que nous ne partions pour rechercher les artefacts divins, alors que j'avais sorti Brunissen des Enfers. Brunissen qui disposait désormais de son pied à terre en Enfer.

Je m'approchais de l'entrée de la Demeure du Jugement avant de me tourner vers les gardes

«Sivir de l'Alraune, Étoile Céleste de la Magie. Le Seigneur Minos a requis ma présence en urgence.» les gardes ouvrirent et je m'approchais donc avant de mettre un genou à terre, cela remontait maintenant à quelques jours lorsque nous nous étions séparés pour chercher chacun de notre côté l'épée de notre Seigneur. J'avais eu plus de chance que lui, mais je n'avais pas oublié ce que je lui avais dit avant de partir. Un léger goût amer en bouche devant mon comportement qui lui avait peut-être déplu à ce moment là...

«Vous m'avez fait demander, Seigneur Minos?» la tête basse, je craignais une punition. Il avait donné l'ordre de me faire venir, je n'avais pas compris que c'était pour ne pas être embêté par la Wyverne, je croyais que c'était surtout pour me punir de mon comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Dim 2 Juil - 15:19

Avec le zèle et la célérité qui était la marque des grands soldats, l’Etoile de la Magie avait répondu à mon appel et se présentait devant moi un genou à terre.

Souriant discrètement à son air penaud, je me levais lentement de mon trône d’office avant de descendre les escaliers menant à elle.

« En effet. Toi et moi avons à parler. Plus que tu ne peux l’imaginer. Mais avant cela, suis-moi. En silence. »

Invitant alors l’Etoile de la Magie à me suivre dans les couloirs entourant la salle d’audience, je nous fis traverser sans un mot la distance nous séparant d’une imposante porte noire représentant un griffon avant de nous y stopper.

« Après toi. »

Ouvrant de mes créations la porte sans poignée ni serrure apparente donnant sur la pièce la plus réservée de ce glorieux édifice, j’accordais là au nouveau spectre de l’Alraune un privilège qu’aucun de ses prédécesseurs n’avaient eu le plaisir d’apercevoir. Une visite dans le bureau de l’Etoile de la Noblesse.

« Prends place. Cela va nous prendre du temps. »

Refermant la porte faite de la même matière que nos surplis, je découvrais mon antre intouché, dans l’exact état où je l’avais laissé six années plus tôt.

Une pièce rectangulaire de dix mètres de profondeur pour vingt de long, éclairée par des chandeliers diffusant une faible lumière pales, et aux murs presque intégralement garnis de hautes bibliothèques de bois sombre, entrecoupées de cartes anciennes représentant entre autres : ce monde, les autres, la voûte céleste vue depuis la Terre, ainsi que la conjonction des sphères tel que l’avait voulu mon Père.

Indiquant alors à l’Etoile de la Magie les deux fauteuils sculptés dans la roche du premier cercle infernal faisant face à mon bureau fait de la même matière, je me saisissais à l’aide de mes créations des quelques ouvrages disséminés sur les deux tables de lectures avant de les ranger dans leur bibliothèques respectives. Des ouvrages dangereux à ne pas mettre entre toutes les mains, que j’avais utilisé il y a de cela six ans lors du dernier assaut des Asgardiens sur nos terres pour conjurer toute la puissance de la non-vie en mon propre corps.

« Pardonne le désordre de ce lieu. Cela fait six ans que je n’y ai pas remis les pieds, et la dernière fois, je l’ai quitté en coup de vent. »

M’approchant alors de mon fauteuil semblant n’attendre que moi, j’allumais d’une poussière de cosmos l'assemblage de verre et d’argent trônant au coin de mon bureau, dont la lumière bleutée alors ravivée se répercuta sur les parchemins et autres traités de Loi parsemant mon champ de vision, avant de m'asseoir lentement sur la pierre froide de mon assise.

« Ici, ce que nous dirons ne risquera pas d’être intercepté par des oreilles étrangères. »

Gratifiant alors Sivir d’un sourire complice, j’envoyais mes créations ranimer les chandeliers éclairant la pièce afin que la pénombre redevienne clarté, et révélant du même coup les arabesques complexes semblant danser sur le bois et la pierre des meubles nous entourant comme pour y décrire des mots d'une langue inconnue de la plupart.

« Tu peux à présent te détendre. Si j’avais voulu te châtier, tu ne serais pas ici. »

Sentant presque l’Etoile de la Magie fondre à cette déclaration, j’achevais de ranger les quelques parchemins ésotériques me faisant face avant de les renvoyer à leur place dans l’une des étagères fermant sous clé et contenant le savoir le plus dangereux contenu en ces lieux.

« Tu te souviens de notre dernière conversation, et de ces mots que tu as exprimés en ma présence, n’est-ce pas ? Tu étais alors sous le choc de la perte du trident de Poséidon. Mais aujourd’hui, avant d’aller plus loin, j’aimerai savoir. Maintenant que tu as rapportés en personne l’épée de notre glorieux Empereur, maintenant que tu as eu le temps d'y réfléchir, que penses-tu de tes propres compétences ? Penses-tu de la même manière ? Parle sans crainte. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 11:58

Prête à subir mon châtiment, j'attendais de voir l'accueil qu'allait me réserver le grand Juge. Son ton était froid, mais il m'incita à me lever et le suivre. Sur le coup, je fus étonnée dans la mesure où je pensais devoir être jugée dans le tribunal - cela aurait été plus logique selon moi.

Sauf qu'il me fit passer dans un étrange couloir, et plus j'avançais et plus il devenait évident que je me rendais dans des quartiers privés. Je regardais la porte imposante, sans serrure, sans poignée, mais qui s'ouvrit par sa seule volonté. Je me rendais compte à quel point j'ignorais encore toute l'étendue que pouvait avoir le cosmos. Même si je savais que je ne pourrais probablement jamais égaler celui du grand Juge.

«Je.. très bien.» j'avançais donc avec une certaine curiosité mêlée d'appréhension en passant dans ce grand couloir jusqu'à arriver dans ce qui devait être un bureau. Je me figeais sur le moment, malgré moi, je gardais un souvenir assez désagréable à me retrouver seule avec un haut Juge, et même si, de ce que j'avais cru comprendre, Minos n'était pas de ce genre là, je demeurais méfiante...

«Pardonnez-moi mais... pourquoi m'emmener ici?» je regardais autour de moi, le cœur battant, au moins, il n'y avait pas de lit. C'était un bon point, mais j'étais clairement mal à l'aise. Au final, je me rendais compte que je n'aimais pas me retrouver seule avec un autre spectre. Chat échaudé craint l'eau froide, n'est-ce pas? Vu qu'il me demandait de m'asseoir, je retirais mon surplis - les pétales du dos n'étaient clairement pas pratique - aussi je me retrouvais avec une tenue assez serrée, qui montait juste au cou et dissimulait ainsi ma poitrine, mes bras et mes jambes.

Puis je m'asseyais alors qu'il rangeait un peu, le fauteuil n'était pas spécialement confortable, ce qui me rassurait un peu, mais pas tout à fait encore. Je demeurais dans l'attente de ce qui allait me tomber dessus, je n'aimais pas trop ça sur le coup. Surtout que par la suite, il insista sur le fait que l'on ne pourrait être entendus?

«Pardonnez-moi mais... je ne suis pas très à l'aise à l'idée de...» je n'avais pas besoin de finir ma phrase car il m'expliqua enfin qu'il n'était pas là pour me punir. Euh.. oui non mais c'est presque plus ce qui me fait peur du coup! Il devait sentir mon malaise car au final, il dévoila totalement les raisons pour lesquelles il m'avait fait venir ici, et seule.

Je poussais un soupir de soulagement, ramenant une main sur mon cœur qui battait tellement vite que j'ai cru pendant un moment que j'allais vomir. Mais au final, je ne m'étais pas trompée sur lui, ce n'était donc pas son genre, définitivement.

«Je... pardonnez moi Seigneur Minos. Je vous avoue que j'ai désormais certaines appréhensions à me retrouver seule avec... qui que ce soit. Mais je suis soulagée de voir que vous êtes tel que je le pensais, droit et honnête vis à vis de notre Seigneur et Maître... c'est... rassurant de voir qu'il y en a encore.» bon, il y en avait d'autres, mais il est vrai que parmi les plus hauts, c'était à se demander si le pouvoir ne leur était pas monté à la tête. L'un ne se montrait jamais, et quant à la Wyverne. Je venais avoir un frisson rien que de penser au fait que j'avais encore mon rapport à faire et que j'allais donc devoir y être confrontée.

Bref, ce n'était pas le sujet, il m'avait fait venir ici pour voir si je me sentais mieux vis à vis de ma condition de spectre suite au retour de l'épée d'Hadès, j'eus un air un peu sombre sur le coup, je n'arrivais pas à balayer l'échec du trident.

«Sauf votre respect, Seigneur Minos... la récupération de l'épée n'est pas vraiment de ma propre réussite. Bien que je la dois peut-être à ma vitesse. Je n'ai pas trouvé l'épée la première, celle-ci est venue à moi et je n'ai eu qu'à m'en emparer sans qu'aucun obstacle ne se présente à moi.» je tripotais maladroitement mes doigts, je n'aimais pas trop l'idée de l'avoir eue aussi facilement au final «ma véritable crainte est d'imaginer ce qu'il se serait passé si j'avais eu à affronter un adversaire pour la récupérer. Ma défaite aurait été un tel... affront que je ne pense pas que j'aurais souhaité me réincarner et que j'aurais préféré subir votre pire sentence.»

Je n'aimais pas ce sentiment. Je n'avais jamais été formée, entraînée, toute ma maîtrise du cosmos me vient de Queen et de ce qu'il daigne me laisser filtrer.
«Tant que je ne me sentirai pas suffisamment forte, j'aurai toujours ce doute sur mon utilité au sein de l'armée, Seigneur Minos. La faiblesse dont j'ai fait preuve sur Death Queen Island est trop profondément ancrée dans ma chair, sans le soutien du Spectre du Rhinocéros, je serais déjà morte, c'est évident.»

Je plongeais mon regard dans le sien, il devait se rendre compte combien je me dégoûtais presque moi-même. J'étais lasse de cette situation, de n'être qu'une marionnette entre les mains de Queen. Et je ne savais pas comment m'en sortir, honnêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 14:12

Qu’avait donc bien put lui faire le spectre de la wyvern pour qu’elle tremble ainsi comme une feuille au simple fait d’être seul à seul avec un interlocuteur ?

L’ayant observé durant tout notre voyage jusqu’aux fauteuils de pierre sur lesquels nous étions alors assis, j’aurai juré devoir m’attendre à la voir rendre son diner si je ne lui avais pas annoncé les raisons de notre présence en ces lieux.

De toute évidence il s’agissait là d’un sujet qu’il me faudrait aborder avec elle, mais qui devrait passer avant celui qui nous occupait en cet instant.

Adossé à mon fauteuil, les bras en croix sur ma poitrine, j’écoutais avec attention la réponse de l’Etoile de la Magie quand elle me narra les raisons de son succès et ce qu’elle en pensait.

« Il arrive parfois qu’un soldat ait assez de chance, s’il a l’audace d’aller la chercher. C’est une force que tu aurais tords de sous-estimer. Après tout, malgré tout mon pouvoir, j'ai bien échoué à retrouver l'épée de notre Empereur avant toi. »

C’était d’une part une bonne chose qu’elle n’ai pas la folie des grandeurs comme trop de soldats émérites l’avaient après un succès, et c’était aussi fort à propos qu’elle sache me parler sans détour quand je le lui permettais.

« Cependant, je vois bien que cela ne te satisfais en rien. Tu t’interroges sur ta force de combat, et sur ta place au sein d’une élite guerrière. »

Décroisant alors les bras pour les poser sur mon bureau, je repris d’une voix calme et posée après avoir pris quelques secondes pour réfléchir à mes réponses.

« L’ile de la Reine morte était ta première vraie bataille si je ne me trompe pas, et tu y as subis une défaite. Il est dit que c’est l’assurance d’une longue vie, mais je devine que cela n’est pas ton souhait. Tu veux devenir plus forte, et en cela je peux t’aider. Mais n’oublie pas. Aussi puissant que tu puisses devenir, la voie de la guerre est une bataille sans fin où les plus acharnés luttent sans cesse pour la suprématie. »

L’Alraune, pour sa première guerre, avait déjà eut à affronter des adversaires en tout point redoutable, et il fallait qu’elle ne le perde pas de vue. Même pour les meilleurs ces hérétiques gavés du pouvoir paiens de Balmung restaient une épreuve.

« Comprends-tu ? Il y a toujours plus fort que soit. Je ne peux t’enseigner l’invincibilité, je peux seulement t’aider à réaliser ton plein potentiel. »

Et en disant cela, j’ouvrais d’un filament cosmique l’un des tiroirs du secrétaire tout proche pour en tirer ce qui semblait etre un énorme diamant noir gros comme le poing.

« Et pour cela, il te faut déjà te réaliser toi-même en tant qu’étoile. »

Elle avait compris. Elle-même ne pouvait que le savoir. Sa situation actuelle, hôte consciente d’une âme qui n’était pas la sienne, n’était pas faite pour durer. Tôt où tard, l’un renverserait l’autre, ce qui dans les deux cas serai un innommable gâchis.

« Sais-tu ce que c’est ? »

Posant la pierre précieuse d’une couleur étonnamment familière entre nous, je laissais à Sivir le soin de l’examiner et de me donner ses hypothèses avant de répondre.

« J’ignore les circonstances de l’éveil de l’âme de Queen en ton corps, mais son éveil n’est pas le tien. A vrai dire, je pense même que par sa seule présence, il t’empêche de t’éveiller à ton tour. Si nous voulons progresser tous deux dans la voie de ta réalisation, il nous faut trouver le potentiel qui est le tien. Et seulement le tien. »

Je posais alors trois doigts sur le diamant semblant avoir été prit au cœur de la nuit qui se mit à luire faiblement.

« Et ceci va nous y aider. »

Embrasant alors mon cosmos, la lueur au sein du joyau devint flamboyance. Éblouissante flamme bleutée encore plus brillante que ne l’était mon aura à la couleur rigoureusement identique.

