RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Lun 10 Juil - 9:21

J'ai dompté mon cœur avec l'aide de Minos ici


" Tu as réussi… "

Les mots résonnèrent en dernier écho au plus profond de son esprit avant qu’elle ne sombre. Tant de son être avait été retranché. Plus efficacement encore que si sa chair avait été découpée au moyen d’un scalpel d’argent ou d’obsidienne. Caressant du regard l’image du juge environné de ses maudits filaments cosmiques, l’Etoile des Ténèbres sombra.

Rien de plus qu’une nouvelle chute dans un néant d’où elle devrait de nouveau émerger, totalement seule cette fois…

Plus de Bête pour frapper aux portes de son âme, plus de cœur ardent aussi accessible. Un changement en profondeur dont les effets sur le combat s’étaient avérés d’une redoutable efficacité mais qu’en serait-il de l’impact sur tout le reste.

Lydia ne le savait, rien en sa mémoire ne l’y avait préparée. Même sa toute première mort ne lui avait pas laissée la sensation qui était en train de la consumer…

Lentement, lentement, l’image de la pleine Lune l’envahissait comme celle du sang qui si cruellement en cet instant lui manquait. Le monde n’était plus qu’écarlate et blanc…

***********************************************

Ombre et ombre dansaient sur fond de rubis. Face aux Etoiles, elles étaient identiques presque jumelles. Tout autour d’elles, d’autres se mouvaient en un fascinant ballet. Si loin sous leurs pas s’étalait la terre et avec elle toutes ces vies qui les attiraient. Pareilles, elles étaient pareilles tout comme les deux lunes qui s’élevèrent au firmament…

Splendeurs tout en courbes et éclats auxquelles répondaient les chants de la terre. Si lointaines, si proches, elles semblaient chacune errer de son côté jusqu’à ce que leurs courses ne viennent à se heurter en une explosion de lumière et de sang…

Sous leurs faces luminescentes, la terre se mit soudain à gémir alors que le ciel se penchait sur une lutte naissante…

***********************************************

- Non, faut pas l’approcher…

Des paroles tremblantes en une salle isolée des âmes en attente de jugement. Nul coup de marteau pour sonner les sentences, nulle présence de spectres éveillés, juste des soldats squelettes qui tremblaient à la seule idée de l’approcher.

A leurs décharges, il fallait reconnaître que la forme gisant sur l’étonnant autel qui l’avait accueillie n’avait rien de rassurant. Pas plus que ce qui pendait depuis le plafond ou sur tout appuis que leurs avaient offerts les murs. Masse étouffante, masse vibrante et surtout menaçante à certains pas. Toutes ne s’étaient pas retranchées, toutes ne s’étaient pas égaillées. Seules les combattantes s’en étaient réellement retournées pour recomposer leurs forces, les veilleuses et protectrices, elles étaient restées comme elles l’avaient toujours fait et leurs nombres étaient si hallucinant en cette pièce tout entière dévouée à leur reine que le pire était à craindre pour quiconque osait traverser le domaine qu’elles s’étaient créé.

Mais plus encore que les chauves-souris, c’était celle qu’ils voulaient atteindre qui les terrifiaient. Endormie en un sommeil fiévreux suite à la lutte contre Minos, elle libérait trop de cosmos pour que cela soit anodin. Même endormis, les Vampires avaient la réputation de pouvoir se préserver ou même sentir un flot de sang les approcher. Et c’était bien cela qui les effrayait, l’idée qu’en son sommeil, elle les confonde avec une source de sang…

Pourtant, il faudrait bien qu’on lui en apporte après toutes les hémorragies qui s’étaient produites lors de son combat contre Minos…
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Lun 10 Juil - 12:32

Arrow J'ai porté Lydia depuis ici

Exsangue et meurtrie, l’Etoile des Ténèbres avait eut tôt fait de sombrer dans l’inconscient après que je lui ai annoncé son succès. Un succès qui bien que prélude à un profond changement interne, lui demanderai du temps pour pouvoir être savouré à sa juste valeur, une fois qu’elle aurait panser ses plaies.

*Je t’y aiderai. Aujourd’hui et à jamais, je serai à tes cotés.*

Un vœu silencieux, une promesse secrète. Personne, pas même notre Empereur, personne à part nous deux ne devait savoir.

