RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 139
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Sam 9 Sep - 12:58

Un portail ténébreux recouvert de rose écarlate se forme alors que la juge des enfers s’y engouffrait avec la nymphe qui lui servait de servante. Le paysage obscur du temple de la wyverne laissa place à un magnifique ciel bleu azur sans nuage alors qu’une douce brise maritime caressa et s’engouffra dans les cheveux violines de la nymphe infernale. Elle profita de ce petit moment de plaisir simple avant de traverser une falaise rocheuse pour se rendre dans une crypte sauvage où se trouvait une grotte que personne n’aurait soupçonné trouver. Après une bonne heure de marche dans les ténèbres de cet endroit qu’elle n’avait plus visité depuis fort longtemps elle arriva enfin à destination ou du moins à la première étape. Devant elle une caverne magnifique dans la roche était ornée de petites gemmes de toutes les couleurs qui éclairaient cette dernière de mille reflets. Au centre se trouvait un genre de lac au bord duquel de charmantes créatures discutaient et jouaient de la musique. Aërys s’avança sans honte et sans gêne et se présenta par politesse même si beaucoup l’avaient reconnue. Les Naïades nymphe des océans firent bon accueil à leur « cousine » et à sa suivante. Ensemble ils se posèrent pour chanter et discuter de tout et rien avant qu’ Aërys ne dévoile la raison de ça venu. Elle souhaitait se rendre au royaume sous-marin afin de délivrer une information importante au seigneur des mers.

Un silence s'installa alors que les nymphes aquatiques se retirèrent et ouvrirent le passage à Aërys pour qu'elle puise descendre dans le domaine du Poséidon. Aërys prit sa servante contre elle et enveloppa leur corps de son cosmos puissant et terrifiant ! Elle déploya ses longues ailes et sauta dans les airs pour plonger dans l'eau , propulsée par la puissance de son cosmos ! Après une rapide descente, les deux nymphes arrivèrent dans la « zone d'accueil » du royaume sous-marin dans le Champs de Coraux. Aërys se mit alors à jouer de la harpe et de son chant de sirène mélodieux se dégagea un cosmos plutôt calme et serein. Ainsi elle préviendrait de sa présence les marinas ou autres créatures chargées de l'accueil des « invités ».


Dernière édition par Aërys le Lun 11 Sep - 16:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asya Leskov


Général
Général
avatar

Messages : 1075
Armure : Scale du Kraken

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Dim 10 Sep - 12:35



Cela faisait déjà quelques semaines que la jeune femme était retournée chez elle, au Sanctuaire sous-marin. Des journées passées à déambuler dans les rues, à faire des allers-retours entre le temple de Poséidon et les champs de Coraux. Nul rendez-vous de prévu, quel qu’il soit. Tout cela n’était qu’une manière de surveiller l’activité sur le Domaine des mers et Océans. Un rituel reprenant alors, et cette impression que les derniers mois ne furent rien de plus qu’un rêve. Et c’était très certainement ce qu’elle aurait pu penser, s’il n’y avait pas tous ces signes pour la ramener dans cette déconcertante réalité. Tout d’abord les lieux, qui n’avaient en aucun cas retrouvé leur splendeur d’antan; des murs lézardés, tandis que d’autres trônaient honteusement sur les dalles fissurées. Bien sombre réalité, qu’il était bien ardu de regarder en face. D’autant plus lorsque l’on avait connu quelques années, quelques mois plus tôt, ces colonnes et architectures dignement dressées. Puis il y avait cette écaille également, qui lui avait été confiée peu de temps avant son départ sur l'île maudite. Ou alors était-ce elle qui était sous la protection de l’armure, la blanche se posait parfois encore la question.

