RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   Sam 15 Juil - 22:06

Ce rp se passe en même temps que l'audience de Sivir auprès de Minos et juste après l'épreuve de Lydia auprès de Minos .


Retour sur le seuil de l’inconnu…

Rien en cet instant ne pouvait mieux qualifier le ressenti de la somptueuse No-Life Queen que cela. Tant de choses s’étaient passées en si peu de temps. Depuis son éveil en Ecosse à son retour en cette demeure qui n’était jamais qu’une étape pour ne pas dire une escale en l’immense fleuve tantôt lent tantôt tumultueux qu’était sa non-vie.

Une étape mais aussi une escale en un havre de paix entouré de son " autre famille ". Plus encore que la plupart des spectres, Minos excepté, le cercle intime de la chasseresse crépusculaire connaissait le moindre de ses désirs, le plus lointain des secrets de cette moitié d’existence qu’elle goûtait en surface…

Homines nocturni… Tel fut son premier nom, celui que lui avait offert le roi de Crête devenu juge…

Homines nocturni… Etoile née de la rencontre de l’âme d’une amazone et d’un pur diamant brut et sacré au cœur des Enfers, Lumière de la Nuit, Ange des Ténèbres dont les ailes recouvraient le monde en un écran aussi doux que sombre, tant de qualificatifs lui avaient été offert aux fils des saisons, des ans puis des siècles qu'elle ne les comptait plus. Ensorceleuse silhouette dont le chant transperçait la nuit encore plus délicatement que le chant des rossignols. Chant de prière qui se perdait dans les voiles évanescentes d’une brume sans fin…

Bancs de brouillards si communs en cette île que rares étaient ceux à s’y attarder. Ainsi vogua-t-elle comme dans un songe à demi-éveillée la tête posée contre l’épaule de Lucile. Sans la moindre gêne sachant que toutes deux étaient depuis si longtemps liées et qu’il fallait bien afficher à la face du monde un semblant de normalité quand le spectre du Vampire revenait en sa demeure de White Rose. La placer si près de Londres avait beau avoir des avantages, cela avait aussi le don de risquer d'attirer de par trop l’attention. Aussi, redoublait-elle de prudence à chaque fois qu’elle revenait en ces terres, alternant voyage sur la Tamise et parcours en voiture tirée par de puissants destriers.

Une perte de temps mais aussi un gage de sécurité. Un instant s’écoula encore avant que leur embarcation ne regagne la rive. D’un geste, la rousse chasseresse se redressa avant d’inviter d’un gracieux mouvement de de la tête, le professeur Harcher à régler leur trajet. Chose à laquelle le serviteur était plus que rodé tout comme Ezéquiel qui se trouvait juste en face d'elle et de sa blonde suivante. Mais ce ne serait pas pour cette fois. Pour la Rose Noire, le Vampire avait en effet un tout autre dessein que celui de le cantonner dans le rôle qu’occupait présentement Harcher.

Aussi, le laissa-t-elle quitter leur vaste embarcation en premier avant de suivre sous le regard attentif de l’envoûtante Lucile. Qui aurait cru à les voir ainsi tous les quatre être en présence de deux spectres plus que sanguinaires ? En cela résidait aussi tout l’art de la chasseresse nocturne : s’insérer sans la moindre difficulté parmi les humains, les séduire sans qu’ils ne s’en rendent compte à des fins bien précises. Les têtes de ponts que fondait Lydia étaient plus que de simples possessions. Les plus précieux recelaient en leurs murs de véritables passages menant droit aux Enfers. Des lieux isolés de tous et de toutes où d’éventuels spectres blessés pouvaient aussi se reposer si d’aventure, ils ne pouvaient d’office aux Enfers rentrer.

Posant sa main par-dessus ses longs yeux verts, Lydia observa le pâle ciel de novembre. Le temps était plutôt clément avec juste ce qu’il fallait de brume pour qu’elle se sente de retour en son second chez elle…

Devoir rejoindre la surface aussi vite…

Quelque chose l’avait poussée à cela sans qu’elle ne puisse exactement deviner quoi. A quelques dizaines de mètres, les chiroptères suivaient en toute discrétion, tout comme Silver Arrow dont la frimousse émergeait de temps à autre entre d’immenses fougères rougies. Tout comme le sol humide qui les accueillit, jonché de feuilles mortes en voie de dégradation…

Soupirant un instant, Lydia tourna alors la tête vers Ezéquiel.

