RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 12:46

Esprit embrouillé, affaibli, perturbé. J'avais l'impression que petit à petit, toutes mes pensées s'échappaient de ma tête, que ce sentiment d'inutilité que j'avais toujours ressenti depuis mon arrivée aux Enfers ne faisait que croître davantage alors que je devenais de plus en plus une simple marionnette. Et ayant face à moi l'un des plus grands marionnettistes du monde, j'en venais presque à me demander si je n'étais pas en train de me faire avoir. Est-ce que Queen avait eu raison à son sujet?

Je n'en pouvais juste plus. Je ne comprenais pas. Trop de choses à saisir, à emmagasiner, ces souvenirs flous, ces sensations inconnues, j'avais mal au cœur et à la tête, une envie de vomir aussi, et heureusement que je m'étais assise car je crois bien que je me serais carrément évanouie à force. Je prenais une profonde inspiration, essayant de me calmer tel que Minos m'incombait de le faire, puis j'ouvrais doucement les yeux pour le regarder. Rune, un simple nom. Il est vrai que nous ne choisissons pas notre nom, ce sont nos parents, et honnêtement, aucune chance qu'ils m'appellent ainsi. Quoi que? Bref, je secouais la tête, là encore c'était un fait que nous ne pouvions contrôler, si nous naissions sous une certaine étoile, celle-ci ne pouvait pas non plus contrôler nos parents pour qu'ils nous donnent forcément le nom qui nous est destiné, et dans la mesure où les spectres sont amenés à mourir et revenir plusieurs fois, ils peuvent très bien changer de nom. Ça paraissait logique.

Et puis, concernant les hommes et les femmes, de ce que j'ai compris, la Wyverne avait été un homme avant. C'est Brunissen qui me l'avait dit, et j'avais le souvenir de Queen disant à Minos qu'elle remplaçait son frère, un truc comme ça?

«Est-ce que... est-ce que c'est la même chose pour... le Spectre de la Wyverne? J'ai cru comprendre que parmi ses réincarnations passées, il y a eu votre frère? Euh non, votre demi-frère?» dMinos avait corrigé Queen à ce sujet, je m'en suis souvenue au moment de le dire, mais ce que je retenais d'un coup et qui me fit l'effet d'un coup de poing dans le ventre, c'est que l'étoile du Talent était un rôle incroyablement important! Un être qui devait pouvoir juger des âmes en l'absence du Seigneur Minos, son bras droit en quelques sortes?

«A.. attendez que je comprenne... moi? Vous remplacer? Vous voulez dire au Tribunal? Ce.. c'est impossible! Euh... enfin du moins, pas tant que je n'ai pas récupéré mes souvenirs et que je ne me suis pas pleinement réveillée» au bout d'un moment, les rouages se mettaient en place dans ma tête. Autant là, il était évident qu'il me serait impossible de juger qui que ce soit, mais si ce que Minos disait était vrai, à un moment ou un autre, j'allais récupérer les souvenirs de mes vies passés, ce qui signifiait donc que je me souviendrais de la manière de juger, de ce que j'aurais lu autrefois...

Je ramenais une main sur ma poitrine, me souvenant d'un détail que ma mère m'avait raconté

«Rune.. je me souviens que ma mère m'avait dit que quand je suis née, j'avais un drôle de symbole dessiné au creux de ma paume. Comme une sorte de fouet enroulé sur lui-même, mais de forme un peu polygonale, pas arrondie. Mais cette marque a disparu au bout de quelques jours, mais elle me l'a dessinée un jour. En faisant des recherches, j'ai vu que c'était une marque runique qui signifiait "Lune"...» je regardais alors la paume de ma main, l'air songeuse «j'ai toujours cru que cette marque signifiait que j'étais destinée à vivre dans les ténèbres, que c'était ça mon destin, mais si... si la marque ne faisait référence qu'à la rune elle-même?» je ne savais pas s'il ne s'agissait là que de coïncidences ou non, parfois, on va chercher des liens là où il n'y en a pas mais tout de même, cette drôle de marque m'avait toujours intriguée par le passé sans que je n'ai jamais de réponse. J'avais même cru que ma mère avait déliré.