L’ayant alors recueillis dans un cocon de filament cosmique, avec milles précautions, je nous fis quitter les terres rougeâtres de la vallée des amoureux pour nous faire rejoindre le tribunal silencieux, un lieu bien plus approprié à l’introspection et à la méditation que ne l’était cet endroit balayé par les vents et les âmes damnées.

Après un vol de courte durée, et un atterrissage en douceur, les gardes squelettes se pressèrent à ma rencontre devant la vision du spectre du vampire ainsi blessé.

« Elle va bien. Elle ira de mieux en mieux à présent. »

Des mots simples, mais pourtant porteur d’une telle vérité si complexe. Une vérité que les gardes en faction dans la Demeure du Jugement pourraient peut être entrevoir, eux qui côtoyaient l’Etoile des Ténèbres depuis si longtemps.

Renvoyant alors à leur poste les curieux et les importuns, tout en notant avec fierté leur intérêt pour le spectre du vampire, de toute évidence devenu à leur yeux bien plus qu’une simple supérieure, je m’avançais sans attendre vers un des autels de recueillement construit au sein de mon tribunal, là où d’ordinaire les spectres de passage pouvaient se retirer en toute intimité pour prier le sombre Empereur.

Déposant alors Lydia sur le sobre autel de pierre froide trônant au cœur d'une pièce tout aussi spartiate, j’entendis arriver près d’elle la cohorte de ses petites chéries, veillant sur leur maitresse comme elles veillaient les unes sur les autres, et tapissant bientôt les murs et le plafond de la pièce.

*Votre veille ne durera pas, j’en fais le serment.*

Laissant alors l’Etoile des Ténèbres à la garde de ses familiers, je me dirigeais vers mon bureau à la recherche de bocaux très précis contenant ces herbes dont Lydia m’avaient parlé et qui, mélangé au sang, avaient un effet tout particulier sur les êtres de sa nature.

*Du sang, il va lui en falloir oui, mais pas seulement. Elle doit se régénérer, et pour cela, il lui faudrait séjourner dans la terre de ses ancêtres.*

C’était une denrée rare, que nous n’avions qu’en Toloméa, mais le temps que mes serviteurs fassent l’aller-retour, j’aurai eut largement le temps de nourrir Lydia.

*Lui rendre assez de force pour qu’elle s’envole par elle-même. Au moins cela.*

Et le temps de verser dans un vase mon propre fluide carmin entrecoupé de ces herbes ésotériques, je m’en retournais vers celle qui par son aspect effrayait et peinait ceux qui posaient les yeux sur elle.

« Silence, pleutres. »

Qu’ils ne s’illusionnent pas. Si Lydia avait voulu planter ses crocs dans leur nuque, cela se serait déjà produit il y a longtemps. Cependant toute les gorges n’étaient pas digne de son attention, seules les plus nobles et les plus savoureuses trouvaient un quelconque intérêt à son palais délicat.

« Lydia. Bois ceci. »

M’étant alors assis aux chevets de la rousse chasseresse infernale après l'avoir assise à son tour, je portais à ses lèvres le vase cristallin emplie de vermeil.

Le reste dépendait d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ezequiel


Spectre Terrestre
Spectre Terrestre
avatar

Messages : 106
Armure : Surplis de la Rose Noire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Mar 11 Juil - 18:03

Soudain, la douleur ! Je travaillais avec les autres à la reconstruction de White Rose, nous avions d'ailleurs bien avancé. Mais la douleur vint. Que se passait-il ? Pourquoi un tel pincement au coeur, pourquoi un tel maux de tête ?
Je n'y comprenais rien. Je me recroquevillais sur moi-même au sol. On vint à mon secours.
Personne ne le comprenais, mais tous semblaient souffrir. La demeure elle-même renvoyait une image morose en cet instant.

Mon aura se révélait alors. Notre Maîtresse était au prise avec la douleur. Je le sentais clairement. Il fallait la retrouver, le lien qui m'unissait à elle m'indiquait clairement qu'elle se trouvait en enfer.
Pâle, je me relevais, j'annonçais à tous où j'allais, et que la source de notre existence serait sauvé. J'en faisais le serment.

Alors je déployais mes ailes, un vol qui était désormais plus fluide, je me rendais jusqu'en enfers.
Je me laissais guider simplement par Milady, inconsciemment je suivais sa piste. Une piste qui me mena jusqu'à la demeure du jugement. C'était la première fois que je m'enfonçais aussi loin dans le Royaume des Enfers.