* Ton compagnon souhaite nous rejoindre. A toi de veillez qu’il le fasse au mieux. Nous n’avons plus que trois lieues à parcourir. Il serait dommage d’attirer l’attention plus qu’il ne le faudrait sur nous. Extrêmement rares sont les saints à venir jusqu'en ce pays mais mieux vaut éviter toute mauvaise surprise… *

Un ton doux et quelque peu las.

Lydia souffrait encore de son combat contre Minos même si le sang de l’Etoile de la Noblesse l’avait régénérée, il restait quelque chose d’indéfinissable depuis cette effroyable lutte qui la hantait. Sans doute les conséquences de la perte de la Bête mais, hormis Jonathan, à qui pourrait-elle se confier ? Que ce fussent sur les raisons ou la façon dont les choses s’étaient déroulées…

Et se tournant vers le professeur, elle ne tarda pas à demander sur un ton si bas que lui seul put entendre.

- Jonathan… Il faudra que tu m’examines dès que nous serons rentrés. Certaines blessures récentes ont pu mal se cicatriser et je souhaiterai…
- Cela vous fera mal…
- Je sais.
- Comme vous le voulez, ma tendre enfant…


Des blessures de l’âme, des cauchemars qui remontaient et dont elle avait besoin de s’ouvrir à quelqu’un capable de les partager et de l’aider à encaisser ce que la Bête avait réussi si brillamment à occulter.

Puis se tournant vers Ezéquiel dont le rôle à White Rose commençait déjà à faire jaser certains des quartiers londoniens que la famille fréquentait, elle annonça, s'assurant que personne d'autres qu'eux ne pouvait l'entendre.

- Ezéquiel, tu vas nous escorter à cheval. Seul le professeur montera en voiture avec Lucile et moi. Que tous constatent de leurs visu que tu es aussi bien mon garde du corps que mon éclaireur.

Je compte aussi sur tes sens de vampire et de spectre pour nous assurer qu’aucun chasseur ou pire encore aucun cosmos ne nous ait pris en filature. La première chose à faire quand on s’approche de l’un des repères alors que ses défenses ne sont pas encore totalement achevées est de s’assurer de l’absence de tout témoin trop gênant. Et le cas échéant, tu sais parfaitement quoi faire…
En toute discrétion… Nous sommes des spectres fauchant les vies avant même qu’elles ne s’en rendent compte. Ni témoin ni trace. Tout indésirable surpris à White Rose ne devra jamais en ressortir.


Des consignes qui sonnaient aussi comme une leçon. Apprendre à sonder, à reconnaître tout venant, spectres, saints ou marinas, et à agir le cas échéant serait l’enjeu de cette épreuve. A ce genre de jeu, le droit à l’erreur n’était pas permis. Surtout pas lorsque la sécurité de White Rose et tous ses habitants était sur la balance.

Minos avait donné ses ordres et Lydia n’avait pas attendu d’être rentrée en son manoir pour commencer à les accomplir. Le temps pour la Rose Noire d’agir en tant que spectre vampire était venu et cela commençait dès à présent. Reconnaissance serait la première phase…
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   Mar 18 Juil - 11:46

Minos était parti, et Lady Lydia blessée, heureusement, je n'étais pas seul, Dame Lucile et Harcher étaient là eux aussi, prêt à venir en aide à la vampire couronnée. J'observais tout cela, simplement, de toute façon, je ne m'autorisa un dépassement de fonction quand il s'agissait de la santé de notre Maîtresse.
Je me contentais alors de veiller sur les alentours, afin que notre discrétion ne soit mise à mal.

Milady avait sa tête posé sur l'épaule de la succube. Elle était épuisée, je me demandais ce que lui avait fait subir le juge pour la mettre dans un tel état. Tout cela m'intriguait.
Bref j'essayais de mon côté de pensais à ce que j'avais fait. Il fallait que j'apprenne à me contrôler, à savoir agir avec sagesse, à ne plus me laissais emporter par les vibration que m'offrait le lien avec la reine vampire. Cela aurait pu me jouer des tours si je n'avais pas eu la chance que Minos ne se montre clément.

Soudain, Lady m'interpella pour me signaler que Silver cherchait à nous rejoindre, et qu'il fallait prendre garde à ce qu'il ne nous fasse pas repérer. Je répondais de la tête pour par télépathie communiquer avec le renard en lui demandant de rester discret et de nous attendre à l'extérieur que nous allons bientôt arriver.

Puis vint une période où Lady Lydia s'entretint avec le docteur pour la suite des événements, et de ses soins. J'étais certain qu'elle allait s'en sortir, de toute manière il n'y avait guère d'autres issues. Je souriais devant cette scène, nous étions là, avec chacun un rôle bien précis que nous respections. C'était là notre force, la force de la vampire.