J'avais besoin de boire quelque chose, Minos me servit une tisane de millepertuis et je souris en prenant délicatement la tasse

«Oui... on m'en a fait boire des litres quand j'étais petite! Les habitants de mon village pensait que je devais avoir une sorte de diable en moi à cause de ma façon d'être, ils espéraient chasser le démon avec ça!» ce souvenir me fit assez sourire en fait. N'importe quel enfant aurait pu en être traumatisée, mais moi j'avais joué le jeu. D'autant que ce n'était pas mauvais et que ça avait tendance à calmer les nerfs.

C'est alors que Minos me proposa de visiter carrément les quartiers de Rune. Sur le coup, je me figeais un peu, me demandant si j'étais vraiment prête à ça, mais je finissais par hocher de la tête, avaler d'une traite ma tisane et me lever doucement. Je tremblais encore un peu, mais je sentais, en moi, que j'avais besoin de réponses.

Je le suivais donc à travers quelques couloirs, jusqu'à arriver devant une porte assez similaire à celle qu'il m'avait montrée pour rejoindre son propre bureau, si ce n'est que les gravures représentaient des ronces entrelacées... Je caressais doucement la porte du bout des doigts et elle s'ouvrit en un grincement strident.

«On dirait qu'il y a longtemps que personne n'est venu...» je prenais une profonde inspiration et je m'avançais avant d'avoir le sentiment que mon cœur s'arrêtait.

La pièce était immense, c'était censé être une pièce à vivre si je me basais sur les nombreux fauteuils disséminés partout, mais surtout, chaque mur était couvert d'une bibliothèque! Il y en avait absolument partout, même le bureau de Minos n'en avait pas autant! Bon après, ce n'était "que" le bureau du Haut Juge, peut-être que ses appartements privés en contenaient davantage! Tout était dans les tons pourpres, je m'avançais prudemment, un large bureau contenait plusieurs ouvrages imposants avec un encrier et une plume, un fouet était enroulé sur le dossier du fauteuil, plus loin, une soutane de juge était accrochée à un porte-manteau. Malheureusement, tout cela prenait un peu la poussière, mais ça me semblait terriblement familier.


«C'est.. incroyable.» la pièce du fond menait donc à la chambre. Elle était beaucoup plus simple, Rune ne devait pas dormir beaucoup... mais le lit était assez grand pour contenir une dizaine de personnes! Je l'imaginais davantage s'allonger là pour lire quand il avait besoin de s'étaler plutôt que pour dormir... Je me tournais alors vers Minos, je ne trouvais pas mes mots

«Cette sensation de déjà vu... elle ne me quitte pas. Je crois bien que... je crois que vous avez raison. J'ai été Rune par le passé.» machinalement, je me dirigeais vers le fouet. Était-ce pour ça que j'avais toujours été familière avec les lianes?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 14:03

« Aerys n’est en rien Rhadamanthis. Ce qu’elle est… Echappe à toute description vertueuse. Il s’agit d’un nouvel élu, non d’une réincarnation. Un autre exemple de l’impénétrabilité des voies choisies par notre Empereur, car Lui seul à le pouvoir de réassigner les surplis à de nouvelles âmes pour en faire de nouvelles Etoiles. Quant à mon demi-frère… J’ignore ce qu’il est devenu. Les anciens spectres ne rejoignent pas le séjour des morts, et leur sort demeure un mystère que seul le Sombre Empereur pourrait résoudre. »

Ne cherchant pas à dissimuler la froideur de la relation que nous partagions Rhadamanthis et moi depuis les temps mythologique, je souris cependant devant l’humilité de Sivir pour qui sa future tache semblait être au-delà du réalisable.

« Ne t’inquiète pas pour cela. Je ne te demanderai pas de me remplacer tant que tu ne seras pas prete à le faire. »

Le jugement des âmes n’était pas une chose que l’on devait prendre à la légère, aussi, seul un juge parfaitement qualifié pouvait l’exercer.

« Cette marque datant d’avant la possession de Queen, je pense que sa signification est toute indiquée. Peut être réapparaitra-t-elle lorsque tu seras prête. Mais déjà, son souvenir peut te guider, t’éclairer sur le chemin qui t’attends. »

La voie menant à la lumière était étroite et périlleuse. Mille dangers la parsemait, mais si la jeune sud-américaine avait en elle ne serait-ce que le dixième de la volonté de ses précédentes incarnations, alors elle n’échouerait pas.

