RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Mer 12 Juil - 19:04

Sivir revient de Caïna - Temple d'Aerys
========================
Difficile de savoir ce que je pouvais ressentir à cet instant. Du soulagement? Ou juste une cuisante douleur dans tout mon corps? De base, recevoir une attaque d'une telle puissante de la part d'un Juge aurait eu de quoi me faire sacrément mal si j'avais porté mon surplis, mais là, j'avais volontairement évité de le porter... on va dire qu'il me mettait trop en valeur et que j'avais fait tout mon possible pour ne pas attiser la flamme de la Wyverne à mon égard!

Résultat, j'avais attiré sa haine, mais sérieusement je préférais cela à l'autre possibilité.

Mon temple n'était heureusement pas très loin, j'avais rapidement regagné les lieux et Ethyope fut le premier à me voir arriver

«Dame Sivir??? Qu'est-ce que... on vous a attaquée?»
«On va dire ça... où est Brunissen? J'ai besoin de son aide...»
«Dans la bibliothèque...»
normal, maintenant qu'elle savait presque lire parfaitement mon écriture, elle devait dévorer tous mes ouvrages! Je boîtais, je soupçonnais l'autre de m'avoir déboîté la hanche avec le choc et j'avais surement des côtes fêlées, voire brisées lorsqu'elle m'avait projetée contre le mur. Mais ce qui m'inquiétait le plus, c'était sa morsure au cou.

Je descendais péniblement les escaliers, du sang avait coulé le long de mon menton lorsque j'avais craché du sang, et ma chemise était passée du blanc au rouge... autant le dire, j'avais une sale tronche!

«Brunissen? T'es là? J'aurais besoin d'un...» je loupais une marche et je basculais vers l'avant, fallait espérer que Brunissen ait de bons réflexes pour me rattraper car là, j'avais pas besoin de me casser autre chose!!


Dernière édition par Sivir le Dim 16 Juil - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Jeu 13 Juil - 1:18

Je viens d'ici

[HRP : je vais le faire en plusieurs posts. Le premier servant surtout à te porter secours et te ramener dans ta chambre. Celui d’examens et de soins va suivre juste après ta réponse.]

Une à une, les pages se tournaient sous ses doigts rapides. A la lumière phosphorescente et aux nombreux jeux de miroirs qu’elle y avait subtilement ajoutés, la blonde nordique poursuivait son apprentissage des plantes tropicales. Rapide avait été la maîtrise de la langue maternelle de Sivir tant la jeune Etoile s’était avouée être une excellente pédagogue. De quoi ravir l’ancienne dame d’Asgard qui commençait doucement à reprendre goût à la vie. Enfin si son existence pouvait être réellement qualifiée de vie…

Posant un instant la main sur sa poitrine dissimulée sous une robe d’azur qu’elle s’était elle-même confectionnée, elle ne pouvait oublier la marque qui la liait au maître absolu des lieux. Quelque fois, elle se faisait l’effet d’une bête de somme ou plus exactement d’un chien de guerre marqué par un seigneur qui à l’origine n’était pas le sien.

Prise de guerre ou réelle amie…

Parfois en son esprit, la confusion se faisait. Ainsi, même si ses rapports avec certains spectres s’étaient au fil de ces derniers jours plus qu’améliorés, quelques fois, le doute resurgissait, l’empoisonnait. Séquelles de sa première rencontre avec le juge Minos. Sans la moindre pitié, il l’avait exécutée puis jugée. Pas un instant son masque de froideur ne s’était fendillé. C’était un être ne vivant que pour son travail et qui avait su capter l’attention de certaines Etoiles qui lui vouaient un véritable culte à leurs façons. Une telle cohésion au sein d’un noyau guerrier était rare et les Enfers pouvaient en retirer une telle force si ce genre de liens allaient en se multipliant.

Songeuse, elle repensa alors à son propre passé de combattante, sa vie au sommet des crètes. Combattre était dans ses cordes même si elle avait surtout été affectée à la défense et au fond, c’était sans doute cela qu’on attendait encore d’elle. Qu’elle poursuive en devenant la protectrice de Sivir… Fait qui ne serait pas si irréalisable que cela. La jolie brune était très agréable comme compagne et seconder un spectre comme elle ne lui causerait pas plus de soucis de conscience que cela. Après tout, elle avait déjà secondé Lydia et seul l’intervention du spectre du Griffon avait tout fait voler en éclats.

Lui, encore une fois…

Faisant sans le vouloir baisser une nouvelle fois la température, elle se retint de justesse de faire le moindre dégât. Puis, souriant à sa propre maladresse, elle concentra l’air froid dans sa paume, faisant apparaître une réplique en glace du dessin qu’avait si précisément exécuté Sivir. Une statuette qui ne tarderait pas en rejoindre les autres qui s’alignaient discrètement entre les magnifiques plants. Un art qui ajoutait une pointe de magie aux lieux…

Elle en était là, fignolant la sculpture quand une explosion cosmique se fit ressentir en une zone toute proche. C’était si puissant qu’on ne pouvait douter la nature de son propriétaire : un spectre capable de rivaliser avec les gold saints. De quoi faire se lever en trombe la belle nordique avant qu’elle ne se calme au vu de l’absence totale de réaction des gardes et serviteurs de cette partie de la Caïna…

Un spectre serait en train de s’entraîner ? Fut sa première réaction.

Si elle avait su, si elle avait seulement pu prédire ce qu’il était en train de se passer, elle n’aurait jamais laissé l’Etoile de la Magie se rendre seule chez le spectre de la Wyvern. Mais elle ne le savait, non, elle ne le savait. Seule la visite que Sivir comptait faire à Minos juste après qu’il se fut entretenu avec Lydia lui était connue. Le reste n’était qu’ombres et ignorances. C’était étrange de voir que le juge de la Wyvern protégeant ce territoire lui était totalement inconnu. La blanche féline s’était bien rendue en sa demeure mais n'avait alors trouvé que portes closes avec juste une espèce de favorite pour accueillir les visiteurs. Et depuis, l'expérience ne s'était pas une seule fois répétée.

Quoi ? Encore ?

Cette fois, elle put se rendre compte à quel point c’était proche mais d’une violence déjà bien moins marquée. Quelques secondes plus tard et ce fut le silence, le silence oppresseur…

Lourd, porteur de tant de malheurs à venir avant que le cri du premier des serviteurs de l’Alraune ne résonne en son temple. Se précipitant aussitôt vers l’escalier, Brunissen eut tout juste le temps de bondir. En une détente record, elle rattrapa la brune jeune femme avant qu’elle ne chût sévèrement au bas des marches.

- Galea, Ethyope, vite, préparez de l’eau, des pansements, des linges et toutes les préparations disponibles. Son corps a été sérieusement malmené et il faut que je l’examine de toute urgence…

Face à l’urgence au vu de l'état de la jeune femme, les vieux réflexes avaient resurgi. De doux et paisible, son ton s’était fait rapide et autoritaire comme lorsqu’elle se trouvait au cœur de la mêlée. Soutenant une Sivir au visage pâle souillé de sang et tuméfié tout contre elle, elle hésita à la soulever d'office dans ses bras. Aussi s'adressa-t-elle à elle sur se ton le plus doux tout en écartant quelques mèches de son front brûlant.

