RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Mer 19 Juil - 18:27

Aaaah l'Italie! Sa nourriture, ses femmes pulpeuses, sa musique, son art! C'était surement le pays même de l'émerveillement. Si tant est qu'on soit en état de l'apprécier.

Assis au bord d'un des nombreux ponton, une bouteille de bon vin à la main, un homme observait la mer méditerranée qui s'étendait devant lui, l'air profondément nostalgique.

Trois ans. Cela faisait maintenant trois ans qu'il avait été banni du Sanctuaire Sous Marin par Poséidon lui-même. Sans un mot, sans un coup, il avait juste été emporté par les flots et rejeté sur une plage comme un déchet recraché par l'océan. Portant le goulot à ses lèvres, il but une nouvelle gorgée de vin, le goût sucré se collait à son palais, mais n'atténuait pourtant pas sa soif. C'était un peu comme s'il avait toujours soif de toute manière, mais malgré son mal être, il avait tout de même repris un peu goût à la vie. Mais quoi qu'il arrive, il n'arrivait pas à oublier l'appel de la mer.

Pourtant, il avait fait de son mieux pour prendre le moins possible la mer. Pas plus que nécessaire, voire indispensable. Partir de Londres pour gagner la France d'abord, et depuis, il n'était plus remonté sur un bateau. Pas même les petites pirogue qui voguait ça et là dans les canaux de la ville, il n'osait même pas mettre les pieds dans l'eau de peur de ressentir encore la fureur du Dieu des Mers.

Mais il allait mieux quand même. Même s'il buvait encore beaucoup, il gardait la tête froide et l'esprit clair. Il pouvait garder n'importe quel boulot à présent, il n'était plus cette loque comme il était ces trois dernières années. Il avait recommencé à se battre un peu aussi, bien qu'il faisait toujours attention à ne pas faire usage de son cosmos, sauf quand il se retrouvait seul. Histoire de ne pas trop perdre la main et d'entretenir son corps. Il avait retrouvé des muscles, une meilleure santé aussi. Il s'était remplumé comme on dit, car pendant un temps, il avait bien maigri.

Il y eut de la musique derrière lui, c'était aussi ce qu'il aimait à Venise. Les gens jouaient dans les rues, respiraient la joie de vivre ! C'est la belle époque, celle de l'Art! Des peintres exposent partout, des sculpteurs aussi, sans compter les jongleurs et autres acrobates de rue! Il s'approche pour regarder un type jongler avec des quilles en bois avec agilité, les lançant dans les airs pour les rattraper avec une dextérité rare! Zaveid savait que même en ayant bu quelques verres, il lui serait aisé de faire de même, voire mieux, mais ne serait-ce pas de la triche?

Il y eut un bruit sourd et le jeune homme se retourna pour voir un cracheur de feu, d'un coup, son regard s'assombrit et il se dépêcha de filer au travers d'une ruelle pour mettre le plus de distance possible entre lui et l'élément maudit. Il déboucha sur une nouvelle place où des saltimbanques se donnaient aussi à leur passion! Diseuse de bonne aventure, musiciens, peintres... un jeune homme lui attrapa le bras et le regarda avec un large sourire

«Hey!! Des cheveux de neige sur un jeune homme, je n'ai jamais vu ça! Je peux faire votre portrait?»
«Oui, pourquoi pas?»
il fouilla dans ses poches et sortit quelques pièces avant de s'asseoir sur un petit tabouret. C'était ce genre de petits croquis à l'aquarelle qui se fait assez vite, c'était toujours amusant bien que ça lui rappelait avec nostalgie les tableaux de Crysaor dans les tavernes du Sanctuaire Sous Marin. Sans qu'il n'y ait son propre portrait, disons que ça le lui rappelait.

Du coin de l'œil, il voyait une petite foule qui faisait visiblement la queue devant la diseuse de bonne aventure. Il avait toujours trouvé ça amusant, peut-être qu'il irait faire un tour ensuite, juste par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Ven 21 Juil - 0:53

[HRP : Comme annoncé, Lucinda porte encore le prénom que lui avait donné sa mère adoptive : Morgane]

Avec la lenteur toute calculée d’un gondolier plus que zélé, l’embarcation de Morgane s’était approchée de la rive. Rêveuse, la jeune sainte s’était penchée sur l’eau, laissant sa main glisser dans l’onde froide de cette fin d’hiver. Tout autour d’elle, la vie s’étalait en une fête incessante. Le carnaval battait son plein et déjà les riches familles rivalisaient d’audace et de richesse en leurs costumes et masques. Cris de joie, rires de passants, musiques s’étalaient en de nombreuses places. Tout semblait fait pour oublier les maux de la vie en cette période unique.

Saisissant la main que lui tendait l’homme tout de noir vêtu, elle ne tarda pas à poser le pied sur le sol totalement pavé. Pas une seule trace de végétation sinon celle de jardins intérieurs ou autres pots de pierres. Quelques pièces et elle salua gracieusement l’homme. Parée comme la plupart des passants, elle arborait un demi-masque soulignant la grâce de son visage divinement maquillé. Bien plus jeune que ne le pensaient la plupart de ses clientes, elle se faisait un devoir de perpétuer l’art de maman Esméralda. C’était sa façon de rester fidèle à celle qui l’avait adoptée bien avant qu’elle ne devienne une servante d’Athéna ainsi que celle qui la faisait vivre et voyager.