« Une chance dans ce cas que tu n’ai pas développé de sensibilité au soleil. Ceux qui en abuse en souffre souvent. »

C’était l'un des avantages à être l’un de ceux capable de lire la mémoire des choses en les effleurant, pouvoir profiter des fruits de vie entières sans avoir à le vivre soi-même. Un don que Sivir devait posséder, et qu’il lui faudrait apprendre à maitriser en temps voulu.

« Parfait. Alors suis moi. »

Rangeant alors dans leur étagères respectives les ouvrages que j’avais déposé sur mon bureau et sur les tables de lecture, j’ouvris la marche à Sivir et après avoir refermé la porte noire qui se verrouilla dernière elle, je nous conduisis à la porte voisine, à peine séparée de la mienne par quelques couloirs, avant de la lui présenter.

« Nous y voila. Je ne peux cependant pas ouvrir cette porte. Seul ton cosmos le peut. »

Sivir s’approcha, et en effleurant la large porte d’onyx, l’ouvrit dans un grincement aigu. Un autre signe de son héritage.

« Oui, trop longtemps. »

La voix emplie de nostalgie, je songeais à ma dernière rencontre avec l’Etoile du Talent, remontant déjà à près d’une décénie.

« Bon retour parmi nous. »

Ce n’était pas tout à fait juste, mais en l’occurrence, c’était l’intention portée dans ces mots qui comptait. Il fallait que Sivir comprenne qu’elle était ici chez elle, bien plus qu’elle ne l’avait jamais été ailleurs par le passé.

« N’est-ce pas ? Tu as toujours eut un gout fort prononcé pour le pourpre. »

Laissant alors un peu d’espace à la jeune argentine qui semblait comme flotter dans un songe, je la vis ouvrir des yeux rêveur devant son vaste lit, imaginant sans doute déjà s’y plonger lorsque le sommeil la gagnerait.

*Cela me rendrait nostalgique pour un peu. Recevoir la bénédiction d’Hypnos, et la visite de ses enfants…*

Près de trois mille ans que mes sommeils n’avaient été que ceux portée par la faucheuse, et que mes rêves n’étaient peuplés que de fragment de ma propre existence. Ainsi était le lot de tout ceux qui avait choisi d’abandonner cette part humaine de leur essence pour recevoir un corps pour lequel dormir ne serai plus une nécessité.

« Rune fut ton passé. Je ne pense pas qu’il sera ton avenir. Tu n’aurais pas choisi un corps de femme sinon. Un nouveau départ t’attends, il ne nous reste qu’à découvrir comment te rendre la mémoire. Est-ce que d’autres réminiscences te reviennent ? Ces livres ? Ces meubles ? Ce lit ? Ce… fouet ? »

Je n’en revenais pas… Le fouet du surplis du Balrog était là, enroulé autour du dossier du fauteuil en face de nous ! Rune ne le quittait pourtant jamais, alors que faisait-il ici ?

*Aurais-tu prévus cela ? Ou bien, est-ce ton surplis qui cherche à entrer en contact avec sa nouvelle propriétaire ?*

Un fragment de surplis, pour un fragment de l’essence des anciens Balrog.

« Sivir… Ce fouet. Il appartient au surplis du Balrog. Si tu le touche… Sois prête. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 14:30

Ainsi donc, le cas d'Aërys était particulier? À la tête et à la voix de Minos, je n'étais donc pas la seule à me poser des questions sur le rôle de ce juge des Enfers. Pour sûr qu'elle n'avait pas la même prestance que Minos, et je trouvais aussi qu'elle n'imposait pas du tout le même respect. Quand on voyait Minos, on se retrouvait presque écrasés par son charisme et on n'avait clairement pas envie de lui chercher des noises, même sans qu'il n'ait besoin de manifester son cosmos. Aërys par contre... c'était autre chose. Mon dernier souvenir avec elle n'était clairement pas des meilleurs, mais même sans ça, j'avais toujours eu l'impression d'être au milieu d'une vaste blague durant tout notre entretien tellement elle me paraissait surréaliste.