Une ambiance oppressante contre lequel je luttais, en effet, rien ne pouvait m'empêcher de rejoindre la reine vampire. C'était une évidence. J'avançais, je posais le pied au sol et je me mis à courir le plus vite possible dans une course effréné où je ne rencontrai nul obstacles, après tout j'étais également le porteur d'un surplis. Une immense porte se présenta à moi, de toute mes forces je l'ouvris. Et je m'engouffrai à l'intérieur, mes pas raisonnaient dans la salle, je ne pris guère le temps de contempler le lieu, je n'avais qu'un objectif; retrouver Milady. Des gardes squelettes me cédèrent le passage en voyant mon surplis, évidemment je ne le remarquais même pas.

J'arrivai ensuite là où elle se trouvait. Mon coeur s'emballa, je restais paralysé, elle était allongée sur un autel, inconsciente, du moins en apparence. Avec elle se trouvait un autre spectre à l'imposante stature, qui était-ce ? L'un des juges ?
Autour de la vampire il y avait les familiers.
-" Maîtresse !!!! " Clamais-je en courant jusqu'à elle posant mes deux genoux au sol devant l'autel.
-" Que vous est-il arrivée ?" Lui demandais-je sans avoir de réponse.
Puis je tournais ma tête en direction du juge qui tenait un vase.

-" Je me nomme Ezequiel, spectre de la rose noire, et infant de lady Lydia. " Dis-je de façon protocolaire avant de lui demander.
-" Que s'est-il passé ? Ce vase ? A-t-elle besoin de sang ? "
Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Mer 12 Juil - 20:35

[Lydia est fiévreuse, elle n'a pas vraiment conscience des messages mentaux qu'elle envoie à Minos ^^]


Dansaient, dansaient les reines lumineuses sous le voile de Nyx. Sous elles, la terre n’avait de cesse de se lamenter. Une terre qui soudainement se chargea de nouvelles ombres. Vives, sans visages, réduites à des silhouettes, elles poursuivaient les deux astres des yeux…

Soudain, l’une d’elle lança un trait de lumière… Un trait qui se ficha dans la chair de l’une des deux lunes avant qu’elle ne s’écrase en un fracas immense sur le sol. Demeurée seule, la Céleste perdit de sa lumière, déclinant soudain de se sentir si isolée jusqu’à plus n’être que noirceur intense…

Du moins, c’était ce que les simples penseraient…

Complexes, infiniment plus complexes, les choses étaient. Ombre dans ombre, plan dans plan… tant de surfaces, tant d’enchevêtrements, de passages et de sphères trompeuses…

Et sous tout cela, il guettait… Il guettait….

***********************************************


- Hhhhhhhhhhhhh…

Crispations alors que la voix de Minos résonnait en ce lieu de recueillement. Si puissante, si éternelle en sa mémoire que jamais, elle ne s’effacerait. Pas plus qu’aux sens des veilleuses et protectrices qui s’écartèrent sur son passage, le saluant de larges coups d’ailes avant de se replacer en cette position si caractéristique. Geste unique de la part de toute cette colonie, signe plus que révélateur du lien existant entre Lydia et Minos. Tant de confiance, tant de confiance, le spectre du Vampire lui portait. A lui qui détenait à présent le plus précieux de tous les trésors que la rousse chasseresse ne pourrait jamais donner : son cœur éternel et cette âme si vibrante qui patienterait jusqu’au jour de sa délivrance pour s’unir enfin à celle du juge.

Vœu sacré, vœu secret partagé entre deux âmes fidèles et éternelles…

* Minos… *

Echo en son esprit. Lointaine si lointaine, elle pouvait encore se tourner vers lui. Vers lui qui trônait au milieu de la haie d’honneur que lui offraient les chauves-souris. Liées, elles étaient si liées, elles et Lydia que toutes, en leurs colonies, avaient fini par accepter ce que les êtres humains trop aveugles, les damnés trop rongés par la haine ne pourraient jamais déceler. L’Amour véritable au cœur des Enfers. L’Amour au cœur de ce qu’ils appelleraient sans le moindre doute Pure Essence de Mal…

* Chaleur… *

Sans heurt, sans douleur, les précieuses gorgées vermeilles glissèrent en sa gorge…

* Plongez en moi, plongez… Au plus profond de mon être, au plus profond de ma Non-vie... *

Telle la panacée la plus recherchée, le précieux nectar entrecoupé se fraya un chemin au travers de son être. Approcher ce corps, ces chairs, ces tissus lésés, traverser toutes les barrières pour toucher enfin les blessures et accélérer encore et encore le plus extraordinaire de tous les soins qu’elle était capable de donner.