Croisant un jeune marchand, elle lui acheta un plein panier de fruits. De quoi satisfaire son appétit entre deux séances. Après tout, dès qu’elle aurait ouvert, elle ne pourrait plus fermer avant la tombée de la nuit. C’était aussi cela être une voyante, tireuse de cartes et bien d’autres choses encore, accueillie en les plus belles demeures et riches palazzo de la cité. Les belles dames mais aussi bien d’autres personnes plus discrètes étaient avides de ses révélations…

S’approchant de la petite maison qui l’avait accueillie et ce jusqu’au printemps, elle se glissa dans une entrée dérobée avant de saluer sa logeuse. Laquelle l’accueillit avec tant d’empressement que la rousse déguisée en brune comprit d’office ce qu’elle attendait d’elle.

" Dès que j’en aurais fini avec les séances des Palazzo et n’essayez pas de me faire dire lesquelles, Rosa. Pensez plutôt à rappeler à vos cinq amies de venir avant le fin du carnaval. Anna, Bruna, Sofia seraient là sans le moindre doute mais Oriana a déjà oublié la date et Bianca songe à se rendre en un autre lieu. "

Des paroles dites sans la moindre hésitation sur un ton profond. Morgane connaissait les prénoms des amies les plus proches de Rosa tout comme elle avait pu lire certaines choses dans les cartes et surtout dans l’eau de la Coupe des Amertumes. La mort planait autour de Bianca mais elle n’avait pas encore pu comprendre ce qu’elle avait entraperçu en un éclair. Aussi avait-elle gardé le silence, incitant la jeune femme à revenir au plus vite avec un objet qui lui correspondrait.

Il fallait qu’elle sache, qu’elle comprenne avant de donner une véritable prédiction. Son don tenait autant de la bénédiction que de la malédiction. Il avait pu la sauver mais elle n’avait rien pu faire pour sa mère d’adoption. Trop de choses, parfois, trop de choses se mêlaient…

Souriante avant de reprendre son masque de voyante, oracle ou diseuse de bonne aventure selon les personnes, elle contempla la joviale vénitienne qui s’empara de son panier pour y placer quelques pâtisseries en plus des fruits.

" Et pensez à faire une vraie pause pour faire honneur à ma cuisine. Il ne sera pas dit que mama Rosa laisse la plus prestigieuse de ses clientes mourir de faim. "

Un rire joyeux avant qu’elle ne la quitte sur d’autres paroles tout aussi agréables. C’était la fête, l’air de Venise qui opérait sa magie avant qu’elle ne rende dans sa chambre, histoire de se préparer à la venue des premiers clients.

Chevelure noire, yeux et visage dissimulés sous un masque créé spécialement pour elle. Tenue sobre et longue, teint pâle pour le peu qu’on pouvait en distinguer, Morgane était fin prête. Ne restait plus qu’à rejoindre l’avancée qu’on lui avait préparée.

Séparée du reste de la rue par d’épaisses tapisseries où le bleu dominait, la pièce ne payait pas de mine mais offrait une certaine intimité avec ses quelques chandelles savamment placées. Sa coupe placée au milieu de la table la séparant des visiteurs, en plus d'autres outils, elle se tenait fin prête…

Ajustant juste son châle, elle tira sur la chaînette avertissant le fils de sa logeuse que les séances allaient commencer. Signal que le gamin d’une dizaine d’années s’empressa de recevoir avant de lever le rideau, appelant de sa voix emplie de fierté les passants à venir consulter…
Revenir en haut Aller en bas
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Ven 21 Juil - 12:02

Le portrait de l'ancien général fut rapidement fait. Il se leva pour voir le résultat mais ne le prit pas avec lui, pas comme s'il avait envie de se trimballer une peinture le représentant partout où il irait! Il laissait l'occasion à l'artiste de l'exposer s'il le souhaitait, ça lui ferait un peu de pub sur son talent et inciterait les gens à se faire tirer le portrait aussi!

Un pantalon de toile simple de couleur brune, une chemise à jabot blanche ouverte sur son torse, une veste par-dessus pour se protéger du froid. Il neigeait rarement dans ce coin de l'Italie, mais ça n'empêchait pas l'air marin de rafraîchir l'atmosphère, et on ne pouvait pas dire que Zaveid était du genre à aimer le froid. Mais il y était quand même habitué, en mer, on n'avait guère le contrôle sur la météo!

L'ambiance était si festive qu'on ne pouvait qu'être heureux dans un endroit pareil! Il remarqua un jeune garçon qui commençait à clamer de venir voir la grande Morgane et ses dons de voyance, encore une? D'un sourire amusé, Zaveid se décida à jouer le jeu. Il n'avait jamais vraiment cru à ces trucs là, après tout, qui pouvait vraiment connaître l'avenir en dehors des dieux eux-mêmes? Et pas n'importe lesquels, de mémoire, seules les moires pouvaient peut être connaître l'avenir puisqu'elles maîtrisaient le destin de chacun entre leurs fils maudits.

Il s'avança donc et commença à faire la queue, il demanda à l'enfant combien ça coûtait, c'est que mine de rien, il n'avait pas envie de se ruiner par pure curiosité!

Lorsque ce fut enfin son tour, il s'avança en regardant un peu partout, cherchant surement l'attrape nigaud, il supposait qu'il lui serait aisé de deviner une éventuelle triche! Est-ce qu'elle était de ce genre à donner des petits indices pour que ce soit l'autre qui balance tout? Il l'avait déjà vue cette technique, du genre "je vois une femme dans votre vie!" et le client répond "ooooh j'ai justement rencontré quelqu'un hier" et là hop! ça enchaîne! Bref... il comptait essayer de rester le plus muet possible, juste pour voir, mais cette femme dégageait un petit quelque chose de dérangeant, il ne savait pas quoi.