Enfin, je préférais ne pas insister sur ce sujet, et puis j'étais trop fatiguée pour ça. La vérité, c'est que je réalisais peu à peu combien je m'étais trompée toute ma vie. Rune, depuis ma naissance pourtant, j'avais eu les preuves en moi, mon goût prononcé pour les ténèbres, pour les livres, cette soif de connaissance perpétuelle, cette fascination pour la mort et ce qu'elle impliquait. Tout en moi m'avait toujours guidé, au final, non pas pour être guidée par l'étoile de la Magie, mais par celle du Talent.

Certes, je comprenais surtout les enjeux, mais je savais aussi qu'il serait ridicule de me laisser juger dans un tribunal tant que je ne serais pas prête! Aussi je ne m'en inquiétais pas, pas pour l'instant du moins. J'aurai l'occasion de stresser le jour où j'aurai à juger une âme à la place du Seigneur Minos, mais je comptais déjà sur quelques années d'ici là!

Aussi, on se rendait donc dans les appartements du Balrog, à peine avais-je posé la main sur la porte qu'elle s'ouvrit, confirmant au final tout ce que Minos avait pu me dire jusque là. S'il avait cru en moi à 99%, on en était désormais à 100%.
L'endroit était magnifique, malgré la poussière et le côté bien austère, c'était clairement l'endroit où j'aurais aimé vivre. Toutes les colonnes de pierre étaient couvertes de gravures représentant des ronces qui s'y enroulaient telles des lianes aux épines acérées, au plafond, les lustres diffusaient une lueur rouge et violette et de la même manière, ressemblaient à des rosaces de ronces finement ouvragées.

J'avais l'impression d'être chez moi. Beaucoup plus que dans le temple de Queen en Caïna. Si je devais venir vivre ici, est-ce que Brunissen viendrait aussi? je regardais ce lit gigantesque, il était clairement assez grand pour deux au pire. Mais ce fut plutôt le fouet qui attira mon regard, et je m'en approchais jusqu'à ce que Minos me mette en garde. Ce fouet ne devrait pas être là. Il faisait normalement partie du surplis du Balrog?

«Où est le reste du surplis?» c'était étrange. Je m'en approchais donc avec prudence, car même si je me sentais chez moi, le haut Juge avait été clair, je n'étais pas encore totalement éveillée, et ça aussi, je le savais.

C'est alors que j'effleurais délicatement le fouet posé sur la chaise et celui-ci s'anima alors avec violence! Tel un serpent menaçant, il se redressa d'un coup et me sauta littéralement à la gorge! S'enroulant autour de mon cou, j'écarquillais les yeux alors qu'il serrait de plus en plus fort

«Que...» j'essayais de l'agripper comme je pouvais, j'étais tombée à genoux, j'étouffais et j'avais l'impression que mon cou allait être écrasé par la pression exercée par le fouet... mais c'est alors que des images m'apparurent.. un homme aux longs cheveux d'argent, son regard était pénétrant et il portait un surplis assez impressionnant, de grandes cornes sur le crâne, des ailes noires comme l'ébène, il y eut alors une image devant lui, un papier blanc avec le mot "Athéna" écrit en grec... une immense tour qui semblait s'élever jusqu'au ciel mais aux gravures rappelant vaguement certaines statues incas?

Puis le fouet disparut en un volute de fumée, me laissant reprendre ma respiration mais laissant une profonde marque noire sur mon cou. Je me le massais un moment, ce n'était déjà plus douloureux...

«Ce... ce n'était pas le vrai fouet... ce n'était qu'un souvenir... le vrai est enfermé dans cette tour, comme les autres.» je levais alors les yeux vers Minos, un air plus déterminé que jamais dans les yeux «il faut que l'on trouve cette tour... je crois que Rune a essayé de me la montrer, aux gravures qui la composent, elle pourrait aussi bien être en Amérique du Sud qu'en Asie... ces motifs qui étaient dessus rappellent à la fois l'architecture des peuples aztèques ou incas, que celles des hindoux.»