Reviviscence… Le Sang était la clé, le Sang était la vie et plus encore quand avec l'Élixir encore sous formes de plantes habilement préparées, il était entremêlé. Et ce sang, ce sang était celui de l’être aimé, si brûlant si porteur de tant de puissance et de passions enterrées sous une écorce aussi épaisse que les terres infernales.

* Si seulement tu pouvais ainsi le contempler… *

Le Sang ne mentait pas, le Sang portait tellement en lui, livre ouvert quand on était vampire capable de communier avec qui nous l’offrait.

Romantisme… Jamais aucune œuvre aussi romantique, aussi intense soit-elle ne pourrait décrire ce qu’elle ressentait en s’ouvrant malgré elle au magnétisme du juge. Il fallait être aussi réceptive qu’elle pour cela et aimer, aimer passionnément. Combien de poètes, d’écrivains pourrait-elle subjuguer avant d’en dénicher un capable de décrire l’Émoi la submergeant.

Londres... Viennes… Florence….

Tant d’artistes même si ce n’était pas le moment de songer à cela. Il fallait qu’elle guérisse, qu’elle se batte comme elle ne l’a jamais fait. Tous ses cauchemars prendraient fin, tout ce qui l’avaient jusqu’ici enchaîné se déliterait jusqu’à n’être plus qu’un souvenir en perdition.

- Minos… Merci… Mon… roi...

Le don du Sang de son plein gré avait un sens tout particulier en son cœur même inconsciente. Pour accomplir un tel présent, sachant que cela ne pourrait que la renforcer au vu de la qualité exceptionnelle de son sang, il devait plus que tenir à elle sans jamais pouvoir le montrer. Personne ne devait savoir pas même les gardes squelettes qui le vénéraient, les scribes et même son bras droit si un jour le Balrog s’éveillait à nouveau. Un aide de camp précieux, un second d’une toute autre nature que Lydia et qui était aussi l’un de ses proches.

- Merci, seigneur du Griffon…

Ton plus protocolaire quand elle réalisa la présence des gardes massés derrière la porte de cette petite salle dédiée au recueillement. Ne rien laisser transparaître aux regards de tous ces gardes qu’elle connaissait aussi bien que ceux de la Tolomea qu’elle avait si souvent entraînés, formés pour en faire une élite. Une élite digne de l’un des derniers remparts se dressant sur le chemin de Giudecca. Gardes dont elle connaissait tous les noms, tous les âges et les époques et dont le dévouement à Minos tenait de la pure vénération. Pour lui, elle les avait guidés à chaque fois qu’il l’avait fallu, les sélectionnant parfois de leurs vivants. Des liens s’étaient ensuite formés, ceux entre des combattants et la chasseresse qui les avait si souvent commandés en plus de s’entraîner à leurs côtés.

Reine des vampires, Lydia était et reine dévouée à son juge en sa demeure de Tolomea, elle était également. Et parlant de vampire, un tout jeune infant déboula, porté par sa crainte, son inquiétude à son égard. Oubliant toute prudence, tout silence et surtout passant sans s’en rendre compte auprès de Minos. Combien d’autres avaient été châtiés pour moins que cela.

Touchant, c’était si touchant de sentir la force d’un tel lien. Les infants et ceux qui les créaient étaient aussi à jamais liés. Tant que l’un et l’autre vivraient, rien ne pourrait jamais les séparer.

* Ça va, Ezéquiel. Ça ira maintenant… * résonna sa voix en la pensée du jeune spectre tandis que son corps poursuivait sa régénération et qu’elle ne redresse toujours soutenue par Minos dont la puissance avait à peine été entamée par sa perte de sang… * Ezéquiel, c’est face au juge Minos que tu te tiens. Ton dévouement me touche plus que tu ne pourrais l’imaginer mais jamais je n’accepterais qu’il te mette de par trop en danger. Tu as surgi si vite sans prendre le temps de sonder l’ensemble des lieux, oubliant toute prudence. S’il ne t’avait pas reconnu en tant que spectre et laissé passer que penses-tu qu’il serait arrivé ? N’oublie pas. Ce n’est pas ainsi que je t’ai préparé. Je te suis infiniment reconnaissante d’être venu ainsi à moi mais promets-moi de ne plus prendre de risques inconsidérés. Je tiens à ce que tu restes en vie…

Je tiens aussi à toi, mon Cerbère… *


A ces pensées transmises, elle remua tout contre Minos assis près d’elle avant d’enflammer légèrement son cosmos, diffusant son don au maximum…

- Merci, juge Minos. Merci de votre aide, je vous suis éternellement dévouée.