Il s'installa là où on le lui demandait, il espérait juste qu'elle n'aurait pas à lui lire les lignes de la main, elle serait mal barrée puisqu'on ne pouvait pas dire qu'elles étaient encore bien visibles avec toutes ses brûlures.


«Bon euh... bonsoir? J'avoue que c'est la première fois que je viens dans ce genre d'endroit alors je suis totalement vierge du coup!» petite boutade dite sur le ton de la plaisanterie, sans savoir qu'il mettait un chouilla les pieds dans le plat tiens!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Sam 22 Juil - 13:33

Le temps passa et les premières consultations s’enchaînèrent. Rien de bien méchant, juste la banalité, tirant autant les cartes que consultant les images dans l’onde, Morgane n’avait eu aucun souci à satisfaire la curiosité des gens quant à leurs avenirs ou certaines questions du passé. Tout cela ne demandait qu’un peu de talent…

Puis, ce fut un jeune homme qui fit son entrée. D’office, elle sentit qu’il n’était pas un simple vénitien ni même un voyageur ou de la famille venue pour le carnaval. Cet homme-là dégageait quelque chose de bien connu sous une vêture relativement simple. Quant à sa chevelure blanche, elle ne pouvait en aucun cas passer inaperçue. Surtout au vu de sa jeunesse apparente. Le détaillant davantage, elle ne manqua pas son inspection des lieux.

Que pouvait-il bien penser ? Qu’elle laissait des espions ou autres arnaques traînaient dans la petite pièce. Jouant des courants d’air, elle fit vaciller les flammes des chandelles, certaines frôlant presque le visage du jeune homme en une caresse ardente…

" Soyez le bienvenu… "

Et relevant le visage, elle plongea ses yeux bleus dans les siens.

" Alors ce sera une première entre nous… Détendez-vous donc, je n’ai aucunement l’intention de vous arnaquer ou vous dévaliser. Jamais, je ne demanderais plus que ce que les gens peuvent donner pour quelques instants à mes côtés…

Seuls ceux qui en ont vraiment les moyens paient voyez-vous. "


Et souriant doucement avant de jouer avec la Coupe qu’elle avait disposé entre eux, elle précisa.

" Des talents, vous en débordez, au-delà de ce que peuvent accomplir de simples mortels. Je les vois aussi nettement que les reflets dans ma coupe. Tout comme je peux sentir une présence près de vous. Une présence qui vous déplaît. N’auriez-vous aucune confiance en moi ? Ou sont-ce les quelques flammes qui vous gênent. N’hésitez pas à le dire et je les éteindrai. "

Une voix douce dont les intonations prenait parfois plus de profondeur. Jetant un œil rapide aux mains plus que marquées de l’homme, elle comprit.

" Hum… Il ne faut pas être voyante pour lire d’anciens soucis avec le feu. N’importe qui peut reconnaître ce genre de plaies. Maintenant, si nous parlions plutôt de l’eau vu que le feu vous crispe et qu’éteindre les chandelles ne sera au final qu’un trop délicat soulagement… "

Ce qui ne l’empêcha pas de le faire, plongeant la pièce dans une pénombre bleue, profonde si profonde qu’elle avait de quoi impressionner sans pour autant gêner les séances de la sainte de Coupe.

" Donnez-moi votre main, ainsi, je pourrais plus facilement distinguer les vagues et les tumultes qui résonnent aux portes de mes pensées… "

Un sourire énigmatique à peine visible en dépit de leur proximité, ce genre de septique ne lui était pas inconnu et rares étaient ceux incapables de remettre en doute la véracité de ses prédictions ou révélations. Parfois, cela avait failli tourner au vinaigre, le plus souvent quand elle poussait le jeu jusqu’à révéler des secrets honteux au grand jour…

Pourtant, la fausse brune était sereine. Quoi qu’avait pu faire ou vivre ce jeune homme, il ne s’en prendrait certainement pas à elle…

La mort planait bien mais ce n’était pas pour eux…
Revenir en haut Aller en bas
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Sam 22 Juil - 14:35

Pas forcément méfiant, surtout curieux à vrai dire. Mais Zaveid aimait bien observer et découvrir de nouvelles choses. Était-elle de ces escrocs qui fouinent pour trouver des détails de la vie des gens et s'en servir? Ou bien avait-elle un réel talent? Toujours est-il que ces nombreuses bougies le mettaient mal à l'aise, oui, mais il n'en dit rien. Il sursauta lorsque l'une des flammes manqua de lui caresser le visage et son regard assassin n'avait pas pu échapper à la belle brune. Il s'avança finalement et vint s'asseoir devant elle, il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre qu'elle était "au moins" une éveillée. Elle dégageait clairement un léger cosmos, mais ignorant si elle en était consciente ou non, il préférait ne rien dire sur l'instant. Elle expliqua son mode de fonctionnement concernant le paiement, à savoir que chacun donnait ce qu'il voulait... il hocha de la tête pour signifier qu'il comprenait, mais se permit une petite remarque

«Je suppose que plus ils paient et plus vous vous arrangez pour leur dire que ce qu'ils veulent bien entendre?» gloire, richesse, femmes, le tralala habituel? Dans la mesure où lui n'aspirait à rien de ce genre - ou presque, mais les femmes, ce n'était pas comme s'il en manquait! - cela ne pouvait pas fonctionner avec lui. Sa remarque à propos des chandelles ne risquait pas davantage de passer pour de la voyance pour lui, son aversion pour le feu avait été bien démontrée quand il était arrivé, alors quand elle proposa de les éteindre...