« Ceci est un surplis pur. La version la plus raffinée qui soit. Celle qui compose les armures que nous portons en tant que soldat des Enfers. C’est quelque chose d’extrêmement rare, même ici aux Enfers, là où l’on en trouve le plus. Aussi, même ma propre armure et celles des deux autres juges ne sont composées que d’à peu près cinquante-pour-cent de cette matière. Une étoile céleste de rang secondaire aura elle une armure composée à trente-pour-cent de surplis, et une étoile terrestre n’aura elle qu’une armure composée que de vingt-pour-cent. »

C’était certes une information secondaire dans le cheminement de notre idée, mais elle avait le mérite d’expliquer la différence de résistance et de puissance entre nos armures, si tant est que Sivir se soit jamais posée la question.

« Même l’armure des dieux jumeaux n’est pas pure. Il est dit que seule l’armure de notre Eternel Empereur est intégralement faite de ce merveilleux minerai. Le choix de la quantité plutôt que de la qualité. Car si nous étions tous couverts d’armure intégralement faites de surplis, nous ne serions à peine qu’une vingtaine. »

Cela aurait-il mieux valu ? A la place du Sombre Empereur, j’aurai tenté l’expérience. Mais je n’étais pas Lui, et Sa sagesse valait bien mille fois la mienne, aussi, je m’en remettais à Son jugement encore une fois.

« Mais passons. Ce qui est formidable avec cette matière, c’est sa capacité à stocker et préserver le cosmos que l’on y injecte, tout en le sublimant, de la manière que tu as put voir à l’instant. »

C’était là également la capacité du surplis à pouvoir stocker jusqu’à l’ame de celui qui le portait, mais ce détail serai passé sous silence, du moins pour cette fois.

« Tu auras peut être déjà remarqué, mais chaque âme à son propre cosmos, et chaque cosmos à sa propre… couleur, disons le ainsi. »

Du bout des doigts, je poussais le joyau devant les yeux du spectre de l’Alraune avant de continuer.

« Si tu as compris, j’aimerai que tu enflammes ton cosmos en tenant ce surplis dans tes mains. Je gage que cela risque d’être… Très instructif. Pour toi comme pour moi. »

Si j’avais vu juste, au lieu d’une couleur bien définie comme cela avait été le cas pour moi, l’embrasement du cosmos de Sivir provoquerait l’apparition de deux flammes à la couleur bien distinctes. Celle de Queen, et la sienne. Deux âmes certes, mais surtout, deux cosmos, et deux pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 17:57

La chance, l'audace, au final, je me rendais compte que la force brute n'était pas forcément un atout indispensable. Les guerriers d'Hadès, bon nombre d'entre eux sont d'une puissance rare, ce n'est pas ce qui manque. Les paroles de Minos me laissaient croire qu'il pouvait y avoir d'autres voies à exploiter, et visiblement, ma vitesse pouvait en être une. Certes, face à un chevalier d'or, je ne pouvais pas encore rivaliser... pas encore. Je demeurais pensive tout en écoutant avec attention chaque parole du Juge qui me donnait confiance en l'avenir. Après tout, j'étais si jeune face à ce puits de science de quelques millénaires... le problème n'était pas la patience, ça, j'en avais, le problème était que je n'avais pas ce temps illimité comme il en disposait lui-même.

La différence entre moi et bien d'autres spectres était là. Du moins, c'est ce que je croyais.


«Je ne cherche pas la puissance absolue. Seul Hadès en dispose et personne d'autre. Vous-mêmes pouvez être vaincu, bien que je suppose qu'ils ne doivent pas être très nombreux à le pouvoir... malgré tout, chacun de mes combats s'est soldé par une défaite jusqu'à présent, je n'ai reçu aucun entraînement et je sais que Queen bloque mon potentiel car il veut me maintenir en vie juste le temps pour lui de régénérer son corps...» un goût amer en bouche, je savais que je voulais être plus que ça. Pourquoi m'avait-il choisie? Je n'en savais rien, et pourtant, cela remontait à quelques années déjà.

Mais Minos semblait penser autrement, je penchais la tête sur le côté alors qu'il me révélait combien j'étais encore incomplète. Je battais des cils avec une pointe de curiosité alors qu'il sortait un magnifique objet. J'écarquillais les yeux et je m'approchais, la puissance de cet objet était incomparable, il s'en dégageait une telle pureté que ça en était absolument fascinant! Lorsque Minos me demanda si je savais ce que c'était, j'hésitais un peu avant de me souvenir où j'avais déjà ressenti cette force et cette pureté

«C'est la même matière que celle dont est faite l'épée de notre Seigneur.» pour avoir eu l'immense honneur de la toucher, je reconnaissais cette sensation de puissance et de douceur à la fois, de noblesse et d'élégance, tant de mots pouvant qualifier cette perfection au final. Mais cela ne participait pas qu'à la composition de l'épée, également en partie de nos surplis et évidemment de l'armure divine d'Hadès.

Mon cœur s'accéléra un peu, pourquoi Minos disposait-il d'un tel joyau? Si seulement je pouvais l'étudier un peu, mais si mon surplis en était un tant soit peu composé, je me disais que j'aurais toute la possibilité de l'étudier plus en détail par la suite, même si étudier la version pure aurait été tellement plus intéressante! Bref... j'écoutais soigneusement chaque parole alors qu'il s'interrogeait sur les raisons pour lesquelles notre Seigneur n'avait pas choisi de générer une armée plus restreinte mais aux armures plus puissantes

«Les Enfers sont vastes... je présume qu'il était préférable d'avoir davantage de soldats pour en garder le moindre recoin, vu le nombre de nos ennemis. Il ne s'agit pas seulement de pouvoir leur faire face, mais aussi de les voir arriver de partout, ou encore pouvoir nous envoyer à divers endroits en même temps.» parcourir le monde entier en une fraction de seconde, même si chacun de nous pouvait le faire, il était peut être préférable d'envoyer mille personnes instantanément à mille endroits différents, plutôt qu'une personne allant à mille endroits l'un à la suite de l'autre. Ce n'était qu'une théorie.

Mais ce n'était pas trop le sujet, je pensais que j'étais ici pour être instruite, telle une bonne élève, j'écoutais donc avec attention, ignorant totalement où souhaitait en venir Minos. Il poussa doucement le diamant noir vers moi, je reculais légèrement, sur l'instant, je ne me jugeais pas digne de le toucher, mais c'était justement ce qu'il voulait?

«Vous... vous m'autorisez à prendre un tel trésor? Je le peux vraiment?» décidément, ça en faisait des honneurs en bien peu de temps. Me saisir de l'épée divine et la rapporter à mon Seigneur et Maître, et maintenant... ce surplis à l'état pur? Je prenais une profonde inspiration et je m'exécutais donc. Les paumes vers le ciel, le trésor précieux en leur creux, je fermais les yeux avant d'enflammer mon cosmos, ignorant jusqu'où je pouvais aller, si je devais aller au plus puissant ou juste l'intensifier? Mais alors que je l'augmentais progressivement, des flammes commencèrent à apparaître, la première était rouge, et semblait lutter contre quelque chose... je m'apprêtais à intensifier mon cosmos et l'espace d'une seconde, une flamme pourpre apparut et commença à lécher doucement la rouge comme si elle souhaitait se frayer un chemin..

Mais une douleur violente me frappa à la poitrine, une onde de choc se propagea dans tout mon corps, ma tête bascula en arrière et le fauteuil de pierre recula même de quelques centimètres alors que j'avais lâché la pierre d'ébène... une aura noire m'entoura l'espace d'une seconde, une aura de haine et de colère avant de disparaître totalement. J'avais perdu connaissance l'espace de quelques secondes et ma mémoire était en train d'être attaquée. Queen essayait de me faire refouler ce que je venais de voir, de ressentir, cette possibilité d'être quelqu'un d'autre. Il avait encore besoin de moi et ne semblait pas apprécier que Minos s'en mêle. Juge peut-être, mais il était sous l'autorité de la Wyverne, et il était presque sûr qu'elle n'apprécierait pas que le Haut Juge s'occupe de moi de cette manière...

Je battais des cils, ramenant mes mains sur ma tête alors que la douleur de son attaque sur ma mémoire me vrillait le crâne

«Que... qu'est-ce que vous m'avez fait??» la douleur me semblait insoutenable, faites que ça s'arrête!
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 18:57

« Hahaha non. Je ne t’en fais pas cadeau. Ce que tu tiens dans tes mains est un présent du Sombre Empereur à mon égard. Je le conserve précieusement depuis plus de mille ans, et cherche toujours à en percer les mystères. J’espère un jour parvenir à comprendre l’essence de cette matière pour pouvoir composer avec elle, comme l’orfèvre compose avec l’or ou l’argent. »

J’imaginais bien la déception dans l’esprit de Sivir, mais ce joyau ne serait pas sien. Ce genre de trésor se méritait, au prix fort. Celui du sang versé. Le sien, ou celui de ses ennemis.

« Parfait, maintenant intensifie ton cosmos. Progressivement. »

Voyant le spectre de l’Alraune s’emparer du surplis comme de la plus belle chose que ses yeux avaient pu contempler jusqu’alors, je l’encourageais à poursuivre son entreprise, quand soudain, mes doutes trouvèrent confirmation.

« Deux flammes… Je m’en doutais. »

Il n’y avait plus de place pour le doute. Le pouvoir de Sivir était bel et bien différent de celui de Queen, ce qui voulait dire que son propre potentiel était à développer, loin de l’influence castratrice du spectre de l’Alraune.

« Ces deux flammes sont la preuve que ton cosmos et celui de Queen sont deux cosmos bien distincts. Ce qui implique que ton pouvoir ne vient pas de lui. Il ne fait que te faire croire cela. Il utilise ton pouvoir pour alimenter le sien, et ainsi réaliser ses propres techniques. Je devine qu’il fait cela pour pouvoir ajouter ton cosmos au sien pour devenir un jour plus puissant, mais de telles méthodes sont l’apanage des parasites et le couvre d’opprobres. S’il te mésestime à ce point, sache que ce n’est pas mon cas. »

Je n’eus pourtant guère le temps d’afficher un sourire, car l’hôte tyrannique de Sivir se manifesta alors d’une manière aussi égoïste que cruel en tourmentant celle qu’il avait unilatéralement choisie pour accueillir son âme.

« Queen de l’Alraune ! Cesse cela immédiatement ! C’est un ordre ! »

L’aura noire de l’Etoile de la Magie entourait totalement le corps de Sivir, cherchant sans doute à en reprendre le contrôle pour s’assurer un vaisseau docile le temps pour lui de s’éveiller, mais cela ne se ferai pas. Pas tant que j’aurai mon mot à dire.

« Tu n’as aucun droit de propriété sur cette âme possédant en elle le potentiel de devenir l’une des nôtres, et tu as encore moins le droit d’en disposer ainsi comme un pantin ! »

Déployant alors mon propre cosmos pour juguler voire repousser cette éruption étrangère qui menaçait jusqu’à la vie de celle qui se trouvait face à moi, j’obtins rapidement de premiers résultats encourageant avec ce qui semblait être un amoindrissement de la souffrance de Sivir dont les yeux se fixèrent un instant dans les miens.

« Je suis navré. J’avais espéré qu’il comprendrait que tu valais plus que ce rôle qu’il te réserve, mais il semble que je l’ai encore une fois surestimé. »

Cette femme n’était pas n’importe quelle âme, et si en elle résidait effectivement le pouvoir d’une Etoile céleste, ce n’était pas celle de l’Alraune, quoi que puisse en penser Queen ou sa maitresse, cela était un fait désormais avéré.

« Je vais aller lui parler. Faire en sorte qu’il ne t’importune plus. Son destin et le tiens ne sont pas liés, et cela, il n’a aucun droit de le nier. »

M’étant saisie immédiatement du surplis que Sivir avait dut lâcher sous la contrainte, je déployais autour d’elle mes créations pour lui éviter de trop fortes convulsions avant de m’autoriser un contact physique avec elle.

Je n’étais certes pas spécialisée dans la manipulation des esprits, mais Queen ne l’était guère d’avantage, aussi, s’il désirait tant se battre avec son seul cosmos, alors je le suivrais sur ce terrain avec plaisir.

« Queen de l’Alraune, si tu n’oses pas venir à moi, alors je viendrais à toi. »

Et apposant mon index sur le front brûlant de celle qui semblait être tombée en transe, je déversais par ce contact mon propre pouvoir dans ce corps devenu désormais un véritable champ de bataille psychique. Si Queen était effectivement là-dedans, alors je le trouverais, et lui ferai entendre raison, de grès, ou de force.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 19:15

Un léger sourire étirait mes lèvres alors que Minos n'avait pas compris mes paroles.. je parlais bel et bien de le prendre, dans le sens "juste" le tenir! C'était déjà un tel honneur...
«Pardonnez moi, jamais je n'aurais pu concevoir que vous puissiez me le céder... mais rien que le tenir me semble déjà un tel honneur...»

Je m'en étais donc saisi délicatement, fermant les yeux d'abord, j'intensifiais légèrement mon cosmos. Évidemment, Queen fut le premier à se manifester, même si je n'en avais pas trop conscience sur le coup... son cosmos rouge et agressif se voulait possessif et envahissant, mais j'intensifiais encore mon cosmos jusqu'à ce que finalement, une flamme violette apparaisse, symbole de mon propre cosmos, de ma propre force, de mon propre... moi.

Mais Queen ne comptait pas se laisser faire, il ne comptait pas me laisser prendre conscience de qui j'étais réellement! Son cosmos s'intensifia en une puissante explosion qui me mit presque KO sur l'instant! La douleur était violente, il agressait ma mémoire pour que je ne me souvienne pas de ce que je venais de voir! Minos vint à lui donner un ordre, en temps normal, il aurait été contraint d'obéir, même sans être sous le commandement du Griffon, il ne pouvait normalement pas se montrer irrespectueux...