Un ton qu’elle espérait juste humble et respectueux où aucune note amoureuse ne transparaîtrait avant qu’elle n’ajoute.

- Mon cœur et mon âme se réjouissent de pouvoir encore mieux vous servir et à travers vous, servir notre merveilleux empereur. Et comme il s’est présenté à vous, voici mon infant, Ezéquiel de la Rose Noire. Veuillez excuser son impétuosité liée à sa fidélité envers moi. Il vient à peine de s’éveiller à la Non-Vie de spectre et Sivir et moi ayant du toutes deux tourner nos attentions vers la guerre et les artefacts perdus, aucune de nous n'a pu mener son enseignement aussi loin que nous l’aurions souhaité.

Un sourire radieux se dessina alors sur ses lèvres tandis que ses yeux s’ouvraient enfin. En son inconscience, elle avait vu tant de choses. Il lui faudrait s’en ouvrir à Minos. Les rêves étaient parfois liés à la mémoire et la perte de la Bête avait fait ressurgir une autre étape de son passé. Un mélange d’où un trait de lumière et un nom s’étaient détachés : Phoebus.


Dernière édition par Lydia le Jeu 13 Juil - 1:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Mer 12 Juil - 22:42

« Seigneur ! »

Alors en chemin vers la cellule de recueillement de l’Etoile des Ténèbres, le cri d’un garde squelette me fit me retourner.

« Qui a-t-il ?

Un spectre est en approche mon seigneur. La Rose noire d’après son surplis. »


La rose noire ? L’infant de Lydia ? Que venait-il faire ici si loin de Londres ?

« Il vient ici ?

Oui, il s’approche des portes du tribunal. Devons-nous l’intercepter ?

Non, il doit être venue pour elle. Qu’on le laisse venir à moi. Et préparez les prochaines âmes. Je ne vais pas en avoir pour très longtemps. »


Mes ordres alors donnés, je m’en retournais d’un pas rapide aux chevets de celle qui décidément, attirait sur elle bien des attentions.

Fiévreuse et tremblante, l’Etoile des Ténèbres semblait s’impatienter à l’idée que mon propre sang ne franchisse ses lèvres. Une impatience qui, après une éternité passée parmi ses familiers non-morts à attendre mon retour, trouvait enfin son terme aux premières goutte vermeilles coulant en sa gorge.

Des messages télépathiques me parurent alors. Délirium d’un esprit plongé entre le rêve et la réalité. Etais-je ainsi devenu dans son sommeil le héros d’un songe enfiévré ? Etant donné la situation, c’était plus que probable.

*Que Phantasos te sois doux, à toi ma confidente.*

Une confidente oui. Aux yeux du reste du monde. Aux yeux de tous, et il devrait en rester ainsi tant que les Etoiles brilleraient pour le sombre Empereur.

« Moins fort, elle a encore besoin de silence. »

Avec une irrévérence proche de l’insolence, le tout jeune garçon se jeta littéralement au pied de celle à qui il avait dédié son existence. Une fidélité qui occultait totalement celle envers le sombre Empereur, et un secret bien lourd à porter pour qui le savait.

« Je sais qui tu es jeune âme, et je sais ce que tu es venu faire en ces lieux. Ne t’en étonne pas. Tu ne fus pas des plus discrets lors de ton arrivée sur mon domaine ; mais cela m’a permis de faire le nécessaire pour t’éviter un accueil des plus désagréables. Cependant ma miséricorde a aussi ses limites. Que cela ne devienne pas une habitude. Ici, aucun spectre, aucun serviteur ne franchis la salle d’attente sans s’être fait annoncer, et sans que moi-même ou l’Etoile du Talent ne l’y autorise. J’espère que cela te semble assez clair. »

Et tandis que Lydia achevait de boire ce qui restait de l’Elixir de vie que je lui avais préparé, et revenant peu à peu à la non-vie, je répondais aux dires de son infant plus paniqué par son état que par notre première rencontre.