Je me concentra quand Milady s'adressa à moi une nouvelle fois. Elle m'annonça que je serais l'éclaireur, pendant qu'elle monterait en voiture avec la succube et le docteur. Puis quelques détails sur la manière d'agir.
-" Très bien Milady, vous pouvez compter sur moi. " Dis-je alors que cette partie du voyage allait se terminer.
Je devais faire au mieux, et user de mes nouveaux pouvoirs. J'en étais capable j'en étais certain.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   Mer 19 Juil - 20:36

Le temps commençait à se couvrir alors que leur route se poursuivait sans la moindre anicroche. De sa voiture, la somptueuse chasseresse avait étendu ses sens, guettant tout signe, tout cœur pouvant trahir la présence d’une menace certaine. Une concentration qui n’échappait pas au regard de Lucile et d’Harcher…

- Personne…

Sa voix semblait surgir tout droit d’un rêve alors que le paysage défilait au travers de sa fenêtre, secoué par le pas des chevaux. Tout était si beau en cette saison où la nuit pouvait tomber si vite. Bientôt le solstice viendrait et avec lui un moment de réjouissance pour White Rose. L’hiver et sa noirceur, la saison où les âmes se pressaient moins dans les rues tant le froid pouvait se faire mordant et les ombres traîtres. Un instant ainsi s’écoula tandis que son regard trop brillant se perdait entre les silhouettes nues et tortueuses des arbres. Puis, enfin, une voix vint rompre le silence.

- Oui, la reconstruction de White Rose est encore trop récente pour attirer réellement l’attention. Ce qui nous arrange plus que parfaitement.
- En effet, Jonathan… Et Ezéquiel que penses-tu de ses progrès ?


Une question lancée sur un ton toujours aussi doux alors qu’elle se concentrait sur l’évolution de son infant parti en éclaireur. Si simple, c’était si simple tant son aura vampirique lui était perceptible de par le lien les unissant. Pour tout autre spectre que la splendide No-Life Queen, cela aurait déjà été plus compliqué de le repérer sachant qu’il n’usait en cet instant nullement du cosmos. Un avantage certain pour tout pionnier, tout infiltré de leur genre. Clignant des yeux sous un effet de réverbération soudain, elle entendit la réponse du professeur.

-C’est un excellent rénovateur mais en ce qu’il concerne la maîtrise du cosmos et ses talents de combattants spectral, cela n’est pas vraiment de notre ressort. Nous pouvons l’entraîner sur certains plans mais pas celui-là.
- Et moi-même n’étais pas là…

Sa voix sembla soudain s’abaisser. Quant à son teint un peu trop grisâtre, il ne pouvait que trahir l’état dans lequel elle se trouvait.

- Que s’est-il donc passé aux Enfers, ma tendre amie ?

Un ton proche presque intime et qui remontait à l’époque où Harcher avait élevé deux de ses précédentes incarnations et qui ne l’avait depuis plus jamais quitté. A ces mots, le regard de la rousse chasseresse glissa sur lui avant qu’elle ne réponde d’une voix neutre.

- Une épreuve pour me débarrasser de la Bête, Jonathan.
- Au point de vous épuiser en plus de vous faire perdre une immense quantité de sang. Je vous soigne depuis bien trop longtemps pour ne pas reconnaître une exsanguination forcée en voie de guérison. Seul un spectre surpuissant a pu vous infliger un tel traitement et vous pousser aussi loin dans vos retranchements.
- Il le fallait…
- Il a bien failli vous tuer en plus de vous mutiler. Une telle perte ne peut pas se faire sans conséquences.
- Je suis un spectre Jonathan…
- Et nous, ceux qui vous servons. Le grand Hadès, notre seigneur à tous, vous a transformée en vous liant aux deux mondes. Aux Enfers, ce sont les gardes du temple du jugement ou de la Tolomea qui vous servent mais ici, c’est nous et nous sommes bien plus exposés à la fureur de nos ennemis qu’eux ne le seront jamais.
- Et capables de nous défendre en plus de prélever le sang qui lui convient le mieux. Calme-toi, Jonathan. Tu sais bien comment cela finira si tu te laisses emporter. Rappelle-toi cette histoire avec Angel. Tu as failli prendre la colère du dieu Hypnos en pleine face.
- C’est loin tout cela, Lucile, si loin.
- Pas tant que cela au final… Juste avant la première vague contre White Rose. Ce pauvre Ostro qui pensait s’être mué en prince de conte de fée…


Un souvenir vibrant mais que tous n’avaient pas forcément envie de se rappeler. L’avenir était à la reconstruction et la venue d’un sang neuf, d’un infant… Un infant, depuis combien de temps, Lydia avait-elle étreint un futur spectre, lui offrant un surplus plus que précieux ? De mémoire d’Harcher, cela remontait à des siècles voire jamais…

Quant à Lydia, soulagée de voir que la discussion ait finalement dérivée, elle se replongea dans sa surveillance. Qui mieux qu’elle pouvait juger des progrès en tant que vampire de son Cerbère.