Mais il était têtu, et profondément imbu de lui-même. Il refusait de perdre sa proie, son bien, ce qu'il a mis tant de temps à contrôler... aussi, lorsque Minos vint poser son index sur mon front, l'aura noire jaillit une seconde de mon corps, ma tête bascula en arrière, me faisant cette fois plonger totalement dans l'inconscience.

Queen«Il suffit, Ô Grand Juge Minos, Spectre de l'étoile céleste de la Noblesse... tu dis que je n'ai aucun droit de propriété sur ce corps? Pourtant, c'est bel et bien moi qui l'ai préparée depuis son plus jeune âge, qui l'ai modelée et disciplinée pour servir notre Seigneur et Maître! D'où crois-tu qu'elle tienne cette loyauté et ce dévouement? Certainement pas de cette petite sauvageonne d'où je l'ai extirpée!!»

D'où se permettait-il de tutoyer le Grand Juge des Enfers? Le fait qu'il n'ait pas de corps et ne puisse être vraiment attaqué le rendait-il si arrogant et sûr de sa propre sécurité? Croyait-il que la fureur de la Wyverne s'il venait à lui arriver quelque chose serait suffisant pour le protéger? Je n'en savais rien, je le connaissais si peu au final. Son aura était écrasante, même dans l'inconscience, je souffrais encore. Ma poitrine était compressée, écrasée par sa puissance alors qu'il continuait, sournoisement, à effacer ma mémoire progressivement. Pire encore, il en venait à effacer d'autres souvenirs plus anciens. Notre entretien dans les terres américaines, lorsque je lui ai demandé de m'entraîner, et il comptait remonter plus loin encore, effacer le moment où je lui ai présenté mes excuses pour avoir extirpé Brunissen de ma mémoire, il ne pouvait arracher la blonde de mon esprit maintenant qu'elle vivait chez moi, mais ce n'était qu'un obstacle parmi tant d'autres, il comptait bien la faire partir loin de moi aussi et me la faire oublier...

Quel parasite.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 20:06

A peine eu-je effleuré le front de Sivir que son envahissant interlocuteur se fit sentir, visiblement acculé et furieux de mon intervention.

« Queen de l’Alraune. Cela faisait longtemps. »

Ne lui octroyant qu’un salut de forme, j’écoutais sa diatribe égoïste et furieuse avant que mon propre sang-froid ne commence à bouillir.

« Assez ! »

N’osant me laisser aller à une explosion de cosmos qui n’aurait résulté qu’avec la destruction de l’esprit de Sivir en plus de celui de Queen, je me contentais pour l’instant que de repousser autant que possible l’invasion insidieuse et parasitaire de celui qui en ce moment, essayais de se faire passer pour un modèle de dévotion.

« Qui crois-tu abuser avec ce tissu de mensonge ? Un faible imbécile de mortel, à l’esprit marchand ? Hum ? Tu as oublié quelle est ma tâche en ces lieux ? Combien d’âmes ont essayées de soustraire la vérité à mon regard ? Je devine le mensonge Queen. Plus qu’aucun autre spectre ne le pourra jamais, je le sens dans l’air, je le vois dans les yeux, et je le lis dans l’âme. Tout ce que tu as pu faire la concernant, tu ne l’as fait que pour toi, jamais pour notre Empereur. Tu ne cours qu’après le pouvoir latent de cette âme, et tu ne songes qu’à en faire ton instrument. N’essaie même pas de me faire croire le contraire. Car ton comportement ne rend tes véritables intentions que trop apparentes. Tes actes sont ceux d’un parasite vorace enveloppant sa soif de pouvoir dans un linceul de droiture. Et je refuse d’assister à cela plus longtemps sans réagir. »

Lui transmettre des valeurs ? Des sentiments ? De la fidélité pour le Sombre Empereur ? A quelle fin sinon celle d'un jour la purger de sa substance pour en faire son vaisseau ? Même Queen n'était pas aussi retors. Ces valeurs, c'était bien Sivir qui les avait développés, tout comme l'ensemble de son être, loin d'une présence qui n'avait jamais été que parasitaire.

« Tu prétends l'avoir fait grandir, mais tu ne lui a jamais apporté que ton mépris et ton silence. Tu ne perdrais pas de temps à élever ce que tu comptes détruire au final. Ce que cette femme est devenue, elle ne le doit à personne, et surtout pas à toi. »

Que Queen ne soit alors qu’une âme accrochée à celle de Sivir ne changeait rien à sa situation et à l’écart de puissance qui nous séparait. Cette âme usait de son cosmos pour influer le destin de celle qu’une autre Etoile avait choisi, et question cosmos, mes dons surpassaient largement les siens.

« Je sais ce que tu tentes de faire à son esprit. Et je sais aussi que tu te moques bien de son potentiel en tant qu’Etoile, mais apprends donc ceci. Jamais je ne te laisserai la vider de sa substance pour t’en faire une enveloppe sur mesure. Jamais je ne te laisserai priver le sombre empire d’un de ses soldats pour satisfaire ton ego démesuré. »

Déployant alors d’avantage de pouvoir au sein de l’esprit de Sivir, ma priorité allait désormais à la protection de ce qui faisait d’elle une personne à part entière. Ses souvenirs, sa volonté, sa personnalité. Tout cela devenait sur le champ hors limite pour celui qui dorénavant s’en voyait interdire l’accès, et cela tant que mon propre pouvoir l’isolera.

« Le potentiel de cette âme se réalisera Queen. Et tu ne pourras rien faire pour y remédier. Tant que je serai là, je veillerai à ce que Sivir accomplisse son destin en tant qu’Etoile céleste. Aussi il ne te reste qu’un unique choix à faire. T’obstiner, et essuyer mon courroux en priant le sombre Empereur qu’il reste quelque chose de toi une fois que j’en aurai fini, ou te résigner, rendre sa liberté à cette femme, et la laisser enfin suivre sa propre route en te trouvant un autre vaisseau à posséder. Un vaisseau qui cette fois ne sera pas l’hôte promis d'une autre Etoile. »

Me taisant sur ces paroles, je maintenais ma présence en Sivir le temps que l’Etoile de la Magie me réponde. Ses prochains mots dicteraient ma prochaine action, et il le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Lun 3 Juil - 23:06

QueenMontrer un tant soit peu de respect au grand juge était difficile quand on était occupé à effacer certains souvenirs. L'âme de Queen apparaissait de plus en plus nettement devant mon corps, comme s'il tentait de faire barrage au pouvoir du Griffon qui essayait de l'empêcher de supprimer mon identité.

Plissant les yeux, Queen ne semblait guère apprécier les remontrances de son interlocuteur, tout cela le dépassait un peu, et il fallait croire que j'avais davantage de chance encore que je ne le pouvais penser. Était-ce là mon pouvoir? Pourtant, on ne l'aurait pas dit au cours des combats précédents...


«Peu importe les raisons qui m'ont poussé à prendre un réceptacle plutôt qu'attendre bêtement la libération de mon corps depuis sa prison!» sa prison? quelle prison? je croyais que son corps avait été désintégré... c'était ce que j'avais toujours cru? D'ailleurs, comment pouvais-je entendre cette conversation? C'était comme être enfermée dans une pièce sombre, et pourtant, j'avais le sentiment de comprendre ce qu'il se passait. Je regardais autour de moi avant de comprendre, des fils... particulièrement fins, mais je pouvais ressentir le cosmos de Minos sur eux. Il avait réussi à créer un premier barrage qui bloquait le pouvoir de Queen dans mon esprit et maintenait ma conscience éveillée...

«Qu'est-ce que tu sais d'elle? Absolument rien. Tu n'aurais jamais du la rencontrer! Si cette pauvre idiote n'avait pas sauvé cette asgardienne de l'Enfer où tu l'as jetée, elle n'aurait jamais eu à te rencontrer avant son échéance! Sa curiosité est son pire défaut! Toujours vouloir des réponses, toujours aller plus loin! Le savoir, encore le savoir! Et sa passion pour ces fichus bouquins... Peu importe comment, peu importe pourquoi, sa curiosité est une plaie que j'ai tout le temps du cautériser!!»

Les fils de Minos semblaient grignoter peu à peu mon esprit, c'était tellement bizarre comme sensation. Je regardais alors, une sorte de petite fenêtre s'ouvrit, je m'en approchais et je revoyais cette plage près de mon village, et un bateau qui venait y accoster. C'était quand ça? Je ne me souvenais pas qu'un bateau avait carrément laissé son équipage débarquer?

Je sursautais en voyant la fenêtre se refermer, Queen ne comptait pas laisser Minos réussir aussi facilement

«D'où tu as vu qu'elle était une étoile? Tu as juste vu quelques flammes sur ton diamant maudit! Je sais ce que tu fais! Tu n'as pas envie de la laisser auprès de celle qui remplace ton frère! Tu veux te l'approprier, m'éjecter pour qu'elle devienne ton esclave! N'as-tu donc pas assez avec ta suceuse de sang?»

Je battais des cils - façon de parler - j'essayais de comprendre ce qu'il se passait d'un coup sans trop arriver à suivre, trop de choses peut-être, et toujours ce fichu mal de crâne aussi
«Qui manipule l'autre? Moi qui l'ai conduite vers une vie qui aura au moins eu un sens? Ou toi qui lui donne de faux espoirs? Depuis le début tu joues les grands seigneurs, profitant de ceux qui ont abusé d'elle pour paraître comme le héros sauveur de ces dames! Tu lui mens depuis le début et naïve comme elle est, elle ne voit rien! Elle croit te connaître, Minos, mais de nous deux, nous savons très bien lequel est le plus égoïste!! TU NE L'AURAS PAS!»

Un nouvel élan de douleur au point que mon corps était pris de convulsions, je voyais les fils de Minos lutter pour s'étendre dans mon esprit, essayant en vain de le protéger de l'agression de Queen...

*Qui... qui c'est... je veux... JE VEUX SAVOIR BORDEL!!!* mon cosmos s'enflamma, l'image de Queen trembla alors que je déchirais la fenêtre pour l'ouvrir et voir un colosse débarquer sur cette plage, je me voyais alors espionner cet équipage, je devais avoir à peine dix ans... maisje voyais surtout le gros qui hurla un mot que je connaissais désormais

*Snif snif? COOOOOOSMOOOOOOS!!*

Ostro??? J'avais l'impression que mon cœur se figeait sur le coup pendant que le colosse me coursait sur la plage, et d'un coup, un voile noir se déchira totalement, les fils de Minos s'étaient agrippés à l'ouverture que j'avais créée et m'aidaient à découvrir le reste... la course poursuite dans la jungle, ma cachette, le colosse qui se fait griffer par du curare au point d'avoir le bras paralysé, puis la langue... moi qui le soigne...

C'était donc lui? Lui le premier à m'avoir parlé du cosmos? Et cet enfoiré de Queen me l'a caché? Mais pourquoi?

«POURQUOI ENFOIRÉ???»

L'agression revint, Queen reprit le dessus malgré ma colère, mais ne pouvait pas refermer le voile que j'avais déchiré


«Tu es pénible, Minos. Mais elle ne tiendra pas longtemps à ce rythme. De nous deux, c'est toi qui es en train de la tuer.» il eut un sourire amusé alors que je transpirais à grosses gouttes, je n'allais plus pouvoir tenir longtemps, mon rythme cardiaque s'emballait, est-ce qu'on peut vraiment mourir comme ça quand on est un spectre? Chacun de mes muscles semblait sur le point de se déchirer, Queen quant à lui plantait son regard froid dans celui de Minos

«Je m'en cogne, si elle meurt. Je trouverai quelqu'un d'autre... et tu le sais.» le voile noir se refermait, mais la fenêtre était toujours là. Peu importait ce qu'il se passerait, ce souvenir là, je n'allais plus le perdre. Mais j'allais peut-être perdre autre chose si Minos persistait à vouloir... me sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 9:38

La main-mise de Queen sur cette ame était impressionnante, cela je devais le lui reconnaitre. J’ignorais qu’il possédait de tels talents en manipulation de souvenirs et de pensées, mais je n’avais pas le temps de le féliciter, car entre nos deux cosmos, c’était Sivir qui souffrait de notre différent.

« Ainsi soit-il. »

Queen avait donc choisi la défiance. Pauvre fou. Sa défaite l'enivrait totalement. Et je n’avais qu’une parole.

Changeant totalement d’approche, mon cosmos, ne se contenta plus de protéger l’esprit de Sivir, et se déploya avec la vitesse de l’éclair dans le corps de cette malheureuse afin de repousser le pouvoir insidieux qui la détruisait petit à petit.

« Je vais t’oblitérer Queen. Je vais t’expulser de son esprit et de son corps, comme on expulse un nuisible de son trou. »

Il pouvait lutter, il pouvait se débattre, cette fois il n’affronterait pas le cosmos naissant d’une Etoile qu’il avait toujours cherché à étouffer, cette fois, il aurait affaire à moi.

« Ce que je sais d’elle ? Malgré sa faiblesse actuelle, elle est déjà mille fois ce que tu as jamais été. Sa valeur et sa noblesse en font déjà un digne représentant des idéaux que nous défendons, ces mêmes idéaux que tu as oublié depuis si longtemps, à supposer que tu les ais jamais connus. »

Il n’y aurait pas d’affrontement. Ce n’était pas un combat, ce n’était même pas une épreuve. Face à moi dans une bataille de cosmos, l’Alraune avait autant de chance qu’un papillon de nuit en avait face à un incendie de foret.

« Pauvre esprit malade perdu dans les méandres de sa moral relativiste. Ta corruption n'est que trop apparente, et tu te trahis toi-même. Si tu sais que cette étoile me revient à moi, et non à cette femme osant porter la livrée de mon demi-frère, alors tu sais comme moi ce qu’elle est. Dis moi juste une chose. Est-ce ton idée de chercher ainsi à me priver de cette Etoile ? Ou est-ce là celle de ta maitresse ? »

Continuant à repousser avec facilité le cosmos de celui qui avait largement outrepassé le stade de la simple réprimande, je ressentis en approchant les mains du corps de Sivir comme une étincelle. Sa conscience !

« Sivir ? »

Elle était là, affaiblie, tremblante, mais elle était là. Elle n’était pas éteinte, elle n’était pas perdue ! Et cette étincelle pourpre semblait déjà lutter pour sa propre survie au sein d’un enfer rougeoyant voulant l’éteindre à tout prix.