- Ecoute, Sivir. Je vais faire au plus vite pour te remonter jusqu’à ta chambre et t’allonger au mieux. Il faut que tu me fasses confiance. Je vais devoir t’examiner pour découvrir la gravité de tes plaies et surtout m’assurer que tu n’as ni fracture ni hémorragie trop importante. Ce qui veut dire que je vais aussi t’ôter tout vêtement et te laver. Je ne pourrai t’éviter de souffrir mais je te promets de tout faire pour que ce soit le plus bref et le moins pénible possible.

Et plongeant davantage son regard bleu émeraude dans celui de la blessée, elle acheva tout aussi douce et rassurante.

- Si tu as compris, dis le moi, puis, accroche-toi à moi et serre les dents.

Et guettant les réactions et réponses de la jeune femme, elle reprit… Visualisant au millimètre près la distance qu’elle devrait parcourir en un temps record avec une blessée souffrant entre ses bras.

- Bien, on y va à trois… Un, deux, trois…
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Jeu 13 Juil - 11:16

Pourquoi j'étais venue voir Brunissen? Surement parce qu'elle faisait partie des rares personnes dont j'avais le sentiment que je pouvais avoir confiance, et qui soit aussi assez proche pour m'aider. Et puis, au fond, je n'avais guère envie de me présenter dans un état aussi pitoyable au Seigneur Minos et lui demander de l'aide, d'autant qu'il aurait surement vu rapidement qui m'avait infligé cela, et je ne voulais surtout pas créer davantage de conflits au sein des Spectres. J'avais suffisamment d'ennemis déjà pour ne pas en ajouter une supplémentaire avec la Wyverne en lui mettant un juge à dos. Elle me haïssait surement bien assez comme ça, et au fond ça m'arrangeait.

J'avais fait au plus vite pour rejoindre mon temple, Brunissen était dans la bibliothèque, enfin dans ma chambre en fait car ça faisait un tout, mais on oubliait vite ce détail, mais alors que je descendais les marches pour rejoindre le sous-sol de mon temple, j'eus un vertige et je perdais l'équilibre... heureusement, la belle blonde avait de bons réflexes et en un battement de cils, elle m'avait rattrapée...

Je l'entendais donner des ordres, Galea rappliqua aussi vite qu'elle put, Éthyope était déjà là et m'avait attrapé sous les aisselles avec un peu de maladresse, pas vraiment habitué à ça, alors que Galea repartait en sens inverse pour chercher ce que Brunissen lui avait demandé. Ethyope ne semblait clairement pas dans son assiette.

«Peut-être devrions-nous la mettre dans le bain? Elle y a mis des plantes aquatiques aux propriétés apaisantes et cicatrisantes la dernière fois qu'elle est revenue de mission...» dit-il sans être sûr de ce qu'il avançait, il est vrai qu'après Death Queen Island, j'étais pas au mieux de ma forme et j'avais donc mis ces plantes en fond de bassin, malgré tout, j'ignorais comment Brunissen allait pouvoir procéder pour me soigner.

Elle essaya de me parler, de m'expliquer ce qu'elle allait faire et je grimaçais en serrant les dents sous le coup de la douleur pendant qu'elle et Ethyope essayaient de me faire avancer vers le lit

«Fais ce que tu peux... je m'en fous... je suis plus à ça près t'en fais pas... je te fais confiance.» je suais, j'avais vraiment mal et je penchais la tête sur le côté pour qu'elle voit la marque de morsure à mon cou «faudra surtout regarder ça... cette garce m'a mordue et je pense pas que ce soit une morsure normale...»

J'avançais encore alors que Galea revenait. Même si maintenant, ils savaient tous deux que je n'étais pas l'étoile de la Magie, ils continuaient de me respecter et attendaient juste le retour de leur Maître attitré. Elle posa d'abord les serviettes près du lit alors qu'avec Ethyope, ils me hissaient sur le matelas
«Pour l'eau, j'ai pris la plus pure que j'ai pu trouver...» chose difficile en Enfer «mais peut-être devrais-je apporter celle du bain? Dame Sivir y...»
- «Je lui ai déjà dit...»
la coupa Éthyope, mais il regarda tout de même Brunissen, il y avait une différence entre me plonger toute habillée dans un bain et juste en récupérer l'eau pour me soigner après tout...

J'étais enfin allongée sur le lit, j'avais une sacrée fièvre d'un coup et Galea s'approcha avec inquiétude

«On dirait que vos efforts pour ne pas être au goût du Juge de la Wyverne n'ont pas été concluants»
«Non, en effet...»
dis-je dans un léger sourire «mais je crois que cette fois, elle n'aura plus envie de me sauter dessus!» je riais malgré moi et ça me fit un mal de chien, mais peu importe... Galea était la seule à savoir comment s'était déroulé le premier entretien, peut-être que Minos le sait aussi puisqu'il a farfouillé malgré lui dans mon esprit quand je me suis retrouvée confrontée à Queen, mais bref... peu importe, j'avais confiance en Brunissen pour qu'elle n'aille pas le crier sur tous les toits.
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Ven 14 Juil - 13:59

- Non, surtout pas. Le plus urgent est d’examiner ses plaies et de ne surtout pas trop la bouger. En cas de fractures ou de luxations, tout déplacement d’un blessé doit se faire dans les plus prudentes conditions.

Aux paroles de la féline, le serviteur avait blêmi. Visiblement les blessures que pouvaient avoir les spectres en temps normal était assez rares ou totalement cachées. A moins que l’Alraune ne fasse pas spécialement partie des troupes d’assaut de première vague. Plus le rôle d’une Lydia spécialisée dans les actions et les raids en surface. Et accordant à Ethyope quelques secondes pour se reprendre, la blonde nordique poursuivit.

- Allez, aidez-moi au lieu de tergiverser. Plus on reste ainsi et plus ses blessures auront le temps de s’aggraver. Il lui faut être allongée au plus vite…

Courage lui lançait-elle presque mentalement alors que ses yeux bleu-émeraude plongeaient en les siens. La force des anciennes initiées d’Asgard lui revenait en cet instant. Celle de la guerrière qui avait déjà soigné les siens au front. Il fallait agir et vite et paradoxalement, elle s’avérait être la plus à même à panser les plaies d’un spectre avec certaines caractéristiques de mortelle.

- On y va ? En douceur mais efficacement.

Un ton encourageant, c’était aussi cela l’une des qualités de Brunissen, exhorter les siens à avancer, à lutter même dans les pires conditions. Une nouvelle fois les dires de Minos se confirmaient. Ce n’était pas que ses souvenirs passés qui avaient tissé la trame de sa vie mais aussi les qualités associées à sa personnalité, sa force d’âme profonde. Raisons pour laquelle les siens l’avaient suivie au travers d’Asgard dévastée. Personne ne lui avait demandés pour eux et elle, elle n’avait pas ouvert la bouche à leurs sujets. Que Pséma n’ait pu réduire le peuple à néant demeurerait encore quelques temps son plus précieux secret.

Souriant à la vision d’un homme qui se décidait enfin à l’aider. Brunissen finit par faire porter Sivir jusqu’à sa chambre. Pourquoi avoir voulu descendre seule alors qu’elle était en si piteux état ? La guérisseuse ne pouvait le savoir réellement et cela n’avait pas vraiment d’importance en cet instant. Gagner cette chambre et la hisser tous les trois le plus délicatement constituerait l’étape suivante.

- Galéa, attrape ses jambes. On doit la hisser tous les trois en même temps et la poser le plus délicatement possible. A trois…

Elle guetta les réactions des deux serviteurs avant de poursuivre.