«Pour l'instant, on va dire que ça va. Tant que vous ne les approchez pas trop de moi. Encore.» petit message quand même, autant Zaveid était quelqu'un d'agréable et jovial en temps normal, mais il est vrai que quand on mettait du feu dans l'équation, il se tendait un peu. Et si elle s'en rendait compte, elle continuait de parler d'une voix douce, soit pour l'amadouer, soit pour le détendre, mais peu importe. Il voulait quand même jouer un peu le jeu, aussi il ferma les yeux, prit une profonde inspiration pour essayer de se calmer, ses mains jointes devant lui avec quand même une pointe de nervosité

«Désolé.» il roula légèrement des épaules avant de la regarder de nouveau, elle ne parla pas ouvertement de ses mains, il fronça légèrement des sourcils alors qu'elle se mit à parler de l'eau?

«Ces derniers temps on va dire que... oui non, je préfère vous laisser parler.» petite erreur de débutant! N'était-ce pas justement ce qu'il s'était dit lui-même avant d'entrer? Des propos énigmatiques qui vous poussent à la confession... le fait que l'eau n'était pas davantage son élément que le feu ces derniers temps et qu'il la fuyait comme la peste ou presque! Craignant la fureur d'un dieu qu'il avait déçu.

Elle avait fini par éteindre les bougies quand même et il tendit sa main pour la laisser y lire ce qu'elle voulait.


«Vous avez parlé de simples mortels, toute à l'heure. Ce n'est pas un terme qu'un humain emploie très souvent. Est-ce que vous vous considérez comme divine?» allez savoir lequel voulait en apprendre plus sur l'autre d'un coup. Elle dégageait quelque chose d'intriguant cette demoiselle... un cosmos évident, bien qu'il ne pouvait en percevoir l'intensité encore, ses connaissances sur ses propres pouvoirs. Si elle était une simple éveillée, aurait-elle perçu son propre cosmos? Difficile à dire, il ressentait bien le cosmos des autres sans savoir ce que c'était quand il était enfant.

«Ou peut-être que vous croyez simplement en certains dieux qui vous auraient donné votre pouvoir?» christianisme, ou mythologie, peu importe en quel dieu elle pouvait croire, mais elle en savait quand même plus qu'elle n'y paraissait... elle avait parlé de l'eau, avait-elle senti qu'il servait autrefois Poséidon? Si elle le savait, était-elle une alliée ou une ennemie?

Groumph, il sentait qu'il sortirait de là davantage avec des questions que des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Dim 23 Juil - 19:04

" Tsss… Si ce n’était que cela, ils iraient voir des flagorneurs et non des voyantes de mon genre… Certaines de mes prédictions déplaisent bien plus qu’elles ne ravissent. Surtout en des cas bien précis. Le prix peut alors paraître bien dérisoire en regard de ce que j’offre… ou révèle…

Mais laissons les aspects matériels pour ne garder qu’un aspect bien plus important entre nous. Sachez que rien de ce qui sera dit ici ne passera les murs de cette pièce. Depuis toujours, je m’engage à conserver les secrets qui peuvent, entre ses murs, être percés. Si fuite, il y a, ce ne sera jamais de mon endroit… "


Mots qu’elle avait souvent dit avant de devoir en certains cas défendre sa vie. Un témoin de son genre pouvait vite devenir gênant. Cela avait coûté la vie à sa mère adoptive et aurait sonné le glas de la sienne si elle ne s’était pas éveillée. Des souvenirs précieusement conservés en plus de ceux d’une noirceur humaine capable de commettre les pires méfaits.

Concernant ce jeune homme à la chevelure aussi blanche que la neige fraîchement tombée, il ne lui avait pas fallu quelques minutes pour reconnaître un autre éveillé.

Une rencontre peut-être pas si fortuitement que cela au final…

Souriante, elle reprit d’un ton calme et doux, ne s'offusquant pas de l’attitude à la fois nerveuse et septique de son client. Quelque chose en lui criait sa crainte du feu mais qu’en était-il de l’eau… ?

Saisissant la main qu’il lui tendait, la plaçant paume contre paume, elle se concentra avant de relever la tête sur l’une de ses questions.

" Divine ? Non, certainement pas, différente sans le moindre doute et sans la moindre prétention mythologique ou autre. Je laisse cela aux vendeurs de rêve dont vous avez si bien parlés. Ce genre de talents, qui sait d’où il peut émerger. Parfois, cela tient plus d’une malédiction. Toutes les images, toutes les révélations ne sont pas forcément les plus heureuses à recevoir. "

Posant alors sa main libre contre la Coupe des Amertumes, tout en touchant plus que subtilement l’eau de son énergie, elle poursuivit.

" En fait, ces visions, je les ai depuis ma plus tendre enfance. Ils m’ont placée un peu à part, me faisant tantôt attirante tantôt repoussante. Pour votre part, je peux dire que je vous attire pour l’instant. Votre curiosité de départ se mue en autre chose à mesure que le temps passe. Le fait sans doute que vous vous êtes efforcé de ne jamais rien dire sur vous.

Seulement… "


Un regard vers l’eau tandis qu’elle entrait doucement en transe.