« Sivir ! Ecoute moi ! Son pouvoir sur toi n’est battit que sur des mensonges et des illusions. Il ne peux exister en ce monde sans ton cosmos. En ton corps, son pouvoir est ton pouvoir ! Reprends le ! »

J’avais alors un choix à faire. Celui de poursuivre mon action des plus offensives à l’égard de l’Etoile de la Magie, ou défier le destin pour offrir à Sivir une autre chance, une meilleure chance.

Je souris alors en fixant le visage furibond de Queen avant de reporter mon regard sur le visage en sueur de Sivir. Je n’hésitai pas une seconde.

« Sivir. Je sais que tu peux m’entendre. Je sais que Queen ne t’a pas encore étouffée. Je t’offre la force de te battre contre lui à armes égales. Ce combat sera le tien, ce combat doit être le tien. Prouve lui qu’il n’a plus rien à faire en ton esprit. Montre lui ta propre volonté. »

Et redirigeant alors mon pouvoir vers cette étincelle que j’avais fermement identifié comme étant le pouvoir latent de celle que Queen cherchait à étouffer, j’attisais cette flamme de toute ma propre puissance pour la faire croitre en un brasier ardent.

« J’ai foi en toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 12:11

QueenPlus je souffrais et plus l'âme de Queen était visible, montrant son corps presque comme s'il se trouvait réellement face à Minos. J'avais mal, horriblement mal, tout mon esprit semblait se déchirer. Le cosmos de Queen s'insinuait où il pouvait, luttant contre celui de Minos qui tentait de me protéger.

Un sourire mauvais se dessinait sur les lèvres de Queen alors qu'il était désormais question de la Juge de la Wyverne, il faut dire qu'elle avait de quoi poser polémique dans sa façon d'être!

«Il est vrai que Sivir se trouve être particulièrement au goût de notre chère Juge. Je doute fort qu'elle soit ravie que tu la prives d'une telle proie! Autant dire qu'elle comme moi n'avons guère envie que tu t'appropries cette étoile, Minos! Peu importe que tu la croies destinée à être tienne!»

Serrant les dents, je fus prise d'une nouvelle convulsion face à une autre attaque de la part de Queen. Il faisait exprès. Il faisait exprès de forcer le passage dans mon corps et mon esprit pour que Minos cesse de tenter quoi que ce soit. Il n'avait que faire de ma souffrance et de ma haine, il jouait exprès avec ma faiblesse pour obliger Minos à renoncer. J'étais sur le point de sombrer totalement lorsque je sentis les mains du Juge sur mes épaules... son cosmos se voulait apaisant ce qui me permit de me calmer quelques secondes

«Et bien et bien? Tu te permets même de la toucher? Fais attention, les hommes ne sont pas trop sa tasse de thé! Et Dame Aërys le sait. Que tu le veuilles ou non, tôt ou tard, elle tombera totalement dans les filets de la Wyverne et tu ne pourras plus rien pour elle! Qui sait, elle deviendra peut être l'une de ses esclaves une fois que j'aurai repris mon rôle?»

J'eus un élan de haine à l'idée qu'il puisse croire que j'allais succomber à la Wyverne. Pas avec ses manières! Aussi séduisante qu'elle puisse être, j'avais bien compris la leçon! Je me mettais donc à lutter, ma colère grandissait en écoutant les paroles aberrantes de Queen qui me donnaient plus que jamais envie de fuir de son emprise!

Mais j'étais encore si faible... je sentais les encouragements de Minos, ignorant cependant si j'étais apte à faire ce qu'il me demandait!

C'est alors que je sombrais totalement dans l'inconscience, mais ce n'était pas pour autant pour renoncer à me battre, au contraire? J'étais surprise car le décor semblait totalement différent. Je n'étais plus dans cette étrange pièce noire aux cases accédant à ma mémoire, mais plutôt dans une large salle avec un sol un cercle de pierre noires et pourpres. Autour de moi, de nombreuses torches, la majorité était de couleur rouge, mais une seule était pourpre...

*Mais que... qu'est-ce que...* je tournais la tête pour regarder devant et voir Queen de l'Alraune. Le vrai cette fois. C'était la première fois que je voyais à quoi il pouvait ressembler.
*Nous nous rencontrons enfin!* il me regarda un moment et haussa des épaules. Nous portions tous deux notre surplis de l'alraune
* Quel petit coquin ce Minos! Qu'attend-il donc de cette entrevue? Que tu te rebelles?*

Je plissais légèrement des yeux alors qu'il s'approchait de moi, je fronçais les sourcils au moment où il passa sa main sur mon visage
* Décidément, je me demande bien ce qu'il te trouve. Tu es jolie je le reconnais, mais je ne savais pas qu'il était du genre à y succomber. Pourtant, tu ne vaux pas la Vampire selon moi!*
* J'ai l'air d'en avoir quelque chose à foutre?*
* Quelle grossièreté! Comment peux-tu avoir un tel caractère de merde et pourtant t'écraser à la moindre occasion? Tu es faible, Sivir. Tu as peut être un bon cosmos, un certain potentiel, je ne t'aurais jamais choisie sinon! Mais tu es faible. Tu n'as pas la force pour être une étoile à part entière, tu n'as pas le cosmos suffisant pour ça! Oh.. je ne dis pas qu'en quelques siècles, tu n'aurais pas pu être intéressante, peut être une étoile terrestre qui sait? Mais sans moi, sans ma force, sans ma puissance... tu n'es rien.*
*Comment pourrais-tu le savoir? C'est toi qui bride ma force!!! Tu fais exprès de me contrôler, de bloquer ma progression pour que je ne sois pas une menace pour toi!!*
* Uh uh... c'est ce que tu crois, hein? Allons.. c'est ce que Minos essaie de te faire croire. Il te fait miroiter des chimères, Sivir. Tu n'as aucun potentiel, tu as juste une chance insolente! Et encore, ça dépend des circonstances. Mais arrête de te bercer d'illusion... tu n'es pas destinée à autre chose qu'à être mon réceptacle le temps que je sois prêt. Et le jour venu, je te libèrerai! Et qui sait, nous verrons bien si tu es vraiment destinée à une autre d'ici là!*
*Comme si tu comptais me laisser libre une fois que tu auras repris forme! Tu aspireras ma force et mon âme!*
* Peut être... mais si ce que dit Minos est vrai... ce jour là, tu sauras m'en empêcher. Mais d'ici là, s'il te plaît... sois une gentille fille!*


Il eut un léger rire et recula d'un pas
* Le défi est donc lancé. Libère moi. Trouve moi. Le jour où tu y arriveras, alors nous verrons si nous sommes bel et bien destinés à n'être qu'un, ou si tu as un autre chemin devant toi! Mais pour l'heure, n'oublie pas qui tu es! Et ne te laisse pas influencer par qui que ce soit!*
* Y compris toi?*
* Minos a gagné. Je laisse libre ta mémoire. Il dit te faire confiance? On va dire que je vais faire pareil. Je sais qui tu es. Je te connais depuis ton enfance. C'est moi qui t'ai guidée depuis que tu es toute petite. Je sais quel est ton destin, lui ne sait que ce qu'il veut bien voir.*
* Pourquoi ce changement soudain?*
* J'ai utilisé trop de cosmos pour le contrer, je n'en ai plus assez pour continuer... mais ce n'est que partie remise!*


Et il disparut... les torches autour de moi furent désormais allumées pour moitié de pourpre, et l'autre moitié de rouge. Est-ce que nous étions vraiment à force égale?

Je battais des cils, j'avais mal partout alors que je me retrouvais de nouveau dans le bureau de Minos. Je ramenais mes mains sur ma tête, grimaçant sous le coup de la douleur. On aurait dit que j'étais passée sous un rhinocéros!

«Par Hadès... qu'est-ce qu'il s'est passé?» de nombreux souvenirs remontaient progressivement à la surface, y compris le pacte avec le nécromancien, fait par Queen lui-même. Cet enfoiré m'avait vendue! Et il espérait vraiment que je puisse lui faire confiance?

Je levais alors les yeux vers Minos, les yeux humides par la douleur, et peut-être aussi l'humiliation de ce que je venais de subir

«Il faut que je le retrouve. Je dois retrouver Queen. Son corps... je dois savoir lequel de vous deux dit vrai sur mon destin.»

Et il n'y aurait que comme ça que je pourrais le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 13:54

L’Alraune enrageait, cela était d’une évidence rare. Et plus le temps passait, plus il se trouvait à court d’idées. Après les mensonges et les menaces, venaient le tour d’inviter d’autres volontés dans notre équation se résumant pourtant à deux variables.

« Que m’importe les envies lubriques de chair fatiguée de cette hédoniste perverse. Sa souillure n’atteint que ceux se laissant piéger dans ses filets. Et Sivir n’est pas de ceux-là. »

Poursuivant mon œuvre en tachant de régénérer ce qui pouvait l’être du corps meurtrie de Sivir, je la regardais convulser sans pour autant céder à l’odieux chantage de l’Etoile de la Magie.

« Garde pour toi tes paroles malhonnêtes et tes sous-entendu plein de fiel. Es-tu donc tombé si bas ? Te reste-t-il encore le moindre semblant d’honneur ? Ou ne peux-tu désormais que détruire et souiller tout ce qui te rappelle l’aspect misérable et vaniteux de ta propre existence ? »

Jamais je ne le laisserai utiliser Sivir de la sorte. Ni lui, ni sa maitresse. Elle valait tellement plus que cela.

« Tiens bon Sivir. »

L’épreuve s’avérait être terrible pour son corps. Même si mon cosmos parvenait sans peine à repousser celui de Queen, il n’en restait pas moins les dégâts que celui-ci avait causé sur son passage, et n’étant pas spécialisé dans la guérison, je ne pouvais qu’apaiser la souffrance de celle devenue le prix d’une silencieuse lutte interne.

Une éternité sembla passer durant laquelle la forme sombre qu’était devenu Queen ne bougea ni ne dit le moindre mot. Une éternité avant que soudain, elle ne reparte comme elle était venue, en replongeant dans le corps de Sivir et y disparaissant totalement.

« Sivir ? »

Elle ouvrit les yeux, des yeux embuées de larmes dues bien sur à la douleur mais aussi et surtout à la colère. Des yeux que j’avais déjà vu par le passé, sur mon propre visage.

« Je suis navré. Navré que ça ait dut se passer ainsi. »

Nous venions d’obtenir une victoire certes, mais la forme sombre n’avait pas été chassée. Elle n’avait fait que se réfugier au plus profond de Sivir, là où je ne pouvais l’atteindre par des moyens conventionnels.

« Retrouver son corps ? Le corps de sa précédente incarnation ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? »

Aidant alors Sivir à se relever via mes créations, je l’accompagnais jusqu’à son fauteuil avant d’envoyer d’autres fils cosmiques s’emparer de divers fioles et bocaux éparpillés dans la pièce.

« Evite de bouger pour l’instant. Ton corps est en piteux état. »

Rares étaient les fleurs et les plantes à pousser au sein du sombre empire, mais des suites de l’arrivée aux enfers de la Sombre Impératrice, notre Empereur avait fait pousser un jardin floral en plein cœur de son empire afin qu’elle puisse s’y souvenir de la vie terrestre. On y trouvait surtout des fleurs, mais également quelques essences rares qui, entre de bonnes mains, pouvaient s’avérer très efficaces dans le traitement de certains traumatismes.

Mixant et coupant d’eau une concoction que m’avaient enseignés les souvenirs des plus grands médecin de l’histoire humaine, je tendis la fiole contenant la mixture odorante à Sivir.

« Cela calmera la douleur et aidera ton corps à se régénérer. J’aimerai pouvoir faire d’avantage, mais la guérison par le cosmos n’est pas mon domaine. »

Cela n’était pas tout à fait vrai, mais en l’occurrence, guérir son corps m’aurait fait lui demander une part importante de son cosmos. Cosmos qu’à cet instant, je jugeais bon de conserver dans l’hypothèse d’un nouvel assaut de Queen. Tout du moins tant que la douleur ne serait pas insupportable.

« Bois. »

Et voyant Sivir hésiter devant ma proposition, j’avalais moi-même une gorgée de ma préparation avant de la lui retendre.

« Ce n’est pas du poison. Tu peux me croire, si je devais te faire du mal, cette méthode serait bien la dernière que j’utiliserai. »

Et laissant le temps à Sivir de se faire à l’odeur des plus entêtante et au gout des plus amer, je reprenais ma place dans mon propre fauteuil en reposant du même coup le surplis que j’avais gardé en main.

« Est-ce que tu te sens mieux ? »

Une question qui se voulait surtout un moyen d’estimer les dégâts mentaux que l’Etoile de la Magie avait laissé dans l’esprit de Sivir avant de s’enfuir lâchement devant ma colère. Montrant alors du doigt le diamant prit au cœur de la nuit, je repris la parole.

« Te rappelles tu de ceci ? Te rappelles tu de ce que tu y as vu ? »

Il était essentiel pour sa propre construction qu’elle sache disposer d’un pouvoir bien différent de celui de Queen. Une flamme propre qui ne demandait qu’à être développée.

« Excellent. Il n’a pas put t’arracher cette vérité. Son pouvoir sur toi s’amenuise, et c’est pour le mieux. »

Tant que leur deux consciences ne fusionnaient pas, il restait un espoir, et plus Sivir prendrait conscience de son identité, plus elle se désolidariserait de ce parasite.

« Ecoute, je sais que cela doit être une épreuve parmi les plus horribles qu’il t’ait été donné de connaitre. J’ai moi-même connus des expériences de possession mental par le passé, alors tu peux me croire quand j’affirme savoir ce que tu ressens. Cette rage, cette impuissance, ce sentiment d’injustice. Mais tu peux aussi me croire quand je te dis que si nous voulons que cela cesse, il nous faut avancer, et pour cela, j’ai besoin que tu m’aides. Il faut que je saches exactement ce qu’il t’a dit avant de disparaitre. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 15:33

Cette sensation d'être totalement vidée de mes forces était... épuisante. Oui c'est stupide de penser comme ça, mais jamais auparavant je n'avais ressenti une telle fatigue! Même après les combats sur Death Queen Island, même après avoir parcouru la Terre entière à la recherche des artefacts, je me sentais moins crevée.