- Un… deux… trois…

Ainsi Sivir finit-elle sur son lit sans la moindre secousse de trop. Sans attendre, Brunissen s’efforça de ne pas relever ce qu’elle venait d’entendre même si son sang bouillonnait. Avait-elle seulement bien compris la teneur de ces paroles ? Un droit de cuissage existerait donc aux Enfers et gare à celles qui oseraient se défendre ? Non, c’était en totale contradiction avec tout ce qu’elle avait pu voir jusqu’ici et si elle n’avait pas une Sivir à soigner en urgence, elle se serait sans le moindre doute laisser aller à son tempérament de Valkyrie outragée et le pire aurait été à craindre. S’il y a un acte que la blonde nordique trouvait particulièrement odieux, c’était bien celui-là.

Calmant sa fureur naissante par un immense effort de volonté, elle chassa ses pensées vengeresses, bien décidée d’en toucher deux mots au seigneur de la Tolomea avant de faire quoi que ce soit. Ses actes étaient sous la responsabilité de Sivir et le pire serait à craindre pour elle si jamais l’ancienne guerrière divine venait à frapper.

- Galéa… Ai-je bien compris…

Si ton était empreint de fureur. Le même genre qui l’avait menée à massacrer un saint sans la moindre pitié. Femme comme Sivir et elle, la servante ne pourrait que comprendre ce qui était en train de se passer dans la tête de cette dernière.

- Ai-je bien compris ?

Répéta-t-elle, en prise avec une ire croissante, avant que sa voix ne prenne soudain le ton de la tigresse qu’elle était capable de devenir.

- Un conseil, je suis capable de reconnaître des blessures liées au cosmos quand j’en vois tout comme les marques laissées par lui. Ce genre de choses ne devraient pas arriver et si je n’avais pas Sivir à soigner, dis-toi bien que je me ferais un plaisir de geler les ardeurs du responsable sous une gangue portée au zéro absolu. Et je ne plaisante pas…

Les flammes de ses prunelles étaient de taille à terrifier n’importe qui. Il faudrait la calmer ou au moins gagner du temps pour éviter qu’elle n’aille venger l’honneur de celle qui l’avait sauvée dans un froid de mort. Chose que seule Sivir ou au pire Minos pourrait empêcher si jamais la dame blanche se décidait à passer à l’acte une fois les soins appliqués…

Là en était la situation…


Dernière édition par Brunissen le Ven 14 Juil - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Ven 14 Juil - 14:16

Spoiler:
 

J'avais mal, mais je faisais de mon mieux pour ne pas le montrer. Malgré tout, Galea savait ce qui avait du m'arriver, elle était là depuis probablement plus longtemps encore qu'Aerys elle-même, elle a connu bon nombre de spectres, bon nombre de réincarnations de l'Alraune et donc de ses supérieurs. Des bruits de couloirs entre les différents serviteurs étaient souvent venus à ses oreilles et le caractère particulier de cette version de la Wyverne était assez connu au final, sauf de moi.

Je fus hissée sur le lit, ils durent s'y mettre à trois - étais-je si lourde? - et je serrais les dents sous le coup de la douleur, reprenant mon souffle lorsque je sentais enfin le contact doux et moelleux au creux de mon dos. Mais Galea eut des paroles malheureuses, elle chercha mon regard mais mes yeux étaient clos pour mieux supporter la douleur, surtout celle à mon cou qui était plus désagréable que violente


«La... Dame Aërys est connue pour aimer les belles choses... elle avait déjà jeté son dévolu sur Dame Sivir qui a repoussé ses avances une première fois. Nous avons essayé de la préparer pour qu'elle ne lui plaise pas, aujourd'hui, malheureusement... je crains qu'elle n'ait pas apprécié que Dame Sivir lui dise non une fois de plus. Dame Aërys est une nymphe, ce n'est pas le genre de créature habituée à ce qu'on la repousse... et prenez garde, Madame... elle est d'une grande puissance...»
«Et s'amuse à le démontrer... crois moi Brunissen, cela ne vaut pas le coup de te mettre en colère après elle. De toute manière, elle ne veut plus jamais me revoir, cela me convient très bien.... koff koff»
aïe, ça fait mal. Mais Brunissen semblait vraiment furieuse, sa sollicitude me touchait. Je venais poser ma main sur son bras, le regard grave

«Ne mentionne à personne la raison de sa fureur. J'aurais... j'aurais trop honte. Qu'elle m'ait puni pour ne pas avoir ramené le Trident de Poséidon.. promets moi que tu garderas le secret...» j'avais suffisamment honte moi-même de cet échec. Avoir été punie pour cela me semblait juste et plus honorable que d'avoir été punie pour ne pas avoir voulu finir dans le lit de sa supérieure. Je grimaçais encore tout en la laissant me manipuler. Galea était finalement allée chercher l'eau du bain aux capacités plus bienfaitrices que l'eau normale. Elle avait aussi ramené tous les onguents dont elle disposait et regardait la marque à mon cou avec inquiétude

«Les morsures de Wyverne ne devraient pas avoir cette apparence.»
- «La Wyverne est une sorte de dragon, pas une chauve-souris... est-ce qu'un autre spectre était présent?»
intervint Éthyope, mais je hochais de la tête de gauche à droite «étrange... j'ignore ce que c'est, en avez-vous une idée, Dame Brunissen?»
- «Il faudrait peut être se renseigner auprès de quelqu'un qui connait mieux ce genre de morsure. L'étoile des ténèbres serait peut-être à même de vous aider?»


Créer un portail menant à Londres serait compliqué, les serviteurs n'en avaient pas le pouvoir. Mais Éthyope pouvait faire envoyer un message à Lydia pour qu'elle, elle ouvre le portail pour venir nous chercher. J'ignorais les talents de guérisseuse de Brunissen, j'allais vite le voir de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Ven 14 Juil - 16:50

[Oui, j’ai du me mélanger entre les deux chambres. Le pire est que j’avais un instant hésité mais voilà, c’est corrigé. Les trois persos, c’est surtout pour une question de confort pour ton perso, pour qu’il soit au minimum secoué.

Ce post a été fait avant que je ne vois la réponse de Minos dans l'autre rp. Je le laisse donc gérer le moment exact de la réception du message de Brunissen ]

- Et moi, j’étais la déesse de l’Amour ! La déesse de l’Amour en personne à une époque. En ai-je profité pour sauter sur les sujets d’Odin ? Non, rien ne justifie une telle conduite. Rien ! Et cette version des Nymphes n’est pas celle que je connais. Les nymphes sont sensées être douces et généreuses mais aussi tellement belles que ce sont les autres qui se jettent à leurs pieds. Aucune d’elles ne s’abaissent à tenter d’abuser de qui que ce soit car elles sont bien trop occupées à fuir les assiduités de prétendants et prétendantes trop pressants…

Et se tournant vers Sivir qui était mal en point, elle ne pouvait se calmer à la vue de son état.

- Et les autres ? Y as-tu pensé ? Si elle vient à trouver d’autres spectres féminins à son goût et qu’elles la repoussent aussi, que penses-tu qu’il se passera ? Que penses-tu qu’il se passera s’il lui prend de nouveau l’envie de s’en prendre à toi ? Maintenant que tu lui envoies le signal qu’elle peut te traiter comme un déchet aussi souvent qu’elle le voudra sans la moindre sanction ni même une la plus petite réprimande. C’est toi qui est dans ton droit Sivir, toi…

Laisse-moi au moins t’offrir cela…


Brûlante était l’asgardienne. Il lui faudrait bien plus que quelques paroles pour s’apaiser et surtout renoncer après ce qu’il venait de se passer.