Mine déconfite, tandis qu’elle arpentait les rues en direction de l’entrée du Sanctuaire marin. Une bien triste constatation. Billes pensives, sans doute espérait-elle que nul malheur ne provienne durant la reconstruction des lieux. Car si elle était suffisamment naïve pour croire en ces choses-là, elle ne l’était pas assez pour imaginer que les temps de paix, relatifs, puissent durer de la sorte. Lentement, sa tête se dirigea au loin, dans la direction du pilier qu’elle gardait désormais, laissant un faible soupir s’échapper de ses fines lèvres. Depuis son retour, la mère n’avait pas jugé pertinent de se rendre sur place, et continuait de garder un oeil sur cette pierre à distance. Non pas qu’elle ne souhaitait pas s’y rendre, bien loin de là. Disons plutôt que quelque chose en elle l’empêchait actuellement de s’y installer, et sans doute était-ce pour cette raison qu’elle continuait de vivre comme l’apprentie, la Circé qu’elle fût autrefois.

L’air songeur, la représentante du monstre marin aux longues tentacules repensait à toutes ces années passées ici, tout ce chemin parcouru. Le temps passe, rien ne s’efface… Ou plutôt, il s’effaçait, oui. Mais pas de la manière dont elle le souhaitait. Hélas, l’heure n’était pas à la mélancolie. En revanche, il était au devoir. Parce qu’en dépit de son tour de surveillance habituel, la blanche avait été prévenu quelques minutes avant de la présence d’un intrus dans les champs de coraux. Ainsi donc, il fallait se hâter, afin de vérifier de ses propres yeux qu’il n’y avait pas la moindre menace.

****

Tandis que la jeune femme continuait sa route, un groupe de garde pénétra dans l’entrée du Domaine, observant tout d’abord la femme qui s’était invitée dans ces lieux. Sans doute étaient-ils intrigués, de voir devant leurs yeux ébahis cette présence féminine jouant de la harpe comme si de rien n’était. Un instant de silence, avant qu’ils ne se décident d’approcher, d’un pas plus assuré.

“Qui êtes-vous ?” Commença l’un d’eux “Vous êtes sur le territoire de Poséidon, Dieu des mers et des océans. Avez-vous l’autorisation d’être ici ?”

Personne ne pourrait leur en vouloir de vouloir faire leur travail, ni même d’intimer à la prudence. Ils ne faisaient qu’exécuter les ordres, après tout. Parce que l’état d’urgence avait été mis en place, suite aux derniers événements. Ainsi, chaque soldat était aux aboies.

“ Je vous remercie pour votre travail, messieurs. Je m’occupe de la suite, vous pouvez donc continuer votre ronde sans inquiétude”.

Une Asya qui venait d’arriver tel un cheveu sur la soupe. Une main posée sur leurs épaules, passant entre les deux hommes tandis que son visage laissait entrevoir cet éternel étirement chaleureux des lippes. Oui, pas de problème : elle s’occupait du reste. Ainsi, l’heure des questions sans réponses sonnait dans son esprit. Cependant, il n’était pour autant pas encore temps de les poser à vive-voix, car il était plus que certains que les intentions se révéleraient plus tard, au gré d’une discussion entre les deux femmes.

“Oh, Général… Entendu, nous vous laissons la suite dans ce cas !”

Pas très résistants, mais ce n’était pas plus mal. Car il n’y avait pour le moment aucun intérêt ni raison pour “agresser” cette inconnue des ombres. Agresser n’était pas réellement le mot, d’ailleurs. Mais qu’importe. Toujours est-il que la Générale hocha la tête, les laissant prendre la direction de sortie patiemment. Indescriptible petite Asya. Et, une fois fait, ses billes brunes se posèrent une nouvelle fois sur l'inconnue.

“Asya Leskov, générale de Poséidon. Force est d’avouer que je ne m’attendais pas à recevoir de la visite si tôt “

Un sourire ornant toujours ses lèvres, dévoilant volontairement - ou non - cet étonnement à l’invitée du jour.

“Jolie musique, d’ailleurs. J’aime beaucoup la harpe, notamment… Malheureusement je n’ai pas vraiment votre don. Ni même la fibre musicale, à vrai dire ! “

Rire éclatant, bienveillant, à demi étouffé par cette main se plaçant à l’entrée de la bouche. Vrai qu’elle appréciait ce genre de choses, mais elle n’était pas des plus douées.