J'essayais de me relever, mais Minos m'en empêcha... je levais des yeux un peu honteux vers lui, je m'en voulais encore de cette faiblesse, et alors qu'il s'évertuait à récupérer des fioles pour me soigner, je baissais la tête pour essayer de calmer ma frustration. Il m'avait tendu une fiole, je la regardais de longues secondes et il sembla croire que je doutais qu'elle soit empoisonnée. Il en but une gorgée avant de me la tendre avec davantage de force, je la prenais et la regardais l'espace d'une seconde

«Rien qu'à l'odeur... je reconnais la plupart des plantes qui composent cette potion. Il y en a cependant au moins une, peut-être deux qui me sont inconnues... mais je n'ai jamais cru que vous souhaitiez m'empoisonner...» je regardais encore quelques secondes la potion avant de finalement la boire d'une traite, puis je lui tendais en tremblant le flacon vide, essayant de reprendre mes esprits au mieux

«Pourquoi? Pourquoi avez-vous ainsi lutté pour moi?» je levais les yeux vers lui, j'avais... tellement honte. Un tel dégoût de moi-même au point que j'en avais la nausée - indépendante du goût pas terrible de la potion «Queen a raison... je suis faible. Si vous n'aviez pas été là, il m'aurait purement et simplement... effacée. Transformée en une poupée vide qu'il aurait pu manipuler à sa guise jusqu'à ce qu'il retrouve son corps... corps qui semble enfermé quelque part si j'ai bien compris.»

Je ramenais ma main sur mon front, j'avais tellement mal au crâne. La potion m'avait fait du bien, oui. Un peu comme un bain chaud, mais j'avais encore des nausées et j'étais épuisée. Je ne savais pas par où commencer, mais lorsqu'il me montra le surplis, j'approuvais d'un signe de tête
«Oui... je me souviens. Queen vous fait dire que vous avez gagné. Il m'a laissé mes souvenirs. Même ceux de mon enfance.» je regardais alors le diamant d'ébène avant de relever les yeux vers Minos «Je sais qu'il y a deux cosmos en moi. Queen m'a dit que c'est pour ça qu'il m'a choisie, parce que je n'étais pas qu'une simple mortelle non plus... mais selon lui, ça ne fait pas pour autant de moi une autre étoile, juste confirmer que j'étais bien destinée à le seconder.»

Seconder... tu parles.

Je ressentais le besoin d'aller dormir sur le coup, mais ce n'était pas le moment... Minos avait besoin de savoir, besoin de comprendre... machinalement, j'avais l'impression que j'étais trop vidée de mes forces pour vraiment réfléchir, aussi je répétais machinalement les mots de Queen, ces mots de défi, ces mots qui pouvaient signifier ma libération


« Le défi est lancé. Libère moi. Trouve moi. Le jour où tu y arriveras, alors nous verrons si nous sommes bel et bien destinés à n'être qu'un, ou si tu as un autre chemin devant toi! » je levais alors les yeux vers Minos, un peu dans le vague, perdue et cherchant un sens à tout ça «je crois que son corps est enfermé quelque part pour être régénéré... mais si l'on veut le libérer avant qu'il ne récupère tous ses pouvoirs, il a besoin de son surplis... c'est pour ça qu'il faut que ce soit moi qui le trouve et personne d'autre... sauf que même lui ne semble pas savoir où il est.»

Je fermais les yeux, une nouvelle nausée me prenait alors que j'essayais de retrouver mon souffle. J'avais encore mal à la tête, l'impression que ça durerait quelques temps encore, mais ça allait quand même mieux.
«Seigneur Minos... est-ce que... est-ce que vous avez déjà été vaincu? Comment ça se passe lorsqu'un spectre perd son corps?» autant j'ai pu voir que dans le cas de Brunissen, Hadès pouvait rendre son enveloppe corporelle, mais de toute évidence, ça ne s'était pas passé de la même manière. «Queen a été vaincu au cours de la précédente Guerre Sainte contre Athéna... est-ce que la façon dont l'on se fait tuer peut changer la manière dont on se réincarne?»

Après tout, Athéna était une déesse, peut-être qu'elle pouvait bloquer cette réincarnation d'une manière ou d'une autre?
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 18:20

Un petit sourire satisfait était apparu sur mon visage aux dires de Sivir ainsi qu’à la vision de la potion disparaissant entre ses lèvres.

« Tu disposes donc déjà d’un esprit éclairé pour savoir ainsi différencier tes alliés de ceux qui prétendent l’être. N’oublie jamais, aux enfers comme sur la Terre, les flagorneurs et les sycophantes pullulent. Et si tu veux leur survivre, il te faut d’abord les identifier. »

Elle apprendrait, avec le temps et l’expérience. Elle n’avait besoin que d’un cadre stable pour se développé, et d’un repère auquel se fixer.

« Pourquoi ? Parce que malgré ce qu’a essayé de te faire croire Queen, tu as de l’importance. Beaucoup d’importance. Pour le sombre empire bien sûr, mais aussi à mes yeux. Crois en l’expérience d’une âme trois fois millénaire qui a passé toute son existence à juger les vies humaines. Tu as en toi les prémices de la grandeur. Mais ces mêmes talents qui te rendent différentes de la masse attireront aussi les profiteurs et les parasites voulant les utiliser à leur propre bénéfice. Alors il te faudra t’accrocher, te battre contre vent et marées, et un jour viendra où tu pourras montrer au monde de quel bois tu es fait. Un jour, quand tu seras prête. »

Quand ce jour viendrait ? La question devait lui bruler les lèvres, mais personne ne pourrait y répondre à part elle.

« Oui. Voilà bien le Queen dont je me souviens. J’ignore ce que son corps à avoir dans cette histoire, mais je suis sûr d’une chose. Ce qu’il prend, il ne le rend pas. Ce corps qui est le tien, il ne l’aura jamais lâché, même s’il est du sexe opposé. Ton pouvoir l’intéresse au plus haut point, au point qu’il a même oser défier un juge infernal pour le conserver. Tu conviendras que ce n’est pas le genre de comportement que l’on retrouve chez quelqu’un disposé à te laisser partir. »

Sivir était épuisée, et cela se voyait. La potion lui avait fait du bien, mais une autre serai nécessaire pour l’aider à recouvrer ses forces.

« Pardonne-moi. Cela fait si longtemps que je suis devenu un spectre que j’en ai oublié le besoin de dormir ou de manger. »

Tel était mon don depuis maintenant près de deux milles ans. Un corps qui avait oublié la faim, la soif et le sommeil. Même la fatigue semblait devenir jour après jour une sensation lointaine et diffuse, s’étiolant avec les années pour ne devenir un jour elle aussi qu’un souvenir.

D’autres flacons suivirent, puis une nouvelle préparation, suivis d’une nouvelle fiole tendue à Sivir.

« Attention avec ça, c’est un énergisant puissant. »

Concentré de nutriment à assimilation rapide, Sivir aurait après l’avoir ingéré la sensation d’avoir avalée plusieurs litres de cette boisson à la mode depuis un peu moins d’un siècle en Europe et dérivé du kaffa.

« Son corps, enfermé quelque part pour s’y régénérer… Hum. C’est étrange. Après sa mort, un spectre ne conserve que rarement son corps attitré. Encore moins celui d’une précédente incarnation. En temps normal, une Etoile se réincarne dans un nouvel hôte choisi unilatéralement, et s’y développe jusqu’à s’éveiller à sa nouvelle conscience. C’est à ce moment qu’elle retrouve son surplis et sa mémoire. Mais dans ton cas, tout est bien plus complexe. »

Les cas de coexistences spectrales étaient fort rares, presque légendaires, et tous s’étaient achevés par l’éveil final de l’âme du spectre ayant parasité un corps déjà incarné. Cela aurait pu être le cas de Sivir, mais sa route avait croisé la mienne, alors il n’en était plus question.

« Oh oui. Plus que tu ne peux l’imaginer. J’ai plus de trois mille ans Sivir. J’ai connu d’innombrables batailles, et j’ai affronté jusqu’aux dieux eux même. J’ai côtoyé aussi bien la victoire que la défaite, mais à chacune d’elle, je suis revenu plus fort encore. Même lorsque Athéna déchira mon âme en deux parties pour s’assurer que jamais plus je ne me réincarne en tant que spectre, le destin m’a fait me retrouver moi-même, et ma fusion m’a offert un nouveau don qu’aujourd’hui encore je perfectionne. »

Je marquais une pause pour laisser le temps à Sivir d’absorber cette information avant de poursuivre.

« Quant à ce qui arrive à un spectre qui perds son corps… J’imagine que tu veux parler de ce qui arrive lorsqu’un spectre meurs au sens physique ? Dans ce cas, cela dépend de la puissance de son don obscur, et des dégâts ayant été subis.
Dans la plupart des cas, si les dommages ne sont pas trop importants, les plaies et blessures disparaitront d’elles même et le spectre se relèvera après une brève période d’inconscience. Les plus anciens eux se régénèreront même conscients, faisant fi des pires blessures qui auraient suffi à tuer n’importe quel mortel.
Mais si le corps d’un spectre est trop endommagé, je veux dire au-delà des pouvoirs régénérateurs de son don obscur, alors celui-ci tombera en poussière et l’âme qu’il contenait regagnera les Enfers pour y être réincarné par le Sombre Empereur.
»


Il existait bien sur d’autres manières pour revenir de la mort, mais ces méthodes étaient soit très personnelles, et donc irréalisable par tout autre que leur utilisateur, soit très dangereuses dans le sens où elles venaient court-circuiter la chaine standard établie par notre Empereur dans le processus de réincarnation. En somme, si un spectre se risquait à agir de la sorte, il risquait tout simplement de ne jamais revenir d’entre les morts.

« Nous avons tous été vaincu lors de la précédente guerre sainte. Cependant, ton cas est unique dans toutes les réincarnations actuelles pour autant que je sache. Je ne vois qu’une seule explication à cela. Queen n’est pas mort. Il est cependant surement scellé, voir désincarné. C’est surement pour cela que son âme a pu te parasiter au lieu d’être dirigée vers un nouvel hôte. Et je ne vois qu’Athéna ou Poséidon qui aurait actuellement un tel pouvoir sur une Etoile appartenant au Sombre Empereur. »

Disant cela, la probabilité que le seigneur de mers ait quelque chose à voir là-dedans était terriblement infime. En toute logique étant donné nos passés respectifs, s’il fallait chercher un responsable à notre situation, c’était vers Athéna qu’il fallait se tourner.

« Si tu souhaites dormir un peu, dis-le-moi tout de suite, j’en profiterai pour chercher dans nos chroniques s’il y a eu des précédents. Sinon, j’aurai bien une hypothèse concernant le lieu de repos du corps de Queen. Athéna n’est pas du genre à cacher ses trésors aux quatre coins du monde. Il n’y a même qu’un seul endroit où ceux de notre genre sont enfermés par ses soins. Cela vaut la peine d’essayer. Même si ce n’est au final que pour raser ce lieu maudit. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mar 4 Juil - 20:27

De l'importance? Moi? Est-ce que c'était parce que j'avais réussi à trouver l'épée? Honnêtement, je n'avais plus trop la tête à ça. Trop de choses en tête, et j'étais fatiguée. Si fatiguée. J'avais encore mon corps de mortelle, je n'avais encore jamais à subir les affres de la mort, mon corps ressentait encore la faim, la soif et le besoin de dormir. Mais Minos s'en rendit compte et me proposa rapidement une autre potion. De la même manière que la précédente, je la reniflais, non pas pour en ressentir une trace de poison, mais plutôt par habitude, un réflexe en somme, porté par ma curiosité naturelle...

«Moi qui pensais être une experte en plantes... il y en a encore tellement que je ne connais pas. Je sais que votre savoir a été acquis sur des siècles et des millénaires.. j'aurais juste... enfin j'aimerais avoir ce temps devant moi pour en acquérir une partie.» je me fichais bien du temps que cela prendrait, du moins, si je savais que j'avais cette éternité devant. Combien j'en profiterais... tous ces ouvrages parsemés dans le monde entier, ces langues à découvrir, ces plantes, ces animaux, ces us et coutumes... ces mystères que la Terre entière dissimule, ces trésors qui ne demandent qu'à être découverts... si j'avais des siècles devant moi, quel plaisir je prendrais à apprendre encore et encore jusqu'à ce que mon cerveau éclate de ne plus pouvoir contenir la moindre parcelle d'information.

«Du guarana... vous avez choisi cette plante parce qu'elle vient de chez moi, n'est-ce pas?» même si ses effets étaient clairement ceux recherchés, je me disais qu'il en existait peut-être d'autre et qu'il avait juste souhaité me remonter un peu le moral pour que je sois plus à même de répondre à ses questions.

Je buvais donc, et effectivement, je fus prise de quelques soubresauts et mon rythme cardiaque s'emballa. Je décelais aussi la trace de certains piments forts, ce qui me donna le feu aux joues mais eut le mérite effectivement de me réveiller un peu et de tonifier mes muscles.

Je prenais donc une profonde inspiration et je venais à répéter les paroles de Queen, y compris ce que j'avais compris. Il y avait quelque chose d'étrange dans ce qu'il se passait, mais une chose était sure, à sa manière, Queen était tout aussi prisonnier que moi. J'ignorais comment ou pourquoi, et j'écoutais donc avec une attention précieuse chaque parole du Spectre du Griffon. Ses nombreuses vies, ses nombreuses morts, souvent différentes, mais pourtant, jamais un spectre ne semblait ainsi piégé comme l'était actuellement Queen. Était-ce vraiment une première? Minos lui-même ne semblait pas en être sûr, bien qu'il en avait une idée. Son âme serait scellée quelque part? J'avais entendu parler des sceaux divins, cela semblait être la spécialité d'Athéna d'ailleurs


«J'ai entendu parler de ces sceaux... Athéna se refusant à tuer ses ennemis préférerait les sceller dans des objets, des coffres, des vases, ce genre de choses... afin que son ennemi ne puisse agir contre elle pendant quelques siècles... est-ce que Queen aurait pu se retrouver ainsi prisonnier?» cela faisait partie de ce livre... ce livre qu'Ostro m'avait offert. Je m'en souvenais aujourd'hui. Je m'étais toujours demandé d'où il avait bien pu débarquer ce gros sac que j'avais trouvé en pleine jungle, mais maintenant que Queen avait libéré ma mémoire, je savais qu'il me l'avait laissé.