- Quant au Trident, qu’elle batte un gold saint en combat singulier après avoir réduit son cosmos au niveau de celui d’un silver ayant déjà deux combats dans les jambes avant de te reprocher quoi que ce soit. Elle-même n’a rien ramené alors qu’elle est si puissante. Toi, tu as ramené le plus précieux de tous les trésors parmi ces armes maudites. Tu as ramené l’Epée d’Hadès et cela personne ne peut te le retirer ! Personne ! Tu n’as pas à rougir de ce à quoi elle n’a jamais encore été confrontée en cette époque. Nous vivons en cette époque et pas dans nos gloires passées.

Puis, se radoucissant soudain comme le calme tombant entre deux tempêtes, elle poursuivit…

- Aussi, non, ne me demandes pas de mentir pour en prenant pour excuse l'histoire du Trident car moi-même, je n'y crois pas. Tout ce que je peux te promettre est de ne pas aller sur-le-champ m’occuper de cette teigne. Puissante ou pas, elle goûterait à la morsure dans ma glace là où cela fait le plus mal. Je suis prête à le faire pour toi, pour ta guérison même si cela me fait hurler au plus profond de mon âme. Par contre, il faudra que tu me laisses en parler au seigneur Minos à huis clos…

Et balançant une décharge surpuissante de cosmos glacial vers l’escalier qui se transforma aussitôt en bloc de glace isolant la chambre de tout regard indiscret, elle précisa.

- A huis clos, isolés de la plus extrême des façons pour préserver ton honneur. Moi aussi, j’ai le sens de la justice et quelle amie, quelle protectrice serai-je pour laisser un tel acte impuni ? Jamais, je ne pourrais supporter de la savoir si proche et parfaitement libre de débouler ici et te malmener sans la moindre pitié. Je tiens à toi Sivir, sache-le.

Puis, tournant les yeux vers les deux serviteurs.

- Que l’un de vous deux aille prévenir le seigneur Minos que je suis sur le point d’imploser et virer berserker. Un berserker comme seul le regretté seigneur Odin pouvait en invoquer. Avec cela, il devrait au moins accepter de vous recevoir.

Puis, se créant un bloc de glace éternelle, elle y grava toute une série de runes dont seuls les prêtresses de son peuple avaient le secret.

- Remettez-lui ceci. Qu’ainsi il en apprenne les raisons en plus de celles qui vont nous amener à remonter sur terre et solliciter l’aide de l’une de ses plus proches Etoiles. Aussi longtemps que je serai en surface auprès de Sivir, cette… n’aura rien à craindre de moi mais ensuite, il faudra vraiment qu’il trouve une solution si Sivir n’y parvient pas…

Plaçant alors une cape de glace renvoyant toute lumière sur la servante qui venait de se désigner, elle acheva.

- Ceci va te dissimuler aux yeux de tous et de toutes dès que tu franchiras les limites de ce temple pris par ma propre glace. Tu ne seras guère plus qu’un bloc supplémentaire au cœur du Cocyte se fondant dans le décor le temps de quitter le territoire de la Caïna et de te rendre au temple du jugement du seigneur Minos. Que de par mon pouvoir, personne ne puisse t’empêcher de le prévenir du danger couvant au sein du temple de la Caïna…

Je t’accorde cela, Sivir. Sache que ce n’est qu’un sursis. Tôt ou tard, cela devra être réglé…


Et se faisant violence, elle s’empara de ciseaux et d’un geste infiniment rapide découpa l’ensemble des vêtements qui recouvraient encore le corps de l’Etoile de la Magie, linges souillés qui ne tardèrent pas à finir jetés hors de la chambre. Puis, ce fut dans l’eau que la blonde jeune femme trempa ses mains. Se laver elle-même avant de prendre des gants propres qu’elle stérilisa à grands coups d’alcool…

- Ethyope, il va falloir que tu la soulèves tout en douceur. Je vais palper l’ensemble de ses cotes et m’assurer qu’elle n’ait aucune fracture.

Pâle mais bien éveillé le serviteur s’exécuta. S’emparant d’autres linges trempant dans l’eau, Brunissen lava l’ensemble du buste de Sivir avant d’inspecter aussi vite qu’elle le put l’ensemble des cotes et même le sternum de Sivir. Une grimace lui échappa.

- Deux fêlées et trois cassées. Prépare-moi tous les bandages les plus solides et longs que tu puisses trouver ainsi qu’un sac de petite taille. Je vais lui faire un pansement digne de ce nom qui va soutenir toute la zone blessée. Et ensuite, tu as une chance folle que je sois un maître de la glace.

Sans attendre, histoire de ménager la douleur au maximum, elle passa les bandages autour du corps de la jeune femme avant de placer une bonne quantité de glace dans le sac qu’elle remit à Sivir.

- Voici le meilleur remède contre la douleur en plus d’un repos intense. Garde cette glace tout contre la zone, elle va anesthésier tes souffrances et te soulager. Je te préparais aussi quelques extraits d’écorces de saule mais veille à ne pas trop en prendre. Éliminer toute douleur risquerait de te faire faire des mouvements en trop et de contrecarrer ta guérison.

Puis, écartant ses cheveux collés à son front, elle ajouta.

- Maintenant, allonge-toi et veille bien à ne surtout pas te placer sur la zone blessée même si tu ne sens plus aucune douleur. Je vais passer à la suite…

Tant de douceur en sa voix. Qui aurait cru que quelques instants auparavant, elle aurait été prête à aller étriper le spectre de la Wyvern.

Un nouveau linge propre nettoya cette fois le visage de Sivir, immédiatement suivi de substances désinfectante et d’un autre sac de glace.

D’autres examens comme celui de ses yeux, du nez, des pommettes et de tout ce qui aurait pu être cassés s’ensuivirent. Toujours aussi doux, toujours aussi rapides, n’appuyant que quand il le fallait vraiment.

- Bien, ecchymoses, quelques coupures, lèvres fendues mais pas non plus de fractures ni de dents cassées.

Un baume se posa alors avec une telle délicatesse sur les lèvres meurtries que Sivir ne pouvait même pas gémir. Un geste porteur de temps de tendresse qu’on aurait pu s’y méprendre alors qu’elle ne faisait qu’accomplir son travail de guérisseuse.

- Désolée pour le goût mais cela va t’aider à cicatriser en plus d’éviter toute infection. Pour la glace, je pense qu’il va falloir trouver un autre moyen de la maintenir contre toi vu que tu n’as que deux mains.

Si tendre et assurée était la voix de la nordique qu’Ethyope se détendait lui aussi. Elle allait si vite, évitant toute douleur inutile en se montrant plus qu’efficace.

Passant cette fois au bassin t au bas ventre qui suivirent la même étape de lavement, n’épargnant aucune zone pas même la plus intime, elle manipula avec une dextérité inouïe l’ensemble des articulations et des jambes avant de sourire…

- Sérieux coups comme ceux couvrant tout ton visage et ton dos mais ni fracture ni luxation. Tu as eu beaucoup de chances de t’en tirer aussi bien, Sivir. Je vais faire en sorte de te créer un vêtement empreint de glace, une fois que j’en aurais fini avec l’examen de cette morsure et la préparation des potions qui vont te soulager de toute douleur.

Et ce fut là que l’expression de l’ancienne guerrière divine changea du tout au tout. Elle avait bien noté les paroles de Galea et Ethyope mais à présent que tout était nettoyé, la réalité éclatait encore plus dans sa cruauté.