« Elle a subis des épreuves… Très pénibles. Mais à présent, elle est libérée de son fardeau. Pour la première fois depuis trois milles ans, elle va pouvoir affronter son formidable avenir sans craindre que son… alter égo, ne prenne le dessus. »

La bête, le poids d’un cœur ardent. La rose noire en ignorait sans doute jusqu’à l’existence, et je ne serai pas celui qui lui apprendrait la suite de cette triste histoire, mais tout ce qu’il avait besoin de savoir pour le moment, c’est que sa maitresse allait bien mieux aujourd’hui qu’hier malgré les apparences.

« Le lien qui vous unis doit être d’une force extrêmement rare pour que tu sois venu à elle à cet instant précis. L’as-tu senti en danger ? Ou l’as-tu senti souffrante ? »

Ezequiel eut à peine le temps de me répondre que la prunelle de ses yeux ouvrit les siens et ne s’adresse à moi dans des termes me rappelant une autre époque.

« Cela faisait bien longtemps que l’on ne m’avait appelé roi… »

Un sourire de nostalgie apparut alors sur mon visage tandis que l’Etoile des Ténèbres se reprenait.

« Roi, je ne le suis plus depuis trois millénaires. Mon nom et mon royaume ne sont désormais dans le cœur des hommes que légendes et souvenirs… Mais cela me va. Tant que tu demeures la seule à m’appeler ainsi. Reine des vampires. »

La saluant de la tête alors qu’elle me renouvelait ses vœux de fidélité et de dévotion, je l’absolvais de toute responsabilité dans le comportement de son serviteur zélé.

« Inutile de t’excuser. Son comportement lui vient uniquement de l’absence de souvenirs de ses vies antérieures. Son éveil accomplis, ce problème disparaîtra. D’ici là, pour sa sauvegarde, apprends-lui déjà à reconnaître ses pairs lorsqu’il les voit. »

Son infant et ses familiers à ses côtés, Lydia était désormais en bonne compagnie, et son corps alors régénéré, ma présence en ses lieux n’était plus indispensable, d’autant que les âmes des morts attendaient leur jugement.

M’apprêtant alors à quitter la cellule de recueillement peuplée de chiroptères pépiant leur joie de retrouver leur maîtresse, je me stoppais l’espace d’un instant devant l’entrée, le temps d’adresser un dernier message à l’Etoile des Ténèbres.

« Oh. Et une leçon sur le protocole infernale ne lui serait pas non plus inutile. »
Revenir en haut Aller en bas
Ezequiel


Spectre Terrestre
Spectre Terrestre
avatar

Messages : 106
Armure : Surplis de la Rose Noire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Ven 14 Juil - 12:19

Il était vrai que j'avais déboulé comme ça, insouciant, mais je fus seulement guidé par mon instinct, par le lien qui m'unissait à la vampire couronnée. Me tenant là, à son chevet, agenouillé, essayant de comprendre. J'avais demandé à Minos, ce dernier me réprimanda, m'accusant à juste titre d'une arrivée trop prompte dans son domaine. Confus, je me lança dans des excuses alors qu'il m'expliquait que Lady venait de subir une épreuve qui allait lui permettre d'affronter son avenir d'une manière convenable.

J'observais la dame un instant qui buvait la liqueur. Encore un mystère que je devrais percer, me dis-je en soupirant.
-" J'ai souffert, nous avons tous souffert à White Rose, une douleur intense arracha ma poitrine, et m'indiqua que ma Maîtresse était en danger voir pire c'était comme si une partie de sa souffrance m'avait aussi frappé, le reste je suis incapable de le décrire, seulement me laissais-je guider par mon instinct." Dis-je en me posant la question finalement, car au fond tout s'était fait si naturellement.

A peine avais-je achevé ma réponse que milady ouvrit les yeux. Un soulagement énorme s'empara de mon être en l'observant. Toujours aussi fascinante. Elle échangeait des mots avec Minos, un dialogue que j'écoutais simplement, en restant discret, connaissant ma place...
Puis la vampire m'adressa un message télépathique qui me toucha, autant qu'il me mettait en garde à l'avenir. Je baissai la tête devant elle.

* Soyez certaine que je ne ferais plus cette erreur... * Répondis-je en baissant les yeux les joues rouges par la honte. Même si j'étais heureux, je prenais fort en compte les mots de la lady.