" Seulement, les autres dans les reflets glissant dans l’onde parlent pour vous. Des ombres, des formes évoquant une famille qui ne partage pas le même sang. Une famille prise dans le tumulte et l’eau… Une eau plus salée que douce, agitée que pacifique. Une eau qui vous sépare et vous lie à la fois… "

Atténuant doucement son sourire, Morgane releva alors la tête. Son regard virant doucement à l’ambré plongeait de nouveau dans celui de son visiteur.

" Vous souffrez… Je sens cette tristesse en vous. Des larmes que vous cachez de toutes vos forces et ce parcours loin des vôtres. La Coupe se remplit de larmes. Elle est juste le reflet, le miroir de mes visions… "

Des mots qui touchaient au cœur. Morgane n’était pas là pour flatter les gens ni même les inciter à lui donner tout ce qu’elle demandait. Non, elle ne faisait que lire toutes les visions qui gravitaient autour de ses clients. Et celle entourant ce jeune homme était révélatrice de la tristesse plus encore que de la déchéance dont il commençait à s’extirper.

Se taisant alors, elle baissa de nouveau la tête vers la Coupe attendant sa réaction. Devait-elle déjà parler de ce qui brillait alors tout autour de lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Dim 23 Juil - 23:48

En dire le moins possible, c'était probablement le mieux qu'il avait à faire pour le moment, même si cette fille avait de quoi fasciner. Toujours est-il qu'il essayait quand même de ne pas se montrer agressif, peu importe qu'elle soit une arnaqueuse ou qu'elle ait un vrai pouvoir, elle ne faisait que son travail. Et elle n'avait pas tort, quand on vous parle de votre passé, de votre présent ou de votre avenir, il ne peut pas y avoir que du positif!

Enfin, lorsqu'elle parla de secret, il eut un sourire amusé

«Il est vrai que vous devez bien savoir garder les secrets des autres, il faut bien aussi garder les vôtres.» petite perche tendue pour voir si elle avait conscience ou non de son cosmos. Mais il reprit son sourire quand même, ne voulant pas la piéger ou autre, juste voir comment elle fonctionnait. Visiblement, c'était un véritable donc qu'elle possédait, et si c'était vraiment le cas, ce serait une première!

De toutes ses vadrouilles, il en avait vu quelques unes, des bohémiennes qui disaient pouvoir lire dans les cartes, m'enfin c'était souvent des prédictions assez générales et faciles... après tout, on ne peut pas être heureux toute sa vie, il faut bien qu'il y ait tôt ou tard un accident ou autre hein?

Il jeta un coup d'œil à la manière dont elle jouait avec sa coupe, tout en tenant sa main. Il l'écoutait attentivement, souriant légèrement tout en prenant une profonde inspiration

«De par mon apparence et mon accent, je ne suis clairement pas Italien. Vu vos talents, je suis même sur que vous savez précisément d'où je viens. Le fait que j'ai pu être sur un bateau est donc une déduction logique.»

Elle mentionna ensuite sa souffrance, forcément, il se crispa un peu, mais retrouva tout de même son sourire quelques secondes après
«Qui n'a jamais souffert dans sa vie?» il finit alors par se pencher près, très près, au point que son nez touchait presque celui de la jolie demoiselle. Un poil charmeur peut-être, mais surtout de plus en plus curieux. Jouait-elle à un jeu ou essayait-elle de le ménager? «Tu es douées, je dis pas le contraire» il était passé volontairement au tutoiement «mais si ce que tu dis est vrai, si tu lis vraiment en moi comme dans un livre ouvert, mets donc les vrais noms sur tes paroles obscures!» il n'était nullement agressif, mais plutôt perplexe en fait. Quoi qu'un poil méfiant tout de même.

Selon lui, un don pareil ne peut revenir à des gens ordinaires, peu importe sous quelle étoile elle est née, l'une des divinités de ce monde lui a forcément déjà mis le grappin dessus! Pour sûr qu'à choisir, il aurait aimé qu'elle rallie Poséidon, mais elle... c'était con à dire, mais elle ne sentait pas la mer.


«On est partis du mauvais pied peut être. Je m'appelle Zaveid.» mine de rien, elle était vraiment jolie la petite, mais il n'était pas là pour ça hein?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Sam 29 Juil - 23:10

[HRP : bon, je pense que cela risque de rendre de futures rencontres plus qu'intéressantes. Morgane joue sur le fait que tu ne sais pas encore qu'elle est une sainte et ignores les conséquences de son geste Very Happy ]

D’autres mots, d’autres remarques qui ne firent pas fléchir la rousse grimée en brune. En cet espace aussi réduit qu'intime, la troublante Morgane se sentait chez elle et de taille à supporter l’ensemble d’éventuelles railleries. Aussi sans se départir de son calme ni de sa concentration, elle répondit le plus naturellement du monde.

" Pas plus que je ne suis vénitienne. Seulement contrairement à vous, je ne sais pas d’où je viens exactement. Telle est la plus belle des facettes de ma malédiction, elle m'empêche ne serait-ce que d’entrevoir d’innombrables choses à mon sujet. Elle va, elle vient. "

Un sourire sous son masque avant qu’elle ne poursuive, basculant un peu la tête sur le côté…

" Quant au bateau, rien que traverser la lagune oblige à en utiliser un. L’eau dont je parle n’a rien à voir avec un quelconque voyage. Non, c’est un peu comme si elle faisait partie de vous, d’une part de votre être. Elle s’attache à vos pas malgré l’éloignement forcé qui vous est infligé. Elle fait partie de vous…

Là est l’information la plus importante, jeune éveillé. "


Le ton avait gagné en mystère, en sonorité singulière sur cette révélation qui n’en était pas une. Ni pour elle ni pour lui, se penchant sur le Coupe des Amertumes, elle en étudia les formes et les ombres avant de reprendre avec une douceur immense.