- Malédiction, venin, je ne peux rien faire seule pour guérir cette plaie, juste en ralentir les effets avec mon cosmos curatif et froid. L'examen et la reconnaissance du venin en plus de la malédiction elle-même vont demander bien plus que ne peut l'offrir ce temple. L’aide de Lydia serait en effet plus que bienvenues. Elle dispose de pas mal de ressources à ce sujet et a déjà été plusieurs fois empoisonnée par des signes assassins tels le Scorpion ou les Poissons. La rejoindre est en effet le mieux à faire comme tu l’as toi-même proposé Sivir.

Et se tournant vers Ethyope.

- On ne peut vraiment pas la laisser partir ainsi. Une civière ou au mieux un traîneau comme en certains pays serait l’idéal pour notre voyage vers Londres sans qu’elle ne soit trop malmenée par les chaos de la route qui traverse les Enfers. Quant au passage, il doit bien y en avoir un pas trop éloigné de Londres vu sa facilité de déplacement, bien plus discret qu’un portail…

Trouve tout ce qui pourra nous être utile. Je vais devoir changer ses pansements en plus de lui concocter d'autres remèdes. Il me faudrait aussi un de ses vêtements masculins ajustés à ses mensurations. Tu penses pouvoir me trouver tout cela le temps que je lui prépare et lui administres toutes ses potions ?
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Ven 14 Juil - 19:32

C'était peine perdue. La haine de Brunissen était trop forte pour qu'elle garde mon secret auprès des autres spectres. Je serrais les dents sous le coup de la douleur et de la honte, honnêtement, qu'elle s'en prenne à d'autres spectres si elle le souhaite, je m'en foutais un peu! Ce n'était pas mon problème, là pour l'heure, c'était surtout mon état qui était préoccupant, car nous avions une mission à préparer, et par ma faute, elle était peut-être compromise en partie. Certes, Minos pouvait recruter des spectres aptes à détruire cette maudite tour sans moi, mais je ramenais la main à mon cou, là où la marque du fouet du Balrog était encore visible... d'ailleurs, je rassurais rapidement Brunissen à ce sujet
«Ça, ce n'est pas elle... c'est la marque du Balrog, je crois que c'est un lien qui me permettra de retrouver le surplis. Je te promets que ça ne me cause aucune douleur...» ce n'était qu'une sorte de dessin rougeâtre autour de mon cou comme un collier, je préférais la rassurer rapidement qu'elle ne cherche pas à le soigner et qu'elle se concentre sur le reste.

Je soupirais alors qu'elle rédigeait un message à l'attention de Minos, mais d'un côté, c'était peut-être préférable.. Aërys savait que j'étais née pour être l'étoile du Talent et non l'étoile de la Magie, ce qui faisait qu'elle s'en était pris délibérément à un spectre qui n'était pas sous sa juridiction. Mais je préférais taire cette information, ne voulant pas créer un conflit supplémentaire... c'était déjà trop mal parti.


«Brunissen... nous n'aurons pas à rester en Caïna bien longtemps. Lorsque nous aurons retrouvé cette tour où Queen est enfermé, je le libérerai, il récupérera son surplis et se débrouillera avec elle. Quant à moi, je dois retrouver mon surplis du Balrog pour être pleinement éveillée, et ce jour là, toi et moi, nous irons vivre dans la Demeure du Jugement... mes appartements se trouvent là bas, et tu viendras avec moi.» ma voix était rauque, mon souffle saccadé, j'avais du mal à respirer.

Elle avait envoyé Galea pour porter son message, ce qui nous laissait seules avec Éthyope. Le pauvre tournait les yeux dès qu'elle commença à découper mes vêtements, je ne disais rien alors qu'elle faisait le constat de mes nombreuses fractures et ecchymoses... elle me mit de la glace dans le dos et je ne pouvais contenir un soupir de soulagement, et je souriais alors qu'elle s'en vantait!

«Pourquoi crois-tu que je sois venue te trouver toi?» je fermais les yeux en grimaçant lorsqu'elle me faisait bouger, le froid me faisait du bien oui, mais je devais garder la main en arrière pour maintenir la glace au mieux...

Finalement, je fus enveloppée dans une tenue de glace, je frissonnais, peu habituée à cette température, mais je ne pouvais pas vraiment me débattre! Je sentais qu'elle s'intéressait enfin à la morsure et sa colère sembla grimper à nouveau d'un cran

«Écoute.. aussi maléfique que puisse être ce venin, je ne peux pas me lever, ni être transportée. Laisse moi me reposer, au moins une nuit. Je suis peut-être humaine, mais je suis spectre aussi, une seule nuit me permettra de me remettre un peu et demain, nous pourrons aller à Londres plus facilement pour nous concentrer sur ce problème...» Éthyope de son côté paraissait tout penaud avec les recommandations de la belle blonde
«Et euh... c'est Galea qui est chargée d'habiller et signer Dame Sivir... vous auriez du m'envoyer moi comme messager, c'est mon rôle...»
«Ce n'est pas grave, Éthyope. Elle devrait bientôt revenir. Va plutôt à l'entrée t'assurer que personne ne vient.»
«Oui Ma Dame...»
il fila avec un air désolé pour Brunissen, je venais d'ailleurs attraper la main de la belle blonde pour lui sourire d'un air fatigué

«Ne t'en fais pas... ça va aller. Aërys n'a pas intérêt à ce que je meurs de sa main. Sa malédiction sera surement une torture, plus que mortelle. Je tiendrai bon. Mais là... j'ai surtout besoin de dormir.»

J'avais usé tout mon cosmos pour supporter la douleur et me soigner au mieux en venant jusqu'ici, je ressentais la faim aussi, mais de la même manière, seule Galea savait préparer un repas! Mais heureusement oui, elle serait bientôt de retour. Elle savait se déplacer sans se faire repérer, même sans la protection de Brunissen, elle aurait accompli sa tâche, j'en étais sure.

Elle allait me manquer en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Sam 15 Juil - 0:12

La laisser se reposer…

Oui bien sûr, bien sûr qu’elle allait la laisser se reposer mais le transport ne se ferait pas si simplement. Elle avait besoin d’être immobilisée et si le temps de son repos, la blonde nordique pourrait assurer son déplacement au mieux, elle le ferait. C’était simple au fond, il ne lui fallait que des porteurs quoique, elle-même en était parfaitement capable.

S’empressant d’aller chercher de quoi faire dormir sa patiente, elle ne cacha pas son visage soucieux au serviteur. Cette morsure marquant de la plus cruelle manière son cou ne lui disait vraiment rien de bon et ce qu’elle venait d’apprendre en plus n’était pas pour la réjouir davantage. Enfin, elle ne pouvait en vouloir non plus à Sivir. La jeune brune semblait si soulagée de n’être pas en réalité l’Alraune mais le Balrog…

Quant au lieu évoqué lors de leurs échanges, c’était trop évident. Elle serait toute proche de Minos et si le rôle de Sivir devenait lié au tribunal…

Je ne suis pas faite pour demeurer en ces lieux… Pas eux…

L’avenir après s’être si trompeusement éclairci s’annonçait soudain plus sombre et même si la féline était forte, elle souffrait de la perte totale de toute accroche. Un semblant d’entente s’était créé bien durant la période de recherches mais n’avait pas perduré. Telle une illusion, il avait fini par s'effacer. Enfin, c'était ainsi qu'elle le ressentait. Se trompait-elle ? Peut-être ? Seule sa visite à l’Etoile des Ténèbres le lui prouverait. Un voyage qui lui permettrait de faire passer au second plan sa frustration de n’avoir pas été là pour son amie. Une nouvelle fois, elle avait échoué à protéger ceux qu’elle chérissait et son sang bouillonnait de rage impuissante. Ce n’était pourtant pas sa faute et Brunissen le savait. La seule à blâmer dans cette affaire était le spectre du Wyvern mais elle ne pouvait s’empêcher de se faire des reproches. Pourquoi les serviteurs ne lui avaient rien dit quant aux risques encourus par la jeune femme ?