Je regardais Minos.
-" Je vous remercie pour la chance que vous m'avez donné en me laissant traverser votre domaine. Je vous assure que cela ne se reproduira plus." Lui dis-je en me taisant ensuite, restant sur la droite de la vampire, à ma place, au milieu de ses familiers.
J'écoutais les mots de Minos à ma maîtresse et qui me concernait. Il avait raison, je devais encore apprendre, et j'étais prêt à la faire.

Revenir en haut Aller en bas
Lydia


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 2116
Armure : Surplis du Vampire

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Ven 14 Juil - 21:44

Roi…

A peine ce terme avait-il franchi ses lèvres que ses joues s’étaient presque teintes de rose. Si lointain, c’était si lointain, souvenir d’une époque plus simple, plus spontanée, d’une ère aujourd’hui révolue. Un temps dont le souvenir venait de se rappeler à la mémoire de Minos. Rien que son expression le prouvait tout comme la nostalgie perçant en sa voix. Chant mélancolique dont elle pouvait apprécier le moindre accord. Tendre tristesse sans la moindre présence de déprime…

- Bien, je serai la seule à vous appelez ainsi tout comme vous serez le seul à m'appeler reine.

Si loin, si loin se perdait l’origine de ce titre, une époque où la Bête était apparue plus puissante que jamais. Un reliquat de son plus lointain passé, du peuple qui l’avait éduquée…

Non, elle n’est plus là… Plus là…

Cri presque de détresse au rappel de cette nouvelle réalité. C’était un renouveau qui prenait racine sur un sommet de souffrances et de pertes. Quelques heures de sa Non-Vie offerte pour sa délivrance mais seul l’avenir révélerait la présence d’autres séquelles autrement plus insidieuses, plus subtiles celles émaillant encore son corps. Minos ne l’avait pas ménagée et elle portait aussi le poids de ses autres missions passées.

Non, ne pas lui donner trop d’importance, ne rien lui céder. Elle était la moitié de mon être… et a enfin cessé de frapper aux portes de mon âme.

Et puis, l’instant n’était pas à cela, n’était plus à cela. L’Etoile de la Noblesse venait d’accepter le renouveau de son serment de fidélité, emplissant son cœur d’une immense vague de joie. Un instant qui valait tout ce qu’elle venait de traverser. Épreuves qui se poursuivraient jusqu'à ce que, enfin, elle ne trouve une nouvelle stabilité.

Épreuves durant lesquelles, elle pourrait compter aussi bien sur le juge que sur celui avait filé jusqu’à elle pour la rejoindre. Gardien, infant dévoué, il ne vivait à cet instant que sous son aile, son véritable éveil étant encore loin. Pourtant, elle ne pouvait s’abaisser à le forcer, à précipiter l’inéluctable. Si la Rose Noire n’avait pas encore déployé sa corolle, c’était que l’astre de ce monde n’en avait pas encore décidé ainsi. Et en l’attente, ce serait à elle de veiller sur ses jours, sur sa Non-Vie…

Tout comme elle l’avait fait en l’excusant auprès de son juge tout en le sermonnant mentalement. Ne pas le mettre encore davantage en mauvaise posture qu’il n’était déjà. Rien que les paroles de Minos pouvaient déjà être d’une telle force à encaisser. Paroles qui furent à son grand soulagement plus que clémentes.

- Merci, seigneur Minos. J’y veillerai de toutes mes forces dès que nous serons de retour à White Rose et là, j’aurais aussi tout le loisir de pouvoir lui enseigner l’ensemble de nos protocoles. Je serai aussi là pour lui lorsque son éveil au monde des spectres se fera enfin tout comme je lui suis depuis son éveil au don obscur. Sous mes ordres, il est aussi sous les vôtres et je vous promets qu’il sera lui aussi capable de faire la part des choses le moment venu…

Des paroles lourdes de sens, lourdes de menaces à venir. Et souriant avec tendresse, un peu comme une grande sœur à la vision de la Rose Noire posée au milieu d’un ballet d’ailes noires chantant à lui en faire perdre la tête, elle reprit.

- Avec votre permission, je vais bientôt me retirer avant de quitter les Enfers à destination de White Rose... Cependant…

Elle fit signe à l’ensemble de ses petites compagnes de se taire - vœu aussitôt réalisé en une cellule redevenant soudain digne d’un lieu de recueillement- avant de poursuivre.