Et j'avais un petit sentiment familier... quand j'ai parcouru l'Inde avant de partir pour l'Amérique pendant la quête des artefacts divins, est-ce que je n'étais pas passée près de ce type de gravures?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 16:09

Revenir dans ses appartements privés semblait avoir profondément apaisée la nouvelle Etoile du Talent. Sans doute avait-elle été aidée dans ce sens par le millepertuis, mais ce n’était pas tout. Il y avait dans son regard quelque chose qui se rapprochait du… Bonheur. Une sensation de félicité qui ne pouvait tromper. Elle était bien en ces murs. Vraiment bien. Et cela était pour le mieux.

Son regard alors fixé sur le fouet qui semblait l’appeler de son silence, je l’avais mis en garde concernant son contact, mais ne ferai rien pour la dissuader d’y toucher.

« Je l’ignore. Les surplis ne sont pas stockés en un lieu unique dans l’attente de leur prochain propriétaire comme le sont la plupart des armures des chevaliers. Nos armures suivent leur propre destin, et il n’y a que leur propriétaire et notre Empereur à pouvoir leur donner un ordre. Sans doute t’attends-t-il quelque part là où tu seras la seule à pouvoir te souvenir. »

Une forme de protection pour palier à d’éventuelles problèmes, comme le fait d’être actuellement possédée par l’âme d’une autre Etoile.

Je maintenais alors mes sens en éveil tandis que la jeune argentine approchait sa main du fragment de son armure, quand soudainement, sans crier gare, le fouet s’anima de lui-même, et sauta au cou de celle qu’il devait prendre pour une intruse.

« Lache la ! »

Aussi vif que l’éclair, je déployais mes propres fils argentés dont la vitesse surpassa sans peine celle du fouet qui sembla alors comme figé dans le temps, et l’emprisonna alors au sein d’une prison de fils cosmique. Du moins c’est ce que je crus au premier abord, car le fouet, loin de s’arrêter aux mailles de mon filet, les traversa comme si elle n’existaient pas, et s’enroula autour de la nuque de Sivir comme pour l’étrangler.

« Quel est ce maléfice ? »

Encore une fois, je tachais de libérer la nouvelle Etoile du Talent de son agresseur, mais mes fils se refermaient à chaque fois sur du vide. Si cela se poursuivait ainsi, Sivir allait étouffer !

*Essayons autre chose.*

Ce fouet n’était de toute évidence pas fait de matière, pas au sens commun en tout cas. Et s’il était fait de cosmos, s’il était bien une malédiction laissée par Rune à l’intention d'éventuels profanateurs, alors elle devait être mortelle, et des plus douloureuses.

Il me fallait donc agir vite. Concentrant entre mes doigts mon propre pouvoir pour y manifester un contre-sort à large spectre, je m’apprêtais à l’apposer contre la malédiction étranglant Sivir lorsque le fouet disparu soudainement dans un nuage de fumée.

« Sivir ! »

M'abaissant à son niveau pour mieux l'examiner, je la découvris encore en vie, mais portant désormais une profonde trace noire sur le cou, je ne savais alors qu’en penser. La malédiction avait-elle échouée ? Ou s’agissait-il d’autre chose ?

« Est-ce que tu va bien ? Que s’est-il passé ? »

Étonnamment réactive pour quelqu’un qui avait failli se faire étrangler, Sivir leva les yeux vers moi, et en eux, je ne vis plus ni peur, ni résignation. Elle avait vue quelque chose grâce à ce… Fouet. Quelque chose qui lui avait donné la direction à suivre.

« Alors il n’y a pas une seconde à perdre. Cette tour n’a que trop durée de toute manière. »

Il était temps en effet que cette injure lancée à la face du sombre empire disparaisse, et si cela pouvait en plus nous faire revenir nos confrères, alors il n’y avait pas à hésiter.

« Mes propres recherches la place au sud de la Chine centrale, à mille kilomètres à l'ouest des cinq pics de Rozan. Si tu es prête, nous pouvons y aller sur le champ. Ou chercher de l'aide pour l'accomplissement de notre mission. »
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 19:10

Non mais c'était quoi cette journée de merde? D'abord mon esprit violemment attaqué, et maintenant je me faisais étrangler par une sorte de serpent fouet de l'enfer? Faut le dire si l'on veut me faire découvrir plus vite que prévu l'expérience de la mort! Je ne suis pas contre, mais j'aimerais être prévenue!