Manque de confiance ? Et une nouvelle fois, nul n’était réellement à blâmer. Elle n’était pas un spectre mais bien une ancienne guerrière ressuscitée…

Broyant d’un geste rapide les éléments dont elle avait besoin, elle ne tarda pas à préparer un puissant somnifère. De quoi faire dormir l’Etoile de… de quoi ? Elle n’était pas assez versée pour connaître l’ensemble des cent huit…

Tigre en cage, elle se sentait plus que jamais comme un tigre en cage. Une prison sans barreaux mais en laquelle elle était en train de ronger son frein en s’efforçant de ne rien en montrer. Les éclats de fureurs qu’elle avait eus n’était rien comparés à la sensation d’étouffement qui commençait à peser.

Ne pouvoir rien faire par elle-même sous risque de rendre la situation de Sivir encore pire que l’épreuve qu’elle traversait était une torture en cet instant. Il fallait vraiment ne pas avoir de cœur pour ne pas être touché par ce que la jolie brune venait de traverser.

Je ne suis même plus un tigre en cet instant, juste un chat, un pathétique chat enchaîné…

Soupirant lorsque la potion fut prête, elle repassa devant Ethyope. Son expression avait brutalement changé. Forcée pour l’instant de se résigner, elle ne pouvait supporter cette situation qu’au terme d’un immense effort de contrôle. Un regard rapide et elle passa près du serviteur en lui disant…

- C’est bon, calme-toi, je vais me charger de tout et la soigner au mieux…

Au moins cela, j’ai la permission de le faire.

Il était dur de devoir supporter une telle dépendance quand on avait été libre toute sa vie. Jamais, elle ne s’était sentie autant prise au piège, devant se forcer à tolérer une terrible injustice à la demande de la victime. Soupirant doucement, elle revint alors au chevet de Sivir.

- Tiens, ceci te permettra de dormir sans la moindre douleur. J’ai mis la dose pour que rien ne vienne te perturber. Tu devrais avoir une nuit paisible, sans le moindre cauchemar... ni la plus petite souffrance.

La voix de Brunissen était toute douce comme elle l’avait été durant tous les soins alors qu’en un immense sursaut de volonté, elle parvenait à ne pas trembler.

- Je veillerai à te vêtir si ta servante ne revient pas à temps. De toute façon, tu ne peux rester dans cette tenue indéfiniment. Pour le reste, je vais faire comme tu veux mais sache que je n’oublierai jamais.

Ces mots lui coûtaient. Ils lui coûtaient tant. Plus que jamais, elle sentait l’impuissance peser telle une chape de plomb sur ses épaules. Elle avait beau être une combattante de taille à rivaliser avec les gold saints, cela n’avait servi de rien. Se cantonner à soigner ne lui suffirait bientôt plus. Il lui fallait retrouver les champs de bataille, le fracas des armes et une nouvelle opportunité de redevenir une authentique guerrière capable de frapper en premier…

Prendre la première arme venue et frapper, frapper jusqu’à ce qu’elle se brise sous la violence de ses coups, voilà ce qu'il lui fallait. Cela ne changerait rien à la situation au moins mais la soulagerait…

Et patientant jusqu’à ce que Sivir s’endorme, elle se tint là, paisible en apparence avant d’enfin se lever et de repasser devant le serviteur. S’empressant de se façonner une arme de glace, elle croisa son regard épouvanté.

- N’aie crainte. Je ne suis peut-être qu’une prise de guerre mais je n’ai qu’une seule parole. Je ne tenterai rien contre cette… femme… Par contre, tu ne peux décemment pas me laisser dans un tel état et m’empêcher de m’entraîner jusqu’à ce que j’en tombe d’épuisement. Va plutôt veiller sur Sivir que j’ai rhabillée et préviens-moi si elle se réveille.

Le ton était ferme et décidé sans être réellement agressif. Tant qu’elle se cantonnait à la pièce, rien ne pourrait arriver sinon une prise magistrale de froid mais après tout, on se trouvait à la Caïna.
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Sam 15 Juil - 10:08

Le regard de Brunissen en disait long sur ce qu'elle pensait de mon idée du Temple du Jugement. Par réflexe, j'attrapais sa main et je venais la serrer contre moi
«Hey... n'oublie pas, on doit se trouver notre chez nous là haut, ok?» et parcourir le monde aussi... «on peut rejoindre les Enfers n'importe quand, n'importe où... donc peu importe que l'on vive à la surface ou ici, on pourra toujours servir notre Seigneur toi et moi.» je n'aimais pas son regard, et je ne savais pas pourquoi. Je ne pouvais pas comprendre tout ce qu'elle ressentait, je ne pouvais pas savoir non plus, n'ayant pas vécu aussi longtemps et aussi richement qu'elle. Mais ce n'était pas la colère dans ses yeux qui m'inquiétait, c'était ce autre chose que je ne comprenais pas.

Je finissais par m'écrouler, j'avais attendu un peu avant de prendre la potion qu'elle me tendait pour la regarder une dernière fois

«Tu n'as pas à oublier. Tu sais, de ce que je vois, même toi, tu serais surement une juge bien plus précieuse à notre Seigneur que la Wyverne. Tu sembles être un dragon porté par la justice, cela semble davantage correspondre à ce rôle qu'elle... n'oublie pas, Brunissen, attends juste d'être des nôtres...» j'avais de nouveau posé ma main sur son bras, et j'essayais de lui sourire «mais n'oublie pas aussi que j'aurais pu me défendre. J'ai choisi de me laisser faire pour que tout s'arrête au plus vite et disparaître de sa vie. Je suis libre maintenant...»

Je buvais alors la potion et effectivement, je m'endormais comme une souche.

Mais mes paroles ne furent pas suffisantes pour calmer la belle blonde, et lorsqu'elle passa en trombe vers Éthyope qui finit par se placer devant elle alors qu'elle semblait avoir besoin de se défouler

«Je ne peux pas vous laisser dans un tel état, en effet. Venez.» - il tourna les talons et remonta vers le rez-de-chaussée pour arriver au niveau des bains, il y avait là une gravure d'une plante qui grimpait le long d'une colonne «Dame Sivir ne connaît pas cette salle, elle n'en a encore jamais eu besoin. Je comptais la lui montrer en temps voulu»

Il bougea l'une des épines de pierre et un long escalier s'ouvrit dans le sol, il invita Brunissen à la suivre jusqu'à ce qu'ils débouchent sur une autre salle, encore plus grande que la bibliothèque, un plafond haut de plus d'une dizaine de mètres et elle s'étalait bien sur cent mètres, tel un terrain de football - ok le football n'existait pas à l'époque mais voilà!