" Vous n’aimez pas ce que je dis ou ce que vous espérez que je ne sois pas mais je n’y peux rien. C’est si banal que je ne devrai même plus m’en offusquer... " Un soupir quelque peu voilé lui échappa soudain et elle reprit sur un ton moins profond. " Le Cronide maître de la Mer et des Séismes s’attache à vos pas. En ma Coupe, il tonne comme il sait si bien le faire lors de ses plus célèbres colères. Il tonne contre vous… "

Puis, effleurant la surface de l’onde de ses doigts.

" Je vois aussi l’ombre de son fils penchée sur vous. "

Avant de finalement se rejeter en arrière.

" A présent, à vous de me dire si vous souhaitez réellement entendre ce que j’ai à ajouter. Quoique non, à vous entendre, une petite pause serait plus que nécessaire. "

Se levant alors, elle embrasa juste ce qu’il fallait de son cosmos pour enflammer les chandelles. Aussitôt la salle de séance reprit en lumière, perdant une part de son attrait. Et s’approchant du jeune marina à la chevelure de neige, Morgane lui tendit la main.

" Nous sommes en effet partis sur de mauvaises bases, Zaveid. Vous sentez que je ne suis pas sous le même ciel que vous et cela vous perturbe. Aussi, l’idéal serait d’aplanir les choses en d’autres circonstances que celle d’une séance où plus que moi, vous vous sentirez mis à nu et vulnérable. "

Des mots à double sens qui ne pourrait qu’amuser un séducteur amateur de jolies jeunes femmes.

" Aussi, je vous propose de profiter de la soirée de carnaval à venir à mes côtés et ôtant doucement son masque, elle révéla ses traits. A moins que vous ne me trouviez trop hideuse pour être votre partenaire. "

Avait-il deviné la nature de celle qu’elle servait ? Sans le moindre doute pas encore et le fait de retirer son masque ne pourrait que le mener sur une mauvaise piste s’il était au courant de la loi des femmes chevaliers. L’aimer ou le tuer seraient ses seules perspectives si elle venait à paraître en tant que sainte, ce qu’elle n’était pas pour l’instant, parée de son masque de voyante.
Revenir en haut Aller en bas
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Dim 30 Juil - 10:21

Jeune éveillé... elle se décidait enfin à prononcer les bons mots. Zaveid commençait à croire sincèrement qu'elle avait un don, un don véritable bien qu'elle se montrait prudente sur ce qu'elle disait. Soit pour le ménager, soit parce qu'elle cachait elle-même des choses. En fait, il était presque sur qu'il s'agissait un peu des deux.

Ses mots s'emportèrent, tel un flot doux et régulier, même sans mettre le moindre nom véritable, il savait qu'elle avait tout deviné. Le Dieu des océans dont la colère planait encore sur lui, et le fait... le fait qu'il soit né sous la protection de Crysaor, fils de Poséidon dans la mythologie. Il détourna les yeux, honnêtement, y avait-il autre chose à savoir? Probablement pas.. enfin, elle n'avait mentionné que le passé, pas l'avenir.

Il s'apprêtait à ouvrir la bouche pour demander quelque chose, mais elle estimait qu'ils avaient besoin d'une pause?
Il battit des cils sans trop comprendre et finit par sourire alors qu'elle l'invitait à sortir?

«Toutes les femmes sont entourées de mystère, c'est ce qui fait leur force après tout! Le fait que malgré nos efforts, on ne puisse jamais vous comprendre totalement! Et au final, c'est surement mieux ainsi! Quel intérêt de tout savoir sur tout?» il s'était levé, mais il mémorisait quand même certains mots dictés par-ci par-là, elle n'était donc pas une marina, sinon elle n'aurait pas mentionné le fait qu'ils n'étaient pas nés sous le même ciel, en revanche, elle pouvait servir Athéna, Hadès ou même Odin finalement. Elle retira d'ailleurs son masque, ce qui aurait normalement pu mettre la puce à l'oreille de l'ancien général pour retirer l'un des camps de l'équation, mais autant le dire... ce genre de détail lui échappait un peu.

«La beauté, c'est subjectif au final! Mais le mot hideuse est loin de pouvoir te caractériser!» il tendit donc la main, faisant une révérence élégante pour l'inviter «si cette gente dame voulait bien m'accorder une danse?» il l'entraîna donc à l'extérieur, la place regorgeait d'artistes en tous genres et bon nombre de touristes et locaux dansaient déjà! Le ton changeait en une valse, traditionnelle de cette ville, probablement plus pratique pour danser! Une main sur la taille de la demoiselle, l'autre dans sa main, et un-deux-trois... le jeune homme montrait avoir appris bien des choses par le passé, le genre de choses qui ne s'oublie pas, même quand on perd tout. Avec la musique, les gens ne pouvaient guère les entendre, c'était tout aussi bien pour discuter encore un peu.

«Ça ne doit pas être facile de pouvoir lire dans les gens comme tu le fais...» il la fit tourner doucement avant de la ramener contre lui, plantant son regard d'or dans les émeraudes de la jeune femme «connaître le passé, le présent et le futur des autres, sans visiblement connaître ta propre vie?» elle lui avait dit pas mal de choses de sa vie, mais était-elle à même de parler un peu d'elle aussi?