Je secouais la tête alors que Minos me proposait du repos, j'eus un léger sourire tout en me levant avec douceur

«Avec ce que vous m'avez donné, je ne risque pas de dormir pendant des jours! Peut-êtr epuis-je vous aider? Y a t'il des ouvrages que je suis à même de consulter? Dans des langues que je saurais comprendre et que vous m'autorisez à toucher?» pour le moment, je gardais mes mains soigneusement dans mon dos, je ne voulais pas prendre de risque de commettre un outrage si ces ouvrages étaient sacrés!

En attendant, je penchais la tête sur le côté, nulle peur, nulle angoisse dans mon regard pendant que je fixais le Haut Juge

«Quel effet ça fait... lorsque l'on meurt? Vous vous souvenez de la première fois?» c'était peut-être indiscret, peut-être qu'il ne s'en souvenait pas. Mais la vie et la mort avaient de quoi me fasciner. À la fois éphémère et pourtant éternelle une fois que l'on est spectre, cela n'empêche pas de ressentir certaines choses... des choses que j'apprendrai tôt ou tard, mais disons que j'avais envie de savoir un peu aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mer 5 Juil - 10:03

« Du temps, tu en auras. Nous ferons tout pour que tu en es jusqu’à ne plus savoir quoi en faire. »

L’Eternité qui était notre récompense n’était en soi ni un don ni une malédiction, seul ce que l’on en faisait définissait ce qu’elle devenait, et Sivir semblait déjà avoir fait son choix.

« Du guarana en effet mais pas que. Du ginseng et du maca également, entre autre. Le tout forme un mélange très efficace contre la fatigue, le sommeil, et le manque de concentration. »

Elle avait une vraie passion pour les plantes, cela était évident. Quelle joie cela devait etre pour elle que d’imaginer les connaissances qu’elle pourrait assimiler dans les livres ici présent.

*Si elle savait que cette bibliothèque n’est qu’une poussière en comparaison de celle de la Tolomea…*

Peut être un jour lui montrerai-je ce lieu sacré que jusqu’à présent, seules les Etoile des Ténèbres et du Talent avaient put entrevoir, mise à part moi-même et les scribes infernaux. Cette bibliothèque recensant toutes les mémoires humaines de jadis, ainsi que toutes les connaissances accumulées par les Enfers depuis leur créations. Un trésor sans fin, un secret sans prix.

« A vrai dire, non. Tu es certes typée comme les autochtone des Amériques du sud, mais j’ignore encore si cette vie te fus agréable ou non. Il me serait donc imprudent de choisir comment et par quoi te la rappeler. Je n’ai choisi ces plantes que pour leur vertus appropriées. »

Peut etre un jour prendrons-nous le temps de discuter de nos existences passées. Peut etre même lui apprendrai-je l’existence du don de lecture et du moyen formidable qu’il représentait pour apprendre à connaitre quelqu’un. Peut etre. Mais pas maintenant.

« C’est fort possible. Cependant, je doute qu’Athéna en soit l’instigatrice. Sceller ainsi un spectre de rang moyen ne lui ressemble pas. Je pense qu’il s’agit plutôt là de l’œuvre d’un de ses chevaliers s’etant vu remettre un de ces sceaux frappés du sang de la Déesse. Des armes redoutables, au même titre que le fut le chapelet de savonnier. »

Sivir devait ignorer totalement de quoi je voulais parler, aussi, je repris sans attendre.

« Le chapelet fut conçu lors de la dernière guerre sainte par les chevaliers. Il s’agissait d’une arme visant à emprisonner nos ames en son sein après nos morts pour nous interdire toute réincarnation. Il fut d’une efficacité redoutable, et permis à Athéna d’obtenir la victoire, jusqu’à ce que quelques uns d’entre nous parviennent à se libérer de son emprise, et à le détruire. Aujourd’hui, son souvenir perdure encore dans la mémoire de ceux s’étant retrouvé piégé en lui, mais plus jamais il ne pourra y en avoir de nouveau. L’arbre duquel il fut fabriqué, le seul de son espèce, présent du Sombre Empereur à son épouse, fut rasé peu de temps après, et plus jamais ses fruits ne pourront etre corrompu. »

Je ne disais pas que je fus parmi les premiers à être scellé en lui, ni que je fus l’un des premiers à m’en extirper. Cela n’avait pour l’instant aucune importance, et j’avais d’autre chose en tête que l’envie de narrer plus avant cette histoire.

« Hum… Avons-nous le temps pour cela ? Lire un livre prends du temps. Des heures et des heures. Et des livres, il y en a ici près de deux milles. Si tous ne sont pas à ta portée, rien que les chroniques infernales représentent à elles seules des jours de lecture, à vitesse humaine j’entends. Lis-tu encore comme une humaine, ou sais-tu livre comme un spectre ? »

Et disant cela, j’attirais à moi les dizaines de volumes épais aux reliures enluminées et aux tendres patines qui composaient les chroniques condensées des Enfers et les empila sur les deux tables de lecture à l’exception d’un volume que je déposai devant moi.

« Ma première mort, en tant que spectre, ou en tant qu’humain ? Oui je m'en souviens, très bien d'ailleurs. Dans les deux cas, la mort est effrayante de simplicité. Sache le, il est aussi facile de mourir que de s’endormir, et les sensations en sont tellement similaires que n’importe quel esprit un tant soi peu éveillé y descellerai la relation des dieux jumeaux. Lorsque la douleur disparait, et que la conscience sombre. Il n’y a d’abord plus rien. Plus de pensées, plus de sensation. Plus rien si ce n’est le Néant. C’est… Indescriptible. Je ne peux te décrire cela, car aucun mots ne s’en approche. Quoi que tu ais entendu dire à ce propos, c’est très, très loin de la réalité. Le Néant est une expérience dont on revient transformé à jamais, mais il ne dure pas. Car après cet aperçu que l’on pourrait qualifier d’interlude, notre conscience s’éveille finalement à sa nouvelle condition, celle d’une ame désincarnée en partance pour la porte d’Hadès, une zone tampon entre les mondes où toutes les âmes se réunissent avant de franchir les portes des Enfers pour finalement échouer sur les rives de l’Achéron. La suite, tu la connais déjà. »

Ouvrant alors l’épais ouvrage se tenant devant moi, je fis croitre en douceur mon cosmos avant que mes yeux ne se mettent à luire faiblement et que ne se tourne la première page. Mon cosmos croissant encore, mes yeux devinrent plus brillant également, et la seconde page se tourna, plus vite encore que la première. Bientôt la troisième suivie, puis la quatrième, et la cinquième, toujours à un rythme croissant, et bientôt, ma main allait trop vite pour que l’œil humain puisse la suivre, et l’épais volume se referma sur son quatrième de couverture en un bruit doux et mat.

« Aucunes références à un cas comme le tien dans cette période. »

Telle était la manière de lire d’un éveillé du cosmos pour qui tout allait plus vite. Ces livres n’étaient pas fait de simple papier, et n’était pas écrit avec de l’encre. Ils étaient fait pour nous, et n’était que la version la plus accessible de ce qu’un scribe infernal pouvait composer avec son cosmos.

« A ton regard, je devine que ce n’est pas ainsi que tu as appris à lire, n’est-ce pas ? »

Humaine, si humaine cette femme était resté. Un spectre nouveau né comme les enfers n’en avait pas connu depuis si longtemps.

« Souhaites-tu apprendre ? En cela aussi, je peux t’enseigner. »

Une question toute rhétorique, je le savais bien. Rien qu’aux yeux pétillant de Sivir, je savais ce qu’une telle compétence signifiait pour elle.

« Alors tiens. Pour commencer, il te faut apprendre à lire ce genre d’ouvrage. »

Lui tendant alors les chroniques que je venais de lire, je la laissais se faire au poids du volume incroyablement léger pour sa taille, et ouvrir au premier chapitre.

« Que vois-tu écris à présent ? Une langue incompréhensible n’est-ce pas ? Ces livres ont été écrit dans la langue infernale. Une langue seulement connue par le juge du tribunal silencieux, son assistant l'Etoile du Talent et les scribes infernaux afin qu’eux seuls ait accès à ses informations. »

Une mesure de sécurité qui n’appelait aucune autre explication, mais qui en l’occurrence, avait également un secret bien gardé.

« Allons, ne fais pas cette triste mine, et pose ta main sur la page de gauche. »

Apposant alors la mienne sur la page de droite, je murmurai alors quelques mots dans cette même langue et déversais une poussière de cosmos dans l’ouvrage, avant d’inviter Sivir à en faire de même.

A peine nos deux cosmos s’unir-t-ils au sein de l’ouvrage enchanté que les pages se mirent à luire, et les mots qu’elles contenaient à se transformer. D’incompréhensibles, ils devinrent lisible. La langue entière de l’ouvrage venait d’être ainsi modifié pour que Sivir puisse la comprendre.

« Voila déjà une langue à laquelle tu es d’avantage familière n’est-ce pas ? Tu garderas cependant cette information pour toi. Ce secret ne doit pas parvenir à toutes les oreilles. »

Elle devait alors se demander pourquoi je lui avait révélé cette information, mais peut etre pourrait-elle déjà percevoir la vérité. Après tout, j’avais déjà dis à qui ces informations étaient destinées.

« A présent, concentre toi. Lire de cette manière requière un degré de maitrise du cosmos bien plus fin que celui requit pour savoir lancer une attaque cosmique. Il te faut libérer ton cosmos avec précaution et progressivement. La dose doit être très précise, car ces ouvrages ne sont pas des armures. Commence par faire doucement monter ton cosmos dans tes bras, dans tes yeux et dans ton esprit. Le reste de ton corps n'a pas besoin d’être éveillé, et lorsque tu sauras faire cela, lis, lis encore, et encore, puis augmente progressivement ton cosmos, et lis à nouveau. Avec l'expérience, tu parviendras à tourner les pages si vite qu'aucun œil humain ne saura suivre les mouvements de ta main. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mer 5 Juil - 11:17

Moi qui m'attendais à ce que Minos sache tout sur tout, je me rendais compte qu'il ne me connaissait pas au final. Cela me faisait penser à ce que Queen m'avait dit, sur le fait que lui seul me connaissait et pouvait donc savoir à quoi j'étais destinée. Je pensais que Minos savait des choses que j'ignorais parce qu'il était un Juge et avait donc accès à toutes les informations des mortels, y compris donc les miennes... mais de toute évidence, il n'avait pas encore lu ma vie. Alors.. comment?

J'eus un moment de doute, rapidement balayé alors qu'il me proposait de me reposer pendant qu'il allait consulter des ouvrages. Mais avec la potion qu'il m'avait fait boire, il aurait été difficile de fermer l'œil et je demandais plutôt si je serais à même de l'aider.
Sauf que visiblement, même pour lire un livre, j'allais désormais avoir besoin d'entraînement.

«Disons qu'en usant de mon cosmos, je peux lire bien plus vite, oui. Mais j'ai appris par moi-même, j'ignore si c'est la bonne méthode.» comme pour tout le reste. J'ai tout appris par moi-même ou ce que Queen voulait bien me laisser filtrer. Je regardais donc la manière dont il s'y prenait, et je ne pouvais m'empêcher d'être fascinée!

Voir ainsi les pages se dérouler à une vitesse fluide et délicate et pourtant si rapide que si je n'étais pas préparée, je n'aurais rien vu, c'était juste incroyable! Je regardais alors la bibliothèque autour de moi, tous ces ouvrages que je pourrais lire en même pas quelques heures... mon cœur s'était mis à battre alors que Minos me proposait sérieusement de m'apprendre?

«Vous accepteriez vraiment de m'apprendre? N'est-ce que pas un don réservé à ceux qui doivent juger les âmes? ou aux véritables érudits?» après tout, c'était eux qui devaient pouvoir lire des tonnes et des tonnes de livres, je doutais fort que n'importe quel spectre ait besoin de ce don. Après, peut-être que tous pouvaient, juste que la plupart se fichait bien des bouquins. Je voyais mal Ostro avec un livre entre les mains, même s'il m'en avait offert un par le passé.

Le Juge me tendit donc l'ouvrage qu'il venait de lire. Je lui montrais ma propre méthode, effleurant à peine les pages dans un premier temps, celles-ci se déroulaient tout de même à une certaine vitesse, mais loin d'être comparable avec celle qu'il avait employée en un peu plus tôt. Certes, je ne faisais que lire un charabia incompréhensible, mais c'était seulement pour lui montrer comment je faisais.

«Voilà la manière dont je me suis entraînée..» il m'expliquait alors pourquoi je n'avais pas pu comprendre ce qui était écrit, j'affichais évidemment un air déçu, mais je comprenais tout de même la protection. Je m'apprêtais à refermer le livre, comprenant que je n'allais être d'aucune aide - encore - pour cette recherche et qu'il valait surement mieux que je le laisse travailler. Mais non, au lieu de cela, pour m'aider à m'entraîner, il usa de son cosmos pour traduire les textes et apparaître en une langue que je pouvais comprendre «est-ce que vous ne risquez pas des ennuis à me laisser lire un texte qui ne m'est pas destiné?» mais pour sûr que je ne risquais surement pas de m'en vanter... loin de moi l'envie d'attirer des ennuis à celui qui faisait tant pour moi aujourd'hui.

Toujours est-il que maintenant que je pouvais lire les textes, j'écoutais avec une attention des plus minutieuses ses instructions. Il avait déjà lu ces pages, je savais donc que je n'y trouverais rien par rapport à Queen et sa prison, mais là n'était pas encore le but. Je laissais ma main flotter à quelques millimètres à peine des pages, insufflant mon cosmos à intervalles réguliers pour à la fois lire et tourner les pages. C'était.. grisant. Chaque parcelle de mon corps devait se concentrer pour pouvoir lire, je finissais par m'asseoir carrément par terre, les jambes en tailleurs pour être plus à l'aise car mine de rien, le contenu de l'ouvrage, même sans intérêt dans notre quête, était passionnant!