Il y avait des armes accrochées au mur, des statues à l'effigie de chevaliers dans une matière inconnue qui semblaient avoir déjà vécu bien des souffrances et pourtant quasi intactes. Éthyope se tourna vers Brunissen avec un sourire triste

«C'est la salle d'entraînement. Ici, vous ne risquez de déranger personne, et puis... regardez...» il lui désigna l'une des statues et lui fit signe d'approcher «vous pouvez toucher cette statue et à l'aide de votre cosmos, elle prendra l'apparence de ce que vous voulez... un dragon, un guerrier d'Athéna... un spectre, même... personne ne le saura ici.» il hocha de la tête et laissa juste Brunissen seule pour s'entraîner. Il se tourna une dernière fois vers elle, d'un air inquiet

«Je sais que Dame Sivir va bientôt nous quitter et que notre Maître va revenir. Mais elle ne nous a jamais considérés comme des serviteurs. Elle ne sait pas ce que c'est vraiment, il faut dire. Alors... quand elle partira, prenez soin d'elle pour nous, s'il vous plaît.»

Il remonta les escaliers et ferma la porte, montrant à la jeune femme comment sortir quand elle se serait défoulée. Une fois en haut, il croisa Galea et la servante vint me rejoindre pour veiller sur moi alors que lui retournait à l'entrée pour monter la garde, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Sam 15 Juil - 12:59

Enveloppée de son halo glacial, elle avait suivi le serviteur sans la moindre discussion. Il était vrai qu’elle devait se calmer, qu’elle devait évacuer la colère grondant en elle à défaut d’extirper tout le reste. Ce qu’elle recherchait à présent était semé d’inconnues, d’ombres. Elle-même au fond ne savait plus trop quelle pouvait bien être son identité en ce monde. Après tout, elle était la pureté, la dangerosité de la glace. Blanche au milieu d’être voués à l’ombre et au noir, comment pourrait-elle être choisie par une Etoile ?

Visiblement, c’était l’Etoile qui choisissait et non l’âme qui l’appelait. Fait qui menait à l’étrange cas de Sivir qui s’était retrouvée disputée par deux Etoiles…

Entre sa colère et ses pensées troubles, tout se chamboulait dans sa tête. Il fallait qu’elle se défoule, qu’elle se calme, éloigne ses questionnements existentiels en cet instant. Posant ses yeux sur la gravure, elle grava le geste d’Ethyope en sa mémoire et le suivit sur cette réponse…

- Il se peut qu’elle ne la découvre plus jamais à présent. Le temps va faire son office et elle s’en ira de ce temple pour rejoindre celui du jugement.

Des mots qui avaient leurs portées, leurs poids en crainte et tristesse même si elle n’en avait pas encore décelé la présence. Tant de faits qui ne pouvaient qu’être sources de chagrin la tourmentaient encore sans qu’elle s’y laisse aller. Se glissant à la suite du serviteur, elle emprunta la volée de marches qui déboucha sur une nouvelle salle.

Vaste, haute était cette cavité en plus d’être peuplée d’armes et de mannequins d’entraînement d’un genre tout particulier. En bonne Valkyrie, il ne fallut guère plus de quelques secondes à Brunissen pour comprendre l’usage d’une telle pièce. Usage qui fut confirmée par un Ethyope qui lui fit une rapide visite guidée.

- Vous craignez que je leur donne l’apparence de cette dame ?

Un sourire à l’adresse de l’homme avant qu’elle ne reprenne.

- Non, elle ne mérite pas que je souille l’une de ces si parfaites effigies en lui donnant son apparence.

Cela ne se fera pas. Testant alors la solidité et surtout le tranchant de sa lame sur la première sculpture venue, elle s’en retrouva vite satisfaite.

Entendant alors les pas de l’homme, elle se retourna vers lui alors qu’il s’apprêtait à quitter la salle, la laissant seule avec ses propres démons. Un sourire se dessina sur le visage de Brunissen quand il lui fit sa demande.

- Oui, n’ayez aucune crainte à ce sujet. Je veillerai sur elle…

Des mots qui étaient sortis si spontanément alors qu’elle savait parfaitement qu’une foule de gardes et autres œuvraient en la demeure du jugement sous le commandement suprême de Minos. Sa présence ne serait plus vraiment utile alors. Plus de cette manière…

Se plongeant alors en son entraînement, elle songea à ce que lui avait annoncé Sivir avant que la jolie brune ne sombre dans les bras de Morphée. Tout cela était si frais en sa mémoire mais déjà sur le coup de devenir le souvenir d’un beau projet…

Penses-tu réellement que nous pourrons quitter les Enfers et nous installer dans le monde aussi librement que cela ? Quel spectre le peut surtout s’il est attaché à tous ces jugements qui sont sans fin ?

Tant d’âmes se pressaient aux portes des Enfers et n’importe quel être doté de logique se rendait vite compte à quel point c’était une tache pharaonique que de s’atteler à un tel travail…

Tout lui semblait compromis sans qu’elle ne souhaitât en parler à qui que ce soit. L’avenir des Etoiles ne dépendait pas d’elle et ne le dépendrait jamais.

Préférant ne pas penser à cette nouvelle donne en plus de l’impossibilité d’aller mettre cette chose servant d’incarnât à la Wyvern hors d’état de nuire, la jeune femme se lança en une série des coups de plus en puissants tandis que la salle virait au blanc. Sans prendre le temps de souffler un seul instant, elle frappa et frappa, changeant les apparences en un instant…

Tout n’était que rondes, que coups de plus en plus durs, brisant, coupant à un rythme assourdissant jusqu’à ce que son corps ne crie enfin grâce et qu’elle s’arrête mais cela ne viendrait aussi rapidement, pas même en la fin de cette journée et de la nuit qui suivrait. Elle était de la trempe des anciens guerriers divins et il faudrait bien plus qu’une seule journée d’entraînement pour venir à bout de la flamme glacée que sa fureur avait allumée…


Dernière édition par Brunissen le Sam 15 Juil - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sivir


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 670
Armure : Spectre de l'Alraune

Feuille de Personnage :
HP:
115/155  (115/155)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Sam 15 Juil - 14:25

Éthyope était seul avec Brunissen dans cette salle d'entraînement, il lui avait montré certains fonctionnements, et eut un sourire amusé face à la réponse de la belle blanche
«Pourquoi aurais-je peur? Personne ne pourrait jamais le savoir...» il tourna alors les talons, mais demanda quand même à Brunissen de prendre soin de moi avant de partir.

Le temps s'écoula ainsi où chacun reprit sa place. La nordique s'était déchaînée dans la salle d'entraînement sans que personne n'en ressente les effets; Galea lui avait préparé à manger entre deux séances d'observation me concernant. J'avais été lavée, coiffée et rhabillée convenablement, et quelques heures plus tard, je m'éveillais enfin. Comme elle l'avait supposé en me donnant cette potion, j'avais eu un sommeil sans rêve. Galae se tenait près de moi et posa doucement sa main sur mon épaule


«Ne bougez pas trop, Ma Dame. Je vais prévenir Dame Brunissen de votre réveil.» je me redressais un peu, j'avais encore l'impression d'être passée sous un troupeau de rhinocéros, certaines blessures tiraient aussi, mais le plus étrange restait cette marque à mon cou. Machinalement, je posais ma main dessus, ça me semblait brûlant. Je me mettais en position assise, serrant les dents face à la douleur sur mes côtes encore brisées. J'avais un bon pouvoir de régénération maintenant que j'étais spectre, mais ce qui prenait des mois pour un mortel me prendrait surement encore au moins une semaine... je n'avais pas une semaine, il fallait accélérer davantage encore ma guérison, et comme l'avait dit Brunissen, nous n'avions pas assez ici pour ça.