- Cependant, j’ai une requête à vous adresser. Vous seul en l’absence de l’Etoile du Talent avez accès au registre des morts et il se trouve que la destruction de White Rose n’est pas que le fait d’Ostro du Rhinocéros. J’étais inconsciente à l’époque mais certains échos ont pu toucher mes sens malgré tout et se fondre en ma mémoire ou celle de la Bête. Maintenant qu’elle n’est plus, des souvenirs plus que traumatisants remontent sans pour autant me rendre ma mémoire récente…

Et avec eux, le nom des misérables qui ont profité de la méprise d’Ostro pour s’en prendre directement à White Rose alors affaiblie, a fini par s’imposer pendant mon sommeil. Je ne sais pourquoi maintenant mais cela s’est bien passé…

Le plus dangereux des deux est un criminel de la pire espèce ayant déjà échappé à mes foudres mais aussi à celles d’un saint d’Athéna, un monstre issu de ma propre lignée n’hésitant pas à s’en prendre aux éveillés lorsque les guerres ou simplement les circonstances du moment les rendent vulnérables à ses crocs…

Quant à son complice, il est mort suite à son combat qui l’a opposé à Inferno spectre du Démon. Toute cette partie de ma Non-Vie avait été occultée mais avec le choc, je réalise que ce monstre est encore sur terre et que le seul indice permettant de découvrir au moins l’ombre d’une piste pour le retrouver ne peut que croupir dans l’une de nos prisons.

Permettez-moi d’en savoir plus sur les éléments entourant la fin de cet homme, seigneur Minos. Il a pour nom Phoebus et a succombé sous les coups de l’un des nôtres. Je vous en fais l’humble demande pour enfin venir à bout d’un être n’ayant de cesse d’échapper à la fin qu’il mérite depuis si longtemps…


Devait-elle aussi lui parler du calvaire que son oncle avait fait de son enfance et sa jeunesse avant de tenter de la violer les quelques jours précédant son éveil ? Tout cela était si ancien maintenant mais avec l’éveil de nouveaux infants plus que vulnérables, le pire pouvait parfaitement se reproduire si elle n’y mettait pas enfin un terme final.
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 1021
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   Sam 15 Juil - 17:48

Qu’il était aisé de lire dans le nouvel infant de Lydia…

La joie dans ses yeux alors que sa maitresse ouvrait les yeux, puis ses joues se teintant de rouge alors qu’il prenait un air penaud. Aucun doute possible, l’Etoile des Ténèbres lui avait alors adressé un message qu’eux seuls avaient pu entendre.

Une réprimande ? Des remerciements ? Une mise en garde ? Connaissant la chasseresse infernale, probablement les trois à la fois.

*Un infant… Cela ne te ressemble pourtant pas. Mais peut être avais-tu besoin de ce changement, comme tu avais besoin de te libérer d’elle.*

La dernière réplique d’Ezéquiel entendue suivie d’un signe de tête en guise d’acquiescement, je m’étais dirigé vers la sortie et vers la salle d’audience, avant d’être stoppée une dernière fois par celle qui se remettait peu à peu de son calvaire.

« Fort bien. Part pour White Rose s’il le faut. De mon côté, je regarderai ce que la mémoire de l’innommable a à nous apprendre. S’il a connu ne serait-ce que de loin ce dénommé Phoebus, alors je le découvrirais. »

La dernière réplique de l’Etoile des Ténèbres semblait lui avoir couté plus que de raison, comme si elle faisait appel à d’affreux souvenirs qu’elle aurait préféré oublié. Ces fameux souvenirs que la disparition de la Bête avait fait remonter à la surface.

« Je te ferai signe lorsque j’aurai trouvé. D’ici là, que la bénédiction de notre Empereur t’accompagne. Puisse-t-elle vous accompagner tous les deux. »

Et tournant une dernière fois les talons, je laissais derrière moi la no-life queen et son infant pour m’en retourner à la tâche qui était la mienne. Cette tache dont je m’acquittais depuis plus de trois milles ans.

Le temps pour moi de rejoindre la salle d’audience et d’enfiler à nouveau ma robe de fonction, je frappais alors trois fois dans mes mains, et les gardes squelettes revinrent à leur poste.

« Faites entrer l’âme suivante. »

Et s’exécutant avec tout le zèle et la dextérité étant propre à ceux qui avait répété mille et mille fois la même tache, les gardes ouvrirent les portes, et une nouvelle âme se présenta au centre du tribunal silencieux.

« Vous qui êtes mort, dites-moi vos nom et prénom, et énumérez-moi vos péchés sans mentir. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prémonitions ~ Temple du Jugement [fin novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-