«J'ai été percé à jour pour ma part... même si tu me parles d'un monde auquel je n'appartiens plus depuis longtemps, ça m'a fait du bien de savoir que quelque part, il est écrit que j'en ai fait partie.» son regard s'était assombri, rongé par le remord et la déception, il aurait aimé que les choses tournent autrement, qu'il ne soit pas ce lâche qui avait tout abandonné juste à cause de quelques brûlures aux mains et d'une défaite trop cuisante. Il aurait aimé surmonter tout ça et être encore là bas... il ne se rendit pas compte que cela faisait quelques secondes qu'il était perdu dans ses pensées et se réveilla comme d'un léger rêve, secouant la tête pour sourire à la belle tout en continuant à danser

«Désolé, tu disais?» ah tiens, c'est vrai qu'elle est jolie en fait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Sam 5 Aoû - 15:20

" Car vous pensez que les hommes sont plus simples à cerner, sir Zaveid ? Non, je ne le pense pas. Tout être à sa part de mystère, sa face trouble et sa face de lumière. Les vôtres sont si intenses que je pourrais presque les effleurer du bout des doigts. Malheureusement, ce ne seront jamais que des bribes que dame Fortune se plait à m’envoyer, rien d’autre. Les interpréter demeure le plus passionnant et périlleux des jeux… "

Un ton doux moins chargé d’effets que lors de leurs premiers échanges. Quelque chose en lui inspirait la confiance. Sans doute n’était-il pas aussi mauvais que cela et puis, les marinas n’étaient peut-être pas les mieux lotis parmi l’ensemble des éveillés. Entre leurs défaites successives face à la grande Athéna ou même Odin et les crises monumentales de leur maître telles que les contaient les légendes, la vie ne devait pas être rose tous les jours. Et puis, les exilés avaient aussi leur dose de charme.

" Ce qui m’amène à répondre à votre question par une autre. Qu’est-ce qui est le mieux ? En savoir trop ou pas assez sur son futur ? Sachant qu’il est tout sauf limpide ? Toute mauvaise interprétation peut mener à la perte du demandeur… "

Et laissant passer quelques secondes elle poursuivit sur un ton de connivence.

" Songez à certaines prophéties de la Pythie. Celle qu’avait reçue le roi Crésus de Lydie restera sans doute toujours l’un des meilleurs exemples. Sans doute la connaissez-vous…

Désireux de conquérir le vaste empire Perse, le grand Crésus se rendit auprès de l’oracle du grand Apollon et la Pythie lui répondit : « Si Crésus traverse l’Halys, il détruira un grand empire »

Confiant en ce qu’il interpréta comme une future victoire, Crésus attaqua alors la puissante perse et perdit la bataille, détruisant non pas l’empire de Perse mais son propre empire. Ainsi se réalisa la prophétie, un grand empire avait bien été détruit mais ce n’était pas celui que pensait l’infortuné Crésus… "


Sur ces quelques mots, elle se tut, laissant de nouveau passer le silence.

" Mais cela nous emmène un peu trop loin. Je n’ai rien de commun avec la Pythie des temps anciens mais je sais aussi qu’il me faut souvent plus qu’une seule séance pour voir davantage que les faits les plus frappants, les plus intenses et banaux. "

Quelques minutes de plus s'écoulèrent avant qu’elle ne sourît soudain aux nouvelles paroles du marina à la chevelure de neige.

" Merci, sir Zaveid, visiblement, vous savez parler aux femmes et je ne vous apprends rien en vous disant que vous les attirez par votre charme exotique. "

Saisissant alors sa main…

" Avec plaisir, messire… "

Un jeu somme toute innocent et donc les conséquences pourraient n’avoir aucun impact sur leurs avenirs communs. Après tout, l’ancien marina était en cet instant un exilé et même s’il revenait au sein de son armée, rien dans le futur immédiat ne semblait les pousser à se dresser l’un contre l’autre.

Ainsi entrèrent-ils dans la danse, le jeune homme guidant la brune voyante au travers des autres couples en train de tournoyer. Tout n’était que joie et liesse autour d’eux, en si total désaccord avec ce qu’elle avait vu sur le passé du malheureux chevalier errant. Quelque chose de cruel, de terrible mais elle avait aussi entrevu une éclaircie. Si fugace, si légère mais bien réelle. Trop bref avait été leur contact pour qu’elle puisse pousser plus loin mais en avait-elle réellement le droit. Quelque chose en sa conscience la retenait d’aller encore plus profondément. Un peu comme si cet homme méritait toute la considération et le respect qu’elle se sentait prête à lui accorder.

Et souriant à sa maladresse, elle reprit…

" Oui, vous en faites partie de ce monde plus que lié à l'eau et viendra le jour où il se rappellera à vous. Le destin prend parfois des détours plus que capricieux… "

Un rire délicat faillit lui échapper quand elle sentit qu’on tirait sur sa jupe.

" Dame Morgane, mama Rosa vous envoie ceci. Elle dit que Bianca n’était pas chez elle et que ce n’était pas dans ses habitudes de partir sans rien dire à personne. "

Prenant la broche plus que précieuse des mains du jeune garçon, Morgane se rappela ses paroles au sujet de l’amie de sa logeuse. Puisse-t-elle se tromper…

Oh non…

Une nouvelle série d’images lui traversa l’esprit et elle se tourna vers Zaveid.