Memories are like a stain that is branded on my brain.
Cause every stranger has your face, just let me fade away.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7991-asya-l-du-kraken
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 139
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Sam 30 Sep - 12:27

La nymphe infernale esquissa un petit sourire espiègle et amusé devant les paroles d'un des gardes. Un sourire qui se fit de plus en plus prononcer alors qu'elle s'imagina planter les longues griffes de ses ailes ténébreuses dans son corps. Les gardes de ce lieu avait sérieusement besoin d'une bonne leçon de savoir-vivre mais bon … elle ne voulait pas faire de vague ( sans jeux de mot ^^ ) et désobéir à son maître et seigneur, elle se mordit légèrement la lèvre inférieure un peu déçut.

- Quand on se présente à une dame la politesse veut qu'on se présente avant dit-elle d'une voix douce et sereine Je sais très bien où je me trouve je vous remercie, dit-elle toujours avec le même ton de voix mais avec un petit sourire malsain.

Puis soudainement une personne bien plus gradé si on en croyait l'armure qu'elle portait fit son apparition et congédia simplement les soldats des océans et prit la relève et ce n'était pas pour déplaire à la nymphe puis ce qu'il s'agissait d'une jeune femme plus charmante a vrai dire.

Ah dit-elle avec un grand sourire Générale Asya Leskov, enchanté fit-elle en se redressant pour lui adressa une très belle révérence laissant par la même entrevoir la poitrine nymphique de son décolleter Je suis Aërys murmebrume 1ère Dame des Näzérim et juge des enfers et voici ma suivante dit-elle en désignant la nymphe qui se tenait en retrait et qui s'inclina plus bas que possible avant de marquer une petite pause. Merci du compliment dit-elle avec un sourire amicale vous savez ce n'est que le fruit de long siècle de pratique mais si vous voulez je pourrais vous apprendre à l'occasion dit-elle avec un léger sourire amusé et un regard qui semblait dévisager entièrement la jolie marinas. Après tout même si nous ne servons pas le même maître cela ne doit pas nous empêcher de nous apprécier qu'en pensez-vous très chère ?, dit-elle toujours avec ses yeux perçants un peu malsain qui ne semblait pas le moins du monde hostile envers Asya bien au contraire ...

La nymphe était resté sur place et bougeait très légèrement laissant à la nouvelle arrivante le soin de la dévisager et d'apprécier ses courbes fines et nymphiques des plus gracieuses et harmonieuses. L'espace d'un instant Aërys oublia un peu le but de sa mission et prit disons-le un peu la température du terrain. Après tout si on pouvait joindre l'utile à l'agréable pourquoi se privé ? Encore fallait t-il que la générale des océans soit réceptif ce qui n'était pas gagné même malgré la grande beauté de la nymphe infernale.
Revenir en haut Aller en bas
Asya Leskov


Général
Général
avatar

Messages : 1075
Armure : Scale du Kraken

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Mar 3 Oct - 9:17


Il n’y avait guère mille et une impressions lorsque l’on croisait cette blanche mère. Un femme aux nerfs d’acier, en apparence tout du moins. D’un calme vraisemblablement à toute épreuve aux premiers abords. Un monstre marin qui agissait tel un poudrin de neige, tombant lentement sur la sombre terre, dépourvu de la moindre animosité. Davantage curieuse de ce qui l’entourait, en réalité. Curieuse et passionnée. Passionnée et loyale. Loyale et redevable. Femme douce, pour un redoutable monstre, pour qui oserait poser la moindre griffe hors des sentiers. Aussi, un regard qui ne jugeait en rien, pas tant que l’on ne lui apportait pas les faits. Néanmoins, cela n’empêchait pas la prudence. Car si la femme avait la tête dure, le général, lui, intimait à la réflexion. Impétueuse petite Asya, sournois animal tapis dans les fonds marins.