Sauf que des images avaient commencé à m'assaillir, et je ne ressentais alors plus la douleur. Disons que mon cerveau n'arrivait pas à tout assimiler à la fois, le manque d'oxygène, la douleur, et toutes les images qui me passaient par la tête à cet instant!

Puis tout cessa, et aussi étrange que cela puisse paraître, je ne ressentais plus aucune douleur. C'était comme si le fouet n'avait fait que m'enlacer pour savoir d'abord qui j'étais avant de me transmettre le peu de savoir qu'il avait. Je ne m'étais même pas rendu compte que Minos avait tenté de me délivrer!

«Non.. euh.. je vais bien pardon. C'est étrange, au début, je ne pouvais plus respirer, mais après, des images me sont apparues et je ne ressentais plus rien. Je n'ai même pas mal.» mais la marque était toujours là, je ne savais pas pourquoi par contre. Je me massais doucement la gorge comme si j'espérais y voir une réponse, mais j'essayais surtout de faire le tri dans tout ce que j'avais vu.

J'avais désormais bien des raisons de retrouver cette tour, non seulement pour retrouver Queen, mais aussi mon surplis. Non, pas celui de Rune, je savais au fond de moi que c'était le mien que je devais aller chercher. Cette fois, il s'agissait d'aller me trouver moi, de trouver mon passé, ma vie, mes vies. Je cherchais à reprendre mon souffle, si je ne ressentais plus rien, mon corps avait été privé d'oxygène pendant quelques secondes et après la journée passée, je me retrouvais fragilisée. Aussi, lorsque Minos manifesta son envie de partir sur le champs, je me redressais pour prendre une légère inspiration... peu à l'aise sur ce que j'allais dire.


«Pardonnez-moi, Seigneur Minos. Mais je ne suis pas en état. Mon corps et mon esprit ont trop souffert, et ce n'est qu'une question de temps pour que vos potions ne fassent plus effet que je tombe en lambeaux. J'aimerais, si vous me le permettez, me reposer au moins une nuit. Et j'en profiterai pour entraîner Brunissen avec moi. Les ordres d'Hadès étaient clairs, elle doit rester avec moi désormais.»

Je réfléchissais à ce qui nous attendait. Une tour gigantesque où Athéna enferme les spectres. Ce ne serait pas une mince affaire
«Et si je puis me permettre, nous avons effectivement besoin de renforts. Peut-être... devrions-nous demander à Lydia, je suis sure qu'elle serait un atout indéniable. Et... peut être devrions nous voir auprès de la Wyverne. Elle pourra probablement convoquer d'autres spectres pour nous rejoindre.» j'avais ajouté la dernière phrase surtout pour dire que je n'espérais pas trop qu'elle se joigne à nous d'elle-même, mais elle pourrait effectivement nous envoyer quelques uns de ses sbires. Après tout, je n'étais tout de même pas le seul Spectre sous ses ordres, n'est-ce pas?

«Et je dois attendre son retour pour lui faire mon rapport. Elle n'est pas encore revenue de son séjour dans le monde de la surface. Je crains que nous ne devions attendre au moins son retour. Même si je suis destinée à vous seconder, pour l'heure, je suis encore sous ses ordres. Je ne peux partir avant.»

Je grimaçais légèrement, ça ne me plaisait pas d'attendre, mais je supposais que c'était le mieux
«Pardonnez-moi, Seigneur Minos. Je sais que cette entreprise est importante, et urgente. Mais je pense que nous ne devrions pas foncer tête baissée. Nous parlons d'une tour qui a fait prisonniers tant des nôtres, il ne faudrait pas que nous nous retrouvions piégés parce que nous ne nous serions pas préparés...»

J'espérais qu'il comprendrait et qu'il ne verrait pas là de la lâcheté de ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Ven 7 Juil - 19:54

A peine avais-je fini de poser ma question que j’entrevoyais déjà ma réponse dans le regard gêné que prit Sivir avant de me répondre.

Un sourire presque invisible illumina mes traits aux dires de l’Etoile du Talent, dont les limites semblaient devoir la rattraper d’ici peu.