* Si vous voulez savoir en quoi connaître l’avenir peut aider ou achever, alors, je vous en prie suivez-moi. Je n’avais que des doutes mais maintenant, maintenant, c’est imminent.

La mort rode, Zaveid… pour cette pauvre Bianca. Fassent les Moires que je me trompe, je le voudrais tellement…*


Et sur cette transmission de pensées, elle se tourna vers l’enfant qui n’avait sans doute rien compris.

" Merci, Corto. Tu as été parfait. Tu diras à mama Rosa de te donner le plat ou les sucreries de ton choix… "

Ardu était le jeu des apparences, il fallait être capable de dissimuler certaines visions choquantes et cela, Morgane y avait été si tôt confrontée. Et laissant, l'enfant repartir, elle attendit la réponse du marina.
Revenir en haut Aller en bas
Zaveid


Général
Général
avatar

Messages : 215
Armure : Chrysaor de l'Océan Indien

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   Sam 5 Aoû - 23:09

Mine de rien, c'était fascinant de discuter avec cette demoiselle! Les yeux de Zaveid ne pouvaient manquer de trahir sa curiosité un poil infantile, mais il faut dire qu'il avait toujours été curieux de tout! L'inconnu ne lui faisait pas vraiment peur, ce n'était finalement qu'un pas vers une nouvelle découverte!

Malgré tout, il comprenait le fardeau qui se trouvait sur les épaules de la jeune femme... ne voir que des morceaux de l'avenir, des images, des signes à interpréter, et combien la moindre erreur pouvait être dramatique!

«Je pense qu'en fait, le mieux c'est surement de ne pas savoir... après tout, la vie elle-même est une aventure, ou un chemin... ce qui compte, c'est pas où on arrive, mais comment on y parvient!» il pouffa un peu de rire avant de conduire la demoiselle à l'extérieur «de toute manière, moi, j'adore les surprises!» bonnes ou mauvaises, c'était généralement ce qui faisait le piment de la vie!

Ils se retrouvèrent dehors, la demoiselle avait retiré son masque de voyante et ils se mirent à danser. Tous les deux ne semblaient guère se soucier du camps dans lequel pouvait se trouver l'autre, de toute manière, Zaveid n'appartenait plus à la moindre armée, aussi ne pouvait-il vraiment juger avoir des ennemis. Malgré tout, il n'appréciait pas trop les spectres, juste parce qu'il avait du mal avec ce concept de mort ou de non vivant. Quand on croit à la réincarnation, difficile de se dire qu'on pouvait être mort et se réincarner en soi-même.. enfin c'était bizarre quoi! Disons que sa notion de la réincarnation était trop éloignée de celle des Enfers, ça le perturbait surtout, plus que ça ne l'offusquait vraiment! Après tout, il y a des cons chez les marinas, pourquoi il ne pourrait pas y avoir des gens sympas chez les Spectres? Bref!

Une belle danse commençait, les deux jeunes gens oubliaient un peu leurs soucis et Zaveid ne put s'empêcher de rire lorsque la belle Morgane rappela qu'il plaisait aux femmes!

«C'est vrai que je n'ai pas trop à me plaindre à ce niveau là!» certes, un peu moins ces derniers temps. Maintenant que la boisson ne dictait plus chacun de ses faits et gestes, il avait un peu repris quand même la notion de respect et voyait moins d'intérêt à s'envoyer en l'air à tort et à travers.. peut-être qu'il vieillissait un peu aussi, ou qu'il était en train de mûrir? Peu importe en fait! Disons juste qu'il s'était "un peu" calmé.

Et puis, le fait de voir que la dame avait compris ses origines, il ne savait pas si ça lui faisait plaisir ou non. Mais elle eut malgré tout des paroles étranges avant d'être interrompue par un garçon, il resta un instant bloqué par ses paroles, l'idée que Poséidon pouvait lui pardonner était... disons très très peu probable, mais il n'eut pas le temps de vraiment y réfléchir car il entendit une voix dans sa tête qui le fit sursauter et même reculer d'un pas

«Wow c'était quoi ça??» une main sur le cœur qui battait un peu vite ,il lui fallut plusieurs secondes pour réaliser que cette voix était celle de Morgane. La jeune femme dut répéter malgré tout pour qu'il comprenne la gravité de la situation et il reprit son sérieux, relevant le col de sa veste et hochant de la tête d'un air entendu tout en attendant que l'enfant soit éloigné pour répondre

«Juste avant que tu ne m'embarques dans une de tes histoires, t'as encore d'autres pouvoirs comme ça sous ton voile?» d'accord, il avait dit aimer les surprises, il était servi en fait! «peu importe, je suppose que je le verrai par moi-même hein?» il lui fit un petit sourire qui se voulait rassurant, histoire qu'elle comprenne qu'elle pouvait compter sur lui, il alla poser une main sur l'épaule de la jeune femme en affichant un air plus volontaire

«Je connais Venise comme ma poche maintenant! S'il y a un endroit où tu veux te rendre, je peux nous trouver le chemin le plus court! Quoi qu'on peut aussi passer par les toits si tu es aussi agile que tu sembles l'être?» mine de rien, connaître sa vitesse de pointe aurait pu le guider sur le rang de la jeune femme, mais il n'avait plus en tête de la tester. C'était surtout pour savoir ce qu'elle pouvait se permettre ou non au vu de son identité secrète! Lui n'avait plus rien à perdre après tout..


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Février 1755 - Venise] Charmante rencontre! {Zaveid / Lucinda}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-