- Au-delà de White Rose… A quelques dizaines de pas, dans la forêt toute proche... Des vies progressent.

Souffle de vie, Sangs éphémères, des humains bien jeunes et faibles en ce temps précédant les premiers vrais frimas…

Hostiles ou non ? Ce serait à l’Etoile du Parfum d’en juger. Pour celle des Ténèbres, c’était déjà fait. Ainsi l’épreuve d’Ezéquiel venait de prendre forme. Quatre humains, porteurs ou non d’une étincelle de cosmos approchaient. Quatre vies qu’il lui faudrait au plus tôt jauger…
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   Dim 30 Juil - 10:59

Le chemin débutait. A cheval je me tenais quelques longueurs devant la voiture dans lequel se trouvait mes supérieurs. Même si je ne le montrais pas, j'étais inquiet pour Milady.
J'espérais qu'elle se rétablisse au plus vite. Sa douleur, j'avais l'impression de la ressentir. De toute façon j'étais prêt à l'endurer si cela pouvait permettre d'atténuer la sienne.

Nous marchâmes à un rythme normal, plus lent que rapide. La route était calme. La voiture me suivait; je me demandais aussi si ma maîtresse aurait la force de remarquer les efforts que nous ses serviteurs avions faits pour reconstruire une bonne partie de sa demeure. Les arbres donnaient une fraîcheur vivifiante.
Mon cheval était puissant, mais je le maîtrisais à la perfection.

Quant à silver arrow, je me demandais ce qu'il faisait. J'étais certain qu'il n'était pas loin, c'était mon plus fidèle compagnon. Mon regard admira ce ciel qui se couvrait dangereusement. Pourvu qu'il ne pleuve pas, me dis-je car je ne voulais pas que ma livrée se recouvre d'eau et pèse ensuite des tonnes.
Et puis je n'aimais pas trop ça.
Pour l'instant personne sur le chemin, toutefois, je restais vigilant, prudent. C'était mon rôle ! J'en étais fière !
Je suis le cerbère de Lady Lydia, la vampire couronnée ! Alors mon regard sillonnait les alentours, un regard perçant et vif; aussi je mettais mes autres sens à contribution, je m'habituais vite à ce sang de vampire qui coulait dans mes veines.

De temps en temps, je glissais un regard à l'arrière pour éviter de ne pas laisser trop d'espace entre la voiture et moi. Je respectais scrupuleusement les consignes et le protocole de sécurité de la vampire.
Un instant, j'essayais d'imaginer ce qui se disait dans la voiture. Même si au fond je n'étais pas curieux, en effet, je savais que tout cela ne me regardait pas. Il s'agissait là d'affaires qui concernaient le haut cercle de l'univers de ma Maîtresse.

Je n'avais pas besoin de savoir, je me contentais de ma mission, et c'était très bien ainsi !
Je faisais partie des petites mains de White Rose. Et progresser là-dedans était mon seul objectif.
Et puis il y avait ce surplis, je n'avais pas encore travaillé sur mon développement spectral. Je devais y penser.
Bref, j'évitais de me distraire, ma concentration était extrême.
J'étais soulagé de savoir que tout se passait bien, et je souhaitais que cela se passe ainsi jusqu'à notre arrivée au manoir.

Nous arrivâmes au seuil d'une forêt. Le bruit des sabots, des roues rythmaient le voyage. Le ciel restait menaçant. J'étais étonné de voir un chemin naturel tracé dans une forêt en apparence sauvage.
Je fermais le bouton le plus haut de ma livrée en remarquant qu'il faisait un peu plus frais. Un coup d'oeil en arrière pour signifier que tout était parfait et j'avançais.
Quelques mètres durant. Soudain je levais la main pour m'arrêter. J'avais senti des présences. Combien ? Je ne le savais pas vraiment. Lentement je descendis du cheval et je m'approchais de la source d'énergie.
Le pas discret, je restais proche du chemin et proche de la voiture. Je mis un genou au sol comme si je cherchais à raser le sol avec mon regard.
Un, deux, trois, quatre. Ils étaient quatre, d'une force qui me disait que je pouvais les vaincre si je m'employais à fond.