« Ainsi soit-il. Nous y irons donc en force. Et malheur à celui qui osera se dresser sur notre chemin. »

Aucun reproche ni aucun ton réprobateur dans ma voix. Sivir était encore quasiment humaine, et cela faisait si longtemps que je ne l’étais plus… Si longtemps que j’en avais oublié comment c’était. Mais cette quête était aussi pour elle, il fallait donc qu’elle soit présente, et en confiance. Alors s'il le fallait, nous attendrions quelques temps.

« Je profiterai de ce temps pour convoquer ceux dont l’Etoile s’est incarnée, et qui partagent notre objectif. Car si je peux d'ors et déjà t'assuré du soutien de l'Etoile des Ténèbres, d'autres spectres peuvent encore se joindre à nous. De ton coté, repose-toi, et ne crains plus ni Queen ni le spectre de la Wyvern. Tu es déjà mille fois plus grande qu’ils ne le seront jamais. »

Un peu de temps, encore juste un peu de temps, et Sivir pourrait briller à la place qu’elle aurait toujours dû occuper.

« Mais concernant Brunissen, que les choses soient claires. Elle sera ton bagage, placé sous ta responsabilité. Aussi ne le perds pas de vue lorsqu’elle sera là-bas. »

La miséricorde de notre Empereur était une chose. La perfidie de l’âme humaine en était une autre. Surtout lorsque l’on possédait le charme de l’ancienne Asgardienne.

« Enfin, si pendant ta convalescence, tu en viens à vouloir me parler, je serai ici, dans la salle d’audience. Des milliers d’âmes attendent encore leur jugement, et je veux combler ce retard aussi vite que possible. Lorsque tu seras prête, fait le moi juste savoir, et nous partirons. »

Une tâche que je serai encore seul à accomplir, mais plus pour longtemps.

« Va Sivir. Et d’ici notre prochaine rencontre, que la bénédiction du Sombre Empereur soit avec toi. »
Arrow Une semaine plus tard, la suite par ici


Dernière édition par Minos le Jeu 13 Juil - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 695
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   Sam 8 Juil - 13:57

Je fus soulagée de la réaction de Minos. J'avais espéré qu'il ne voit pas ma faiblesse comme de la lâcheté, mais il devait bien se rendre compte que de tous les spectres, j'avais plus d'un intérêt à prendre d'assaut cette maudite tour. Retrouver Queen, lui rendre son surplis, et libérer totalement mon âme du Balrog.

J'écoutais avec attention ses recommandations, notamment le fait qu'il allait appeler d'autres étoiles à nous rejoindre. Je devais donc m'entretenir avec Aërys pour voir avec elle si des étoiles sous son commandement pourraient venir aussi. J'appréhendais autant que l'idée d'avaler une cuillère de curare mais passons. Je prenais une profonde inspiration et je me préparais donc à me retirer lorsqu'il mentionna Brunissen. Il la connaissait mieux que moi pour avoir tout lu de sa vie, malgré tout, je doutais qu'il ait pleinement conscience de tout ce qu'elle pouvait faire pour nous, du moins pour moi.

«Croyez-moi qu'elle sera bien plus qu'un bagage... mais ne vous en faites pas, notre Seigneur l'a mise sous ma garde et ma protection. Elle restera avec moi quoi qu'il arrive.»

Il me donnait une dernière recommandation, celle d'aller le trouver si j'en avais besoin. J'avais dans l'idée que ce ne serait peut-être pas moi qui irais le trouver si Aërys apprenait que j'allais le servir lui plutôt qu'elle... enfin, il faudrait bien que je le lui dise aussi. Je me pinçais légèrement les lèvres, puis je m'inclinais respectueusement lorsqu'il me donna congé

«Encore Merci, Seigneur Minos. Ce fut un véritable privilège que cette journée...» pas forcément des plus agréables et des plus reposantes pour sûr, mais j'avais tant appris aujourd'hui, et enfin j'avais l'impression que mon destin s'ouvrait à moi, et que j'avais un véritable rôle à jouer ici.

Je repartais donc épuisée, mais sereine et déterminée. Désormais, chaque pas me menait vers une nouvelle vie, et une vie pour laquelle, cette fois, j'aurai tout le temps dont je souhaiterais en faire.

=======================
Fin du rp! Encore merci ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de son destin (Sivir - Minos) [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-