Une femme qui ne laissait rien au hasard, en somme. Ou très peu. Ainsi c’était-elle alors présenter, sobrement, comme à son habitude. Bien loin de ces quelques autres qui, certains de leur position dans la société tant ordinaire que celle régie par les Dieux, énonceraient leurs titres et leurs exploits comme s’ils déterminaient la personne même. Grave erreur, bien que peu surprenante. Une discussion débutant alors par ces quelques compliments autour d’une mélodieuse harpe. Que dire, d’autres, si ce n’était que chacun disposait de ses propres compétences. Car la fidèle de Poséidon n’était point dupe; assurément y avait-il un travail acharné derrière cela. Probablement des années durant, d’ailleurs.

Sans grande surprise, la personne lui faisant face se dévoilait en tant que Spectre d’Hadès. Juge des Enfers, qui plus est. Force était d’avouer que le Dieu y allait en grandes pompes, pour cette visite inattendue. Inattendue sans véritablement l’être, dans les faits. En effet, si la question du “quand” s’était posée, celle du “qui” ne le fût en revanche jamais. Éviter les morts, asseoir sa domination, vérifier l’état des potentiels ennemis… Les raisons étaient multiples et variables. Par ailleurs, il n’y avait nul doute que celles-ci seraient bien rapidement évoquées.

Elle pourrait quand même faire en sorte d’un peu plus présentable, pour une représentante. Pas que ça le foutait mal, mais tout de même un peu. Néanmoins, pas la moindre de ses pensées transparaissait de ces perles brunâtres. Soupir inaudible, mental. Ne restait qu’à mener doucement la discussion vers le point souhaité. Les points. Lentement, mais sûrement.

“De même, Juge Aërys.” Une tête légèrement penchée vers l’avant, signe de respect. Puis, observant discrètement l’objet, elle ajouta : “Je l’imagine bien volontiers. Hélas, nous n’avons pas le même temps que les spectres à consacrer à l’apprentissage, malheureusement. Sans doute reste-t-il une vingtaine d’années, tout au plus. Si la lame ne s’abat pas avant, bien entendu”.

Qui sait quand le jugement viendra ? Sans doute personne, pas même les élus même du monde d’en bas. Parce qu’elle était sournoise, cette dame de noir vêtue, observant les différentes scènes du théâtre. Jusqu’au moment fatidique. Toujours était-il que la Spectre n’avait guère mis les pieds aux champs de Coraux pour la beauté du paysage, pour du tourisme. Au vu des temps qui couraient, nul doute à ce sujet. Malgré tout, la politesse empêchait le désagréable d’en venir droit au but, préférant tout de même répondre à la jeune femme avant tout.

“Tant que cela ne met pas à mal nos Dieux, rien n’empêche en effet une discussion dans la bonne humeur, ainsi qu’une entente amicale”.

Une blanche aux mèches d’ivoire qui mettait d’ores et déjà les points sur les mots, toujours dans cette politesse et cet étirement des lippes bienveillant. Amicale, une notion qui ne prendra plus le moindre poids en cas de conflit. Parce que les ordres primaient. Mais surtout, car la mère gardait en tête cette possibilité d’un fils dans les profondeurs du monde, chez eux, ces spectres. Chose qui ne pouvait entraîner un sentiment plein, dénué de cette appréhension. Une tension invisible, celle d’une mère déchue.

Dans un sourire, la jeune femme commença à marcher sur quelques mètres, le long des Coraux, invitant Aërys à la suivre. Une simple balade, pour mieux prendre le temps de mettre à l’aise, mais également de cerner ce curieux personnage. D’en savoir plus, de manière générale.

“Néanmoins, voir Hadès envoyer ici l’un de ses trois juges, j’imagine que la raison de cette visite est importante, n’est-ce pas ? Ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça “

Seule remarque, empreinte d’une certaine délicatesse. Car il n’y avait encore aucune raison qui justifiait un changement quel qu’il soit. Malgré tout, Asya prenait soin de rester dans l’entrée du Sanctuaire sous-marin, gardant pour le moment une distance avec les autres zones du domaine. Car si elle était hôte, la trentenaire n’oubliait cependant pas que des ordres avaient été donné quant à la protection des lieux, quant aux étrangers. Prudence, donc.