Galea se faufila vers la salle d'entraînement où il régnait un froid glacial, elle tenait une tasse d'un thé aux herbes à la main et s'approcha doucement de Brunissen avec une voix douce

«Dame Sivir est réveillée... elle a pu se mettre assise, je pense que vous pourrez vous rendre à Londres sans trop de problème. Le messager de Dame Lydia est revenu et ils vont vous ouvrir un portail juste à l'entrée du temple.» Éthyope restait donc à l'entrée pour s'assurer que rien d'autre n'allait venir, de son côté, elle tendit la tasse à Brunissen d'un air compatissant

«Vous savez... Dame Sivir est trop jeune encore pour remplir pleinement le rôle de l'étoile du Talent. C'est un rôle qui demande des années d'entraînement, mais aussi et surtout de l'expérience. Elle sait trop peu de choses sur le monde pour être restée cloîtrée toute sa vie dans sa forêt amérindienne. Si elle veut gagner en puissance et en sagesse, elle va devoir explorer le monde avant. Et je suis sure que le Seigneur Minos en est pleinement conscient.» petit sourire doux avant qu'elle ne laisse Brunissen dans ses pensées. Elle revint vers moi avec une autre tasse de thé aux herbes

«Dame Brunissen se prépare. Un portail va bientôt s'ouvrir devant le temple pour vous conduire à White Rose, Ma Dame. Nous allons vous aider à remonter quand vous serez prête.»
«Très bien.»
j'étais un peu agacée à l'idée que Lydia me voit dans cet état. Je me sentais à nouveau bien misérable et pitoyable, mais peu importe. Enfin, si la Rose Noire était là bas, ce serait plus humiliant encore, mais bon... tant pis. J'attendais que Brunissen vienne avec moi pour partir, je me sentais quand même un peu mieux, mais je savais que je n'allais pas pouvoir marcher seule.
Revenir en haut Aller en bas
Brunissen


Indépendant
avatar

Messages : 4040
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
0/150  (0/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   Dim 16 Juil - 14:03

- Détrompez-vous… Bien des choses que l’on pensait n’appartenir qu’à nous peuvent nous être arrachées…

Sans doute Ethyope était-il aux Enfers depuis trop longtemps pour comprendre ce qu’elle venait de dire. Un souvenir que la belle nordique aurait réellement souhaité oublier mais qui jamais ne le serait. De quoi rendre la jeune femme plus lucide sur tout ce qui pouvait en l’espace d’une vie ou d’une mort arriver. Ne pas se laisser bercer par des chimères. La vie était trop précieuse pour risquer de la gâcher ou de la voir passer sans jamais rien en retirer.

Serrant la poignée de son arme, elle se lança alors en une suite de combats effrénés. Se défouler lui faisait tellement de bien même si elle savait qu’elle n’arriverait jamais à accepter tout simplement certains faits. Frapper, combattre, encore et encore jusqu’à ce que certaines images ne lui reviennent, la forçant à ralentir…

Les souvenirs d’une vie passée, les rires d’un tout jeune enfant…

Dagmar…

Elle n’avait eu d’autre choix que de la laisser partir vers le seul lieu où personne ne pourrait jamais l’atteindre et lui faire de mal. Le seul endroit où une orpheline comme elle pourrait s’épanouir dans les meilleures conditions.

Nul lieu n’aurait pu être plus idyllique que celui qui avait accueilli la fillette mais à toute médaille, il y avait un revers. Et celui-là était cruel. Elle avait pu sauver la vie de son enfant mais ne pourrait plus jamais la retrouver. Elle-même s’était déjà crue morte à cette fameuse époque…

Un choix qui lui avait déchiré le cœur mais qu’elle aurait sans la moindre hésitation refait. Quelle mère n’aurait pas souhaité le meilleur pour son enfant ? Tout faire pour qu’il puisse survivre au vent de folie qui avait frappé Asgard avant sa chute finale ? A croire qu’elle l’avait senti venir et avait fait la seule chose pouvant épargner la vie de sa fille…

Pourquoi ce souvenir venait-il soudain la hanter ? Elle avait fait ce qu’il fallait. Elle le savait et malgré tous les regrets qu’elle ressentait, elle ne pouvait de toute façon plus rien changer. Tout était consumé depuis si longtemps, si longtemps…

La mort l’avait fauchée et sa nouvelle vie repartait sur des bases vierges…

Les souvenirs nous enchaînent…

Songeuse, elle n’en demeurait pas moins attentive. Aussi déjà qu’une présence se fit ressentir, elle se replaça en posture de défense avant de se détendre à la vue d’une Galéa surgissant d’entre les glaces.

- Et comment va-t-elle ? Furent ses premiers mots avant que la brune n’enchaîne et que Brunissen ne réponde. Hum, se redresser, c’est ne déjà pas si mal dans son état…

Aucune mention de la morsure, cette plaie ne pouvant se cicatriser par elle-même. Soucieuse, la jeune femme prit la tasse de thé aux herbes qu’elle porta à ses lèvres. C’était chaud mais loin de la réconforter.

- Explorer le monde ? Oui, si les Nornes nous en laissent le temps…

Tel était le vrai nœud du problème. Combien d’heures, de jours allaient s’écouler avant qu’une nouvelle guerre sainte n’éclate ? De mémoire de féline, cela pouvait aller si vite si vite surtout avec ces trois divinités bien particulières en lice.

Quoique nous avons notre point de départ…

La terre de Georges II n’était pas un si mauvais choix que cela. La jeune femme avait déjà vu l’Angleterre bien plus proche de ses anciennes terres que la Grèce d’Athéna. Un lieu de commerce florissant où elle pouvait facilement se ravitailler en denrées de toutes sortes en plus de sauver à chaque fois qu’elle le pouvait de nombreux esclaves. Souvenirs souvenirs…

Soupirant, elle sortit de la pièce, se demandant ce qu’elle pourrait bien préparer de plus que l’ensemble des pansements et autres qu’elle prendrait pour les différents soins, ne possédant absolument plus rien en propre depuis sa chute dans la lave de Death Queen Island. Tout juste s’accorda-t-elle le temps de se rendre de nouveau présentable avant de rejoindre Sivir.

- Oh ! Je vois que tu es déjà plus que parée pour quitter ces lieux.

A la voir ainsi apprêtée, cela sautait tant aux yeux qu’elle souhaitait plus que tout quitter ce temple, cette proximité avec le spectre de la Wyvern et inconsciemment, elle se mit un peu à l’envier. La jeune brune avait encore le choix et une porte de sortie. Trésor dont l’ancienne Alraune pourrait bientôt mesurer toute la préciosité.

- En ce cas, ne perdons pas davantage de temps…

Et s’approchant de sa patiente, elle l’aida à se lever et à prendre appuis sur elle, lui laissant tout le loisir de dire au revoir à ses serviteurs avant de quitter ce temple où elle ne reviendrait peut-être plus jamais. Cette ultime au revoir avait son importance même si Brunissen n’avait guère eu le temps de s’attacher à l’un d’entre eux. Aussi, les quitta-t-elle sobrement.

- Galéa, Ethyope. Qu’Hadès garde sa bénédiction sur vous le temps que votre véritable maître revienne en son château.

Un ton doux mais aussi quelque peu neutre. L’ancienne Zeta prime était trop sauvage, trop ardente pour se forcer à ajouter des liens qui n’existaient pas alors que son âme était plus que troublée. Seule Sivir en cet instant comptait. Pour elle, elle était prête à se rendre dans le fief terrestre de Lydia. Un lieu dont elle ne pourrait peut-être plus revenir. Étrange cette intuition lui soufflant que les dieux et les hommes étaient loin d’en avoir fini avec elle. Étrange et envoûtante...

=> Londres
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Décembre 1755 - Enfers] Besoin de soins?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-