Le livre fut terminé en quelques minutes, j'étais loin des secondes utilisées par Minos, mais ma curiosité m'avait poussée, malgré moi, à prendre un chouilla mon temps et je rougissais en fermant l'ouvrage pour le rendre au Haut Juge après m'être levée

«Hum... je suppose qu'il faudrait me fournir des livres moins intéressants pour que je puisse me concentrer sur l'apprentissage de la lecture elle-même plutôt que m'attarder sur le contenu! Pardonnez-moi... y a t'il d'autres ouvrages ici que je pourrais consulter sans que cela ne vous pose préjudice et qui pourraient nous aider? Je sais que quoi qu'il arrive, je lis moins vite que vous... mais cela ne peut pas vous faire perdre de temps» je rougissais encore, partagée, déchirée en fait, entre mon envie de l'aider mais aussi dans l'envie d'apprendre et de découvrir tant de choses sur ce monde et cet univers! Enfin, il me restait des livres chez moi, mais bon, je les connaissais déjà par cœur, ce serait tout de même un bon entraînement aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Mer 5 Juil - 13:43

Intéressée, Sivir l’était, à n’en pas douter. En voyant ma manière de recevoir des informations, pourtant loin d’être la plus rapide, son regard balaya mon bureau d’un bout à l’autre, imaginant surement tout ce qu’elle pourrait apprendre en quelques heures avec cette méthode.

Cette boulimie de connaissance n’était pas sans me rappeler le destin que j’avais cru lire dans son cosmos à notre première rencontre, mais pour en avoir le cœur net, il me faudrait collecter d’avantage d’informations sur elle, et ce petit exercice de lecture y contribuerait.

« Ne t’en fait pas pour cela. Je n’agis jamais sans réfléchir, et quelque chose me dit que tu n’es ni une étrangère ni une intruse à ces connaissances, ni à ces lieux. »

Une manière encore bien floue de taire le mot pour dire la chose. J’espérai que Sivir n’en prendrait pas ombrage, car même si je ne lui disais pas encore toute ma pensée la concernant, quelque chose me disait que cela ne tarderait pas.

« Essaie à présent, ne t’en fait pas si tu n’y arrives pas du premier coup, c’est… »

Je n’eus pas à terminer ma phrase, car déjà Sivir venait de dépasser toutes mes espérances en plus de s’être fait absorber par l’ouvrage qu’elle était en train de lire.

« Je le savais… »

Un franc sourire illumina mon visage tandis que Sivir tombait à genoux devant moi. Elle ne devait pas le savoir, mais la démonstration qu’elle était en train de faire était un signe qui ne pouvait tromper. Cette façon le lire, si elle n’était pas unique, ne s’apprenait pas aussi rapidement, sauf pour quelqu’un l’ayant déjà pratiqué, dans cette vie, ou dans une autre.

*Elle est bien destinée à Cette Etoile. Cela ne fait aucun doute à présent.*

Même pour Lydia, pourtant de loin le spectre le plus habile en dosage du cosmos que je connaissais après moi-même et l’Etoile que je savais promise à Sivir, il avait fallu des heures et des heures de pratique pour ne serai-ce qu’égaler le niveau que la jeune sud-américaine venait de démontrer à son premier essaie.

*Un talent innée, voila qui est fort à propos.*

L’envie d’en apprendre plus sur elle devenait de plus en plus pressante, mais j’hésitais encore à user du don de lecture sur elle. Surtout après l’incident avec Queen. Son esprit avait besoin de se recentrer sur lui-même, aussi, la sensation d’avoir mon propre esprit scrutant le sien ne serait pas des plus appropriés, tout du moins pour l’instant.

*Dois-je lui parler du don de lecture ? Ou est-ce encore trop tôt ?*

L’hésitation était grande, mais ce fut comme toujours la raison qui l’emporta.

« Tu t’en es fort bien tiré pour une première fois. Et vu que tu en demande encore, j’aimerai que tu lises un livre en particulier, plusieurs livres en fait. »

Reposant les chroniques infernales sur mon bureau, j’appelais à moi toutes une série d’ouvrages reliés de cuir noir et enluminés de filigrane d’argent à la couverture frappée d’un démon ailé tenant un fouet dans sa dextre.

« Ces livres sont les comptes rendus des audiences de celui dont l’Etoile est la seule à même de me remplacer ici, au tribunal, lorsque ma présence est requise ailleurs. Tout y est écrit de la main de ses précédentes incarnations, et après mes propres comptes rendus, ce sont les documents ayant la plus haute valeur dans la hiérarchie juridique du tribunal silencieux. »

La série de registres, calligraphiés avec soin par une main ayant toujours été perfectionniste et passionnée, se posa alors en face de Sivir, n’attendant que son contact pour lui révéler ses secrets.

« Je vais poursuivre ma lecture des chroniques infernales. De ton coté, lis ces registres de compte rendu, et quand tu auras fini, nous parlerons. »

Attendant que Sivir pose sa main sur le premier volume, et l’effleurant à mon tour du bout des doigts pour que leur contenu lui soit compréhensible, j’espérai que les écrits des précédentes Etoile du talent l’aiderai à y voir plus clair dans son propre destin. Peut être y trouverait-elle des points commun avec ses propres pensées. Et peut etre même que cela réveillerai en elle quelques réminiscences en provenance de sa propre Etoile.

Sinon, cela lui ferai toujours un excellent entrainement.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Jeu 6 Juil - 13:20

Je n'étais pas sure de me rendre compte de la chance que j'avais à cet instant. J'avais l'impression d'être un enfant dans un magasin de bonbons - détail anachronique mais passons - tellement j'étais éblouie par tous les livres présents! Et même si je savais au fond que je n'aurais pas le droit de tous les lire, rien que l'idée de pouvoir en consulter certains avait de quoi me rendre aussi excitée qu'une petite puce!

Je m'étais relevée, un peu honteuse à vrai dire car j'avais pris mon temps pour lire au lieu de faire exactement ce qu'il m'avait dit, je pensais que je l'aurais déçu par ma "lenteur" - ignorant quels étaient les critères véritables - et je fus surprise de voir qu'au contraire, je m'en étais très bien tirée?

«Vraiment?» je ressentais quand même une petite pointe de fierté, on ne se fait pas ainsi récompenser par un Haut Juge tous les quatre matins. Il me tendait d'autres ouvrages, j'aurais pu aller m'asseoir dans le fauteuil, mais il ne fallait pas oublier que j'avais passé ma vie dans une cabane construite par moi-même, j'étais davantage habituée à lire par terre.

Serrant les livres contre moi, je prenais une petite mine inquiète


«Est-ce que cela vous dérange si je me mets par terre? J'y suis plus à l'aise. Je vous promets de faire attention aux livres.» pour joindre le geste à la parole, je faisais apparaître une petite couverture que je posais délicatement par terre, non pas pour moi, mais pour y disposer les livres. De là, je m'installais encore en tailleurs, je supposais que j'allais devoir m'habituer aux chaises un jour quand même, mais ça ne semblait pas être le plus urgent.

Il m'avait donc expliqué que ces livres appartenaient à un autre spectre à même de juger les âmes en son absence. J'étais étonnée d'apprendre qu'une simple étoile céleste pouvait avoir ce talent! Quel honneur cela devait être de pouvoir remplacer le Seigneur Minos ne serait-ce que quelques heures...

Bref, j'ouvrais la première page, comme il me l'avait montré plus tôt, le langage m'apparaissait désormais clairement, mais je fus surtout surprise dès la première ligne

«Oh? C'est.. drôle!» je me concentrais pour faire apparaître une feuille de papier et une plume avec de l'encre, prenant appui sur ma cuisse je réécrivais juste les premiers mots avant de me lever pour les montrer à Minos

«Pardonnez-moi mais... est-ce que c'est moi ou bien j'ai la même écriture que dans le livre?» je n'avais nullement fait exprès de l'imiter, mais la forme arrondie des "s", l'espèce de petite pointe derrière les "m" aussi, il y avait de nombreux détails qui ressemblaient même si mon écriture paraissait un tout petit peu plus fine, surement parce que je suis une femme... «désolée, je trouvais juste ce détail amusant.»

Je me raclais un peu la gorge puis je retournais m'asseoir, je me remettais donc à ma lecture mais chaque fois que je parcourais ces pages, j'avais un sentiment bizarre qui m'obligeait à relire plusieurs fois la même page. Je ramenais ma main sur mon front, essayant de faire abstraction! Je ne devais pas me déconcentrer, Minos m'avait donné ces ouvrages pour que l'on trouve des cas similaires à ce que vit Queen actuellement. C'est le seul moyen de comprendre comment m'en sortir dans tout ça! Le retrouver... où est-ce qu'il peut bien être? Un endroit qui aurait pu le sceller mais qui ne serait pas suffisamment puissant pour le retenir totalement puisqu'il a pu me trouver et me contrôler un peu...

J'avais fini deux livres seulement au bout de dix minutes, ça m'agaçait, je me sentais lente, mais ce je ne sais quoi me chiffonnait! Je finissais par refermer le deuxième livre et je venais passer mes mains derrière ma tête, secouant mes cheveux dans tous les sens comme si ça pouvait remettre de l'ordre dans mes idées

«Raaah!» je prenais une profonde inspiration avant de lever les yeux vers Minos «Désolée... est-ce que ça vous avez déjà eu cette sensation, en lisant un livre, qu'en fait vous l'aviez déjà lu sans vous en souvenir?» pour ma part, c'était la première fois que ça me le faisait. En général, je me souvenais toujours des livres que j'avais lus! Au mot près même.. bon non, c'est pas vrai, mais en général, si j'ai le souvenir d'avoir lu un livre, ben je m'en souviens quoi! Alors que là non... «c'est assez.. frustrant comme sensation. Est-ce que c'est parce que c'est un livre des Enfers? Il s'imprime dans mon esprit d'une manière différente que les ouvrages classiques peut-être?»

Ce qui pouvait justifier cette sensation bizarre... je m'apprêtais à prendre un troisième ouvrage, je me demandais s'il avait trouvé quelque chose de son côté. D'ailleurs, j'avais vu un truc dans le deuxième livre
«D'ailleurs... qu'est-ce que la Tour aux Étoiles?» car autant je n'étais pas sure d'avoir trouvé un lien, mais Rune de Balrog qui avait rédigé cet ouvrage avait visiblement mentionné un spectre qui, après s'être libéré de cette tour, avait fini par rejoindre Athéna. Un traître évidemment... mais je me demandais ce qu'était cette tour quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Jeu 6 Juil - 15:55

Ayant pour ma part repris ma lecture des chroniques infernales ne me servant en vérité que de prétexte pour pouvoir observer Sivir discrètement alors qu’elle se plongeait dans la lecture des registres de Rune, j’assistais avec attention à sa première interaction avec les écrits du spectre du Balrog. Attentif à ses changements d’expression ainsi qu’au moindre petit signe avant coureur d’une quelconque réminiscence qui confirmerait encore d’avantage ma théorie, je la surveillai d’un œil tout en continuant ma lecture.

Je n’eus pas à attendre longtemps. N’ayant eut le temps que de survoler dix recueils de chronique, je fus interpellé par la jeune sur-américaine qui me montra une note griffonnée de sa propre main qui s’avérait etre de la même calligraphie que celle écrite dans les recueils.

*C’est elle. Est-ce que je l’informe maintenant ? Ou est-ce que je devrais attendre encore un peu ?*

Quelles étaient objectivement les chances pour que deux âmes partagent le même cosmos, la même écriture, des traits semblables de caractère, et soient bien en vérité deux âmes différentes ?

L’envie de tout lui dire devenait de plus en plus insistante, mais comme toujours, ce furent la patiente et la raison qui l’emportèrent en mon esprit.

*Je ne peux lui faire miroiter un destin dont je ne suis sur qu’à 99%.*

« Oui en effet. C’est une coïncidence amusante. Mais ne te disperse pas dans ces détails. Nous avons peu de temps. »

En effet, plus le lien entre elle et son Etoile devenait évident, plus Queen risquait de revenir sur sa parole et provoquer une nouvelle crise.

Retournant alors à sa position très personnelle, Sivir repris sa lecture, un air toujours plus perplexe sur le visage tandis qu’elle poursuivait la découverte des écrits du Balrog.

A cet instant, j’aurai juré lire dans ses yeux comme un sentiment de déjà vu, et alors qu’elle se massait le crane, je stoppais ma lecture comme si de rien était.

« Alors ? Tu as trouvé quelque chose ? »

Elle n’avait cessé de faire des aller-retour sur des pages qu’elle avait lu encore et encore, elle avait donc forcément trouvé quelque chose. Un détail, une tournure de phrase, quelque chose qui devait lui avoir rappelé son essence profonde. Il le fallait.

« Non, jamais. Mais j’ai l’avantage si l’on peut dire de n’avoir toujours été qu’un et un seul. Et n’ayant jamais court-circuité le processus de réincarnation, j’ai toujours eu un corps et un surplis bien à moi. »

Marquant une pause pour étudier la réaction de Sivir, je précisais cependant :

« Ces livres ne provoquent pas ce genre de réaction. Ils ne contiennent que le cosmos leur permettant de se préserver de l’entropie, et celui leur permettant de traduire leur contenu à celui qui les tiens. Ce que tu me décris ressemble à des réminiscences, et cela ne peut venir que de cette part de toi que nous cherchons à découvrir. »

De cette hypothèse, je laissais l’esprit de Sivir faire le reste du chemin jusqu’à la conclusion que j’avais moi-même envisagée au moment même où j’avais oté la malédiction du nécromancien de sa main.

« La tour aux étoiles ? »

Un pas de plus fait sur le chemin de sa libération. Je savais que Rune citait ce lieu dans ses registres, et pour le bon déroulement de son éveil, il fallait que Sivir fassent certaines conclusions par elle-même.