Memories are like a stain that is branded on my brain.
Cause every stranger has your face, just let me fade away.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7991-asya-l-du-kraken
Aërys


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 139
Armure : Surplise de la Wyverne

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Jeu 2 Nov - 11:45

Les paroles de la jeune femme lui rappelait quelque chose de plutôt insolite quelque chose qu’elle avait oublié ou plutôt non don elle n’y pensait pas la longueur de la vie. Elle n’avait pas de soucis de temps et pouvait agréablement profiter de la sienne n’ayant jamais connu la douce caresse de la mort. Elle se sentit un peu privilégié et eu un petit sourire amusé. Mais au-delà de cela il est vrai que le temps dans les enfers s’écouler bien différemment de celui à la surface et peut être même ici sous l’océan ? elle n’y avait jamais vraiment songé.

- Il est vrai que les spectres ont beaucoup de chance dit-elle simplement enfin sauf qu'ils ne sont vivants que par la volonté de mon seigneur le monarque des enfers dit-elle comme si cela ne la concerne pas

Et en effet cela ne la concerne pas n'ayant pas été ramené à la vie elle profitait d'une longue vie accordé par sa nature de nymphe et n'avait pas à craindre de finir en poussière si la " bénédiction " que le seigneur Hadès accordait à ses guerrier venait à se dissiper pour une raison ou une autre.

- Mais vous savez le temps dans certains lieux en enfer passe bien moins vite qu'ici je dirais dit-elle en réfléchissant plusieurs jours pour seulement quelques heures donc si vous voulez venir me voir un jour nous pourrions passer un bien agréablement moment dit-elle un regard malicieux

Cela ne tenait qu'à Asya de répondre par oui ou par non cependant la juge ne serait pas offusquée par un refus même si elle serait légèrement déçut. Elle aurait préparé une bien large table pour recevoir son invité de marque et elle aurait pu se divertir de mille et une façon …

- Mais je m'égare veuillez m'excuse votre beauté Générale Asya me fait perdre la tête dit-elle avec un léger sourire mon maître ma envoyé porter à message au seigneur des océans et maître de ce domaine et je ne voudrais pas lui faire perdre un temps précieux si vous pouviez me conduire à lui rapidement je vous en serais reconnaissante dit-elle pour finir sa voix prenant un air un peu plus sombre et déterminé.

Ps : Désoler pour le retard beaucoup de boulot irl ^^
Revenir en haut Aller en bas
Asya Leskov


Général
Général
avatar

Messages : 1075
Armure : Scale du Kraken

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    Ven 10 Nov - 14:17

Certes, il appert que les hommes ne possédaient nulles ressources permettant de connaître l’heure du jugement dernier. Toutefois, si ce fait s’avérait irréfragable concernant les âmes gesticulant de part et d’autre des continents – qu’ils soient serviteurs des puissants, ou civils méconnaissant la profondeur des tares de ce monde, cette règle n’en demeurait pas moins convenable aux fantômes. Spectres d’une vie disparate, soumis à cette notion des plus singulières. Sans doute cela restait-il plus long, diraient les chiffres. Si tant est que le parallélisme se fasse un jour. Néanmoins, cet état languide finissait toujours par devancer les maladroites ruses humaines ; silhouette de noir vêtue d’ores et déjà penchée sur chacun de ces êtres, ces proies, guettant inlassablement dans la pénombre la chute de cette lame à la douce mélodie. Ce que l’on appelait : Le dernier périple.

— Je me réjouis d’apprendre que les Spectres auraient une longévité discordante à la nôtre. Ceci-dit, mes croyances tendent à révéler qu’au-delà de la volonté même d’Hadès, les Spectres ne sont guère éternels. Bien loin de là, d’ailleurs. Des hommes à la nature contradictoire ; c’est ce que vous représentez à mes yeux. Rien de plus, ni de moins. Et même les ombres, les revenants ont leurs faiblesses. Ne reste qu’à les dénicher.