Je fronçais les sourcils, en poussant l'oüie, j'entendis des bribes de discussion.
-" Ils ne vont pas tarder à arriver...
Ouais. Ca nous fera du fric !
On va les surprendre un peu plus loin, allons-y."
Les intentions étaient clairs. Je m'approchais du cheval, et je tenais la hanse de celui-ci en faisant un geste de la main à celui qui conduisait la voiture pour qu'il avance.

Sur mes gardes, j'usais mes yeux pour scruter avec plus de vigilance encore le chemin. Et comme je ne pouvais pas laisser la voiture isolé, il fallait agir ainsi.
D'un coup je fis un autre geste de la main pour arrêter la voiture.
Lentement je m'approchais en tirant mon épée.
-" Veuillez-vous identifier ?!" Dis-je d'un ton autoritaire et à la fois aimable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   Lun 31 Juil - 21:56

Yeux clos, un sourire indéfinissable aux lèvres, la splendide chasseresse se tenait à l’affût. A quelques dizaines de pas au-devant, les présences s’étaient faites plus nettes, plus concrètes. Face à d’éventuels mendiants ou autres pauvre hères, le cocher avait ralenti. Il savait que plus qu’aucune autre dame de la région, lady Carminia avait le cœur généreux. Sans fard, sans désir de rattraper des actes ou autres péchés honteux. La No-Life Queen était infiniment plus que cela. Un réel phare dans la nuit, attirant et inoubliable. Combien de ses êtres venaient s’échouer à sa porte avant qu’elle ne les fasse accompagner loin des terres si leurs cœurs et leurs âmes le méritaient ? Et combien finissaient par entrer en son domaine pour y demeurer à jamais.

A mon maître reviennent les âmes, à mon être reviennent les sangs…

Ainsi quatre ils étaient, quatre vers lesquels Ezéquiel et Silver Arrow avançaient.

- Ou plus exactement trois et un…

Nuance qui au regard de connivence que lui lança Harcher prit tout son sens.

- Le "singleton" semble mal en point…
- Oui, je sens son énergie vitale au plus bas.
- Souhaitez-vous que je m’en charge ? Cela vous laissera tout le temps de voir comment votre infant va gérer les trois premiers et s’il a déjà fait la différence entre trois alliées et un pauvre quidam se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment.
- Va mon amie et pas de mort sans nécessité. Hadès mérite les meilleures offrandes.
- Avec plaisir, ma dame.


Sur ce, la portière s’ouvrit sans le moindre son et le blond succube se laissa filer hors de la voiture. La compagnie s’était ainsi divisée, annonçant le premier acte de ce qui ne pourrait déboucher que sur une délicieuse tragédie. Sur le sol luisant d’humidité, les feuilles mortes s’entassaient en un lit chatoyant. L’air était frais et doux, accueillant la suivante qui se fondit en un éclair dans les ombres de la forêt. Sublime en sa tenue rouge, elle émergerait telle une antique fée au regard de l’égaré alors que les autres n’auraient droit qu’à la terreur que devrait leur offrir sans hésiter le tout jeune spectre de la Rose Noire.

Un acte qui ne tarderait plus à se jouer maintenant quand les trois premiers s’étaient enfin déclarés comme menaçants aux regards d’Ezéquiel et de la Rose Noire.

- Oooooooohhhhhhhhhh…

D’un geste, le cocher avait fait s’arrêter la voiture. Signe de prévoyance qui plut au spectre du Vampire avide de voir les premières réactions de son jeune infant. Exercice plus qu’intéressant quand une série de détonations se fit entendre.

- Plus de cinq ?
- Ils ne doivent pas être très certains de leurs qualités de tirs.
- Pauvre Ezéquiel, lui qui semblait si fier de sa tenue… Elle ne doit plus être que passoire.
- Cela lui apprendra à vouloir parlementer avec des bandits de grands chemins empestant la poudre et le sang. Rares d’en voir d’aussi sobres.


Descendant alors de sa voiture, Lydia contempla de plus près le tableau des trois bandits ayant si courageusement entrepris de s’en prendre à un tout jeune homme seul.

- Oh mais regarde, une dame !
- Superbe, sa rançon devrait à elle seule pouvoir nous nourrir. Assure-toi que l’autre nabot soit bien parti rejoindre ses ancêtres.


A croire que les coups de pistolets n’avaient pas suffi à les convaincre. Aussi prenant sa lame, l’un des hommes se dirigea vers le jeune homme qui avait été projeté vers le sol…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Émergences dans un lit de brumes [White Rose - Ezéquiel - novembre 1755]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-