« Il s’agit de l’endroit où les nôtres sont scellés entre deux guerres saintes par les forces du Sanctuaire. Un lieu reculé et très bien protégé, du moins le fut-il. Et pour tout te dire, il est très probable que Queen s’y trouve, ainsi que bon nombre de nos confrères. »

Encore une fois, je n’en disais pas plus. J’espérai que Sivir franchisse le pas de son propre chef, car si elle voulait s’affranchir de sa servitude vis-à-vis de Queen, il n'y avait pas à hésiter.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Jeu 6 Juil - 18:22

Un peu honteuse, j'avais l'impression d'être redevenue une petite fille qui s'extasie devant un lézard mort. Les habitants de mon village m'avaient toujours trouvée bizarre dans ma manière d'apprécier certaines choses ou de remarquer des détails qui leur semblaient si peu importants. Malgré tout, j'avais l'impression qu'une petite étincelle avait brillé dans l'œil de Minos lorsque j'avais montré les similitudes entre mon écriture et celle de Rune. Mais peut-être était-ce mon imagination.

Je m'étais réinstallée et je m'étais remise à lire. Mais je perdais du temps. Ça m'agaçait car chaque fois que je lisais, j'avais une sorte d'impression de déjà vu, mais j'essayais la plupart du temps de passer outre. Minos l'avait bien dit, nous avions peu de temps et je voulais savoir si d'autres cas comme celui de Queen s'étaient déjà présentés aux Enfers pour comprendre comment un fragment de son âme pouvait être en moi et visiblement son corps ailleurs... mais j'avais beau chercher, je n'arrivais pas à trouver un élément concret, sauf l'évocation d'une tour aux étoiles où un ancien spectre renégat aurait été enfermé avant de rejoindre les rangs d'Athéna. Pour sûr que celui là était en train de pourrir dans une prison effroyable pour avoir osé trahir Hadès lui-même. Quel abruti...

Je finissais par m'arrêter car j'en avais mare d'avoir en permanence le sentiment de lire un livre que j'avais déjà lu, aussi, j'en parlais un peu avec Minos. Lui qui savait tant de choses, peut-être qu'il comprenait ce qui m'arrivait, mais lorsqu'il me parla de réincarnation et de réminiscence, j'affichais un air blasé tout en me renseignant d'abord sur cette histoire de Tour... si Queen était là bas, visiblement, il y en avait d'autres? Combien? Je réfléchissais quelques secondes avant de baisser les yeux sur le livre et faire peut-être le rapprochement avec cette histoire de réminiscence.

«Hm.. est-ce que Queen a déjà lu ces livres?» je n'avais pas trop l'impression qu'il en ait eu le droit, et visiblement, ce n'était pas le cas aussi j'affichais un air presque paniqué sur le coup «oh non pitié.. ne me dites pas que j'ai un autre spectre dans la tête? Je suis quoi moi? une sorte de sac de billes où toutes les âmes prisonnières de cette Tour des étoiles se sont réfugiées en attendant de retrouver leur corps?»

Sérieux quoi!! Je ramenais une main sur mon front, tout ça me dépassait un peu. Je finissais par me lever et par aller déposer les livres avec le plus grand soin sur le bureau de Minos. J'étais.. fatiguée. Malgré la potion, je crois que j'en avais trop vécu pour aujourd'hui
«Pardonnez-moi, Seigneur Minos mais... c'est un peu trop pour moi. Je crois que j'ai besoin.. besoin de faire le point. Queen, Rune, je n'ai pas envie d'être encore contrôlée ou possédée par qui que ce soit. Au moins une fois en tant que spectre, j'aimerais bien être... juste moi. Même si je sais que je ne serai probablement pas aussi intéressante ou puissante que Queen ou Rune, j'ai... pardonnez-moi.»

J'en avais les larmes aux yeux. J'en avais assez au final. Je ravalais ma salive avec difficulté puis je m'inclinais respectueusement devant le Haut Juge
«Puis-je... puis-je me retirer, je vous prie?» j'étais fatiguée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Jeu 6 Juil - 23:04

Le jeu de piste que j’avais laissé à Sivir avait commencé à faire son œuvre. Petit à petit, les pièces du puzzle qu’était son destin commençait à s’assembler. La seule inconnue qui demeurait encore était la manière dont elle allait réagir en apprenant qui elle était.

« Queen ? J’ignore même s’il sait lire. Le spectre de la Wyvern n’a jamais été très porté sur les choses… intellectuelles. Alors il est naturel que les Etoiles lui étant rattaché ne le soient également pas. »

Une affirmation suivie d’un petit sourire complice qui aurait pu être prit pour une injure par la jeune sud-américaine, mais qui en vérité n’était qu’un indice de plus concernant sa véritable identité.

« Non, ce n’est pas de lui que te viennent ces réminiscences. »

L’histoire de la tour semblait avoir piquée au vif sa curiosité, et c’était bien pour le mieux, car c’était une partie importante de sa propre histoire.

Je laissais alors Sivir réfléchir à sa situation, imaginant l’assemblage minutieux que son esprit devait actuellement réaliser pour démêler le vrai du faux, mais lorsqu’elle tira sa propre conclusion du mystère qui l’entourait, ce fut une réponse à demi erronée qui en ressortie.

« Sivir… »

Elle se trompait, elle se trompait sur elle et sur son avenir, mais je ne pouvais le lui reprocher. Elle était encore si jeune, et elle venait de vivre des événements d’une terrible pénibilité. Tout esprit avait sa limite, le sien venait visiblement d’atteindre les siennes.

« Non, attends… »

Fragilisée et épuisée comme elle était, il n’était pas question que je la laisse simplement partir seule. Connaissant Queen, il en profiterait surement pour lui instiller son venin goutte après goutte, paroles après paroles, jusqu’à ce que le désespoir l’ai réduit à l’état de coquille vide. Il lui fallait de l’aide, une lumière pour y voir plus clair dans un avenir qu’elle imaginait sans espoir, alors je n’hésitais pas une seconde.

« Tu te méprends. Ces impressions que tu ressens, ce cosmos qui est en toi, ils ne sont pas le fruit d’un troisième esprit. Souviens-toi de ce que tu as vu dans le surplis. Deux flammes, et deux flammes seulement. Tu n’es pas possédée par l’Etoile du Talent. Sivir, tu ES la nouvelle Etoile du Talent. Je n’ai aucun doute à ce sujet. Ton cosmos, ton écriture, ta manière d’être, tout jusqu’à ton gout pour les livres et la connaissance font de toi la digne héritière de tes prédécesseurs. »

Une révélation qui sans aucun doute provoquerait des sentiments plus agréables à la nouvelle Etoile du Talent que la vision d’un avenir de possession spirituel. J’espérai juste qu’elle supporterai la nouvelle sans s'effondrer…
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 10:18

Je n'en pouvais juste plus. L'excitation de tous ces ouvrages et de ce qu'ils pouvaient m'apprendre était retombée d'un seul coup en réalisant, peu à peu, qu'il y avait anguille sous roche. Il est vrai que j'avais toujours eu des facilités avec les livres. Peu importe leur langue, je finissais toujours par en comprendre le sens, ce sont les livres qui m'ont appris à connaître différentes langues, le grec, l'anglais, le latin, l'espagnol.. ces langues qui étaient parfois si éloignées du mapuche et pourtant, avaient fini par m'être aussi claires que de l'eau de roche.

Mais uniquement par écrit. Je ne parlais pas au mieux ces langues, tout comme je ne les comprenais pas forcément bien si l'on venait à me parler dans un autre dialecte que le mien, mais par écrit en revanche, c'était cristallin.

Pourquoi? Pourquoi ces ouvrages étaient si familiers alors que j'étais presque sure de ne les avoir jamais lus? Je commençais à fatiguer en réalisant, par rapport aux mots de Minos, qu'un autre spectre s'amusait peut être avec mon esprit. D'abord Queen, et maintenant Rune? Lui par contre, je ne savais absolument rien de lui, il ne s'était jamais manifesté jusque là, mais peut être que tout comme l'Alraune, il s'était amusé à manipuler ma mémoire pour ne pas que je m'en rende compte.

J'en avais les larmes aux yeux. L'impression au final que mon fameux destin dont me parlait Minos juste avant, n'était que d'être le vaisseau de ces spectres prisonniers quelque part dans cette maudite tour. J'en avais assez. Étais-je donc si nulle, si misérable pour que ma seule utilité soit d'être un réceptacle? Une simple coquille vide?

Je voulais partir, je voulais retourner chez moi, dans ma forêt amazonienne, toute seule, là où personne n'aurait à me dire qui je devais être et mourir une bonne fois pour toute une fois que je serai une petite vieille toute ridée. Mais Minos ne semblait pas vouloir me laisser partir comme ça, j'affichais un air las pendant qu'il essayait de me retenir et de justifier ce que je pouvais ressentir...

Je me tournais alors vers lui, l'air inquiet. Rune n'était pas dans mon corps? Je fronçais un peu les sourcils, ne comprenant pas trop ce qu'il voulait dire... il faut dire que je n'y connaissais pas encore grand chose en réincarnation

«Je... je ne comprends pas. Vous m'avez dit que c'était Rune l'étoile du Talent. Vous essayez de me faire croire que je pourrais être une sorte de réincarnation? C'est possible? Alors que je suis une femme?» j'eus un léger vertige sur le coup, mais heureusement, le fauteuil n'était pas loin et je venais m'asseoir. Je tremblais, j'avais les nerfs à vif mais une part de moi voulais quand même des réponses. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait

«Est-ce que... qu'est-ce que sont ces réminiscences alors? Est-ce que je ne devrais pas avoir accès à la mémoire des précédentes incarnations, quelque chose du genre? Ou alors... cette partie aussi est scellée dans la Tour des étoiles? Ou il faut peut-être attendre que je meurs une fois au moins pour accéder à l'ensemble de ces souvenirs?» car bon, Minos semblait se souvenir de ses trois mille ans d'existence, alors pourquoi est-ce que je ne m'en souvenais pas, moi? J'avais des impressions de déjà vu, d'accord, mais ça n'avait rien à voir...

«Vous auriez quelque chose à boire, s'il vous plaît?» un truc fort de préférence, là, j'en avais sérieusement besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 12:06

La fatigue et la lassitude se lisaient sur les traits de la jeune argentine aussi évidement que ne se lirait le titre d’un livre. A son espoir d’une existence libérée de Queen, elle avait déjà substituée une nouvelle éternité d’esclavage. Une dictature pour une autre. L’esprit humain était facilement en proie à ses émotions, et Sivir ne faisait pas exception.

« Reprends toi Sivir. Le désespoir est une illusion de l’esprit. »

En tant que spectre, elle était bien placée pour le savoir. Rien n’était jamais une fin en soi. Même la damnation éternelle pouvait etre absoute.

« Rune n’est qu’un nom. Comme Minos. Et avec le temps, les noms peuvent changer. Si tes parents humain ont choisi de te nommer Sivir, il n’appartient qu’à toi de dire si oui ou non il te définit plus que Rune. Mais tu n’as pas à choisir maintenant. Car si tu es la nouvelle Etoile du Talent, tu n’en a pour l’instant pas les souvenirs. Tu n’es tout simplement pas encore eveillé à ta pleine conscience. »

Ce phénomène n’était certes pas rare, car tous spectres réincarnés passait un temps a vivre une existence mortelle avant de s’éveille à sa véritable condition, mais comme de coutume, le cas de Sivir semblait être plus compliqué.

« Assied toi, et calme toi. Si tu as ne serait-ce qu’une vague idée de ma personne, tu sais que je ne suis pas de ceux à user du mensonge pour parvenir à leur fin. Alors tu peux avoir confiance. »

Elle ne comprenait pas, mais cela viendrait. Je le lui répeterai aussi souvent qu’il le faudrait.

« C’est ce que tu es. Une réincarnation, mais dans un corps féminin. Cela ne relève que du choix personnel de l’Etoile que ta nouvelle incarnation soit une femme. Peut etre un jour sauras-tu pourquoi. Mais cela n’ôte rien à ce que tu es. Homme ou femme, cela n’a pour moi aucune importance. La seule chose qui importe, c’est que tu es l’Etoile du Talent, celle destinée parmi les 108 à devenir mon premier lieutenant, et mon unique remplaçant. »

Je marquais alors une petite pause pour laisser à la jeune sud-américaine le temps de calmer ses nerfs à vif, et de se faire à cette idée, avant de répondre à ses questions d’une voix toujours aussi imperturbable.

« Ce que je peux t’affirmer avec certitude, c’est que ton éveil n’est pas encore arrivé. Ces réminiscences en sont la preuve. Pourquoi ta mémoire ne t’est-elle pas encore revenue ? Cela peut venir de plusieurs facteurs, à commencer en effet par le scellement partielle de ton Etoile. Cela peut aussi venir de Queen, ou cela peut venir de toi. Peut etre simplement que ton heure n’est pas encore venue. En tout cas, cela n’a rien à voir avec le fait que tu sois encore dans ton corps d’origine, car nombre de spectres parfaitement éveillés sont dans ce cas. »

Mes dires avaient l’air de la calmer, au moins quelque peu. En tout cas, elle ne tremblait plus, et c’était déjà un grand pas en avant.

« Hum. Rien qui ne s’apparente à de l’alcool si c’est ce que tu me demandes, mais j’ai bien quelque chose pour toi. »

Envoyant mes créations chercher un unique bocal de verre contenant de petites feuilles séchées, j’en prenais une petite dizaine avant de les réduire en poudre et de les ajouter à un verre d’eau chaude.

« Tu devrais connaitre, infusion de millepertuis perforé. »

Sans aucun doute cela l’aiderai-t-il à calmer sa dépression, mais cela ne serait qu’une aide. Le vrai travail devrait venir d’elle et d’elle seule.

« Tu te sens mieux ? Si tu es d’attaque, aimerais-tu voir tes anciens quartiers ? »

Si la vision de ses anciens registres avait éveillée en elle ces réminiscences, peut être que voir d’autre objets de ses vies passées pourrait en éveiller d’autres. Cela valait la peine d’essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-