Expiration d’un souffle passant finalement la barrière des lèvres, inaudible. La discrétion d’un Monstre Marin louvoyant patiemment sous le batelet, se languissant de l’absorber au sein des abysses. Mais surtout, la prévoyance d’une femme d’âge mûr témoin d’une tentative avortée. Ce n’est rien d’autre qu’une formalité. S’ensuivit d’un haussement d’épaule presque indescriptible, et les perçantes prunelles mordorées analysaient sans faille la conduite du visiteur ; des billes-juges empreintes de la résolution de la mère déchue. Tant de fois vécues dans l’ancien temps, ces approches farfelues. Force était de constater qu’elles n’avaient guère gagnées en délicatesse. Incapable de marivauder correctement, des paroles qui ne valaient assurément pas le moindre sou.

Une main entreprit une ascension dans les mèches d’ivoire non sans une certaine lenteur, les plaquant brièvement contre le côté gauche de son crâne. Pensées dissimulées au revers d’une étirement prompt des lippes ; risette à l’apparence complaisante habituelle, car la jeune femme n’en demeurait pas moins douce malgré cette fermeté subsistant dans les actions comme dans les croyances. Suite à cela, les pas s’enchainèrent jusqu’à la sortie des champs de Coraux, dévoilant cette démarche assurée d’un fier Protecteur du Sanctuaire des Mers.

— Comprenez que je n’ai nulle intention de m’attarder aux Enfers sans raison officielle...

Simples mots, et pourtant dénués de finesse ; Asya refusait toute idée impliquant une visite dans le domaine des mots. Bien entendu, les choses seraient sans doute différentes si Poséidon en était le commanditaire, mais cela s’arrêtait à cet unique fait : Raison officielle. Une obligation, en somme. Rien d’autre.

—Il semblerait effectivement que vous vous égariez, Juge Aërys. Votre présence au Sanctuaire sous-Marin est un déplacement officiel, semble-t-il. Comprenez que votre comportement est inapproprié, en cette raison évoquée ; n’oubliez pas les raisons de votre venue dans le domaine de Poséidon. Alors restons professionnels, voulez vous ? En guise de contraste, une détermination infaillible dans les perles cuivrées. Puis un mutin sourire déguisé en un chaleureux étirement. Paroles tranchantes comme le métal, apparence pareille à la bienveillance d’une mère. Complexité d'une Russe.

S’approchant de ce qui marquait la fin de la zone, la jeune femme reconnue les soldats intervenus plus tôt. Un sourire alors adressé, accompagnant un signe de la main. C’est qu’ils travaillent dur pour remettre le camp en état, ces hommes. Pour protéger leur « chez soi ». Celui de tout un peuple, de surcroit. Un dos tourné qui, quelques mètres plus loin, finit par s’arrêter. Se tenait devant elle cette place de dalle où trônait une fontaine dont certains morceaux demeuraient longtemps. Et, non loin de là, les restes d’un piano sans aucun doute désaccordé. Jetant un œil furtif dans cette direction, le Kraken s’approcha finalement du point culminant ; celui qui offrait ce spectacle marin au loin. Nostalgique petite Asya, qui se retourna enfin vers l’invitée.

— Navrée, mais Poséidon est actuellement indisponible, et gère actuellement des affaires de la plus haute importance. Quel est donc le contenu de ce message si urgent qu’il nécessiterait sa présence ? Malheureusement, il semblerait que vous devrez vous contenter d’un serviteur, cette fois-ci.


[HRP : RP court, mais pas grand-chose à ajouter puisque la suite dépend sensiblement de ton RP]


Memories are like a stain that is branded on my brain.
Cause every stranger has your face, just let me fade away.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7991-asya-l-du-kraken
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique    

Revenir en haut Aller en bas
 

[ Décembre 1755 ] Mission Diplomatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Empire Sous-Marin :: Piliers de Poséidon :: Champs de Coraux-